Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
714 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4151 Justes de France
920 résistants juifs
11350 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1264 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page

À lire, à voir…
L'AJPN n'a pas encore répertorié les ouvrages et vidéos. Contribuez à l'enrichissement en les ajoutant vous-même en cliquant sur “Ajouter un ouvrage”, ci-dessous.
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Madame Cubayne

Texte pour ecartement lateral


Réseau de sauvetage : Laigneau Fernand
Arnoult Fernande
Arnoult Maurice
Arnoult Paul
Laigneau Lucie
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Histoire
En 1932, Leijzer et Pesa Krolik arrivent de Varsovie avec leur fils Joël, né en 1931, et s’installent dans un modeste deux-pièces, au 83, rue de Belleville à Paris 11e. Tous les locataires étaient étrangers à l’exception de Maurice Arnoult*, 29 ans, qui avait quitté son village pour s’installer en ville en 1937.
Leijzer Krolik est tailleur à façon, son épouse l’aide dans son travail. Ils auront trois autres enfants. Rosette, en 1934, Annette, en 1936, Joseph en 1939.

Lorsque la guerre éclate, Leijzer Krolik s’engage dans la légion étrangère pour défendre la France.
Maurice Arnoult* lui est mobilisé ; il s'évade d'un camp allemand et reprend son atelier en main.
La famille Krolik réfugiée dans la Sarthe retourne rue de Belleville après la capitulation.

En 1941, Leijzer Krolik échappe à une rafle qui vise les hommes juifs. Il se cache sous un lit.

Mais en juillet 1942, c’est la rafle du Vel d’Hiv, et les familles entières sont arrêtées.
Maurice Arnoult* se souvient des policiers qui frappent à sa fenêtre - son atelier est au rez-de-chaussée - et lui demandent s'il y a des juifs dans l'immeuble. Maurice Arnoult* se tait mais les policiers, bien informés, montent au premier étage et arrêtent une fillette avec sa mère. Dans la cour, Madame Goldstein lui lance un regard accusateur, croyant maudire l'homme qui les a données. " Je n'oublierai jamais ce regard ; il me fait encore mal aujourd'hui. Elles ne sont jamais revenues".
Madame Cubayne, une voisine, cache les Krolik chez elle durant une quinzaine de jours et la petite Rosette, 8 ans, est envoyée à la campagne.
Dans l’immeuble la chaîne de solidarité s’organise. Maurice Arnoult*, qui tenait une échoppe de bottier au rez-de-chaussée, prend en charge, la famille Krolik. Il cache Joël, 11 ans, chez ses parents, Paul* et Fernande Arnoult* à Savigny-sur-Orge, après un voyage en train des plus périlleux, et forme le projet de mettre en sécurité le reste de la famille.
Hélas, il ne peut réaliser le sauvetage prévu, et doit annoncer à Joël l’arrestation de ses parents, de sa sœur Annette, et de son frère Joseph. Aucun d’eux ne reviendra de déportation.
Maurice Arnoult* donne également à l'une de ses ouvrières juives, Alice Titansky les papiers de sa première épouse, décédée quelques années auparavant et cache quatre autres membres de la famille Titansky dans un petit atelier de la rue Rébeval. Alice Titansky restera sa concubine durant les 60 années qui suivront.
La situation est devenue délicate à Savigny-sur-Orge et Maurice Arnoult* confie Joël à Madame Cubayne, la fidèle voisine, qui l’accompagne en Eure et Loir à Crucey, chez Fernand* et Lucie Laigneau*, couple sans enfants qui exploite une ferme et qui hébergent leur nièce Denise Louvet. Ils accueillent Joël très chaleureusement et le font passer pour un neveu venu de Paris pour raison de santé. Des cachettes sont préparées en cas de visite de gendarmes, ce qui ne manque pas d'arriver car la police de Vichy et les allemands passaient souvent dans le village à la recherche de résistants.
Joël est traité par ses bienfaiteurs comme un membre de la famille. Il fréquente l’école du village où l’institutrice est complice, et participe aux travaux de la ferme. Sa réussite au certificat d’études en juillet 1943 les rend très fiers, si bien que tous les voisins défilent chez eux pour les féliciter.
Joël ne peut risquer de fréquenter le collège. Aussi, durant un an et demi, il prend goût à la vie de petit paysan et s’attache de plus en plus à ses protecteurs.
Les Laigneau* ne se contentent pas de secourir Joël. Durant cette période, ils ont caché une autre famille juive en grand péril. Madame Saks et ses trois enfants. Lucienne, 10 ans, Maurice, 8 ans, Suzanne, 6 ans

En novembre 1944. Paris est libéré et les Laigneau* attendent un heureux évènement. Leur fils Christian est né en janvier 1945.

Joël rentre à Paris. Il a 13 ans et demi et il est placé dans des foyers pour enfants de déportés, où il aura la joie de retrouver sa sœur Rosette. Ils y resteront jusqu'à leur majorité, 21 ans, et Joël y rencontrera Rachel, sa future épouse.

Joël Krolik a gardé une indéfectible reconnaissance pour des personnes admirables, qui, avec un inlassable dévouement, lui ont sauvé la vie.

26/11/2008

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019