Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
772 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11834 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Paris

Région :
Île-de-France
Département :
Paris

Préfets :
Achille Villey-Desmeserets
(1934 - 1940) Achille Joseph Henri Villey-Desmeserets, Préfet de la Seine (1878-1953)
Charles Paul Magny
(13/10/1940 - 19/08/1942) Préfet de la Seine (1884-1945)
François Bard
(14/05/1941 - 01/06/1942) Amiral François Marc Alphonse Bard, Préfet de police de la Seine (1889-1944)
Amédée Bussière
(01/06/1942 - 19/08/1944) Préfet de police de la Seine lors de la rafle du Vél d’Hiv (1886-1953)
René Bouffet
(19/08/1942 - 19/08/1944) Préfet de la Seine. Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
Marcel Pierre Flouret
(1944 - 1946) Préfet de la Seine (1892-1971)
Charles Léon Luizet
(1944 - 1947) Préfet de police de la Seine (1903-1947)

À lire, à voir…

Marie-Claire Scamaroni Marie-Claire Scamaroni
Indomptable et Rebelle

ACHETER EN LIGNE

Benoît Rayski Benoît Rayski
L'affiche rouge

ACHETER EN LIGNE

Roselyne Bosch Roselyne Bosch
La Rafle

ACHETER EN LIGNE

Philippe Castetbon Philippe Castetbon
Ici est tombé

ACHETER EN LIGNE

Janine Gerson Janine Gerson
Bella : Itinéraire mémoriel

ACHETER EN LIGNE

Julien Blanc Julien Blanc
Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l'Homme 1940-1941

ACHETER EN LIGNE

France Hamelin France Hamelin
Femmes en prison dans la nuit noire de l'occupation - Le Dépôt, la petite Roquette, le camp des Tourelles

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Hitler à Paris - Juin 1940

ACHETER EN LIGNE

François Szulman François Szulman
Le Petit Peintre de Belleville

ACHETER EN LIGNE

Hélène Berr Hélène Berr
Le Journal d'Hélène Berr : 1942-1944

ACHETER EN LIGNE

Pierre Sudreau Pierre Sudreau
Sans se départir de soi

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Jacques Biélinky Jacques Biélinky
Renée Poznanski
Journal, 1940-1942 : Un journaliste juif à Paris sous l'Occupation

ACHETER EN LIGNE

Zysman Wenig Zysman Wenig
Hélène Wenig
Lettres à Khayè : Correspondance clandestine d'un amour en temps de guerre

ACHETER EN LIGNE

Joseph Weismann Joseph Weismann
Après la rafle

ACHETER EN LIGNE

Pierre Lubek Pierre Lubek
La Shoah : hériter du silence

ACHETER EN LIGNE

Anne Sinclair Anne Sinclair
21 rue La Boétie

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Françoise Siefridt Françoise Siefridt
J'ai voulu porter l'étoile jaune : Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante

ACHETER EN LIGNE

Rachel Ségal Rachel Ségal
Ecole de la rue Tlemcen

 

Jean-Claude Bartoll Jean-Claude Bartoll
Agnès Barrat-Bartoll
Cédric Hervan
Le dernier des Schoenfeld

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

David Feuerwerker

Texte pour ecartement lateral

Paris 75000 Paris
Date de naissance: 02/10/1912 (Genève (Suisse))
Date de décès: 20/06/1980 (Montréal (Canada))
Réseau de sauvetage : Bredoux Marie-Gonzague
Berger Marie-Thérèse
Profession: Rabbin
Qualité: Résistant
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

David-Feuerwerker
David Feuerwerker
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Histoire

David Feuerwerker, rabbin, résistant, enseignant, historien

Le père, Jacob fait office de shohet (sacrificateur) pour la communauté israélite de Genève. La législation helvétique interdisant l’abattage rituel, il se borne en réalité à découper sur place les carcasses importées de Lyon. Ayant immigré en Suisse au début du siècle depuis la ville de Sighet en Hongrie, il n’obtint jamais la citoyenneté suisse et c’est grâce au statut d’apatride conféré par la Société des Nations qu’il put résider dans ce pays. Rappelons que la Suisse est un des derniers États de l’Europe occidentale à avoir émancipé les Juifs et si l’égalité des droits est enfin acquise en 1874, l’obtention de la citoyenneté suisse a toujours été très difficile. La mère, née Régine Neufeld, est issue d’une famille installée en Suisse depuis le XVIe siècle, originaire de Lakenbach en Autriche. Le couple a dix enfants : sept filles (Betty, Rachel, Éva, Miriam, Deborah, Hélène, Esther) et trois garçons : Moïse (décédé dans sa jeunesse), Salomon et David, le plus jeune.

Jacob étant décidément empêché d’exercer ses fonctions de shohet en Suisse, la famille s’exile en France, pour ne revenir en République helvétique que dans les années trente. Les Feuerwerker, au début des années vingt, ouvrent une pension de famille à Évian. En 1924-1925, le jeune David est envoyé par ses parents au Talmud Tora de la rue Vauquelin, à Paris, puis au Séminaire rabbinique. Il en sort rabbin en 1937, formé, entre autres, à partir de 1932, par le grand rabbin Maurice Liber devenu, à cette date, directeur du Séminaire et qui lui transmet sa passion de l’histoire. Il est aussi diplômé en langues sémitiques anciennes de l’École des langues orientales de Paris. À la fin de ses études, il dirige de nombreux cultes dans la région où habitent ses parents, vers lesquels il revient dès qu’il le peut ; ainsi on le trouve à Bar-le-Duc en 1935 et à Genève pour des offices destinés aux Éclaireurs israélites de France (EIF) en 1936. Ayant demandé et obtenu la nationalité française cette même année, il part en 1937 en Alsace faire son service militaire dans une division hippomobile, puis, revenu parmi les siens, il s’occupe de l’alimentation rituelle de la communauté d’Évian.

Selon ses propres dires en 1942, il aurait accepté, avant la guerre, le poste de rabbin-remplaçant à Mulhouse, avant de prendre en charge la synagogue de la rue Notre-Dame-de-Nazareth à Paris, puis celle de la Victoire. C’est dans ce temple qu’il épouse le 28 novembre 1939 une licenciée en droit : Antoinette Gluck, née le 24 novembre 1912 à Borgerhout (Belgique). De leur union naissent six enfants : Atara (née en 1943), Natania (1946), Hillel (1949), Élie (1948), Emmanuel (1951) et Benjamine (1952).

Il s’illustre particulièrement pendant la seconde guerre mondiale, ce qui lui vaut plus tard de nombreuses décorations : Croix de guerre 1939-1945 avec palmes et citation à l’ordre du régiment (décret du 1er août 1953), Légion d’honneur à titre militaire (au grade de chevalier, décret du 31 juillet 1953), Croix du Combattant volontaire de la Résistance (1958, en même temps que sa femme et le même jour que Germaine Ribière, selon son fils Hillel). Mobilisé au début du conflit, il fait la campagne de France en 1940 comme sous-officier d’artillerie, sa bravoure lui valant une lettre de félicitations du général Henry Martin, commandant militaire de la région de Marrakech et de la Légion d’Afrique du Nord. Démobilisé à Vichy même, en 1940, il est affecté par le Consistoire au rabbinat des réfugiés de Brive-la-Gaillarde et de la Corrèze avec résidence à Brive-la-Gaillarde (il habite au 30 avenue Pasteur). Il fonde l’Association cultuelle israélite de Brive-la-Gaillarde et de la Corrèze, reconnue par la sous-préfecture de Brive-la-Gaillarde le 25 janvier 1941, et assure le culte israélite dans trois départements : la Corrèze, la Creuse et la Haute-Vienne. De son côté, sa femme Antoinette assume le rôle d’institutrice clandestine à Brive-la-Gaillarde pour plus de 80 élèves réunis par son époux.

Il aide financièrement le centre de Beaulieu en Corrèze, où les EIF abritent des enfants juifs de 4 à 18 ans. Beaulieu était alors dirigé par Jacob Gordin (1896-1947), pédagogue et éducateur qui fut aussi bibliothécaire de l’Alliance israélite universelle de 1936 à 1940, et par Léo Cohn (1913-1944), chef scout charismatique, mort en déportation. Il parvient en outre à faire échapper des prisonniers du camp de Gurs : « c’est à lui que plusieurs centaines de résistants ont dû les faux papiers qui leur ont permis d’échapper aux recherches de la Gestapo » ainsi que le précise le texte de sa nomination au grade de chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur.

D’août 1942 à juin 1943, il est appelé à seconder à Lyon le rabbin Bernard Schönberg qui remplace depuis 1936 le grand rabbin Sèches, malade et âgé de 78 ans. Le 21 juin 1943, il est à nouveau affecté au ressort des départements de la Corrèze et du Lot avec résidence à Brive-la-Gaillarde. Ces charges l’obligent à ralentir son activité officielle de rabbin mais pas son activité dans la Résistance pour toute la région sud, où il est connu au sein du mouvement Combat sous le nom de code de « Portal ». Retenons à ce sujet le témoignage d’Edmond Michelet, résistant au sein du même réseau : « Henry Frenay avait bien mis en garde les Juifs contre le danger particulièrement redoutable pour eux de participer activement à notre organisation» et il cite en particulier pour souligner leur courage : « Les deux Cerf (Ferrière et Joseph), toute la famille Bernard, le rabbin David Feuerwerker, ses jeunes agents de liaison, Rose Gluck et Taubert et bien d’autres… ».

Sauvé de l’arrestation à l’automne 1943 grâce au réseau du Témoignage chrétien, il passe en Suisse où Antoinette, cachée dans un couvent, tente en vain de le rejoindre. Refoulée à la frontière, elle se replie sur Lyon. David retourne en France clandestinement et participe aux combats de la Libération à Lyon. Devenu rabbin de la synagogue lyonnaise du quai Tilsitt, il fonde L’Unité avec le chrétien Aimé Pallière en mai 1945. Une amitié indéfectible lie les deux hommes. Ainsi le rabbin Feuerwerker secourt Pallière, malade et sans argent, en lui organisant un long séjour en Suisse durant l’hiver 1945 et le printemps 1946, tandis que, reconnaissant, Pallière lui lègue à sa mort ses Judaïca et ses Hebraïca.

Nommé par le Consistoire central rabbin de Neuilly où il est installé le 1er décembre 1946 (il y fonde un cercle d’études), il est, de 1948 à 1958, rabbin de la synagogue de la rue des Tournelles qu’il quitte contre son gré pour poursuivre sa carrière rabbinique à la synagogue de la rue Chasseloup-Laubat en remplacement de Meyer Jaïs, élu au grand rabbinat de Paris. Il y institue des offices quotidiens matin et soir. Il assure par ailleurs la direction de l’enseignement religieux au consistoire de Paris à partir de 1950. Ses dépenses éducatives (personnel, locations, matériel) jugées excessives et non autorisées par la commission religieuse lui valent des sanctions en 1953. Il offre sa démission, qui est acceptée. L’affaire pèsera lourd dans son échec lorsqu’il postulera au poste de grand rabbin de France

Outre ces fonctions, il est aussi aumônier des lycées (Charlemagne, Henri IV et Victor Hugo), des hôpitaux (Hôtel-Dieu, Pitié-Salpétrière) et de la prison des femmes de La Petite Roquette. Sans oublier sa charge d’aumônier général : il fut en effet le fondateur et le premier directeur de l’aumônerie israélite de la Marine nationale, qui l’envoie, à plusieurs reprises, en mission pour une quinzaine de jours en Afrique du Nord.

Intellectuel de renom, il fonde en 1950 et dirige le cercle d’études du Marais pendant quinze ans, au 14 place des Vosges, où il réside. Le rayonnement du cercle s’étend à l’étranger et lui vaut la Grande Médaille de vermeil de la Ville de Paris. Déjà chevalier du Mérite social (1950) et officier d’Académie (1954), il reçoit en 1954 le Prix Zadoc Kahn. En 1955, il se présente au poste de grand rabbin de France. Fort de ses titres militaires et conscient des services rendus à la communauté juive de France, il veut croire à ses chances. Mais, face à Jacob Kaplan, qui assure depuis la mort d’Isaïe Schwartz en 1953 l’intérim du poste avec Henri Schilli, sa candidature n’est pas retenue et il termine sa carrière en France comme grand rabbin adjoint au grand rabbin de Paris.

Tout en se dépensant au sein du rabbinat pour l’accueil de ses frères du Maghreb dans les années 1950 et 1960, il décide de se consacrer à l’histoire. Pendant cette période en effet, il soutient un doctorat de 3e cycle à la faculté des Lettres de Paris et, devenu docteur ès lettres en 1961, s’affirme comme l’historien de l’Émancipation des Juifs de France. C’est à ce titre qu’il enseigne à l’École pratique des hautes études (6e section), récoltant ainsi le fruit de plus de quinze ans de recherches initiées en 1940, au cours de la débâcle, par la découverte dans des décombres d’un des « pamphlets des abbés Lémann », Augustin (1836-1909) et Joseph (1836-1915), deux frères juifs convertis et convertisseurs effrénés. Tel est du moins le récit fait par David Feuerwerker à sa famille. Il pourrait s’agir d’un des ouvrages de Joseph Lémann qui se rapprochent le plus de l’objet d’étude de David Feuerwerker : L’Entrée des israélites dans la société française et les États chrétiens d’après des documents nouveaux, publié chez Lecoffre en 1886, ou bien, du même auteur, La Prépondérance juive. Ses origines (1789-1791), qui paraît chez le même éditeur en 1889, ou encore sa suite : Napoléon premier et les israélites (1808-1815), publiée en 1894. Une série de crises cardiaques oblige le rabbin à restreindre ses nombreuses activités extérieures et il transforme sa chambre en bureau où il travaille au milieu de ses archives. Il écrit en 1965 pour Les Annales un article de référence : « Les Juifs en France. Anatomie de 307 cahiers de doléances de 1789 ».

En 1966, il quitte la France avec toute sa famille, car un poste de professeur lui est offert à l’université de Montréal où il enseigne d’abord la sociologie, puis l’histoire jusqu’à l’âge de la retraite. Toujours très actif malgré ses soucis de santé, il fonde et dirige la section des études juives de l’université de Montréal. Tenant de la stricte orthodoxie, il continue d’officier en tant que rabbin non consistorial et non rattaché à une synagogue. Il réunit en effet chez lui une cinquantaine de personnes de la communauté juive francophone du Québec qu’il dirige au sein du Vaad ha-ir, le conseil représentatif des Juifs de la ville de Montréal. Dans ce cadre, il siège également au Bet Din (tribunal rabbinique). Il a encore la joie de voir publier en 1976 à Paris son Émancipation des Juifs en France de l’Ancien Régime à la fin du Second Empire et décède, rue Woodbury, à Montréal.

Bibliographie
ŒUVRES
"Daniel Rops et 'Le peuple de Dieu'", Évidences, 1951 ; "Les Juifs en France. Anatomie de 307 cahiers de doléances de 1789", Annales, Sociétés, Économies, Civilisations, 1965, 20e année, n°1, pp. 45-61 ; L’Émancipation des Juifs en France de l’Ancien Régime à la fin du Second Empire, Paris, Albin Michel, coll. "Évolution de l’humanité", 1976, 775 p. ; articles dans Le Journal des communautés, L’Unité.

SOURCES
Arlette Lévy, "Les aumôniers juifs durant la seconde guerre mondiale", Revue d’histoire de la Shoah, n°169, mai-août 2000 ; AIU, Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine 2, boîte 4-8 : "Proposition de nomination au titre de Grand Rabbin de David Feuerwerker par le Consistoire de Corrèze, 8 septembre 1942", lettre de félicitations du général Henry Martin pour sa bravoure au combat, "Discours de David Feuerwerker, le 7 août 1942, à la synagogue de Lyon" ; Archives du Consistoire central, registre AA 42, délibération du 3 décembre 1952 : démission de D. Feuerwerker ; Archives du Consistoire non classées : Projet de tableau des ressorts rabbiniques, 21 juin 1943. Original de la nomination au grade de chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur par décret du 31 juillet 1953. Edmond Michelet, Rue de la Liberté (Dachau 1943-1945), Paris, Seuil, p. 50. Calendrier Grünewald 1942-1944, reproduit dans L’Arche n°498-499, septembre 1999, p. 14. Roger Berg, Histoire du rabbinat français, Paris, Cerf, 1992, p. 203. 80 ans. Synagogue Chasseloup-Laubat, Paris, 1993, p. 37. La Synagogue de Neuilly. 150 ans d’une communauté, collectif sous la direction de Sylvie Zenouda, Neuilly, 2000, p. 239. Bulletin de nos communautés, t. 2, 1946, n°10, p. 9, n°22, p. 11 et n°25, p. 6 ; t. 6, 1950, n°11, p. 6 et n°13, p. 8 ; t. 9, 1953, n°18, pp. 4 et 9 ; t. 10, 1954, n°6, p. 7 ; t. 14, 1958, n°2, p. 79 ; Univers israélite, t. 91 (1935), pp. 76, 737, 749 ; t. 92 (1937), p. 510 ; t. 93 (1937), pp. 44 et 87 ; t. 95(1939), p. 50. L’Unité, consulté du n°1 paru le 29 décembre 1944 au n°28 du 20 septembre 1946. Journal des communautés, 1, 1950, n°1, p. 4, n°14, p. 7 ; 2, 1951, n°22, p. 7 ; 4, 1953, n°83, p. 9, n°87, p. 16 ; 5, 1954, n°95, p. 15, n°97, p. 10, n°98, p. 3 ; 6, 1955, n°125, p. 6, n°127, p. 11, n°130, p. 9, n°132, p. 2 ; 14, 1958, n°2, p. 79. Archives familiales Feuerwerker et entretien avec Hillel Feuerwerker, le 14 octobre 2000.

Auteur : Catherine Poujol "David Feuerwerker, rabbin, résistant, enseignant, historien", Archives Juives 2/2002 (Vol. 35), p. 136-140.
URL : www.cairn.info/revue-archives-juives-2002-2-page-136.htm.

13/09/2011
Auteur : Catherine Poujol Lien : Archives Juives

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
2 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
3 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
4 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
5 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
6 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
7 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
8 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019