Die pädagogische Ausstellung Das versteckte Kind ist in deutscher Sprache verfügbar - L'exposition pédagogique L'enfant cachée existe maintenant en langue allemande
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

302 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
634 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
741 résistants juifs
8734 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la résistance communiste L'affiche rouge
Vivre à en mourir

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Espace enseignants
Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

André Trocmé


Pasteur Trocmé
Dossier Yad Vashem : 612
Remise de la médaille de Juste : 05/01/1971
Sauvetage : Le Chambon-sur-Lignon 43400 - Haute-Loire
Profession: Pasteur au Chambon-sur-Lignon, fondateur du Collège Cévenol
Religion : Protestant
Date de naissance: 07/04/1901 (Saint-Quentin (Aisne))
Date de décès: 05/06/1971 (Genève (Suisse))
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Andre-Trocme
Pasteur Trocmé
source photo : Inconnu
crédit photo : D.R.
Andre-Trocme
André et Magda Trocmé
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Andre-Trocme
Le pasteur André Trocmé et son fils Jacques, le pasteur Edouard Theis, Mireille Philip, Madeleine Barot…
source photo : Yad Vashem
crédit photo : inconnu
Andre-Trocme
Les pasteurs Edouart Theis et André Trocmé détenus à Saint-Paul-d'Eyjeaux, février 1943
source photo : Arch. Jacqueline Gregory
crédit photo : USHMM
Notice

André Trocmé* est né le 7 avril 1901 à Saint-Quentin (Aisne). Il est le fils d'un industriel du textile de Saint-Quentin, protestant, Paul Trocmé (1845-1941), et de sa seconde épouse, Paula Schwerdtmann, allemande, née à Stadthagen Schaumburg-Lippe (1869-1922).

Lors de la Première Guerre mondiale, sa ville natale est rapidement occupée par les Allemands et le petit André*, parfaitement bilingue, est profondément frappé par sa rencontre avec "l'ennemi" : des êtres humains ordinaires.

Après ses études de théologie à Paris, il est admis à la Cène le 28 mai 1916 à Saint-Quentin par le pasteur Kaltenbach.
En 1926, il est tuteur de français des enfants Rockfeller à New York et rencontre Madga Grilli di Cortona*, de nationalité italienne, issue d'une famille aristocrate et cosmopolite, née le 2 novembre 1901 à Florence (Italie), tutrice également chez les Rockfeller. Ils se marient.
Ils auront quatre enfants : Nelly, Jean-Pierre, Jacques et Daniel.

De retour en France, André Trocmé* est nommé pasteur à Maubeuge (Nord) en 1927, puis à Sin-le-Noble (Nord) de 1928 à 1934, secteur particulièrement difficile où il est en particulier confronté à la nécessité de la lutte anti-alcoolique, qu'il mène en ouvrant une section de la Croix-Bleue.

André Trocmé* devint pasteur de la communauté protestante de Chambon-sur-Lignon en 1934, village protestant de montagne isolé et situé dans une région à majorité catholique, la Haute-Loire.
Avec le pasteur Édouard Theis*, ils fondent le Collège Cévenol en 1938 pour aider les enfants des paroisses protestantes du Plateau à faire de bonnes études et permettre à des élèves et des enseignants de divers pays de se rencontrer.

L'attitude d'André Trocmé*, du pasteur Édouard Theis*, du maire, le pasteur Charles Guillon*, de son épouse Magda Trocmé*, et de son neveu Daniel Trocmé*, enseignant à l'école des Roches, ont permis de faire de Chambon et des autres villages des alentours un havre pour des centaines de Juifs – enfants ou familles entières – qui y ont trouvé refuge et ont survécu à la guerre.

Avec d’autres, Magda Trocmé* se charge de trouver des familles d’accueil et encourage les pensionnats de la ville à ouvrir leurs portes aux Juifs.
Ni les pressions exercées par les autorités, ni les nombreux contrôles de la gendarmerie n’affaiblirent la détermination de ces personnes.

De 1942 à fin 1943, Maurice Wiener de l'Armée Juive (AJ) travaille avec le pasteur Trocmé* et participe au sauvetage d'enfants juifs.

En février 1943, le pasteur André Trocmé* fut arrêté avec le pasteur Édouard Theis* et un enseignant, directeur du collège du Chambon-sur-Lignon, Roger Darcissac*. Tous trois furent internés dans un camp près de Limoges, où ils restèrent trois semaines.
Remis en liberté, André Trocmé* dut passer en clandestinité, continuant à œuvrer en faveur des persécutés.

Après la Guerre, André* et Magda Trocmé* se consacrent au Mouvement International de la Réconciliation (MIR). Ils voyagent dans le monde entier pour visiter des lieux de conflits, pour donner des conférences, pour plaider en faveur du dialogue au lieu de la violence et de la confiance au lieu de la peur. C’est l’époque de la Guerre froide, de la décolonisation, du combat pour les droits civiques. Ils rencontrent des leaders pacifistes en Inde comme aux États-Unis, en Allemagne comme en Italie. Cet engagement les occupe à plein temps de 1948 à 1960.
André Trocmé* est alors nommé dans une paroisse à Genève et c’est là qu’il achève sa carrière. Il s’implique dans la crise algérienne, analysant la situation avec une remarquable lucidité. Le réalisme concret dont il fait preuve contraste avec l’idéalisme marquant certaines de ses théories. Ses théories et ses analyses ne plaisent pas aux belligérants. Le prophète qui s’attache inconditionnellement à la liberté de sa conscience et qui se veut radicalement cohérent n’est reconnu ni dans son pays natal, ni ailleurs.

Le pasteur André Trocmé* et son épouse Magda Trocmé* sont nommé Justes parmi les Nations en 1971. Yad Vashem décerna également le titre de Justes à Édouard Theis* et son épouse, Mildred*, en 1981, à Roger Darcissac*, en 1988, et au pasteur Charles Guillon*, en 1991.

Le pasteur André Trocmé* décède à Genève le 5 juin 1971. Il est enterré au Chambon-sur-Lignon.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
Cyrille Argenti (Père Cyrille Argenti)
Roger Darcissac
Simone Doise-Mairesse
Charles Guillon (Pasteur Guillon)
Berthe Sagalow
Édouard Theis (Pasteur Theis)
Mildred Theis
Magda Trocmé

Daniel Trocmé (Neveu d'André Trocmé)
Maurice Wiener (dit infirmier Marc, Marc Gallet)
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par André Trocmé
Pierre Feigl
Kurt Grossman
Claude Spiero
Else Spiero

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]
Erreur requête - select * from ajpn_alerte WHERE destina = 'juste' and signal = 'oui' and noid=2704