Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
765 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
705 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4174 Justes de France
920 résistants juifs
11493 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1269 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Paris

Région :
Île-de-France
Département :
Paris

Préfets :
Achille Villey-Desmeserets
(1934 - 1940) Achille Joseph Henri Villey-Desmeserets, Préfet de la Seine (1878-1953)
Charles Paul Magny
(13/10/1940 - 19/08/1942) Préfet de la Seine (1884-1945)
François Bard
(14/05/1941 - 01/06/1942) Amiral François Marc Alphonse Bard, Préfet de police de la Seine (1889-1944)
Amédée Bussière
(01/06/1942 - 19/08/1944) Préfet de police de la Seine lors de la rafle du Vél d’Hiv (1886-1953)
René Bouffet
(19/08/1942 - 19/08/1944) Préfet de la Seine. Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
Marcel Pierre Flouret
(1944 - 1946) Préfet de la Seine (1892-1971)
Charles Léon Luizet
(1944 - 1947) Préfet de police de la Seine (1903-1947)

À lire, à voir…

Joseph Weismann Joseph Weismann
Après la rafle

ACHETER EN LIGNE

Pierre Sudreau Pierre Sudreau
Sans se départir de soi

ACHETER EN LIGNE

Julien Blanc Julien Blanc
Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l'Homme 1940-1941

ACHETER EN LIGNE

Zysman Wenig Zysman Wenig
Hélène Wenig
Lettres à Khayè : Correspondance clandestine d'un amour en temps de guerre

ACHETER EN LIGNE

Benoît Rayski Benoît Rayski
L'affiche rouge

ACHETER EN LIGNE

Rachel Ségal Rachel Ségal
Ecole de la rue Tlemcen

 

Cédric Gruat Cédric Gruat
Hitler à Paris - Juin 1940

ACHETER EN LIGNE

Roselyne Bosch Roselyne Bosch
La Rafle

ACHETER EN LIGNE

Jacques Biélinky Jacques Biélinky
Renée Poznanski
Journal, 1940-1942 : Un journaliste juif à Paris sous l'Occupation

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Hélène Berr Hélène Berr
Le Journal d'Hélène Berr : 1942-1944

ACHETER EN LIGNE

François Szulman François Szulman
Le Petit Peintre de Belleville

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Marie-Claire Scamaroni Marie-Claire Scamaroni
Indomptable et Rebelle

ACHETER EN LIGNE

Anne Sinclair Anne Sinclair
21 rue La Boétie

ACHETER EN LIGNE

Jean-Claude Bartoll Jean-Claude Bartoll
Agnès Barrat-Bartoll
Cédric Hervan
Le dernier des Schoenfeld

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Pierre Lubek Pierre Lubek
La Shoah : hériter du silence

ACHETER EN LIGNE

Janine Gerson Janine Gerson
Bella : Itinéraire mémoriel

ACHETER EN LIGNE

France Hamelin France Hamelin
Femmes en prison dans la nuit noire de l'occupation - Le Dépôt, la petite Roquette, le camp des Tourelles

ACHETER EN LIGNE

Françoise Siefridt Françoise Siefridt
J'ai voulu porter l'étoile jaune : Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante

ACHETER EN LIGNE

Philippe Castetbon Philippe Castetbon
Ici est tombé

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Perla Hauszwalb

dite Paulette Rivière et Perla Auswald
Texte pour ecartement lateral

Paris 75003 Paris
Nom de naissance: Hauszwalb
Nom d'épouse: Nunez
Date de naissance: 06/01/1928 (Pulawy (Pologne))
Aidé ou sauvé par : - Gérard Persillon - Germaine Rousset
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Perla-Hauszwalb
22 avril 1945 Le club des danseurs. Perla à gauche
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Histoire

Perla NUNEZ née Hauszwalb

Perla Hauszwalb was born in Pulavi, Poland a few miles from Kazimierz Dolny, on January 6, 1928. Her mother, Mala Rywka Akselrad, was the daughter of well-to-do businessman from Warsaw who sold supplies to hatmakers and ran a notions shop. Perla remembers livng with them in their nice apartment. They were Orthodox Jews, but Perla emphasizes several times, not “Hassidic”. Mrs. Nunez says that she herself believed fervently in God, but after the Shoah, she lost her faith.

The Hauszwalb family had been hatmakers in Kazimierz Dolny for several generations. Her father, Moszek Chil Hauszwalb and his brothers Henri and Maurice went to Paris to start a hat business after the Great Depression.
Perla was the youngest child. A sister, Bella, was born in 1926, and her brother Rachmil or "Raymond" was born in 1922 and her sister Chaja or "Helene" was born in 1921. A brother Shlome was older. Their mother tongue was Yiddish. 
Perla’s mother ran a small hat shop in Pulavi while her father tried to set-up business in Paris with his brothers, during the Depression. He came home to die of a respiratory infection in 1932. Perla has memories of this time.
After her father died, Mala Rywka decided to move the entire family to Paris where her husband’s two brothers lived, in 1933. They first lived in Montmartre, in the 18th arrondissement and the girls attended the local public school (During the interview, Perla searched for the expression in French “école communale”) for girls situated on the rue Marcadet. Perla learned quickly and her teacher commended her for doing so well. Later, her uncles gave the family an unused store for lodging.
Perla remembers that her brother Raymond or “Rachmil” (later deported), the “nice one”, went to work right away, picking up supplies at the train stations on his bicycle and delivering hats to shops. 
The family made felt, straw, and cloth hats. Mala Rywka was put to work doing piece work and received her lodging and a small stipend for food as her only payment. Perla’s older sister Chaja or Hélène was tall and quite attractive and she tried to get work as a model. She studied French at home.
When Jews were required to register at the local mayor’s office, Perla’s mother did so. Perla does not remember the first time she was made to wear the yellow star. Actually, she does not remember wearing it at all.
The day of the “Rafle”, Perla remembers sensing the danger, wanting to flee and pressing her mother to leave, but her mother kept packing things. She distinctly remembers looking out the window and seeing a man and his little girl walk down the street, his daughter hiding her face in her father’s coat, and how upset this made her. Mala Rywka gave her daughter a loaf of bread with money in it and told her to wait for her at the metro station near-by, the Hôtel de Ville. Perla remembers waiting in the street for hours, but her mother did not come. She remembers noting that everything was running “normally”, buses and cars in the streets, people going to work, as if nothing was happening. Finally, she went to the rue Ferdinand Duval in the near-by Marais, a Jewish section, where her Aunt Fanny lived with her son Billy and her aunt took her in. 
Several days later, she returned to her own apartment (it is not clear if this is in the 18th arrondissement or elsewhere) to try to get some clothing and the concierge told her that she could not open the door, which had been sealed by the police, and that she would have to go to the local police station to get access. Apparently, the concierge was the wife of a policeman, which was common at the time. She may have denounced the Jewish families who lived in her building. 
Perla gave her aunt all the money her mother had left her and they met with relatives on Aunt Fanny’s side who were in touch with a network to get Jews to the free zone, crossing the demarcation line. Everything was well-organized. The “passeur”, his sister, and mother took Perla with them on a bus to Dijon, where they were they taken to a farmer’s house in the country. They then took a bus to Macon and were greeted by people in a restaurant. Perla then took a train from Macon to Carcassonne alone and though a policeman was checking papers, he apparently thought she was with the couple in the same compartment. From Carcassonne, she took a bus to Esperaza, where her two uncles, cousins, and her brother had taken refuge.
The family had chosen this town because one of the major providers of felt for hats lived there and allowed everyone in the Hauszwalb family to make a good living. However, the woman who lodged the family got tired of one of her uncle’s incessant disputes with his wife and later denounced the uncle to the Milice. He was deported, never to return.
Perla was taken to a boarding school in Limoux, where the other students were not too friendly. The only other girl who was nice to her was Protestant. She shared her food packages with Perla. The mother of another student did bring a blanket for her. Perla was the only Jewish girl at the school, but a family named “Picard” (Perla searched for the French word describing the father’s profession, which was probably “brocanteur”, someone who buys and sells antique or second-hand furniture). 
The family had four children and even wanted to adopt Perla when it seemed clear that she had no parents. She had very little of anything. From time to time, her uncle and family visited and took her to the grocery store. Perla remembers going to Grenoble for summer vacation, but that her uncle and older brother (the one who always “ends up on his feet”) escaped into Switzerland, but it was considered too dangerous for her to try.
At one point, the family no longer had money to keep her at the school, but the headmistress and teachers arranged for her to stay, supervising the studies of the younger students.
Mrs. Nunez says that the people of Limoux were very kind to her.1 She said that it was at this time that she really felt “French” and no difference between her and the others. She passed the first part of her baccalaureate exam in Montpellier. Perla returned to Paris in 1947 and finished her studies in a girls’ school in Versailles, where she passed the second part of her baccalaureate exam. She registered at the Sorbonne, but did not have enough money to continue her studies. Her older brother and his wife were very unwelcoming to Perla.
The Jewish aid organizations she contacted would not help her because she had some living relatives. One uncle found her a small maid’s room on the rue Ferdinand Duval. Perla met Gicacomo Nunez at a place where young Jews met to go on hikes or organize other activities – it may have been the Jewish scouts or another Jewish youth group. Her husband, Giacomo Nunez, describes how they went to Tunisia to meet his mother and how they were married there several months later. they have four children and five grandchildren and currently live in Chevy Chase, Maryland, where they moved in 1996.
Nota bene: for other information on Mrs. Nunez’s time in Limoux, please consult her written testimony in French or English, included in her file.

04/12/2014
Lien : USHMM

[Compléter l'article]

Sauvée par Gérard Persillon

Gérard Persillon* est un jeune Commissaire de Police, affecté à Limoux. Il fait partie de la Résistance. 
Il passera en Espagne au printemps 1944 pour aller en Afrique du Nord où il rejoindra les forces de la France Libre.
 
Moszek Hauszwalb, le père de Perla, était le descendant de Kazimierz Dolny d’une famille de chapeliers. Les deux frères ainés de Moszek, Henri et Maurice sont arrivés en France après la première guerre mondiale et ont démarré une entreprise de confection de chapeaux. Moszek épouse Mala Rywka Akselrad, fille d’un commerçant aisé de Varsovie. Le couple s’installe à Pulavi, et a cinq enfants (trois filles et deux garçons), dont Perla, née en 1928, est la plus jeune. La mère Mala Rywka essaie de démarrer une petite boutique de chapeaux. Les affaires ne marchent pas et en 1929 Moszek décide de rejoindre ses frères en France, en espérant faire venir rapidement sa femme et ses enfants restés en Pologne. Malheureusement il tombe malade en France, rentre en Pologne où il décède en 1931.
 
En janvier 1933, Mala Rywka et ses cinq enfants arrivent en France pour rejoindre les frères de Moszek à Paris. La fille ainée Hélène et les deux garçons travaillent dans l’atelier de chapeaux de leurs oncles au 30 Rue Vieille du Temple (« Société France Chapeaux).
 
Le jour de la rafle du Vel d’Hiv Perla, âgée de 14 ans, avait rendez-vous avec sa mère et sa sœur Bella devant la station de métro Hôtel de Ville. Ne les voyant pas venir, Perla rentre à la maison, trouve des scellés sur la porte, essaie d’obtenir les clés au Commissariat dont le Commissaire lui demande de partir vite. Finalement elle va chez une tante, Fanny Akselrad, dont le mari était prisonnier de guerre en Allemagne.
 
Après la guerre, Perla apprendra que sa mère et sa sœur sont restées à Drancy et déportées sans retour le 24 juillet 1942.
 
La tante Fanny organise le départ de Perla pour Espéraza près de Carcassonne en zone libre, où elle devait retrouvé son frère Shlomé et ses oncles. Elle part avec une famille qui voulait passer aussi en zone libre, se sépare de cette famille (qui voulait aller en zone d’occupation italienne) et arrive seule à Carcasonne.  Le départ avait été organisé par les Eclaireurs Israelites et Perla avait reçu une fausse carte d’identité au nom de Paulette Rivière. Elle avait 14 ans à l’époque.
 
A Espéraza elle retrouve son frère Shlomé, ses oncles Henri et Maurice et la femme de ce dernier, Rosette. Après une tentative non réussie de prendre un bateau pour les Etats Unis, Oncle Maurice va avec Perla au Collège de Limoux qui desservait toute la région, explique la situation à la Directrice, Germaine Rousset* qui accepte d’inscrire la fille pour l’année scolaire. Maurice paiera d’avance les frais d’internat pour l’année scolaire.
 
Perla va passer quatre ans au Collège de Limoux. La Directrice était au début réservée à son égard, mais Perla s’est liée d’amitié avec les enfants de cette dernière. Elle a eu froid, elle a eu faim, mais elle s’était très bien intégrée.
 
Après l’occupation de la zone libre, oncle Maurice est envoyé a Majdanek suite à une dénonciation. Oncle Henri avec la femme et les enfants de Maurice ainsi que Shlomé, le frère de Perla réussissent à passer en Suisse. Germaine Rousset* va protéger Perla pendant toute cette période. Grace à son intervention, Perla obtiendra des faux papiers d’identité, émis par Gérard Persillon*.
 
Sans la vraie-fausse carte d’identité au nom de "Perla Auswald", délivrée en toute connaissance de cause par le Commissaire Gérard Persillon*, Germaine Rousset* n’aurait pas eu la possibilité d’héberger Perla dans son Collège.
 
En 1944, comme personne ne payait les frais d’internat de Perla, Germaine Rousset* s’est arrangée pour qu’une famille de la région l’embauche au pair pendant les vacances scolaires comme perceptrice des enfants. Par la suite, Perla sera nommée surveillante au pair à l’école.
 
Perla s’est mariée, a aujourd’hui des enfants et des petits enfants. Elle est revenue en 1998 à Limoux où elle a rencontré des amis et des amies avec lesquels elle avait partagé les années au Collège.
 
Le commissaire Gérard Persillon*, quant à lui,  s'engage très vite dans la résistance. Membre du SSMF-TR et de l'AS, il accueille et assure la sécurité d'agents venus d'Alger, fabrique et fournit de faux-papiers, recueille de précieux renseignements (dont des informations qui sauvent le maquis de Picaussel), organise des passages clandestins à la frontière espagnole (dont celui d'un groupe de l'anncienne unité du général de Lattre). Informé de son arrestation prochaine, il fuit vers l'Espagne et Barcelone le 26 mai 1944 avant de rejoindre la France Libre à Alger. Après-guerre, il poursuit sa carrière dans la police. Il prend sa retraite en juin 1975, étant alors en poste à la direction départementale des polices urbaines à Marseille. 

24/01/2015

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
2 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
3 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
4 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
5 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
6 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
7 Oral history interview with Perla Nunez (Perla Hauszwalb Nunez (born in Pulawy, Poland on January 6, 1928) discusses growing up in an Orthodox Jewish family; moving to Paris, France in 1933 with her family and attending a public school; being required to register as Jews at the local mayor’s office; the first roundup of Jews in France; crossing the demarcation line to the free zone with the help of an underground network; eventually traveling to Espéraza, France; going to a boarding school in Limoux, France, where she was the only Jewish girl; her feelings of being French; returning to Paris in 1947 and finishing her studies in Versailles; not receiving help from Jewish aid organizations; meeting her future husband, Giacomo Nunez; traveling to Tunisia; and moving to Maryland in 1996. )
8 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
9 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019