Soutenez le travail de l'AJPN
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages  
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France
15 annonces de recherche
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de commune
95 départements et l'étranger
1229 lieux d'internement
744 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4342 Justes de France
1069 résistants juifs
15934 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e Guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque : 1365 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Aveyron

Région :
Occitanie
Département :
Aveyron

Préfets :
Jean Moulin
(01/06/1938 - 21/02/1939) Préfet de l'Aveyron
M. Destarac
(21/02/1939 - 25/09/1940) Préfet de l'Aveyron
Charles Marion
(17/09/1940 - 11/1943) Général Charles Léonce Pierre Marion, nommé par Vichy préfet de l'Aveyron de septembre 1940 à décembre 1943, puis de Haute-Savoie. Arrêté, condamné à mort puis emprisonné à la Libération, il est enlevé par les maquisards et exécuté le 16 novembre 1944 dans la carrière de la Puya, lieu-dit sur le territoire d'Annecy (Haute-Savoie).|REF|Charles Marion sur Wikipedia.|REF|
Pierre Olivier de Sardan
(1941 - 1942) Préfet de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales)
Alfred Hontebeyrie
(11/10/1942 - 16/07/1944) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet de l'Hérault et de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales) (1895-1969)
M. Dupiech
(06/02/1944 - 07/1944) Préfet de l'Aveyron
Marcel Chapron
(07/1944 - 18/08/1944) Préfet de l'Aveyron
M. Moisset
(18/08/1944 - 24/08/1944) Préfet de l'Aveyron
Édouard Laguerre
(24/08/1944 - 01/02/1945) Préfet de l'Aveyron

À lire, à voir…

Geneviève Dreyfus-Armand Geneviève Dreyfus-Armand
Septfonds, 1939-1944. Dans l'archipel des camps français

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Jean-Michel Cosson Jean-Michel Cosson
Stéphane Monnet
L'Aveyron dans la Guerre 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Yvonne Exbrayat


Dossier Yad Vashem : 1672
Remise de la médaille de Juste : 13/09/1979
Sauvetage : Rodez 12000 - Aveyron
Type d'aide: Cache - Fournir de faux documents - Aménager un abri
Religion : Protestante
Nom d'épouse: Exbrayat

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Yvonne-Exbrayat
Yvonne Exbrayat
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Notice

Idebert Exbrayat* est né le 9 décembre 1913 à Calvisson. Après une jeunesse quelque peu tumultueuse, il se convertit à 20 ans.
En 1934, il est prédicateur laïc à Codognan, dans la Vaunage.
Il suit ses études de 1935 à 1937 à l'école de théologie méthodiste britannique de Richmond.
Il est admis au noviciat en 1938, un noviciat qu'il choisi d'effectuer dans l'Église Réformée de France. Il est placé à Rodez et il est consacré le 21 juin 1939 dans la chapelle Malesherbes à Paris.

Idebert Exbrayat* épouse Yvonne*. Ils auront 4 filles.
Ils vivent à Rodez, donc dans la zone restée libre jusqu'en novembre 1942.
Josué Lifshitz, résistant juif, rencontre le pasteur Idebert Exbrayat* début 1942. Il travaille avec lui jusqu'en 1943, plaçant dans des fermes des adultes juifs en difficulté. Il se met alors à fabriquer de faux papiers pour en munir les personnes cachées.

Vers la fin du mois d'août 1942, Idebert Exbrayat* est réveillé en pleine nuit par des coups frappés à la porte. C'était son voisin le rabbin avec sa femme et leurs cinq enfants, fuyant la police venue les arrêter. Le pasteur ouvrit grand la porte pour faire entrer les fugitifs. Un nouveau chapitre commençait alors dans la vie de la famille Exbrayat*, qui allait désormais de consacrer au sauvetage des Juifs… et aux réfractaires au STO.
Plusieurs trouveront refuge dans les fermes de sa paroisse.

Après avoir caché le rabbin et sa famille, il contacta M. Lifchitz, un Juif de Rodez, et lui demanda comment il pourrait se rendre utile. M. Lifchitz lui dit appartenir à un réseau clandestin qui fabriquait de faux papiers – lesquels permettaient à des Juifs qui se cachaient de se procurer des cartes d’alimentation et même, dans certains cas, de quitter la France pour se réfugier à l’étranger.

Yvonne* et Idebert Exbrayat* décidèrent d’aider ce réseau de huit personnes qui travaillaient dans des conditions hautement dangereuses – quatre d’entre elles furent tuées par les Allemands et deux autres capturées.

En mai 1940, Denise Sternberg, pianiste, quitta Paris, où elle était née en 1892 et se rendit à Rodez avec sa maman, Henriette Sternberg, âgée de 80 ans. Elles y firent la connaissance du pasteur. Comme en témoigna plus tard la pianiste, il ne ménageait pas ses efforts pour trouver des abris aux Juifs en détresse. Les deux femmes vécurent à Rodez jusqu’à l’occupation du sud de la France par les Allemands en novembre 1942. Apprenant que leurs noms figuraient sur une liste de Juifs à déporter, elles demandèrent l’aide du pasteur. Il réussit à les faire rayer de la liste. Après leur avoir procuré de faux papiers, il les accompagna en 1943 à Villefranche-de-Rouergue. Là, il les confia à un policier qui faisait de la résistance. Lorsque la situation dans cette ville devint à son tour intenable, Idebert Exbrayat* transféra Henriette Sternberg et a fille Denise Sternberg dans l’appartement d’un ami à Figeac, dans le Lot. Pendant toute une année, le pasteur leur rendit visite chaque semaine, apportant du ravitaillement.

En septembre 1942, Richard Lévy, jeune Juif allemand né en 1922, arriva à Rodez. Il s’adressa lui aussi au pasteur qui le présenta au directeur du lycée de la ville; il y fut embauché pour travailler aux cuisines.
Quand il devint dangereux de se cacher à Rodez, Idebert Exbrayat* lui trouva une nouvelle « planque » et un emploi dans un lycée de filles à Figeac.
En mai 1944, les Allemands effectuèrent une rafle dans la ville, arrêtant 750 personnes et fouillant à fond l’école. La directrice, Louise Gardère* prévint Idebert Exbrayat*, qui arriva aussitôt, emmena l’adolescent et le confia à un ami qui était chef d’équipe dans une mine voisine.
Richard Lévy resta caché pendant deux semaines dans une forêt proche de la mine près de Decazeville (Aveyron). Lorsque le danger fut écarté, le pasteur le ramena à l’école. Le jeune homme disparut après la guerre : il se révéla plus tard qu’il avait émigré aux Etats-Unis.
En 1978, le contact ayant été rétabli, il invita Yvonne* et Idebert Exbrayat* à lui rendre visite aux Etats-Unis.

Henri Lévy-Bruhl était un éminent professeur de droit à la Sorbonne, membre du partie socialiste, et ami de Paul Ramadier*.
Fils du philosophe, sociologue et anthropologue Lucien Lévy-Bruhl décédé à Paris en 1939, il est professeur de droit à la Faculté de droit de Lille, puis de Paris, ainsi qu'à l'École des hautes études en sciences sociales.
Jusqu'en 1942, les Lévy-Bruhl était réfugiés à Lyon, mais en novembre 1942 la zone est envahie par les Allemands et la résistance prévient rapidement le professeur afin qu'il trouve un lieu sûr.
Paul Ramadier*, maire de Decazeville, et son épouse Marguerite* vont accueillir Henri Lévy-Bruhl, son épouse Hélène, sa fille, Françoise, et sa belle-mère Mme Rauh.
A l'été 1944, la région de Decazeville n'est plus un lieu sûr et Paul Ramadier* lui-même risque l'arrestation.
C'est alors le pasteur Idebert Exbrayat* qui va aider Paul Ramadier* et trouver des caches pour chaque membre de la famille Lévy-Bruhl. Le pasteur leur trouve également des guides pour les amener à destination, sains et saufs. Henri Lévy-Bruhl trouvera refuge dans la maison d'un enseignant, ami de Paul Ramadier* qui lui obtiendra de faux papiers pour lui et pour son épouse.
Louise Gardère*, directrice d'un lycée de jeunes filles à Figeac, accueille Françoise Lévy-Bruhl en l'employant en tant que conseillère d'éducation et de surveillante, et lui fourni de faux papiers. Louise Gardère* trouve également un couvent qui va accueillir la grand-mère Mme Rauh.

Le 13 septembre 1979, Yad Vashem a décerné à Yvonne* et Idebert Exbrayat* le titre de Juste des Nations.
Le 17 janvier 1985, Yad Vashem a décerné à Louise Gardère* le titre de Juste parmi les Nations.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Yvonne Exbrayat
Lotte Eisner (Fille de Hugo)
Richard Lévy
Françoise Lévy-Bruhl (dite Fanchette)
Henriette Sternberg (Mère de Denise)
Denise Sternberg

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Les maquis en Cévennes (Pour la Mémoire, dans cet historique de la Résistance en Cévennes, il y a la saga d’une bonne partie de la Résistance M.U.R. du Gard, concernant ses maquis de l’Aigoual, mais aussi leur mouvance, de Nîmes, Le Grau du Roi, Sommières et même Ganges, étroitement uni à Lasalle, Saint Hippolyte du Fort et Valleraugue. C’est la mémoire d’une résistance populaire, encadrée par des hommes courageux, volontaires, qui n’étaient pas préparés à ces lourdes responsabilités et qui surent les assumer, avec raison et sans défaillance.
La montée en puissance de cette résistance, surestimée par l’adversaire, lui donna un grand rayonnement dans notre département. C’est aussi, la mémoire d’un pays de montagne moyenne, mais très accidentée, sorte de refuge dans lequel s'’est perpétuée une tradition d’accueil et de liberté. Les Cévennes. )
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
 * Juste parmi les Nations
 

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008-2024