space Connexion :   Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

278 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1145 lieux d'internement
633 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3824 Justes de France
738 résistants juifs
8622 personnes sauvées, cachées
Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Ressources
Espace enseignants
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins Exposition pédagogique
L'enfant cachée

Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page

Texte pour ecartement lateral

Moussa Abadi

dit Monsieur Marcel
Texte pour ecartement lateral

Nice 06000 Alpes-Maritimes
Date de naissance: 17/09/1910 (Damas (Syrie sous mandat français))
Aidé ou sauvé par : - Paul Rémond Réseau de sauvetage : Rémond Paul
Gagnier Pierre
Gagnier Hélène
Fort Alban
Qualité: Résistant juif
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Moussa-Abadi
Moussa Abadi
source photo : Les enfants et amis Abadi
crédit photo : D.R.
Histoire

Moussa Abadi naît le 17 septembre 1910 à Damas en Syrie (sous mandat français) dans l'un des plus vieux ghettos du monde, de Nassim Abadi et de Farida Katran. Il perd sa mère à l’âge de 12 ans une semaine avant l’examen du certificat d’étude, qu’il réussit malgré tout. Il est élevé par ses grands-parents maternels dans un environnement très religieux.

Il fait des études à l’Alliance Israélite, jusqu’en troisième, puis chez les Lazaristes où il présente son baccalauréat bilingue qui lui permet d’enseigner le français dans une école musulmane. Parallèlement, il réussit un concours pour l’obtention d’une bourse afin d’intégrer l’École des Chartes à Paris mais cette formation lui est refusée par le ministère syrien de l’Éducation parce qu’il est juif. Il opte alors pour la Sorbonne et reçoit une bourse d’étude.

Il arrive à Paris en décembre 1929 sur le Lamartine. Bien qu’arrivé en milieu d’année scolaire, il réussit le concours en six mois au lieu des deux années de préparation prévues Il séjourne 18 mois à Paris pendant lesquels, outre ses études, il découvre l’art théâtral. En tant que boursier, Moussa doit contractuellement plusieurs années d’enseignement à la Syrie. Il doit repartir à Damas.

En février 1933, Moussa  revient en France sur le Champollion. Il a de nouveau une bourse et reprend ses cours à la Sorbonne. En juin 1933, il obtient une licence ès Lettres et un certificat de Psychologie infantile.

Passionné par la politique, il refuse de n’être qu’un témoin. Il rencontre Bernard Lecache et adhère à la LICA (Ligue Internationale contre l’Antisémitisme).

Il suit à la Sorbonne les cours d’un célèbre médiéviste : Gustave Cohen. Pour illustrer les fabliaux du Moyen Age, Gustave Cohen propose à ses étudiants de créer la première troupe théâtrale de la Sorbonne. Le 5 mai 1933, Moussa y joue "Le Miracle de Théophile" de Ruteboeuf avec Marcel Schneider, Jacques Chaillet et pour metteur en scène Chancerel. Les « Théophiliens » sont nés.

Moussa commence une thèse sur laquelle il travaille pendant quatre ans et demi et dont le thème est l’origine du conte et du fabliau au Moyen-Age, sous la direction de Gustave Cohen.

En 1936, sa bourse est supprimée parce qu’il est juif. Gustave Cohen, son « maître », lui trouve des leçons particulières parce qu’il n’a plus de revenus. Moussa travaille sur Ronsard et est payé par Gallimard.

En 1937, avec les Théophiliens, il joue « Le Vrai Mystère de la Passion » sur le parvis de Notre Dame de Paris devant le président Albert Lebrun.

Cette même année, Moussa rencontre Copeau, Barsacq, Dasté et Svetlana Pitoeff et est engagé comme comédien dans la troupe de Barsacq au théâtre des "Quatre Saisons" sous la direction de Louis Jouvet. La troupe se produit au théâtre des Champs Elysées dans le "Roi Cerf" de Carlo Gozzi", ainsi que dans le cadre de l’Exposition Internationale de Paris. D’octobre 1937 à février 1938, la Troupe des Quatre Saisons est engagée par le French Theater of New York grâce à l’intervention de Miss Robinson, une riche mécène américaine. Celle-ci organise avec le Quai d’Orsay une tournée de cinq mois avec huit pièces dont Le Roi Cerf et Knock. Jouvet fait travailler Moussa pour le rôle de Knock.

Le 13 juin 1938, Moussa rentre à Paris et à l’automne, il quitte les Quatre Saisons. L’aventure de la coopérative théâtrale se termine.

En septembre 1939 : La France déclare la guerre à l’Allemagne.

En décembre1939, Moussa fait la connaissance d’Odette Rosenstock jeune femme médecin, chez une de leur amie commune, Olga. C’est aussi à cette époque que Moussa publie un article contre le fascisme sous le nom de Marcel Samade.

Le 8 juin 1940, Moussa part en vélo à Montargis voir Odette Rosenstock qui occupe les fonctions d’inspecteur médical. Il continue son voyage et arrive à Vichy le 14 juillet 1940 ; il rencontre le représentant des Etats du Levant au Ministère des Affaires Etrangères qui lui propose de rentrer en Syrie. Il refuse et poursuit son voyage vers Marseille puis Nice en zone libre. Il retrouve Gustave Cohen à Nice et met en scène plusieurs conférences que donne celui-ci sur les fabliaux médiévaux. C’est au cours d’une de ces représentations que Gustave Cohen présente Moussa à Monseigneur Rémond*.

En novembre 1942, Odette Rosenstock rejoint Moussa à Nice. Tous deux fréquentent un centre communautaire, boulevard Dubouchage, où un comité juif tente d’aider les nombreux réfugiés juifs.

Deux évènements sont à l’origine du Réseau Marcel qu’Odette et Moussa vont créer :

  • Avril 1942, à Nice, sur la promenade des Anglais, une femme juive est battue par des miliciens bottés. Un jeune enfant pleure au milieu d’un groupe qui regarde. Moussa ne supporte pas cette vision.
  • Novembre 1942, les italiens envahissent les Alpes Maritimes. Face à l’avancée allemande, de nombreux juifs autrichiens, allemands, belges, hollandais et français fuient et se réfugient à Nice. La région est sous contrôle Italien : ceux-ci n’appliquent pas les lois antijuives de Vichy

Au premier trimestre 1943, un jésuite, ami de Moussa, lui propose de rencontrer le père Penitenti, aumônier des troupes italiennes sur le front de l’Est, de passage à Nice. Don Julio Penitenti décrit à Moussa les pogroms et les persécutions des nazis dans l’Europe de l’Est. Moussa ne veut pas le croire, Don Penitenti sort son crucifix, le pose sur sa main et jure devant le Christ que ce qu’il raconte est vrai. Moussa court chez Odette et tous les deux décident de résister en sauvant les plus fragiles : les enfants.

C’est la naissance du Réseau Marcel qui sauva 527 enfants.

En août 1944, la Côte d’Azur est libérée. Moussa s’installe dans les locaux du commissariat aux questions juives. Les parents survivants viennent chercher leur(s) enfant(s). Ceux restés seuls sont confiés à l’OSE (Œuvre de Secours aux Enfants), institution qui dispose de structures permettant leur accueil. Moussa crée un service social qu’il transforme par la suite en dispensaire, lequel est transféré au 31 avenue de la Victoire.

Odette, de retour de déportation en juin 1945 rejoint Moussa à Nice et œuvre par la suite en tant que médecin du dispensaire. Ils le quitteront au début de l’année 1948.

Le 3 novembre 1959, Moussa épouse Odette à la mairie du 12e arrondissement de Paris.

Il renoue avec sa passion du théâtre et anime à Radio France Internationale une émission intitulée "Images et visages du théâtre d’aujourd’hui". De 1959 à 1980,  il réalise plus de mille entretiens radiophoniques avec des auteurs, des comédiens, des metteurs en scène, de jeunes talents inconnus du public (certains le deviendront), toujours au service de son interlocuteur, de la culture, du théâtre et de la langue française. De 1977 à 1981, il occupe le poste de président de la commission d’aide à la création dramatique, il est également membre de la commission d’aide aux jeunes compagnies.

Sa passion des lettres le conduit à l’Écriture. Il publie chez Julliard en 1985 la "Comédie du théâtre", en 1993, "La Reine et le Calligraphe" chez Christian de Bartillat. "La Reine et le Calligraphe" réçoit le grand prix de la nouvelle de l'Académie Française et sera traduit en hébreux. En 1999, parait Shimon le Parjure (œuvre posthume) aux Éditions Du Laquet.

19/07/2009

Source :
Les enfants et amis Abadi
Lien : Les enfants et amis Abadi

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]

13/09/2008 - Inauguration de la Place Moussa et Odette Abadi dans le 12e arrondissement de Paris, au croisement de la rue Montgallet, de l’avenue Daumesnil et de la rue de Charenton.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
2 Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés des Alpes Maritimes (l’AMEJDAM a été créée, à l’initiative de fils et filles de déportés, d’enfants cachés et d’anciens élèves des écoles de Nice et des Alpes-Maritimes, afin de pérenniser la mémoire des enfants juifs scolarisés dans ces établissements, arrêtés et exterminés en déportation, durant la Seconde Guerre mondiale. )
3 Guide des Archives départementales des Alpes maritimes (Guide des sources d'histoire de la Seconde Guerre mondiale conservées aux Archives départementales des Alpes maritimes )
4 La répression de la Résistance dans les Alpes-Maritimes (La répression de la Résistance par Vichy et par les occupants dans les Alpes-Maritimes. Dossier édité par le Musée de la Résistance azuréenne dans la perspective du Concours de la Résistance et de la Déportation. Il fournit un aperçu régional et des documents originaux, ainsi que des exemples de lieux de mémoire. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Alpes-Maritimes

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département :
Alpes-Maritimes

Préfets :
Paul Escande
(09/1944 - 08/1946)
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Jean Chaigneau *
(23/07/1943 - Mai 1944) Marie Joseph Jean Chaigneau, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse). Arrêté en mai 1944 par les Allemands, il est déporté au camp d'Eisenberg
Jean Moyon
(08/1944 - 09/1944) Préfet des Alpes-Maritimes
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse
ACHETER EN LIGNE

Fred Coleman Fred Coleman
The Marcel Network: How One French Couple Saved 527 Children from the Holocaust
ACHETER EN LIGNE

Andrée Poch Karsenti Andrée Poch Karsenti
Les 527 enfants d'Odette et Moussa
ACHETER EN LIGNE

Danielle Baudot Laksine Danielle Baudot Laksine
La Pierre des Juifs
ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
Nice, Caserne Auvare : Les transferts de Juifs de la région préfectorale de Nice... et de la principauté de Monaco vers le camp de Drancy en vue de leur déportation, août-septembre 1942
ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence
ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de l'AJPN sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de notre base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par l'AJPN et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans notre base de données.
* Juste parmi les Nations
| Avertissements | Association AJPN | Soutenir l'AJPN | Missions de l'AJPN | Document de présentation | Rapport moral | Statuts de l'association | Informations légales | Crédit | Remerciements | Contacter l'AJPN |
 
22 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014 AJPN tél. Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87