space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
365 annonces de recherche
Actualités
Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
96 départements
1149 lieux d'internement
643 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3906 Justes de France
748 résistants juifs
9062 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Victor Aymard


Dossier Yad Vashem : 6220
Remise de la médaille de Juste : 02/08/1994
Sauvetage : Lille 59000 - Nord
Profession: Coiffeur pour hommes
Date de naissance: 1972
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Victor-Aymard
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Victor* et Marie Aymard* sont un couple sans enfants, ils ont une quarantaine d’année durant la guerre. Victor* est garçon coiffeur à Lille.

Fille de Julien et Anna Treister, Josette Treister né à Lille le 7 janvier 1940. Ses parents, qui vivent en France depuis plus de vingt ans n’ont jamais obtenu la nationalité française. Julien Treister s'engage dans la Légion étrangère. À la naissance de sa fille il est prisonnier de guerre.

Le matin du 11 septembre 1942 veille de Roch Hachana, le nouvel an juif, les Allemands lancent une grande rafle à Lille ; la plupart des personnes arrêtées sont des juifs n'ayant pas la nationalité française. La famille Treister, qui est enregistrée au commissariat en tant que juifs étrangers, figure sur la liste des gens à déporter. Lorsque les gendarmes se présentent dans leur appartement, Anna Treister et la petite Josette, âgée de deux ans et demi, se trouvent à la crèche où Anna Treister est employée. Les deux garçons sont à l'école non loin de là. Une voisine affolée courre avertir Anna de ne pas rentrer chez elle avec les enfants.

Avec l'aide de voisins et de personnes qu'elle connait, pour la plupart des membres de la paroisse protestante qui dirige la crèche, Anna trouve des cachettes pour toute sa famille. Josette est hébergée par les Aymard. Josette s'adapte admirablement au changement. Elle devient "la fille" des Aymard. Ils la présentent comme leur nièce à leurs voisins. Le risque qu’il prenait était d’autant plus grand que l’enfant était encore de nationalité polonaise. Ils la firent admettre à l’école catholique sous leur patronyme. Le Père Léon Demedt, curé de la paroisse, leur proposa même de leur procurer un faux certificat de baptême au besoin.

Quelques mois avant la Libération, Julien Treister est libéré de son camp de prisonniers et rentre à Lille. Les Aymard accueillent Julien Treister et Anna chez eux et les hébergent jusqu'à la Libération sans aucune contrepartie financière.

Après la guerre, les Aymard continuent à traiter Josette comme leur fille. À la mort de Victor Aymard * en 1972, Marie* vient habiter chez Josette, sa seule «fille », et l'aide à élever ses deux enfants, qui la considèrent comme leur grand-mère.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='1425258061' order by champ5