Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
741 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4164 Justes de France
920 résistants juifs
11411 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1266 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page

À lire, à voir…
L'AJPN n'a pas encore répertorié les ouvrages et vidéos. Contribuez à l'enrichissement en les ajoutant vous-même en cliquant sur “Ajouter un ouvrage”, ci-dessous.
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Marguerite Tyger

Fille de Madame Tyger
Texte pour ecartement lateral

Nom de naissance: Tyger
Date de naissance: 1930
Aidé ou sauvé par : - Henri Debauge - Thérèse Debauge
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Histoire
Durant l'Occupation, Madame Tyger et sa fille Marguerite vivent à Paris dans le 11e arrondissement.
Pour échapper aux rafles éventuelles, elles ont pris l'habitude de dormir chaque soir dans une chambre de bonne de l'immeuble qui appartient à une amie, Madame Spigler, mais Marguerite contracte une bronchite obligeant la mère et la fille à revenir dormir dans leur appartement.
Suite aux conseils d'une voisine, elles remontent dans leur cachette.
Le 5 février 1944, à 6 heures du matin, elles entendent la Gestapo frapper en dessous de chez elles. Elles vont rester trois semaines sans oser sortir, ravitaillées par des voisines. De plus, un appartement voisin – vide à la suite de la déportation de ses occupants – a été transformé en maison close et se trouve très fréquenté la nuit par des soldats allemands.
Grâce à l’aide de voisins et d’une cousine catholique, Marguerite, 14 ans, et sa mère parviennent finalement à quitter l’immeuble « sur la pointe des pieds » et sont convoyées jusqu’à Brueil-en-Vexin chez Henri* et Thérèse Debauge*, amis du directeur de l’entreprise où travaille Madame Tyger, la mère de Marguerite.
Henri Debauge* est le maire de cette commune. Avec sa femme, Thérèse*, il va aider les deux fugitives sans aucune contrepartie financière. Elles ont été considérées avec générosité et bonté jusqu'à la Libération, en septembre 1944.

Marguerite Tyger a témoigné de sa reconnaissance envers cette famille à qui elle doit la vie et avec qui elle est restée très liée jusqu’à leurs décès. « J’avais 14 ans quand je suis arrivée ici. Jamais je n’oublierai ces personnes qui nous ont accueillies sans rien en retour. On avait tout ce qu’il nous fallait et on était en sécurité. Nous faisions partie de la famille. J’espère que cela servira d’exemple aux jeunes générations, pour qu’elles continuent à se donner la main ».
Et Jean-Louis Debauge, le fils d’Henri* et Thérèse Debauge* d'ajouter : « Avec cette distinction, nos parents sont inscrits dans l’histoire. Ils resteront à jamais des Justes parce qu’ils n’ont pas hésité à pratiquer cette main tendue à l’autre. C’est ce message d’amour qu’ils ont souhaité nous laisser et c’est notre devoir de le transmettre ».

03/10/2008

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019