Soutenez le travail de l'AJPN
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages  
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France
17 annonces de recherche
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de commune
95 départements et l'étranger
1228 lieux d'internement
744 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4342 Justes de France
1065 résistants juifs
15908 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e Guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque : 1365 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Paris

Région :
Île-de-France
Département :
Paris

Préfets :
Achille Villey-Desmeserets
(1934 - 1940) Achille Joseph Henri Villey-Desmeserets, Préfet de la Seine (1878-1953)
Charles Paul Magny
(13/10/1940 - 19/08/1942) Préfet de la Seine (1884-1945)
François Bard
(14/05/1941 - 01/06/1942) Amiral François Marc Alphonse Bard, Préfet de police de la Seine (1889-1944)
Amédée Bussière
(01/06/1942 - 19/08/1944) Préfet de police de la Seine lors de la rafle du Vél d’Hiv (1886-1953)
René Bouffet
(19/08/1942 - 19/08/1944) Préfet de la Seine. Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
Marcel Pierre Flouret
(1944 - 1946) Préfet de la Seine (1892-1971)
Charles Léon Luizet
(1944 - 1947) Préfet de police de la Seine (1903-1947)

À lire, à voir…

Janine Gerson Janine Gerson
Bella : Itinéraire mémoriel

ACHETER EN LIGNE

Rachel Ségal Rachel Ségal
Ecole de la rue Tlemcen

 

Jean-Claude Bartoll Jean-Claude Bartoll
Agnès Barrat-Bartoll
Cédric Hervan
Le dernier des Schoenfeld

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Benoît Rayski Benoît Rayski
L'affiche rouge

ACHETER EN LIGNE

 Hélène Schustermann-pincow Hélène Schustermann-pincow
Les Déracinés

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Hitler à Paris - Juin 1940

ACHETER EN LIGNE

Pierre Lubek Pierre Lubek
La Shoah : hériter du silence

ACHETER EN LIGNE

Roselyne Bosch Roselyne Bosch
La Rafle

ACHETER EN LIGNE

Jacques Biélinky Jacques Biélinky
Renée Poznanski
Journal, 1940-1942 : Un journaliste juif à Paris sous l'Occupation

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Hélène Berr Hélène Berr
Le Journal d'Hélène Berr : 1942-1944

ACHETER EN LIGNE

Anne Sinclair Anne Sinclair
21 rue La Boétie

ACHETER EN LIGNE

Zysman Wenig Zysman Wenig
Hélène Wenig
Lettres à Khayè : Correspondance clandestine d'un amour en temps de guerre

ACHETER EN LIGNE

Julien Blanc Julien Blanc
Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l'Homme 1940-1941

ACHETER EN LIGNE

Joseph Weismann Joseph Weismann
Après la rafle

ACHETER EN LIGNE

Philippe Castetbon Philippe Castetbon
Ici est tombé

ACHETER EN LIGNE

Françoise Siefridt Françoise Siefridt
J'ai voulu porter l'étoile jaune : Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante

ACHETER EN LIGNE

France Hamelin France Hamelin
Femmes en prison dans la nuit noire de l'occupation - Le Dépôt, la petite Roquette, le camp des Tourelles

ACHETER EN LIGNE

Jean Laloum Jean Laloum
Les Juifs dans la banlieue parisienne des années 20 aux années 50

ACHETER EN LIGNE

François Szulman François Szulman
Le Petit Peintre de Belleville

ACHETER EN LIGNE

Marie-Claire Scamaroni Marie-Claire Scamaroni
Indomptable et Rebelle

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Sudreau Pierre Sudreau
Sans se départir de soi

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Guy Schmaus

Texte pour ecartement lateral

Paris 75000 Paris
Nom de naissance: Pierre Guy Szmois
Date de naissance: 07/07/1932 (Paris 14e)
Aidé ou sauvé par : - Anne-Marie Gory - Isabelle Gory
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Histoire

Schmaus-Szmois

Né le 7 juillet 1932 à Paris (XIVe arr.) ; ouvrier fourreur puis fraiseur-outilleur ; syndicaliste CGT, secrétaire du CCE de Citroën ; militant communiste de région parisienne, membre du secrétariat de la fédération PCF de Seine-Ouest puis des Hauts-de-Seine (1965-1970) ; conseiller municipal de Clichy (Seine, Hauts-de-Seine) de 1983 à 2014, conseiller général des Hauts-de-Seine (1976-1988), conseiller régional d’Île-de-France (1976-1998), sénateur (1968-1986).

Le père de Guy et Armand, Ferdinand Szmois, artisan fourreur, était un immigré juif polonais né à Cracovie, venu en France en 1923 pour rejoindre l’un de ses frères. Avant 1939, il était membre des Amis de l’Union soviétique et du Secours rouge international, puis adhéra au Parti communiste après la Libération. La mère de Guy Schmaus, Anna Grinshpann, vendeuse, était née à Paris (Ve arr.) en 1905. Sympathisante communiste, elle était elle-même issue de l’immigration juive polonaise et sa mère était proche des milieux socialistes avant la Première guerre mondiale. Ainsi, Guy Schmaus se souvient que sa grand-mère maternelle évoquait sa rencontre à Paris avec Léon Trotsky. L’atmosphère familiale était dépourvue de toute pratique ou référence religieuse et, selon son témoignage, Guy Schmaus ne prit conscience de ses « origines juives » que face à la politique antisémite de Vichy et à la menace nazie. Pendant l’Occupation, Guy et Armand sont séparé de leurs parents, contraints à la clandestinité, et cachés à La Tourelle.

Guy Schmaus poursuivit sa scolarité jusqu’au niveau du Brevet élémentaire. Encouragé par son père, il entama un apprentissage de fourreur dans un petit atelier et, après l’obtention de son CAP, il travailla dans une maison de haute-fourrure, à Paris. Dès 1946, à l’âge de quatorze ans, il adhéra à l’UJRF et suivit une école fédérale de l’organisation de jeunesse en 1949. Il fut par la suite secrétaire du cercle UJRF du XVIIe arrondissement. Face aux difficultés du secteur de la fourrure, il se réorienta vers la métallurgie, qui offrait également de plus grandes possibilités militantes. Il suivit une formation professionnelle accélérée de fraiseur et obtint un CAP. En 1950, il adhéra à la CGT et au PCF. Il effectua son service militaire en Allemagne, durant dix-huit mois, dans l’artillerie, avec le grade de maréchal des logis, spécialiste PCT (poste de calcul de tir). Guy Schmaus se maria le 20 novembre 1954 à Paris (XIXe arr.) avec Raymonde Courtois, sténo-dactylo, elle-même membre du PCF et issue d’une famille communiste. Ils eurent trois enfants.

Après avoir travaillé dans diverses petites entreprises métallurgiques, Guy Schmaus s’efforça d’entrer chez Citroën, dans une démarche militante. Aidé par des camarades, il prépara son essai et fut embauché en 1957. Son objectif était d’intégrer les usines du XVe arrondissement, mais il fut affecté comme OP1 à l’usine de Clichy, au modelage métal. Resté très discret sur son engagement durant la première année, il passa ensuite fraiseur-outilleur. Dès la fin de sa période probatoire, il fut élu délégué du personnel dans son atelier. Élu ensuite au comité d’entreprise, il devint secrétaire du comité central d’entreprise couvrant les vingt-trois usines de la région parisienne.

En 1958, Guy Schmaus était encore membre du bureau de la section communiste XVIIe-Batignolles. Militant désormais à Clichy, il fut muté à la fédération Seine-Ouest dont il intégra très rapidement le comité fédéral en 1959. La direction fédérale notait alors : « sous son impulsion, l’activité et l’organisation du parti et du syndicat se sont renforcées. De l’avis des dirigeants de l’USTM, il est actuellement l’un des meilleurs militants de chez Citroën dans la Seine ». De fait, l’implantation de la CGT et du PCF chez Citroën constituait un enjeu stratégique et politique majeur. Guy Schmaus fut donc intégré au bureau fédéral, en 1961. Mais, face à la répression patronale, l’activité militante était extrêmement difficile dans l’entreprise. Un informateur de la direction, infiltré dans une cellule communiste, contribua au licenciement des adhérents qui n’étaient pas protégés par le statut de délégué. Au cours de l’année 1961, une « opération » de la direction de Citroën aboutit au licenciement de Guy Schmaus. Désormais connu comme militant CGT et communiste, il ne parvint pas à se faire embaucher dans une grande usine. Grâce à la solidarité militante, il trouva un emploi dans le petit atelier d’un sympathisant communiste. Après quelques mois, il devint permanent, partageant son temps entre la direction de la section communiste de Clichy, dont il était le premier secrétaire, et le bureau de la fédération Seine-Ouest, où il était en charge des organisations de masse.  

En 1965, Guy Schmaus intégra le secrétariat fédéral, chargé de la propagande, en remplacement de Dominique Frelaut qui venait d’être élu maire de Colombes. Il conserva cette responsabilité au sein de la nouvelle fédération des Hauts-de-Seine puis devint responsable aux cadres en 1968, au sein du secrétariat puis du bureau fédéral, après 1970. Guy Schmaus suivit les cours des écoles centrales d’un mois et de quatre mois du PCF. En 1967, le secrétariat du parti proposa que Guy Schmaus suive les cours de l’École supérieure des sciences sociales du PCUS, à Moscou, mais il ne put s’y rendre, pour des raisons familiales.

En septembre 1968, Guy Schmaus fut élu sénateur, le PCF bénéficiant alors d’un rapport de forces favorable parmi les grands électeurs, notamment grâce à sa progression aux élections municipales de 1965. Guy Schmaus était alors le plus jeune élu de la Haute Assemblée. Il fut réélu en 1977 et ne se représenta pas en 1986. Au Sénat, il fut membre de la commission des affaires culturelles et intervint régulièrement en séance pour évoquer la situation des salariés des usines Citroën. En 1976, il fut également élu conseiller général des Hauts-de-Seine, dans le canton de Clichy, mandat qu’il conserva jusqu’en 1988. Enfin, il siégea au conseil régional d’Île-de-France, d’abord en tant que parlementaire, puis comme élu, de 1986 à 1998.

Après la Libération, Clichy fut dirigée sans discontinuer par des maires socialistes (Georges Levillain puis Gaston Roche). En 1983, Guy Schmaus nourrissait l’espoir d’une percée communiste, perspective écartée par la candidature d’une figure nationale du Parti socialiste, Jacques Delors, qui fut élu mais céda son mandat à Gilles Catoire, en 1985, lorsqu’il devint ministre des Finances. Guy Schmaus fit toutefois son entrée au conseil municipal en 1983, prenant la tête du groupe communiste. Il siégea durant cinq mandats, jusqu’en 2014, date à laquelle il ne se représenta pas. Ces trois décennies furent régulièrement marquées par les tensions entre la majorité socialiste et les élus communistes, tensions qui culminèrent en 2008, lorsque ces derniers s’opposèrent au plan local d’urbanisme et perdirent leurs délégations. S’il ne fut plus candidat aux élections municipales de 2014, Guy Schmaus prit cependant une part active à la campagne électorale, soutenant les candidats du Front de gauche.  

28/02/2023
Auteur : Paul Boulland Lien : Le Maîtron

[Compléter l'article]

La Tourelle à Saint-Julien-de-Coppel

Anne-Marie Gory* et sa jeune soeur Isabelle Gory* sont infirmières et travaillent à l'hôpital.
Après la Première Guerre mondiale, avec leur mère, Marie-Célestine Gaudry, elle achètent "La Tourelle" située à Saint-Julien-de-Coppel, pour y créer un aérium. 
Elles vont y habiter toutes les trois, leur frère étant décédé durant la guerre.

La Tourelle reçoit des enfants déficients à l'année et d'autres pendant les vacances.

A partir de 1940, Anne* et sa soeur Isabelle Gory*, que les enfants appelaient Manette* et Marraine*, et leur mère "Mémée", prirent aussi en charge des orphelins de l'Assistance Publique, des enfants de prisonniers, de réfugiés et de juifs, dont :
Jacques Glowinski né à Paris en 1936 et son petit frère Lucien Glowinski né à Clermont-Ferrand (63) en 1943. 
Sima Epelbaum et ses cousines Nadia Korn née en 1929 et Jacqueline Korn née en 1932.
Bernard Reich né en 1938 à Metz (57).
Guy Schmaus né le 7 juillet 1932 à Paris et Armand Schmaus né en 1932 à Paris.
- Les enfants Globovich cachés en 1943

Dans cet établissement, il était plus facile de mélanger tous les enfants, sans distinction, et surtout de les protéger.
Maraine*, toujours vêtue de sa blouse d'infirmière, s'occupait des garçons et administrait le domaine, tandis que Manette*, plus petite que sa soeur, toujours vêtue de sombre, s'occupait des filles et donnait des cours de cuisine et de couture. Mémée, quant à elle, se chargeait du ravaudage. Elles se débrouillaient seules avec l'aide des plus grands.
Il y avait aussi un couple de cuisinière-jardinier, les Duverneuil, qui logeaient dans une petite maison en face des Pialoux et des monitrices recrutées sur leur bonne volonté. Les Duverneuil seront ensuite remplacés par le couple Delisle.
Il y avait aussi un chien, un colley appelé Tiarco qui jouait avec les enfants.

Très vite, le quotidien devint difficile et Anne-Marie Gory* et sa jeune soeur Isabelle Gory* ne purent plus payer de personnel. Seuls des légumes fournis par le potager dont s'occupait un vieux jardinier et l'aide des villageois permirent de maintenir la vie au jour le jour.
Des poules logeaient derrière les communs, mais pondaient peu !

Les enfants n'étaient pas déclarés comme Juifs. Ils allaient à l'école du village et, pour les plus grands, passaient leur certificat d’Études à Billom, localité proche. 
Ils allaient également à la messe du dimanche. L'abbé Antoine venait souvent bavarder avec les deux sœurs.

A la libération en 1945, les parents survivants ont pu reprendre les enfants et une vie "normale" mais, hélas, beaucoup d'entre eux n'eurent pas ce bonheur et restèrent orphelins.

Elles vont également sauver la bibliothèque de Strasbourg, cachée dans la cave où elles cachent également des juifs.

Elles ne se marieront jamais.

Le 15 février 2011, l'Institut Yad Vashem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Anne-Marie Gory* et sa jeune soeur Isabelle Gory*.

01/03/2023

asso 15211

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
2 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
3 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était ancelle (en religion, fille qui voue sa vie au service de Dieu). Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
4 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
5 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
6 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ? )
7 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
8 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
 * Juste parmi les Nations
 

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008-2024