Soutenez le travail de l'AJPN
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages  
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France
13 annonces de recherche
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de commune
95 départements et l'étranger
1230 lieux d'internement
744 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4342 Justes de France
1072 résistants juifs
15963 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e Guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque : 1374 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Creuse

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Creuse

Préfets :
René Heureude
(06/1940 - 15/09/1940) Préfet de la Creuse. Il est le premier préfet nommé par Vichy
Jean Cabouat
(15/09/1940 - 20/06/1941) Préfet de la Creuse
Jacques Henry
(21/06/1941 - 07/1943) Préfet de la Creuse qui met en application le second statut des Juifs du 2 juin 1941 et les textes complémentaires visant notamment au recensement et à l’aryanisation des biens juifs. Il est en charge des rafles de Juifs du 26 août 1942 et de février 1943, de l’organisation de la relève puis du STO et supervisa la mise en place de la milice
Pierre Berger
(1941 - 1942) Pierre Jean Berger, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Antoine Lemoine
(01/05/1942 - 1943) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
René Rivière
(Jan. 1943 - 1943) René Édouard Rivière, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
(14/02/1943 - 10/05/1944) Préfet de la Creuse, protestant, résistant, intègre le réseau Ajax en septembre 1943, il s'efforce de protéger les Juifs en refusant à la milice l’accès aux fichiers, en aidant la Maison chrétienne franco-tchécoslovaque pour l’enfance, en favorisant la fermeture des maisons de l’OSE. Il est suspendu de ses fonctions le 10 mai 1944 par Laval sur dénonciation du chef de la Milice.
Émile Marchais
(1943 - 1944) Préfet de la Creuse
Marc Freund-Valade
(11/09/1943 - 10/05/1944) Marc Paul Freund dit Freund-Valade, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
André Fourcade
(10/05/1944 - 06/1944) André Fourcade dit Vergnaud, Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne), arrêté par la Gestapo en juin 1944, fusillé à Buzet-sur-le-Tarn le 17 août 1944
M. Salem
(23/06/1944 - 25/08/1944) Préfet de la Creuse, imposé par la Milice, arrêté le 25 août 1944, jour de la libération définitive de la Creuse
Pierre Boursicot
(23/10/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Henry Castaing
(1944 - 1945) Préfet de la Creuse, résistant, ex-commissaire aux RG et chef du réseau Ajax

À lire, à voir…

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Franck Fajnkuchen Franck Fajnkuchen
Yzkor. Une famille juive en France entre 1940 et 1944

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Rire le jour, pleurer la nuit : Les enfants juifs cachés dans la Creuse pendant la guerre (1939-1944)

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

 Hervé  Dupuy Hervé Dupuy
Michel Lecat
Le drapeau rouge flotte à Bergerac

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Jean-Auguste Rateron


Dossier Yad Vashem : 12178
Remise de la médaille de Juste : 29/08/2011
Sauvetage : Felletin 23500 - Creuse
Profession: Maçon
Date de naissance: 01/05/1887
Date de décès: 21/07/1972
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Jean-Auguste-Rateron
Noëllie* et Jean-Auguste Rateron* et Thomas Deutsch en 1950
source photo : Coll. Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Jean-Auguste-Rateron
Nicolas Deutsch, Claire Doltès et son fils Thomas et Noëllie* et Jean-Auguste Rateron* devant leur maison à Felletin, en 1950
source photo : Coll. Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Jean-Auguste-Rateron
Nicolas Deutsch, Thomas et Jean-Auguste Rateron* à Felletin, en 1948, devant la maison au 37 route de Tulle
source photo : Coll. Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Notice

Noëllie* et Jean-Auguste Rateron* habitaient route de Tulle à Felletin, une petite commune de 2 500 habitants située dans la haute vallée de la Creuse au pied du plateau de Millevaches.
Ils vont cacher Nicolas Deutsch.

Nicolas Deutsch, fils de Maurice Deutsch naît en Hongrie en 1901, dans une famille juive de 3 soeurs et 4 frères.
Après ses études secondaires et quelques emplois à Budapest il quitte la Hongrie pour échapper à l’antisémitisme nourri par les populismes allemand et austro-hongrois. Arrivé à Paris en 1925 il travaille comme ouvrier spécialisé dans l’industrie automobile où il est rejoint par deux de ses frères. Il quitte Renault pour l’entreprise Boutillon où comme chef d’équipe il perçoit un meilleur salaire et, à force d’heures supplémentaires, parvient à financer la venue de toute sa famille à Paris en 1927, sans compter oncles, cousins et cousines.
L’année suivante, il se marie avec Yolande née Weisz à Nyjmada en Hongrie le 23 juin 1909, la fille d’un immigré hongrois connu chez Renault.
Le couple aura trois enfants : Georges né le 29 février 1929 à Paris, Marie Ève née le 12 septembre 1932 à Paris et Pierre né le 7 janvier 1938 à Paris.

En 1930, deux de ses frères et son père travaillent dans une maison de confection de vêtements imperméables caoutchoutés. Ils vont insister pour inciter Nicolas Deutsch à les rejoindre afin de créer un atelier de fabrication à leur compte.

En 1935, la famille Deutsch crée ainsi la fabrique d’imperméables ENKDO. Après quelques déboires de gestion la société devient florissante et prospère, elle emploie quarante salariés en septembre 1939.

A la déclaration de la guerre, Nicolas Deutsch, ses frères et ses cousins, tous de nationalité hongroise, s'engagent comme volontaires étrangers.
Démobilisé en juin 1940, alors que ses frères sont prisonniers en Allemagne, Nicolas Deutsch reprend la direction de l’entreprise mais pour peu de temps.

Dès novembre 1940 les lois raciales du gouvernement de Vichy interdisent à un juif la direction d’une entreprise. Il est contraint de s’en retirer et de la mettre en gérance. La répression anti-juive se poursuit et, à partir du 8 août 1942, après la rafle du Vél-d’hiv, vient l’obligation pour les juifs hongrois de porter l’étoile jaune.
Ces événements persuadent Nicolas de l’urgence de quitter la région parisienne pour se réfugier en zone libre.

Nicolas Deutsch et sa famille ainsi que son père Maurice Deutsch, une de ses soeurs, son beau-frère et leur fils, s'enfuient vers le sud. Ils prennent le train pour Tours sous la protection de deux amis inspecteurs de police. Pris en charge par un réseau de passeurs clandestins, ils franchissent la ligne de démarcation dans les environs de Loches (37).
Hébergés dans un hôtel ils n’y restent que trois mois, n ‘ayant pas le droit en tant que juifs de résider à moins de 25 kilomètres de la ligne de démarcation.
Par un ami de son beau-frère, Nicolas Deutsch trouve en novembre 1942 l’adresse de l'Hôtel Lévêque de Felletin où il pourrait demeurer avec son père et sa famille.
Le maire signe leur autorisation de séjour avec les tickets de rationnement afférents et les trois enfants sont inscrits à l’école. Nicolas Deutsch, en bons termes avec les habitants, est introduit dans le réseau de résistance par le capitaine de gendarmerie qui lui trouve un appartement en location dans une propriété à La Jasseix à Croze.

En février 1943, il fait venir à Felletin sa belle-mère, Mme Weisz, car son beau-père hongrois est interné dans un camp.

Pendant cette période, Georges Deutsch, le fils aîné de Nicolas Deutsch et Yolande, se lie avec Noëllie* et Jean-Auguste Rateron*, un couple sans enfants qui habite à proximité.
Les familles se rapprochent et Noëllie* et Jean-Auguste Rateron* offrent aux Deutsch deux chambres au premier étage de leur maison si jamais...

Le 4 novembre 1943, suite à une dénonciation de Paris, la Gestapo envahit La Jasseix. Nicolas Deutsch pendant être le seul menacé se cache et s'enfuit dans les bois au-dessus de la rivière et se réfugie vers une ferme où ils s'approvisionnaient en lait. Il y reste caché jusqu'au soir et demande aux fermier d'informer sa famille.
Vers 23 h, la fermière est de retour, accompagnée de l'adjoint au maire pour lui annoncer que Yolande, sa femme âgée de 34 ans et enceinte de quatre mois, Georges (14 ans), Marie Eve (11 ans), Pierre (5 ans), ses enfants, et Maurice (71 ans), son père, ont été internés à Limoges. Ils seront envoyés au camp de Drancy le 12/11/1943, déportés à Auschwitz le 07/12/1943 par le convoi n° 64 et gazés dès leur arrivée.
Seule Mme Weisz, sa belle-mère, la mère de Yolande, prise pour la femme de ménage, ne sera pas arrêtée... Les enfants, en partant lui avaient dit "Au revoir Madame", lui sauvant ainsi la vie.

Le lendemain, Nicolas Deutsch emménage chez Noëllie* et Jean-Auguste Rateron* alors que personne ne sait qu'il est caché là.
La plupart du temps, il part tôt le matin et se cache dans les champs voisins, ne revenant à la maison que le soir. Il parvient à effectuer de nombreuses démarches à Paris pour retrouver sa famille. Munis de faux-papiers au nom de "Pierre Guinot", il passe plusieurs fois la ligne de démarcation, revenant toujours à Felletin où il restera jusqu'à la fin de la guerre.

Après la guerre, de retour à Paris il constate qu’il a été spolié de beaucoup de ses biens et reprend sans ardeur son travail à la fabrique tant il reste préoccupé du devenir des siens. Nicolas Deutsch découvrira la fin tragique de sa famille.
En janvier 1946 il se rend à Budapest pour la première fois depuis 1925. Il rencontre sa cousine germaine Claire Doltès. Elle est aussi victime de la barbarie nazie, ses parents sont morts en déportation en 1944. Elle vit seule avec son fils Thomas dont le père, Salomon Leitchner, a été abattu par les néo-nazis hongrois et jeté dans le Danube, un jour d’octobre 1944 où il venait retrouver sa femme et son bébé de deux mois. Dans le chagrin de cette tragédie ils ont choisi d’unir leurs existences douloureuses. Ils se marient à Budapest en juillet 1946 puis s’installent à Paris.
Dans les années 1950 Nicolas prend en charge la liquidation de la société ENKDO. Avec son épouse, de santé fragile, ils achètent un magasin de prêt-à-porter dont ils vivront chichement jusqu’à l’âge de la retraite. Nicolas décède à l’âge de 91 ans.

Nicolas Deutsch resta en contact étroit avec Noëllie* et Jean-Auguste Rateron* après la guerre et jusqu'à leur décès.
Jusqu'en 1960, son fils adoptif, Thomas, passera régulièrement ses vacances chez Tonton et Tata Rateron*.

Le 29 août 2011, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Noëllie* et Jean-Auguste Rateron*.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Rescue Story

Nicolas Deutsch immigrated to Paris from Hungary in 1925 and shortly thereafter sent for his family: his parents, his sister and his sister’s husband and child. Nicolas married Yolande (née Weisz) and had three children: Georges (b. 1929), Marie Ève (b. 1932) and Pierre (b. 1938). In 1935, he started a business manufacturing raincoats; the 15 employees of the company were all extended family members.

Upon the outbreak of war, Nicolas volunteered to join the French army. After a ceasefire agreement was reached with Germany, Nicole was released from duty on June 22, 1940. He returned to his business until April 1941, when laws were enacted forbidding Jews to own businesses.

In the aftermath of the harrowing Vél d’ Hiv roundup in July 1942, the extended Deutsch family fled south. At first they stayed at a hotel in the town of Loches (Indre-et-Loire), but they were forced to move on once their local residence permit expired. They went to a different hotel in the town of Felletin, and in November 1942 Nicolas procured a residence permit that allowed them to stay. The Deutsches rented a place in the nearby village of La Jasseix, three km south of Felletin, along the road leading to Tulle.

During this period, Georges Deutsch, Nicolas’ and Yolande’s eldest son, befriended Auguste and Noëllie Rateron, a childless couple who lived nearby, and the families became close. The Raterons offered the Deutsches two rooms on the first floor of their house should they ever need them.

On November 4, 1943, the Gestapo raided La Jasseix. Nicolas hid, and as soon as he was able escaped across the Creuse River, hiding with farmers, fellow members of the underground, with whom he was acquainted. He asked the farmers to inform his family of his whereabouts; they told him that his pregnant wife and three children had been arrested.

The next day, Nicolas moved into the Raterons' home. Most days he would leave early in the morning and hide in nearby fields, returning to the house only in the evening. Except for the Raterons, no one in town knew of Nicolas' whereabouts. On several occasions, armed with counterfeit identification papers, he snuck into Paris to look for his family, but always returned to Felletin and his hideout with the Raterons. He stayed there until the war’s end.

After the war, Nicolas discovered that his family had been taken to the Drancy transit camp. On December 7, 1943 they were sent on Transport no. 64 to Auschwitz, where they were murdered.

Nicolas remained in close contact with the Raterons following the war, until their passing. Until 1960 his adopted son, Thomas, regularly spent his vacations with the Rateron family.
On 29 August, 2011, Jean-Auguste and Noëllie Rateron were recognized by Yad Vashem as Righteous Among the Nations.

11/02/2017
Lien : Yad Vashem

[Compléter l'article]
Réseau de sauvetage
Noëllie Rateron

 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Jean-Auguste Rateron
Nicolas Deutsch (dit Degré, dit Pierre Guinot)

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Fred Jamner , Témoignage 1 pages, réalisation 2014
Auteur : Alexandre Studeny - terminal
Témoignage familial
Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.



Autres articles parus dans le site de l'AJPN

1 Clément Vasserot (Clément Vasserot est né au hameau de Fontgillairde, situé à Molines-en-Queyras, le 5 février 1893 dans une famille protestante. Il devient préfet de la Creuse le 14/02/1943. )

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
2 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
3 Victime en représailles à Mussidan
4 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
5 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
6 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )
7 La Celle Dunoise (Inauguration de la Stèle des "Justes parmi les Nations", le 17 Novembre 2011 )
8 De l'autre côté des nuages
9 Marsac 23210 La population remerciée (Article du Journal La Montagne du 04/07/2021: la population est remerciée pour avoir protégé des familles juives. Trois familles ont été honorées. )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
 * Juste parmi les Nations
 

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008-2024