Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
611 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
655 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4106 Justes de France
920 résistants juifs
9864 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1226 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Creuse

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Creuse

Préfets :
René Heureude
(06/1940 - 15/09/1940) Préfet de la Creuse. Il est le premier préfet nommé par Vichy
Jean Cabouat
(15/09/1940 - 20/06/1941) Préfet de la Creuse
Jacques Henry
(21/06/1941 - 07/1943) Préfet de la Creuse qui met en application le second statut des Juifs du 2 juin 1941 et les textes complémentaires visant notamment au recensement et à l’aryanisation des biens juifs. Il est en charge des rafles de Juifs du 26 août 1942 et de février 1943, de l’organisation de la relève puis du STO et supervisa la mise en place de la milice
Pierre Berger
(1941 - 1942) Pierre Jean Berger, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Antoine Lemoine
(01/05/1942 - 1943) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
René Rivière
(Jan. 1943 - 1943) René Édouard Rivière, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
(14/02/1943 - 10/05/1944) Préfet de la Creuse, protestant, résistant, intègre le réseau Ajax en septembre 1943, il s'efforce de protéger les Juifs en refusant à la milice l’accès aux fichiers, en aidant la Maison chrétienne franco-tchécoslovaque pour l’enfance, en favorisant la fermeture des maisons de l’OSE. Il est suspendu de ses fonctions le 10 mai 1944 par Laval sur dénonciation du chef de la Milice.
Émile Marchais
(1943 - 1944) Préfet de la Creuse
Marc Freund-Valade
(11/09/1943 - 10/05/1944) Marc Paul Freund dit Freund-Valade, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
André Fourcade
(10/05/1944 - 06/1944) André Fourcade dit Vergnaud, Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne), arrêté par la Gestapo en juin 1944, fusillé à Buzet-sur-le-Tarn le 17 août 1944
M. Salem
(23/06/1944 - 25/08/1944) Préfet de la Creuse, imposé par la Milice, arrêté le 25 août 1944, jour de la libération définitive de la Creuse
Pierre Boursicot
(23/10/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Henry Castaing
(1944 - 1945) Préfet de la Creuse, résistant, ex-commissaire aux RG et chef du réseau Ajax

À lire, à voir…

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Rire le jour, pleurer la nuit : Les enfants juifs cachés dans la Creuse pendant la guerre (1939-1944)

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Léon Valaud


Dossier Yad Vashem : 13340
Remise de la médaille de Juste : 31/10/2016
Sauvetage : Soubrebost La Royère 23250 - Creuse
Profession: Cultivateur

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Leon-Valaud
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Marcel Conchon et Simone Penassio* se marient le 27 décembre 1935 à Sardent, dans la Creuse. Ils sont agriculteurs. Ils auront deux enfants, Yvette et Jean.
Aidés de Léon* et Marie Valaud* et de Marie* et Léon Jouannaud*, ils vont sauver Jean et Daniel Pfefer, Lisa et Charles Tobias, Léon Osman, le frère de Gitla, ainsi que ses enfants, dont Anna Osman et Jacques et Ida Pfefer, le frère et la soeur d'Isaac.

Les grands-parents paternels Abraham et Chana Pfefer, nés respectivement en 1868 et 1870, s'étaient mariés à Varsovie vers 1890. Abraham était gérant d’immeubles. Ils ont eu sept enfants : Gabriel, Guenia, Jacques, Isaac, né en 1901 à Varsovie, Herz, Ida Pfefer, Paula.
Seuls Jacques et Ida Pfefer survivront à la guerre.
En 1917, alors qu'il n'a pas encore 18 ans, Jacques Pfefer quitte la Pologne antisémite. Il arrive en Allemagne où il séjourne et travaille dans les aciéries pendant deux ans, puis arrive à Paris en 1920. Il apprend le travail du cuir et monte un atelier de maroquinerie à son compte. Une fois installé, son souci est de favoriser la venue de ses frères et sœurs. À part Gabriel, tous arrivent à Paris entre 1922 et 1925, ainsi que ses parents qui s’installent chez lui, vers 1926. À cette époque, il est toujours célibataire.

Du côté maternel, il s’agit aussi d’une famille nombreuse. Les grands-parents, Anszel et Rosa Osman, qui tiennent un restaurant très connu rue Mila à Varsovie, auront huit enfants : Sali, Gitla, née le 22 mai 1900 à Varsovie, Arnold, Nathan, Maurice, Léon, Mania, Irenka. Sali, puis Arnold émigrent en premier lieu en Allemagne. Une autre partie de la fratrie, Gitla, Léon et Maurice, vient en France.

Gifla fréquente Isaac Pfefer et ils se marient religieusement avant leur départ pour Paris en 1923.
Jacques Pfefer les reçoit à leur arrivée et les initie à la maroquinerie. Ils se remarieront civilement à Paris.

Isaac Pfefer et Gitla s’installent dans un petit appartement de trois pièces, rue de Meaux, dans le 19e arrondissement de Paris.
En 1924, naît Suzanne, l'aînée. Gifla, de constitution fragile, a du mal à l’allaiter et grâce à des amis, elle trouve une nourrice, Mme Béconne. Elle et son mari deviendront des amis de la famille. Jean naît en 1930, Daniel naît en 1934, puis Charles fin 1938 (il décèdera en 1941).
L’appartement est aménagé pour y vivre et y travailler. Le séjour sert d’atelier, avec une grande et haute table de façon à pouvoir travailler debout ou perché sur de hauts tabourets. Un réchaud à gaz y est posé, destiné à faire chauffer la colle, et son odeur envahit tout l’appartement. Pour les repas, la table de travail est débarrassée et la famille s'installe sur les tabourets hauts et l’odeur des aliments se mélange à celle de la colle.
Les parents travaillent à façon pour des grossistes qui fournissent la matière première. Ils sont payés à la pièce, d’où des horaires longs et élastiques, mais ils sont heureux car la vie est plus facile qu’en Pologne et ils se sentent libres. Tout leur paraît permis et ils rêvent de s’installer à leur compte comme Jacques Pfefer, ce qui améliorerait leur quotidien et leur permettrait de prendre un nouvel appartement pour vivre et élever leurs enfants dans de bonnes conditions.
Les enfants fréquentent l'école du quartier et pour les vacances Isaac a réservé un château dans la Sarthe. En fait, il s'agit de la maison du gardien, à l’entrée de la propriété, en échange de quelques menus travaux.
Les enfants se promène à vélo, la famille fait de grandes ballades et des jeux dans le jardin... la vie est belle et ce sera la dernière période très heureuse et le dernier rassemblement familial.

Mais les rêves sont rapidement mis à mal. La France est occupée en 1940 et l'antisémitisme est de retour.

En mai 1941, lors de la rafle du billet vert, Isaac est convoqué au commissariat. Arrêté parce que juif, il sera interné à Pithiviers le 14 mai 1941. Ils le reverront à l’occasion de trois permissions qu’il obtient pour bonne conduite et pour le décès de son fils Charles. À chaque fois, la famille et les amis lui conseillent de ne pas retourner à Pithiviers et de fuir. Il s’y refuse : “Si je ne rentre pas, je ferai du tort à tous mes amis et tous les internés, les permissions seront supprimées, la discipline et les contrôles renforcés, je ne puis infliger ce sort à mes copains d’infortune”.

Suzanne part travailler comme décoratrice en tissus à Grenoble. Lors d’un voyage à Brive-la-Gaillarde, elle tombe malade en raison de mal-nutrition et décèdera le 20 mai 1944 à l’hôpital.

A Paris, pour Gitla, Jean et Daniel la vie continue dans les difficultés de la vie courante. La santé de Gitla se dégrade et elle a du mal à travailler. Ils ne mangent pas toujours à leur faim. La solidarité de la famille, Jacques Pfefer en particulier, et des amis se manifeste et permet de tenir en espérant des temps meilleurs.
Puis le port de l'étoile jaune, avant la rafle du Vel d’Hiv en juillet 1942.
Toute la famille, probablement avertie par des amis, se rend chez Jacques Pfefer, qui habite avec ses parents dans un immeuble situé dans le Marais, près de Rambuteau. Gifla et ses enfants se cachent dans des réduits situés à mi-étage des appartements, dans des petits couloirs annexes où il ne faut pas faire de bruit et ne pas avoir envie d'aller aux toilettes…
Parfois la police frappe aux portes... Ils se font encore plus petits et espèrent ne pas être découverts...

Jacques Pfefer ne veut pas partir pour ne pas laisser ses parents seuls, mais ils l’incitent à partir : “Nous sommes vieux, il ne peut rien nous arriver, nous ne sommes plus capables de travailler, pourquoi nous enverraient-ils en Allemagne ? Toi tu es jeune, il faut te protéger, pars, tente ta chance et passe en zone libre”.
Jacques Pfefer décide donc de tenter sa chance avec ses neveux, Jean et Daniel tandis que Gifla préfère rester et attendre le retour de son mari de Pithiviers, mais le jour même part le convoi 6 du 17 juillet 1942 qui transporte Isaac vers Auschwitz sans retour.

Jacques Pfefer, Jean et Daniel Pfefer prennent peu de bagages et prennent le train, puis le bus et arrivent dans un village. Sur une grande place il y a un café et un monde fou ! On entend parler en yiddish et en polonais, comme à Paris en temps de paix.
Les passeurs arrivent, forment des groupes et c’est le départ. Ils traversent des champs puis la forêt. Le chemin paraît long avant d'arriver à proximité de la ligne de démarcation. Le guide part seul vérifier qu’il n’y a pas de ronde à l’horizon. Il revient et c’est le branle-bas de combat, il faut filer aussi vite que possible. Enfin la zone libre, et c’est la joie dans le groupe. De nouveau la liberté...
Chacun reprend son chemin. Jacques Pfefer passe par Issoudun où il dépose Daniel chez l’oncle Herz, qui demeure dans un deux-pièces avec sa femme et trois enfants.
Jacques Pfefer continue sa route avec Jean. Ils arrivent à Montauban où se trouve sa sœur Ida Pfefer. Il trouvera un travail de jardinier dans une communauté catholique et sera ainsi protégé.
Jean reste chez tante Ida, avec son mari Léon et leur fille Cécile. Quand les choses se gâteront, il sera hébergé dans une famille en pleine campagne et deviendra un grand ami de leur fils.

À Issoudun, Daniel ne reste que peu de temps. En effet, quelques jours après son arrivée, un matin, à l’heure du laitier, de grands coups sont frappés à la porte : des gendarmes sont là, ils ont ordre de ramener Herz pour vérification d’identité et probablement partir travailler en Allemagne. Le temps de faire une petite valise et c’est fini. Toute la maisonnée est désespérée et M. Henri vient le chercher pour le ramener chez l’oncle Léon Osman, le frère de sa mère, qui a trouvé refuge près de Guéret, dans la Creuse avec toute sa famille. Le commandant Henri, résistant, protègera beaucoup de familles juives.

Gitla Pfefer tente de rejoindre ses enfants. Malheureusement elle est arrêtée sur de passage de la ligne de passage en zone libre. Elle est internée à Camp de Beaune-la-Rolande, puis à Camp de Drancy et déportée à Auschwitz par le convoi n° 38 le 28 juillet 1942.

Daniel Pfefer passera toute la période de la guerre, avec Léon Osman, son épouse Madeleine et leur fille Anna, âgée de cinq ans. Ils demeurent à Fourneaux, commune de Saint-Hilaire-le-Château, un petit village près de Vidaillat, dans une maison mise à leur disposition par le fermier voisin. Dans le même village vit la famille Tobias, des amis des Osman, Paul, sa femme Céline et ses enfants Charles et Lisa . Les garçons vont à l’école.

A l’automne 1943, la situation devient difficile. Les Allemands aidés par les milices recherchent activement les Résistants et les familles juives. Léon et Paul sont membres de la Résistance et vivent par longues périodes dans le maquis.

Les parents décident de mettre les enfants en sécurité. Les filles Anna Osman et Lisa Tobias sont placées chez Marie* et Léon Jouannaud* à Soubrebost, des familles trouvées par relation qui acceptent de les héberger.
Les garçons sont placés dans le hameau de La Royère, commune de Sardent, où il n’y a que deux fermes. Charles Tobias est hébergé par Marie* et Léon Valaud*, des cousins de la famille Conchon. Daniel Pfefer est placé chez Simone Conchon*. Le hameau est difficilement accessible, desservi par une petite route vicinale et à l’écart. Germaine, la belle-mère de Simone Conchon*, Simone* et sa fille Yvette qui a alors six ans, vivent ensemble sous le même toit. Le mari de Simone*, Jean Conchon a été fait prisonnier à Dunkerque dès le début de la guerre et est retenu en Allemagne.
Simone Conchon* considère Daniel Pfefer comme son fils. Elle l’accueille avec beaucoup de bonté. Daniel Pfefer aide à la ferme pour le ramassage des œufs, garder les vaches et il participe à la récolte du foin en été.

Lors de la remontée des troupes allemandes à travers la France, toute la famille se regroupe et vit cachée jusqu’à la Libération finale de Guéret, dans une grange, près de Soubrebost. Fin août 1944, les Osman retournent à Saint Quentin dans l’Aisne. Daniel Pfefer devient leur fils adoptif.

Après la guerre, il devint évident que Daniel et Jean ne reverront pas leurs parents.
Jean reste à Toulouse chez la tante Ida, qui l’a élevé dans sa famille.
Après son BEPC, il est revenu à Paris où Jacques Pfefer l’a accueilli et lui a donné une formation professionnelle. L’oncle Léon Osman a élevé Daniel Pfefer comme son fils et lui a permis de poursuivre des études universitaires et d’obtenir une situation d’ingénieur.

Daniel Pfefer garde une grande reconnaissance à Simone Conchon* pour le courage dont elle a fait preuve en le prenant en charge alors qu’elle était seule pour s’occuper de la ferme et de sa famille. Elle connaissait très probablement les risques encourus si Daniel Pfefer avait été trouvé chez elle. Daniel Pfefer est resté en contact avec sa fille Yvette.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Léon Valaud
Charles Tobias

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Fred Jamner , Témoignage 1 pages, réalisation 2014
Auteur : Alexandre Studeny - terminal
témoignage familial
Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.



Autres articles parus dans le site de l'AJPN

1 Clément Vasserot (Clément Vasserot est né au hameau de Fontgillairde, situé à Molines-en-Queyras, le 5 février 1893 dans une famille protestante. Il devient préfet de la Creuse le 14/02/1943. )

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
2 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
3 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
4 Victime en représailles à Mussidan
5 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
6 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
7 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2017