Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
91 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
37234 communes
95 départements et l'étranger
1212 lieux d'internement
726 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4222 Justes de France
916 résistants juifs
13861 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Haute-Savoie

Région :
Auvergne-Rhône-Alpes
Département :
Haute-Savoie

Préfets :
Alexandre Angeli
(1940 - 1944) Alexandre Benoît Joseph Angeli, Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1893-1962)
Alfred Hontebeyrie
(1941 - 1941) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1895-1969)
Charles Donati
(1941 - 1943) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (né en 1891)
Édouard Dauliac
(Mars 1941 - Avril 1943) Préfet de Haute-Savoie, condamné à mort par contumace à la Libération
Henri Trémeaud
(Avril 1943 - Nov. 1943) Préfet de Haute-Savoie, arrêté par la Gestapo en novembre 1943
Georges Bernard
(1944 - 1944) Georges Albert Maurice Bernard, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1890 - 1953)
(07/1943 - 30/12/1943) Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant (1903-1971).
Charles Marion
(27/12/1943 - 19/08/1944) Général Charles Marion, nommé préfet de Haute-Savoie par Vichy le 27/12/1943, arrêté par les FFI le 19 août 1944 (jour de la Libération d’Annecy) et condamné à mort par la cour martiale. Il a fait appel. Extrait de la prison par un commando FTP, il est exécuté le 16/11/1944 dans la carrière de La Puya, au bord du lac d’Annecy.
(24/01/1944 - 05/1944) Édouard Louis Joseph Marie Bonnefoy, Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire). Résistant, dénoncé par la Milice, il est arrêté par la Gestapo et déporté à Neuengamme (1899-1945).
André Boutemy
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1905-1959)
Jean Bouhey
(Mars 1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1898-1963)
Yves Farge
(1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1899-1953)
Jean Mairey
(1945 - 1946) Jean Marie Albert Mairey, Commissaire régional de la République par intérim de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1907-1982)

À lire, à voir…

Michel Reynaud Michel Reynaud
Véronique Olivares Salou
Le roman des Glières

ACHETER EN LIGNE

Gabriel Grandjacques Gabriel Grandjacques
La Montagne-Refuge, Les Juifs au pays du Mont-Blanc, Saint-Gervais, Megève - 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Gilles Lévy Gilles Lévy
L'Auvergne des années noires 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Nicole Giroud Nicole Giroud
Mission et calvaire de Louis Favre

ACHETER EN LIGNE

Michel Germain Michel Germain
Robert Moos
Les sauveteurs de l'ombre : Ils ont sauvé des Juifs (Haute-Savoie 1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Guy Sanglerat Guy Sanglerat
Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Jean-William Dereymez Jean-William Dereymez
Le refuge et le piège : Les Juifs dans les Alpes : 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Odile Munos-du-Peloux Odile Munos-du-Peloux
Passer en Suisse : Les Passages clandestins entre la Haute-Savoie et la Suisse 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Michel Germain Michel Germain
Histoire de la Milice et des forces du maintien de l'ordre en Haute-Savoie 1940-1945 - Guerre civile en Haute-Savoie

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Clandestins de la Liberté. Ligne de démarcation et frontière suisse. 1940-1944.

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Michel Germain Michel Germain
La Libération d'Annecy et de la Haute-Savoie

ACHETER EN LIGNE

Nathalie Pache-Ville Nathalie Pache-Ville
Jean-Luc de Uffredi
Louis Pache : Guide et Passeur

ACHETER EN LIGNE

Laurent Neury Laurent Neury
Histoire de la filière de Douvaine, 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Michel Germain Michel Germain
Mémorial de la déportation. Haute-Savoie 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Robert Serre Robert Serre
Vincent Giraudier
Hervé Mauran
Jean Sauvageon
Des indésirables

 

Bruno Doucey Bruno Doucey
Si tu parles, Marianne

ACHETER EN LIGNE

Régis Hautière Régis Hautière
Francis Laboutique
Emmanuelle Polack
Femmes en résistance Tome 4 - Mila Racine

ACHETER EN LIGNE

Nicolas Andry Nicolas Andry
Objectif Lyon

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

François Périllat


Dossier Yad Vashem : 4239A
Remise de la médaille de Juste : 16/05/1989
Sauvetage : Veigy-Foncenex 74140 - Haute-Savoie
Type d'aide: Passeur
Profession: Employé de ferme
Qualité: Résistant
Religion : Catholique
Date de naissance: 05/01/1920
Date de décès: 13/12/1944
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Francois-Perillat
François Périllat
source photo : Commune de Veigy-Foncenex
crédit photo : D.R.
Notice

Jean-Joseph Rosay* est né en 1902 à Chevrier, un village de Haute-Savoie.
Il est ordonné prêtre le 29 mai 1926, puis est nommé en poste à Marnaz, comme vicaire en 1926, puis une première cure à Franclens, en 1934. Il prend possession de la cure de Douvaine, en mars 1941.
En 1940, Jean-Joseph Rosay* a tout juste 38 ans quand la France est envahie par les armées de Hitler.
Il développe les mouvements de jeunesse et d'adulte et milite dans les groupes de Témoignage chrétien, avec le curé de Monnetier-Mornex, le père Jules César Dompmartin et le curé Marius Jolivet*, de Collonges-sous-Salève. Il ouvrira même une école libre.
Il créé avec ses paroissiens un petit réseau basé sur les jeunes de la JAC et quelques paroissiens dès 1941 augmenté du docteur Miguet et de ses fils qui donnent fréquemment asile à des résistants dont Jean-Marie Soutou, futur ambassadeur de France et directeur au ministère des Affaires étrangères qui parviendra à rejoindre la Suisse, de Suzanne Chevalley*, de Mireille Philip*, de Georges Perrod*, instituteur laïc, de jeunes ouvriers et de paysans et de militants de mouvements protestants ainsi que de Joseph Lançon* agriculteur et ses 7 enfants, dont sa fille Thérèse épouse Neury* qui habite chez elle certains jours 10 à 12 réfugiés en instance de départ vers la Suisse.
Le réseau deviendra une véritable filière qui permettra à des centaines d’enfants et adolescents juifs de passer la frontière vers la Suisse.1 Cependant, en 1942, la frontière n'est pas aussi facile à passer. Quatre rangèes de barbelés et des patrouilles militaires, tant suisses qu'italiennes et finalement allemandes, interdisent le passage vers la liberté. C'est là que s'organisent de véritables réseaux de passage vers la Suisse sous l'impulsion de prêtres locaux dont l' abbé Jean-Joseph Rosay*.
La cure de Veigy-Foncenex, qui dépend de l’archiprêtre de Douvaine, devient un lieu de passage vers Hermance (une commune du canton de Genève en Suisse au bord du Léman).

Joseph Lançon*, dit "Jo", agriculteur, veuf catholique, était père de 7 enfants dont l'aînée était Thérèse*, née en 1922. Il vivait dans une modeste ferme de Veigy-Foncenex, un petit village des Alpes situé à quelques centaines de mètres de la frontière suisse.

Le Secours Suisse ouvrit des homes accueillant des enfants juifs en diverses localités de la zone sud.
Quand il apparut que ces enfants étaient voués à l'arrestation et à la déportation, des membres de leur personnel organisèrent pour eux des filières de franchissement clandestin de la frontière suisse.
D'autres filières similaires se constituèrent spontanément, telle la filière dite "Douvaine", œuvre humanitaire fondée par les objecteurs de conscience à laquelle participait Joseph Lançon*.

Le réseau organisé par Jean-Joseph Rosay* fin 1942 pour faire passer en Suisse des enfants juifs et tous ceux qui arrivent chez lui poursuivis par les nazis est sa plus grande oeuvre dans laquelle il sait engager la jeunesse de Douvaine qui ne peut rester dans l'inaction.
Dès novembre 1942, les passages commencent : l'abbè Jean-Joseph Rosay* est la pièce principale du réseau: il est seul à savoir quels jeunes sont engagés dans les opérations. Les jeunes ont pour principale tâche de convoyer de petits groupes d'une dizaine de personnes jusqu'au village voisin de Veigy où habitent les deux principaux passeurs : Joseph Lançon* et François Périllat*.

Sur le chemin vers Veigy-Foncenex et les fermes des passeurs, il existe divers refuges : l'orphelinat tenu par des assomptionistes, la cure de l'abbè de Veigy-Foncenex et bien des fermes toujours prêtes à accueillir un groupe pour le cacher quelque temps. Les déplacements se font bien sûr à pied, de nuit et à travers champs.
Jusqu'en septembre 1943, date à laquelle les Allemands occupent la région après l'effondrement de l'Italie fasciste, les passages se multiplient et s'accélèrent. Les risques sont importants, et ceux qui les prennent sont ici bénévoles.

Joseph Lançon* reste caché dans la journée, il ne rentre chez lui que la nuit pour passer les gens. Sa fille aînée Thérèse, s'occupe du ménage et de ses frères et soeurs avec un dévouement remarquable, elle aide même souvent son père dans ses missions. Peut-être ont-ils fait passer en Suisse plus de 2000 enfants ; nul ne peut le dire exactement.

François Périllat*, d'une ferme voisine, vient de temps en temps aider à la ferme Lançon et participe activement aux passages. Le travail ne manque pourtant pas, car son père est mort et il a sept frères et soeurs. Les plus pauvres aident donc les plus pauvres, car si quelques villageois proposent le passage contre de l'argent aux familles qui arrivent à Veigy-Foncenex, on indique à ceux qui n'ont plus d'argent la ferme Lançon. Leur activité est de notoriété publique, mais ils demeurent insaisissables, rentrant rarement chez eux, toujours cachés dans les bois.

Recherché par la Gestapo, Jean-Marie Soutou* passe en Suisse grace à la filière de Douvaine. Il est aidé par le Docteur Miguet et de ses fils, étudiants en médecine, qui lui donnent asile avant de le confier aux passeurs de Veigy-Foncenex, Joseph Lançon et à sa fille Thérèse et François Périllat*.

Dès leur arrivée dans la région , les Allemands investissent tous les villages frontaliers. Le 17 septembre 1943 ils sont à Veigy-Foncenex où ils implantent un poste. Joseph Lançon* demeurant aussi insaisissable que du temps de l'occupation italienne, les SS arrêtent sa fille Thérèse. Elle est emmenée à la prison aménagée dans l'hôtel Pax à Annemasse où elle est retenue trois semaines. Elle nie tout en bloc, et son arrestation ne permettant pas de mettre la main sur son père, elle est finalement relâchée.
Joseph Lançon* mène alors une vie d'homme traqué. Les passages ont bien evidemment cessé, la surveillance est bien trop importante. Il est finalement arrêté avec François Périllat* dans la nuit du 10 au 11 février 1944 à la ferme Périllat où il était venu aider pour tuer le cochon. La même nuit, le père André Figuet est arrêté chez lui. L' abbé Jean-Joseph Rosay* est arrêté à son tour aussitôt après, à deux heures du matin.
Ils sont d'abord emmenés au Pax à Annemasse.

Jean Deffaugt*, le maire d'Annemasse réussit à tirer des griffes allemandes le 'Père des orphelins', André Figuet, libéré le 17 février.

L'abbé Jean-Joseph Rosay* avoue tout : il craint trop que les Allemands retournent à Douvaine ; ils ne le font pas, car ils tiennent effectivement en lui le maître d'oeuvre du réseau. Leur interrogatoire terminé, les prisonniers partent pour Compiègne le 12 mars qu'ils quittent le 27 avril pour Auschwitz. Ce voyage est un enfer, à cent vingt par wagon, par une chaleur suffocante et pratiquement sans nourriture. L' abbé signale simplement dans sa lettre suivante que le voyage fut " pénible"...... Il y eut pourtant beaucoup de morts.
Face à l'avance des troupes soviétiques, Auschwitz est évacué le 18 janvier 1945. Joseph Lançon* et François Périllat* sont déjà partis pour un camp de travail où tous les deux mourront de maladie et d'épuisement. Joseph Lançon* le 5 mars 1945 et François Périllat* le 18 décembre 1944.
L'abbé Jean-Joseph Rosay* est évacué à Birkenau, il passe par Gross-Rosen et arrive finalement dans l'immense mouroir-charnier de Bergen-Belsen complètement épuisé, après de longues marches dans la neige sous les coups des SS, ou bien dans des wagons à charbon découverts par un froid terrible. Partis à six mille, ils arrivent seulement à deux mille : les autres sont morts au bord du chemin. Quelques jours après son arrivèe au camp, comprenant que sa fin approche, il dit à l'un de ses compagnons : " C'est fini, je ne demande qu' une seule chose : durer jusqu'à Pâques. " Il entre à l'infirmerie du camp quelques jours après les Rameaux. Le 15 avril, le camp est libéré par les troupes anglaises. Mais le père Rosay est déjà mort depuis le 2 avril. La légende voudrait que ce soit le lundi de Pâques....

La famille Valbot
L'Un des juifs, passé en Suisse, Jean Valbot, auteur-1613.html>l>Joseph Lançon* par l'intermédiaire du père André Figuet, a décrit plus tard l'expérience de la gestion des frontières. Lors de sa rencontre avec Joseph Lançon*, il fut décidé que Valbot et sa famille passeraient la frontière cette même nuit, le 9 septembre 1943. Le retard était impossible car le contrôle de la frontière était sur le point de passer des mains italiennes aux mains des Allemands, et la traversée serait désormais beaucoup plus difficile. Tard dans la nuit, la famille Valbot a rencontré Joseph Lançon*, qui les a conduits directement à l'endroit choisi pour franchir la frontière, un trou dans la clôture de barbelés à travers lequel les réfugiés pouvaient passer en Suisse. Ainsi, les Valbot, comme beaucoup d'autres Juifs, ont vu leur vie sauvée.

La famille Ermann
Toni née Katzenberg à Duisberg le 9 avril 1908 et son mari Léo Ermann né le 5 février 1899 se réfugient en France avec leur fille Mirjam né le 8 octobre 1935 à Duisburg (Allemagne). Le 23 janvier 1941, naît à Lyon leur seconde fille Shulamit dite Suzanne.
Léo Ermann venait d'une famille aisée ; son père avait plusieurs entreprises et usines de bois et de vêtements pour hommes et possédait des écuries à Sarrebruck. Ils étaient cultivés et parlaient français et allemand. Léo Ermann, qui représentait les affaires familiales, était également journaliste et écrivain.
En 1939, peu de temps après la nuit de cristal, Léo Ermann est interné à Dachau pendant un mois, mais comme la famille avait un visa pour Shanghai, sa femme Toni réussit à organiser sa libération. Il part alors seul pour l'Italie et tente en vain de s'échapper en Espagne. Il décide de rentrer en Belgique rejoindre sa femme et sa fille. Ils restent à Bruxelles pendant un an.
En mai 1940, avec l'invasion allemande de la Belgique, ils s'enfuient à Paris rejoindre les parents de Léo Ermann qui avaient quitté le Luxembourg et s'étaient installés à Paris.
Léo Ermann ne veux pas rester à Paris, et un mois plus tard, ils arrivent à Lyon dans l'espoir de passer en Suisse.
Pendant les deux années suivantes, ils habitent à l'extérieur de Lyon, rue des Petites Sœurs. C'est là que Suzanne naît en 1941.
Mirjam va à l'école et apprend le français.
Pendant ce temps, Léo Ermann cherche à quitter la France, alors que les frontières sont fermées aux réfugiés. Il entre en contact avec des membres de la résistance et notamment avec Joseph Lançon. Comme il est trop dangereux de faire partir la famille en une seule fois, il est décidé que Léo Ermann partira d'abord avec Mirjam. Ils prennent un train en direction d'Annemasse, descendant à l'arrêt précédent et se rendent au village de Veigy-FoncenexLéo Ermann apprend que le père Jean-Joseph Rosay* les garderait quelques jours jusqu'à ce que quelqu'un d'autre les amène à la frontière.
Une nuit à la fin de novembre 1942, Léo Ermann vient chercher Mirjam et ils suivent Joseph Lançon jusqu'à la frontière.
Mirjam traverse un ruisseau sur le dos de son père, mais de l'autre côté, un garde-frontière suisse les arrête et les emmène pour interrogatoire. Le français parfait de Mirjam les sauve. Elle demande si elle pouvait trouver des chaussettes sèches pour son père. Le garde leur permet d'entrer dans le pays.
Ils sont emmenés dans un centre de secours suisse où ils reçoivent un drapeau suisse et du chocolat. Cependant, ils sont gardés dans une pièce humide et froide avec des matelas de paille et bientôt Mirjam est couverte de poux. Fiévreuse, elle est portée à l'infirmerie. Après sa guérison, elle sera emmenée dans une maison pour enfants à Ascona dirigée par Lili Volkart. Les enfants sont bien soignés mais doivent se présenter tous les mois à la police.
Léo Ermann est envoyé à Hedingen, un camp de travail pour réfugiés.
Toni Ermann quitte Lyon un mois après son mari avec la petite Suzanne. Elle arrivent chez les Lançon, et c'est Thérèse, la fille de 17 ans de Joseph Lançon qui les accompagne jusqu'à la frontière.
Toni Ermann tombe malade en traversant le ruisseau et restera à l'hôpital pendant plusieurs mois. Suzanne va rejoindre sa grande soeur Mirjam au home d'enfants.
Au début de 1943, Toni Ermann est envoyée dans un camp de femmes de Brissago où elle resta jusqu'à la fin de la guerre.
Après la guerre, la famille restera en Suisse pendant plusieurs années mais ne peuvent obtenir la résidence permanente. Léo Ermann prend la direction d'un bureau de l'ORT à Lugano pour aider les réfugiés et, journaliste, il écrit pour divers journaux.
Le 12 juin 1949, la famille a immigré en Israël sur le navire Kedma. Ils sont allés au camp d'immigration de Shaar Aliya puis ont déménagé à Jérusalem.

Le 10 mars 1987, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné au père Jean-Joseph Rosay* le titre de Juste parmi les Nations.
Le 16 mai 1989, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Joseph Lançon et à sa fille Thérèse épouse Neury, ainsi qu'à François Périllat* le titre de Juste parmi les Nations.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
André Figuet (Père Christophore)
Joseph Lançon
(dit Jo)
Thérèse Lançon Neury

Jean-Joseph Rosay (Père Jean-Joseph)
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par François Périllat
Léo Ermann
Toni Ermann
Mirjam Ermann
Suzanne Ermann

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Blog sur quelques Justes et sur le livre (Blog hébergé par la Tribune de Genève sur quelques justes honorés par Yad Vashem sur l'intervention du délégué pour la Suisse et la région frontalière Ain et Haute-Savoie, Herbert Herz, ainsi que sur divers événements organisés autour de la parution du livre "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI" )
2 R.P. Louis Adrien Favre (Site est consacré à la mémoire du R.P. Louis Adrien Favre, afin que son action durant la dernière guerre mondiale 1939-45 (période de la Résistance) soit connue du grand public ; et que cette mémoire soit porteuse de valeurs humaines, de tolérance, d'espoir, de Liberté, et de paix pour notre société actuelle, et les générations futures. )
3 Le site du poète Pierre Emmanuel (Le site officiel du poète Pierre Emmanuel. Vous y trouverez aussi des pages sur sa vie et son action à Dieulefit durant la guerre, à Beauvallon, puis à la Roseraie. )
4 La famille Wildmann (Le parcours de la famille Wildmann en Allemagne, en Belgique et en France durant la Seconde Guerre mondiale. )
5 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
6 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
7 Les archives du conseil général de Savoie (La liste des 168 "travailleurs israëlites" en partance de Ruffieux, établie le 24 Août 1942. )
8 Là où coule le Gier (La guerre, énorme chaos bouleversant les vies. Tel est le décor dans lequel évoluent René et Aima. De leur jeunesse à leurs combats, l'auteur nous invite à les suivre dans cette aventure où chacun fera preuve d'un courage incroyable. Ce roman, basé sur des faits réels, nous emmène de la Vallée du Gier dans la Loire à Clermont-Ferrand et nous fait traverser certains camps de concentration en Allemagne en suivant le parcours de deux jeunes gens que la vie a forgé pour combattre aussi bien dans l'univers ouvrier des années 30 que pendant la seconde guerre mondiale avec leur implication dans la résistance. Cette plongée dans le passé a nécessité de nombreuses recherches suivies d'une longue enquête menée sur la vie de ces deux personnages. )
9 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )
10 L'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 (Page consacrée à l'ouvrage "L'attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont" (2015).
Cette étude sur l'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 recoupe des documents d'archive à des témoignages oraux et écrits. Elle reprend de manière chronologique les évènements, de l'attentat de résistants sur un détachement allemands à l'immensité des représailles qui ont suivi : incendie d'immeubles, nombreuses arrestations, déportations et condamnations à mort. )
11 "Objectif Lyon !"
12 Laurent Neury, l'espoir au bout du pont. Histoire et mémoire de la filière de Douvaine, Cabedita, 2019
13 L'abbé André Payot, résistant et chef de réseau (Biographie détaillée d'André Payot et de ses activités de résistant durant la seconde guerre mondiale à Chamonix et Vallorcine (Haute-Savoie). Livre écrit par Jean-Luc de Uffredi, publié en 2019 aux éditions les Passionnés de bouquins. )

Notes

- 1 - C. bochaton, La filière douvainoise, mémoire de maîtrise, Université de Grenoble, 1989.

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2021