Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
696 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
701 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11212 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Hérault

Région :
Occitanie
Département :
Hérault

Préfets :
Pierre Monis
(01/07/1937 - 20/07/1940) Préfet de l'Hérault
Paul Brun
(20/07/1940 - 25/08/1940) Préfet de l'Hérault
Pierre Olivier de Sardan
(25/08/1940 - 11/10/1942) Préfet de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales)
Camille Ernst*, Secrétaire général de la préfecture de l’Hérault (de 09/1940 à 02/1943), Juste parmi les Nations

(Jan. 1942 - 12/1943) Préfet délégué de l'Hérault, déporté en Allemagne pour avoir soutenu la Résistance
Alfred Hontebeyrie
(11/10/1942 - 16/07/1944) Préfet de l'Hérault et de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales) (1895-1969)
Augustin Michel
(17/07/1944 - 22/08/1944) Préfet de l'Hérault
André Weiss
(22/08/1944 - 01/01/1948) Préfet de l'Hérault

À lire, à voir…

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

François Berriot François Berriot
La France libre, la Résistance et la Déportation - (Hérault, Zone Sud)

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Michaël Iancu Michaël Iancu
Vichy et les Juifs - L'exemple de l'Hérault (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Henri Schilli Henri Schilli
Mes activités pendant la guerre

 

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Arnaud Benedetti Arnaud Benedetti
Un préfet dans la Résistance

ACHETER EN LIGNE

Michaël Iancu Michaël Iancu
Spoliations, déportations, résistance des Juifs à Montpellier et dans l'Hérault (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Henri Schilli

Grand Rabbin
Texte pour ecartement lateral

Montpellier 34000 Hérault
Date de naissance: 22/05/1906-20/05/1975 (Offenbourg (Allemagne))
Aidé ou sauvé par : - Jeanne Maurier Brousse Profession: Aumônier des camps de la zone sud. Grand rabbin
Qualité: Résistant juif
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Henri-Schilli
Henri Schilli
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Histoire
Henri Schilli est un rabbin français né à Offenbourg en Allemagne le 22 mai 1906, mort à Paris le 20 mai 1975.

Il perd son père très jeune et sa mère malade s'installe à Obernai en Alsace. Il perd ensuite sa mère et est placé avec sa sœur en orphelinat à Haguenau. Diplômé de l'École rabbinique, il est nommé rabbin d'Enghien puis du Raincy puis de la communauté de la rue Sainte-Isaure Paris. Il s'occupe aussi des Éclaireurs Israélites de France où il est plus connu sous le nom de Tison.

Après la débâcle, il se retrouve à Montpellier puis à Valence où ses fonctions de rabbin l'amènent à servir d'aumonier pour les camps de personnes déplacées de la zone Sud, d'où il parvient à faire cacher ou évader de nombreux internés et à leur procurer les faux papiers indispensables.1

Après la guerre, il devient rabbin de la Synagogue Chasseloup-Laubat à Paris puis est nommé directeur du Séminaire Israélite de France (où il est un des maîtres du grand-rabbin Gilles Bernheim) et aumônier des Éclaireurs Israélites de France. Il participe à la direction d'œuvres sociales comme l'Œuvre de secours aux enfants.

Henri Schilli était officier de la Légion d'Honneur.

30/05/2010
Lien : Wikipédia

[Compléter l'article]

Témoignage de Raymond Heyman

Rabbi était partout : préfecture, police, services sociaux.
Sous son impulsion, les aînés des mouvements de jeunesse, E.I., jeunesse sioniste et d’autres volontaires recherchaient des cachettes pour les menacés d’internement, distribuaient faux papiers et nourriture aux sans papiers et aux étrangers qui ne pouvaient affronter la rue.
Rabbi veillait à tout, n’épargnait aucun effort auprès des autorités.

Il vivait dans le sentiment tragique de notre impuissance à empêcher les départs dont nous ne connaissions pas encore l’issue terrible et cruelle.

Rabbi avait le pouvoir de mobiliser toutes les bonnes volontés et devait ce pouvoir à la ferveur de son action et son efficacité, à sa stature morale et spirituelle.

Le 8 novembre 1942, l’armée allemande occupa la zone sud de la France après le débarquement allié en Afrique du Nord : ce fut alors la dispersion de ce qui restait de la petite communauté de Montpellier.

La famille Schilli se retrouva pour un bref séjour à Nice puis à Valence où elle eut le bonheur d’échapper à la traque nazie.

Après la libération en 1944, chacun réintégra progressivement son lieu d’attache. Pourtant, les liens tissés pendant la guerre à Montpellier garderont toute leur vivacité. Ils seront la base d’une amitié solide qui défiera l’épreuve des ans.

La famille Schilli se retrouvera rue Chasseloup-Laubat, puis à Vauquelin. Au cours des années, Simone et Henri Schilli auront toujours été très proches de notre famille et cette proximité ne s'est jamais démentie.

Bénie soit leur mémoire.

Raymond Heymann
Jérusalem, octobre 2006

30/05/2010
Lien : Henri Schilli

[Compléter l'article]

Résistant juif

Période de Résistance
De 1940 à la Libération (Montpellier, Valence, camps du Sud)

Responsable
René Hirschler

Mobilisé comme aumônier au 37e corps d'armée dans l'est de la France, le rabbin Schilli se retrouve en juin 1940 à Montpellier.
Sans attendre d'être démobilisé, il organise la vie de la communauté israélite de cette ville, créant de nombreuses activités pour les jeunes et organisant des rencontres de jeunes sionistes.

Dès le mois de juin 1940, il visite les camps de Saint-Cyprien, d'Agde, et surtout de Rivesaltes où sont internés un grand nombre de Juifs étrangers (allemands, polonais, tchèques).
Lorsque l'aumônerie des camps du sud de la France est organisée par le Consistoire central, qui en confie la direction au grand rabbin René Hirschler, Henri Schilli poursuit son action de sauvetage de nombreuses personnes, adultes et enfants, qu'il parvient à faire évader et à héberger par différents moyens. Son activité attire l'attention des autorités françaises.

En avril 1943, il doit quitter la région de Montpellier, considérée comme zone frontière où les Allemands ne permettent plus la résidence des Juifs.
Dans le cadre de ses multiples fonctions et grâce aux relations qu'il entretient avec de hauts fonctionnaires ou des aumôniers d'autres cultes, il parvient à faire passer des Juifs étrangers sur le point d'être arrêtés vers l'Espagne ou la Suisse.

Nommé rabbin de Valence en mai 1943, il poursuit son activité dans les camps, cache de nombreuses personnes recherchées, procure des fausses cartes d'identité.

En janvier 1944, après l'arrestation à Marseille du grand rabbin Hirschler et de sa femme, Henri Schilli poursuit l'action de l'aumônerie des camps, tout en assurant ses fonctions de rabbin de Valence. À partir de cette ville, il réussit à faire passer de nombreuses personnes vers la Suisse. Il ne cesse de travailler avec les mouvements de Résistance, procure des faux papiers, soustrait de nombreux coreligionnaires aux recherches des Allemands.
Au mépris du danger, il poursuit son action de Résistance jusqu'à la Libération. Il rejoint alors Paris, où il reprend le poste rabbinique qu'il occupait avant-guerre.

Officier de l'ordre national du Mérite 

07/09/2017
Auteur : Frida Wattenberg Lien : Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Les maquis en Cévennes (Pour la Mémoire, dans cet historique de la Résistance en Cévennes, il y a la saga d’une bonne partie de la Résistance M.U.R. du Gard, concernant ses maquis de l’Aigoual, mais aussi leur mouvance, de Nîmes, Le Grau du Roi, Sommières et même Ganges, étroitement uni à Lasalle, Saint Hippolyte du Fort et Valleraugue. C’est la mémoire d’une résistance populaire, encadrée par des hommes courageux, volontaires, qui n’étaient pas préparés à ces lourdes responsabilités et qui surent les assumer, avec raison et sans défaillance.
La montée en puissance de cette résistance, surestimée par l’adversaire, lui donna un grand rayonnement dans notre département. C’est aussi, la mémoire d’un pays de montagne moyenne, mais très accidentée, sorte de refuge dans lequel s'’est perpétuée une tradition d’accueil et de liberté. Les Cévennes. )
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
7

Notes

- 1 - Marc Fineltin, Rabbin Henri Schilli, Mémoire et espoirs de la Résistance

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018