space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
593 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
653 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4108 Justes de France
909 résistants juifs
9575 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1216 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Tarn

Région :
Occitanie
Département :
Tarn

Préfets :
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)

À lire, à voir…

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Ruth Kapp Ruth Kapp
Tu t'appelles Renee

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Institution religieuse

Couvent du Sacré-Cœur
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

1 rue du Couvent 81340 Valence d'Albigeois
Texte pour ecartement lateralCommune : 81340 Valence-d'Albigeois
Canton : Valence-d'Albigeois
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Personnel : Soeur Marie-Paule*
Histoire

Avant la dernière guerre mondiale, des personnes juives habitant Paris avaient des relations professionnelles avec des industriels ou des négociants du Tarn. C'est ainsi qu'au moment de l'exode, en 1940, de nombreuses familles juives vinrent à Castres, aux alentours, et dans la campagne albigeoise. Ce furent plus de vingt écoles primaires et secondaires tenues par des prêtres, des religieux ou des religieuses qui cachèrent des juifs de tout âge dans leurs internats, leurs caves ou leurs greniers. Ce furent aussi des monastères et des couvents.1

C'est ainsi que deux fillettes juives, Odette Dawny et Arlette Zenatti, furent sauvées au couvent de Valence d'Albigeois.

Sauvetage de Odette Dawny

La famille Dawny est arrivée à Tanus (Tarn) en 1942 ainsi que le rapporte Odette devenue Madame Kouchniroff, en 2001, au directeur du département des Justes Yad Vashem à Jérusalem :

Fin juillet 1942, nous arrivâmes dans le département du Tarn. Après avoir trouvé un toit, nous commençâmes à nous organiser pour survivre. Mes parents m'inscrivirent à l'école religieuse de Tanus. Mon institutrice fut soeur Marie-Régis. Soeur Marie-Régis était religieuse de la congrégation des soeurs du Sacré-Coeur de Valence d' Albigeois, localité située à 14 kilomètres de Tanus.

Alerte à Tanus et séparation de la famille

Odette continue dans sa lettre au directeur du département des Justes : Un jour de Juillet 1943, la gendarmerie de Pampelonne (Tanus est dans le canton de Pampelonne) vint avertir le maire de ce petit bourg que nous serions raflés le lendemain matin à 5 heures, suite à une dénonciation. Aussitôt, grâce à la solidarité des villageois, une aide immédiate nous fut apportée. Le soir même, nous fûmes séparés. Ma mère d'un côté, mon père de l'autre. Mon frère fut recueilli par le petit séminaire de Valence-d'Albigeois et moije fus recueillie par le couvent du Sacré-Coeur à Valence-d'Albigeois sous le nom de Odette Savy. J'avais 8 ans. La petite fille est emmenée au couvent par soeur Marie-Régis. Elle poursuit : Je fus prise en charge par soeur Marie-Paule*. Je dormais dans sa chambre pour éviter les interrogations de mes compagnes de classe et être ainsi mieux protégée. Elle m'entoura de son affection, surtout aux périodes de vacances scolaires où petite fille cachée, je devais rester au couvent. Et ce fut ainsi de juillet-août 1943 à avril-mai 19442.

Souvenirs de soeur Marie-Paule*, directrice du pensionnat près du couvent, et de Christine Svaldi, l'élève qui se souvient

Soeur Marie-Paule*, écrit soeur Yvonne Caussé qui l'a connue comme directrice entre 1939 et 1945 à Valence, était une personne exigeante pour les autres comme pour elle-même, méthodique et bien organisée. C'était une vraie éducatrice. La façon dont elle prit Odette Savy-Dawny sous sa protection avec intelligence et discrétion est la meilleure preuve de son coeur.3

Soeur Christine Svaldi écrit dernièrement : C'est de l'arrivée à Valence au pensionnat du Sacré-Coeur dont j'étais élève, que j'ai toujours gardé le souvenir. Un soir que nous étions au dortoir, soeur Marie-Paule*, directrice de l'institut, se présente tenant une petite fille par la main. C'était une fillette blonde avec des tresses. Soeur Marie-Paule* s'adressa aux élèves en disant: voici une nouvelle pensionnaire, elle s'appelle Odette Savy. Ne lui posez pas de questions, elle est timide4. La silhouette d'Odette et sa présentation sont restées gravées dans ma mémoire de 13 ans. Quand plus tard, j'ai appris le drame vécu par tant de familles juives, que j'ai su également par soeur Marie-Paule* (j'étais alors jeune religieuse) que la petite Odette Savy était juive, son image s'est réveillée dans ma mémoire.

Les retrouvailles et l'évocation du passé

C'est par l'intermédiaire de Monsieur Steiner, cousin d'Odette qui, après avoir été arrêté à Tanus puis déporté, était revenu habiter Albi, que soeur Christine Svaldi a pu entrer en relation avec Odette Savy-Dawny. Celle-ci lui écrivait le 31 juillet 2001 ; Vous me remémorez des moments que j'avais complètement oubliés, mon arrivée au couvent, probablement tardive le soir et ma présentation à mes nouvelles camarades. Par contre, je revois assez précisément les vacances scolaires où je restais au couvent et pendant lesquelles je dormais dans la chambre de soeur Marie-Paule* qui m'avait totalement prise en charge. Je suis très heureuse de retrouver en vous un témoin de mon passé... C'est grâce à une chaîne de solidarité formidable que notre famille a pu être sauvée. Soeur Marie-Régis venait parfois me voir au couvent et servait de messager auprès de mes parents et de mon frère (j'ignorais qu'il était caché au petit séminaire du même lieu). J'ai eu la joie de les retrouver en avril-mai 1944.5

Lettres des deux religieuses à Odette

Soeur Marie-Régis correspondait de Tanus avec Odette Savy lors de son séjour au couvent du Sacré-Coeur, elle lui donnait des nouvelles de ses parents pendant l'année scolaire 1943-1944.

Soeur Marie-Paule*, ayant quitté Valence-d'Albigeois pour être directrice à l'école de Lisle-sur-Tarn (Tarn) en septembre 1944, répond en janvier 1945 aux voeux d'Odette et de ses parents.

Trois religieuses seulement "savaient" : la supérieure générale soeur Saint Basile, soeur Marie-Régis et soeur Marie-Paule*.

Les démarches de Madame Odette Dawny Kouchniroff

Après avoir repris contact avec soeur Christine, Odette a écrit au directeur du département des Justes. Après avoir parlé de son refuge au couvent de Valence d'Albigeois, elle ajoute : J'ai pris la décision de rendre hommage à soeur Marie-Régis et soeur Marie-Paule* à qui nous devons probablement la vie, mon frère et moi. Les motivations de ces deux religieuses étaient parfaitement altruistes, et les risques qu'elles encouraient étaient grands, pouvant aller jusqu'à la peine de mort. C'est la raison pour laquelle j'estime que leurs actes d'héroïsme entrent tout à fait dans le cadre de l'attribution de la médaille des Justes ... Malheureusement les deux religieuses étant décédées, je crois que leur souhait le plus cher aurait été qu'en cas d'attribution de cette médaille, elle soit remise au couvent du Sacré-Coeur de Valence-d'Albigeois.

Madame Odette Dawny Kouchniroff était aidée dans ses démarches par son cousin Steiner. A force de persévérance ils ont obtenu gain de cause.

L'attribution du titre de Juste parmi les Nations à soeur Marie-Paule*

Soeur Christine Svaldi reçut début juillet 2003 une lettre annonçant que Yad Vashem a décerné le titre de « Juste parmi les Nations » à Jeanne Bagarades* (soeur Marie-Paule).

Le lundi 15 décembre 2003, au couvent du Sacré-Coeur à Valence d'Albi, la médaille des Justes est remise à soeur Marie-Paule*, à titre posthume, en présence d'Odette Dawny et Pierre Dawny son frère.

Sauvetage de Arlette Zenatti

Dans la même lettre concernant Odette Dawny, soeur Christine Svaldi ajoutait : Dernièrement, [... ] nous avons retrouvé la trace d'Arlette Zenatti, du nom d'emprunt: Arlette Fleury et de sa maman. L'abbé Mathieu m'a fait parvenir une photocopie de la lettre d'Arlette Zenatti du 21 août 2003. Elle lui écrit : Monsieur Calas vient de m'envoyer votre publication "Des chrétiens sauvent des Juifs dans le Tarn". Ce fut mon cas et celui de ma famille ... Ma mère me donnait des leçons de piano. J'ai obtenu un premier prix de piano au Conservatoire National de Paris en 1952, j'ai donné des concerts entre 1953 et 1970, date à laquelle je suis entrée au CNRS comme spécialiste de la psychologie de la musique... Je n'ai jamais couché au dortoir car j'ai pleuré au moment de me séparer de ma mère ; celle-ci m'a donc gardée avec elle et nous partagions le même lit dans la maison de retraite.!

L'abbé Mathieu à la fin de son article Juifs et chrétiens note : Arlette Zenatti m'écrivait le 21 août 2003 : Le rôle de Monseigneur Jean-Joseph Moussaron* a été très important dans notre sauvetage (la maman et ses 2 enfants) en ce sens qu'il nous a permis de trouver des abris dans des communautés religieuses.

En conclusion, soeur Christine Svaldi s'interroge : Qu'est-ce qui a bien pu faire agir ces religieuses au risque de leur vie ? Je pense tout d'abord qu'elles ont agi sous l'impulsion de la nécessité du moment. Mais cette impulsion n'aurait pas été, me semble-t-il, née spontanément si elles n'avaient eu, dans le coeur, le désir permanent de venir en aide à toute forme de détresse, désir qu'elles devaient puiser, sans aucun doute, dans leur consécration dans la vie religieuse et, qui plus est, dans une congrégation vouée au Coeur de Jésus. C'est la compassion de ce coeur qu'elles ont concrétisée, à leur insu peut être. mais bien vivante en elles.

Source : Bulletin de l'Association des archivistes de l’Église de France, n° 62, 2e semestre 2004, p. 28-29 (Archives du couvent du Sacré-Coeur de Valenced'Albigeois, congrégation affiliée depuis 1971 à la Congrégalion des Filles de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus, 49310 La Salle-de-Vihiers, Maine-et-Loire).

12/12/2012
Auteur : Soeur Marie·Paul Joguet Lien : Bulletin de l'Association des archivistes de l’Église de France

[Compléter l'article]

2 Familles hébergées, cachées ou sauvées au Couvent du Sacré-Cœur [Compléter]
07/1943 / 1944
Famille Dawny - Odette Dawny, 8 ans, est cachée au couvent du Sacré-Coeur sous le nom d'Odette Savy, de 1943 à 1944. Son frère est recueilli par le petit séminaire de Valence-d'Albigeois
1943 / 1944
Famille Zenatti - Arlette, enfant juive, est cachée au Couvent du Sacré-Cœur de Valence-d'Albigeois. Sa mère, Madame Zenatti, est placée dans une maison annexe sous le nom de "Fleury". Claude est caché sous le nom d’emprunt "Grange" au Petit séminaire de Valence-d'Albigeois sous la protection du supérieur.

Familles arrêtées (Couvent du Sacré-Cœur) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Le sauvetage des juifs 1941-1944 (Paul et Suzanne Haering) (A travers des photos d'époque et de bouleversants témoignages, ce site vous emmène en France dans la région du Tarn, et plus particulièrement autour de Carmaux entre 1941 et 1944, pendant l'occupation allemande.
Durant cette période, le pasteur Paul Haering et sa femme Suzanne vont soustraire plusieurs dizaines d'enfants juifs aux rafles de Vichy et les protéger d'éventuelles dénonciations, avec l'aide du Pasteur Albert Delord, organisant plusieurs colonies de vacances dans la région au risque d'être pris et fait prisonniers...

)
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
7

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal

Notes

- 1 - "Juifs et chrétiens", Église d'Albi, année 2004, n° 03.
- 2 - Lettre d'Odette Dawny (Mme Kouchniroff) au directeur du département des Justes Yad Vashem à Jérusalem, en 2001.
- 3 - Lettre de soeur Yvonne Caussé à soeur Marie-Paul Joguet, la Salle de Vihiers, Albi, 22 avril 2004.
- 4 -
Lettre de soeur Christine Svaldi de Valence d'Albi à soeur Marie-Paul Joguet, 22 avril 2004. Lettres des deux religieuses à Odette Dawny. Lettre du docteur Mordecai Paldiel, directeur du département des Justes au nom de Yad Vashem à soeur Christine Svaldi, Jérusalem, 30 juin 2003. L'écho du Tarn, "Soeur Marie-Paule*, une Juste", 25 décembre 2003.
- 5 - Lettre d'Odette Dawny (Mme Kouchniroff) à soeur Christine Svaldi, 31 juillet 2001.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2016