Die pädagogische Ausstellung Das versteckte Kind ist in deutscher Sprache verfügbar - L'exposition pédagogique L'enfant cachée existe maintenant en langue allemande
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

302 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
634 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
741 résistants juifs
8732 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la résistance communiste L'affiche rouge
Vivre à en mourir

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Espace enseignants
Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page

Texte pour ecartement lateral

Ève Herscovici

Texte pour ecartement lateral

Paris 75000 Paris
Nom de naissance: Herscovici
Nom d'épouse: Schmidt
Date de naissance: 21/03/1940 (Marseille)
Aidé ou sauvé par : - Berthe Collato - Henri Collato - Alban Fort - Germaine Fort - Paul Rémond Qualité: Cachée par le réseau Marcel sous le nom de Chericontel
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Histoire
Ève Herscovici est prise en charge par le réseau Marcel de Moussa Abadi et Odette Rosenstock qui constitua un des principaux circuits de sauvetage de l’enfance juive de la zone sud qui avec l’aide de l’évêque de Nice, Monseigneur Paul Rémond*, du pasteur Évrard* et des siens, du pasteur Paul Gagnier et de quelques autres, sauvèrent dans les Alpes-Maritimes entre 1943 et 1945, 527 enfants juifs.

22/05/2009

[Compléter l'article]

Témoignage d'Armand et Eve Herscovici

Nos parents sont nés en Roumanie, vers 1910. Ils l’ont quittée en août 1939, pour fuir les persécutions antisémites. Ils sont arrivés à Paris peu après. Le 1er septembre, soit une ou deux semaines plus tard, les troupes allemandes envahissaient la Pologne. Le 3, la France et l’Angleterre déclaraient la guerre à l’Allemagne.

Le 8 novembre 1939, je vins au monde à l’hôpital de Garches, dans la banlieue parisienne. Mon père était absent, engagé volontaire dans la légion étrangère. Il fut très vite réformé pour sa vue trop mauvaise. Son bataillon fut anéanti plus tard à Narvik.

La chronologie précise des mois suivants nous est presque inconnue, mais la logique des évènements est claire : nos parents fuient avec moi vers le sud devant l’avance allemande, pour gagner la zone libre. Quelques anecdotes jalonnent le passage à Lyon, puis à Nîmes. En 1941, ils se trouvent à Marseille, où ma soeur naît le 21 mars 1940. Bientôt, les voilà à Nice, aussi loin que possible des hordes nazies.

Ils ne sont pas les seuls, les Juifs y affluent, pour les mêmes raisons qu’eux. La région est libre, mais la vie n’est pas facile, pas de travail, le marché noir, les nouvelles angoissantes du nord occupé, l’avenir incertain. Comme d’autres, mon père essaye d’obtenir un visa familial pour l’outre-atlantique. Il tente les États-unis, le Brésil, l’Argentine. Peine perdue.

Première alerte : le 26 août 1942, la police française déclenche une rafle massive. 560 personnes en sont victimes, qui via Drancy finiront à Auschwitz. À cette époque, la destination n’est pas connue, mais la terreur a commencé à régner. Mon père préserve la famille comme il peut.

À partir du 11 novembre 1942, une période de répit intervient. Les alliés ont débarqué en Afrique du Nord, les Allemands occupent la zone libre, à l’exception de quelques départements, dont le Var, où se situe Nice, confié aux Italiens. Pour des raisons politiques, ces derniers ne pratiquent pas la chasse à l’homme, à l’inverse de ce qui se passe en Italie. Au contraire, ils protègent les Juifs.

Le réseau Marcel

Vers la mi-1943, alors que tout est encore calme, Moussa Abadi, bientôt M. Marcel, et Odette Rodenstock, sa future épouse, commencent à structurer un réseau de sauvegarde d’enfants juifs. Abadi a été informé des atrocités commises sur les enfants par les SS, dans les territoires du front de l’est. Il pressent le désastre qui va s’abattre sur la région. Avec le support de l’évêque de Nice, Monseigneur Rémond*, pétainiste de la première heure, mais fervent opposant aux mesures antijuives (il deviendra un Juste), lui et Odette se lancent dans la prospection des environs pour recenser les sites d’accueil possibles. Ils établissent des contacts avec d’autres organisations clandestines, ils mettent en place une logistique pour les faux papiers, pour la collecte de fonds destinée à financer la pension des enfants, etc.

Le 8 septembre 1943, l’Italie signe sa reddition aux alliés. Les Allemands réagissent aussitôt : à peine quarante-huit heures plus tard, Nice est envahie. La ville n’est plus qu’un immense piège pour tous les Juifs qui s’y sont réfugiés.

L’horreur

Dès leur arrivée, les Allemands lancent les arrestations de masse. La Gestapo officie jour et nuit, avec méthode et acharnement. Dans les rues, les hôpitaux, les appartements, dans le moindre recoin, tout ce qui ressemble à un Juif est ramassé. Entre le 17 et le 18 septembre, 1850 personnes sont prises et transférées à Drancy. Mais cela est insuffisant. Un système de délation est alors mis en place, primes à l’appui, pour inciter la population à la dénonciation. Des amateurs se manifestent.

Séparation

C’est dans cette terreur absolue que le réseau Marcel commence à oeuvrer. Il récupère les gamins comme ils viennent, au hasard, confiés par leurs parents, des amis, des voisins, des passants dans la rue. Certains sont seuls, car père et mère ont été arrêtés.

Quel circuit avons-nous suivi, ma soeur et moi ? Cette information est manquante. Un point est pratiquement certain : nos parents ignoraient l’existence du réseau Marcel. À un moment, ils ont dû estimer que le péril était extrême, et que la moins mauvaise solution était de nous confier à une personne ou une famille de confiance, pendant qu’ils pourraient se cacher, anticipant des conditions que des enfants n’auraient pas supportées.

Quelle personne ? Quelle famille ? Hélas, nous n’en avons pas connaissance.

Puis, ce protecteur nous a sans doute remis au réseau Marcel. Ma fiche d’entrée, telle qu’elle figure dans les archives, mentionne un âge de "trois ans et demi". Cela signifie que la séparation bd’avec nos parents est intervenue très peu de temps après l’arrivée des Allemands, aux environs du 15 septembre 1943. Cette fiche est d’ailleurs remplie de manière incomplète, avec quelques erreurs pour ma soeur, détails révélateurs de l’affolement dans lequel tout cela c’est passé.

Le Rayon de Soleil

Il semble que le réseau nous a tout de suite placés dans une maison d’enfants laïque située près de Cannes, le Rayon de Soleil. Selon un souvenir des Collato, nous avonsété conduits là par Monseigneur Rémond lui-même, plus probablement par une personne de l’évêché, peut-être Odette Rosenstock qui possédait une carte de l’évêché la présentant comme "Assistante sociale chargée de l’évacuation de Nice en cas de bombardement". Plusieurs enfants juifs ont suivi ce parcours, dissimulés parmi d’autres qui ne l’étaient pas. J’ai pu contacter l’un d’entre eux, Julien Engel, à présent aux États-Unis. Alban Fort*, le directeur de la maison, et son épouse Germaine*, sont aujourd’hui des Justes.

C’est sans doute là que nous avons commencé à porter notre nouveau patronyme : "Chéricontel"

L’institution du Rayon de Soleil existe toujours, mais les archives dont elle dispose ne remontent pas en deçà de 1947. Du coup, il est impossible de dater exactement notre arrivée. Elle a dû se situer aux environs du 20 septembre 1943.

Chez Berthe* et Henri Collato*

À cette époque, la famille Collato, domiciliée à Cannes, 31 avenue de Grasse, comprenait le père Henri, un tailleur, la mère, Berthe, et quatre enfants, trois garçons, Robert, Maurice, Raymond et une fille, Jeannette. Ces gens disposaient de revenus extrêmement modestes, et je revois encore le pauvre logement qu’ils occupaient, dont peu se satisferaient aujourd’hui.

Henri Collato*, très catholique, avait pris l’habitude de se rendre régulièrement au Rayon de Soleil, où il aimait distribuer des friandises aux enfants. Le danger devaitêtre proche, car lors d’une visite, Alban Fort* lui fit savoir qu’il cherchait une famille d’accueil pour une petite fille juive. C’était ma soeur. Henri donna tout de suite son accord pour l’emmener.

Au moment de partir, il apprit que la gamine avait un frère. Refusant que les enfants soient séparés, il s’en alla avec les deux.

Comme je l’ai déjà indiqué, il nous reste plus d’impressions que de souvenirs précis. Pour ce qui me concerne, le séjour fut difficile. Les Collato n’y furent pour rien, au contraire, ils firent tout ce qu’ils pouvaient. Mais, bien que très jeune, j’étais conscient de l’absence de mes parents, je la supportais mal, et ma famille d’accueil eut affaire à un gamin farouche. Malgré cela, leur affection ne se démentit pas, et soixante ans plus tard, les survivants ne l’ont pas oubliée. Ma soeur, elle, était très petite, d’où un souvenir moins net de nos parents. Elle s’adapta beaucoup mieux que moi à cette famille chaleureuse.

De cette époque, trois figures émergent. En premier lieu, celle de Berthe Collato*, que nous appelions Maman Collato*. Images d’une femme bonne, douce, aimante. Une mère, en somme. Robert et Jeannette, qui se trouvent être les deux survivants, nous ont aussi laissé une image forte. De tous les enfants – ils avaient autour de vingt ans, les autres étaient plus âgés –, sans doute se sont-ils le plus occupés de nous, ou nous ont-ils manifesté le plus d’affection. Mais, je tiens à le souligner, c’est toute la famille qui nous a accueillis.

Ainsi, voilà des gens à qui nous devons probablement la vie. Ils ont couru les risques considérables qu’on peut imaginer, car d’autres tout près dénonçaient à tour de bras. Ils nous ont prodigué l’affection nécessaire et nous auraient adoptés si nos parents avaient disparu. Cette famille était pauvre, il n’y avait qu’un plat aux repas, ils le partageaient avec nous. Ils firent tout cela avec simplicité, avec naturel, comme s’il n’y avait rien d’exceptionnel. Ils n’en parlèrent jamais.

Fin d’une époque

Selon les archives, nos parents nous ont récupérés le 26 septembre 1944, soit un an après notre arrivée chez les Collato*.

Qu’avaient-ils fait pendant ce temps ? Jamais ils ne se sont étendus sur le sujet. La seule certitude, c’est que la période fut épouvantable. Ils ne s’en sont jamais vraiment remis. Ils sont à présent décédés.

Voici quelques bribes d’information, lâchées au cours des années, au hasard des très rares confidences sur le sujet : une cache de longue durée dans les égouts de Nice, au milieu des puanteurs, des immondices et des rats qui terrorisaient ma mère ; un séjour dans les prisons de Monte Carlo, où des gens (qui ?) bien intentionnés les avaient enfermés pour les mettre à l’abri des brutes ; et quelques autres épisodes de la même veine. Sur une photo du jour de leur retour, mon père fait peur, tant sa maigreur est grande.

Nos retrouvailles, bien que marquées de joie, ne furent pas sans problème. Pour ma part, j’en étais très heureux. Mais ma soeur si jeune ne connaissait de parents que les Collato*, et s’accrochait aux jupes de maman Collato* pour ne pas partir. Malgré l’opposition d’un mari qui ne souhaitait pas la voir s’éloigner, Berthe Collato* accepta, sous l’insistance de nos parents, de venir habiter à Nice quelques semaines avec notre famille retrouvée, pour faciliter la transition. Je pense maintenant que pour elle aussi, qui nous aimait, le retour de mes parents fut une expérience difficile, peut-être douloureuse. Mais elle n’en a jamais rien dit.

Reconnaissance

Des six Collato, deux sont encore vie. Comme les autres, ils ne demandent rien. Ils sont âgés, simplement heureux de nous avoir revus à temps.

Nous aussi.

Nous pensions savoir ce qu’ils avaient fait pour nous. Mais maintenant, après toutes ces recherches sur le passé, nous réalisons que nous étions en deçà de la réalité. Les risques qu’ils ont courus étaient beaucoup plus grands que nous ne l’avions imaginé. Leur condition matérielle était plus dure que ce que nous avions perçus tout gosses. Et surtout, l’affection qu’ils nous ont portée, puis conservée si longtemps en silence, reflète des qualités humaines que nous ne pouvions comprendre, mais qui à présent nous touchent au plus profond.

Alors, nous avons pensé que ces personnes devaient être reconnues. Certes, ce mémoire laissera une trace de leur action, car mes enfants et ceux de ma soeur en recevront copie, ainsi que les Collato. J’adresserai également un exemplaire au CDJC, pour les archives.

Mais c’est bien peu, presque rien.

Si une reconnaissance plus officielle, celle des Justes, venait les honorer, elle serait à la hauteur de ce qui a été accompli. Car un exemple de cette nature montre que malgré les barbaries, on peut encore garder espoir en l’homme, et un tel message a valeur universelle.

Armand Herscovici, Saint-Cloud, Mars 2005 et Eve Herscovici, épouse Schmidt, Arles, Mars 2005

06/01/2013
Lien : Les Enfants et Amis Abadi

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Enfants juifs déportés de France (Brochure éditée par les Fils et filles de déportés juifs de France et la Mairie de Paris en mars 2007.
Préface de Serge Klarsfeld : En France, en 1940, il y avait environ 70 000 Juifs de moins de 18 ans. Sur ce nombre, 11 400 ont été arrêtés - la plupart par la police de Vichy -, déportés à Auschwitz et assassinés, à l'exception d'environ 200 d'entre eux; presque tous des adolescents. Parmi les communautés juives importantes en Europe, celle de France a connu le pourcentage le plus important d'enfants sauvés : 84 %, c'est exceptionnel. On le doit essentiellement à la sympathie agissante de la population non juive qui a soutenu les efforts des familles et des organisations juives qui essayaient de sauver les enfants en priorité. Laïcs et religieux ont su tendre la main à la fois par compassion et pour que la France ne perde pas son âme. )
2 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
3 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
4 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
5 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
6 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
7 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Paris

Région :
Île-de-France
Département :
Paris

Préfets :
Achille Villey-Desmeserets
(1934 - 1940) Achille Joseph Henri Villey-Desmeserets, Préfet de la Seine (1878-1953)
Charles Paul Magny
(13/10/1940 - 19/08/1942) Préfet de la Seine (1884-1945)
François Bard
(14/05/1941 - 01/06/1942) Amiral François Marc Alphonse Bard, Préfet de police de la Seine (1889-1944)
Amédée Bussière
(01/06/1942 - 19/08/1944) Préfet de police de la Seine lors de la rafle du Vél d’Hiv (1886-1953)
René Bouffet
(19/08/1942 - 19/08/1944) Préfet de la Seine. Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
Marcel Pierre Flouret
(1944 - 1946) Préfet de la Seine (1892-1971)
Charles Léon Luizet
(1944 - 1947) Préfet de police de la Seine (1903-1947)

À lire, à voir…

Françoise Siefridt Françoise Siefridt
J'ai voulu porter l'étoile jaune : Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante

ACHETER EN LIGNE

Pierre Sudreau Pierre Sudreau
Sans se départir de soi

ACHETER EN LIGNE

Marie-Claire Scamaroni Marie-Claire Scamaroni
Indomptable et Rebelle

ACHETER EN LIGNE

France Hamelin France Hamelin
Femmes en prison dans la nuit noire de l'occupation - Le Dépôt, la petite Roquette, le camp des Tourelles

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Hitler à Paris - Juin 1940

ACHETER EN LIGNE

Philippe Castetbon Philippe Castetbon
Ici est tombé

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Claude Bartoll Jean-Claude Bartoll
Agnès Barrat-Bartoll
Cédric Hervan
Le dernier des Schoenfeld

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Anne Sinclair Anne Sinclair
21 rue La Boétie

ACHETER EN LIGNE

Joseph Weismann Joseph Weismann
Après la rafle

ACHETER EN LIGNE

Rachel Ségal Rachel Ségal
Ecole de la rue Tlemcen

 

Jacques Biélinky Jacques Biélinky
Renée Poznanski
Journal, 1940-1942 : Un journaliste juif à Paris sous l'Occupation

ACHETER EN LIGNE

Hélène Berr Hélène Berr
Le Journal d'Hélène Berr : 1942-1944

ACHETER EN LIGNE

Roselyne Bosch Roselyne Bosch
La Rafle

ACHETER EN LIGNE

Benoît Rayski Benoît Rayski
L'affiche rouge

ACHETER EN LIGNE

Pierre Lubek Pierre Lubek
La Shoah : hériter du silence

ACHETER EN LIGNE

Julien Blanc Julien Blanc
Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l'Homme 1940-1941

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de l'AJPN sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de notre base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par l'AJPN et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans notre base de données.
* Juste parmi les Nations
| Avertissements | Association AJPN | Soutenir l'AJPN | Missions de l'AJPN | Document de présentation | Rapport moral | Statuts de l'association | Informations légales | Crédit | Remerciements | Contacter l'AJPN |
 
12 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014 AJPN tél. Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87