space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
365 annonces de recherche
Actualités
Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
96 départements
1149 lieux d'internement
643 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3906 Justes de France
748 résistants juifs
9062 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Roger Staklin


Dossier Yad Vashem : 10697
Remise de la médaille de Juste : 27/03/2006
Sauvetage : Clans 06420 - Alpes-Maritimes
Profession: Garde forestier
Nom de naissance: Roger, Emile, Marie Staklin
Date de naissance: 29/01/1910
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Roger-Staklin
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Jusqu’en 1939, Marcel Bader et sa famille sont installés à Nice. Mobilisé à la déclaration de la guerre en 1939, Marcel Bader tisse des liens d’amitié avec Roger Staklin, camarade de régiment.
Après la défaite de 1940, Marcel Bader, revenu à la vie civile, perd son emploi de sous-directeur des Galeries Lafayette en application des lois de Vichy. Dès cette époque, Roger Staklin offre à la famille Bader de les aider en cas de besoin.
Roger Staklin entre dans l’administration, aux Eaux et Forêts comme garde forestier. Les liens amicaux et fraternels se sont encore renforcés avec Marcel Bader et sa famille, qui se sont fixés à Nice.
En septembre 43, les Allemands occupent Nice et sa région. La famille Bader avait loué pour les vacances un appartement, par l’intermédiaire de Roger Staklin, situé à Clans, petit village dans la vallée de la Vésubie.
Il n’est plus question de retourner à Nice, La famille juive se sait fichée par la milice française qui collabore avec les autorités allemandes en raison de l’action qu’ils menaient depuis 1936 en faveur de Juifs et de réfugiés politiques.
Un soir de 1943, Roger Staklin prévient la famille Bader qu’une arrestation est imminente, suite à une dénonciation, et qu’il fallait fuir. Ils sont accueillis, logés, nourris dans la maison de fonction habitée par la famille Staklin. Ce geste de solidarité et de bravoure se fait au péril de leur vie.
Cette situation n’est que provisoire, il faut trouver une nouvelle cache sûre. Roger Staklin les installe au hameau de Reveston. Il procure de fausses cartes d’identité, d’alimentation au nom de Badre et leur apporte de quoi se nourrir.
Les habitants du hameau de Reveston étaient au courant de cette situation. Le Maire, l’instituteur et la famille Marmiton étaient complices. Roger Staklin, aidé de son épouse, veillait à la sécurité de son ami de régiment et de sa famille. Il fait la liaison avec le monde extérieur jusqu’à la Libération de la France.
Après la guerre, les contacts, les liens entre les deux familles ont perduré, jusqu’au décès de M. et Mme Bader. Ces liens sont repris par leurs filles Myriam et Jacqueline.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='1425272643' order by champ5