Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
737 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11388 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1265 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Savoie

Région :
Auvergne-Rhône-Alpes
Département :
Savoie

Préfets :
Henri Maillard
(09/1940 - 01/1944) Préfet de Savoie.
Chef de cabinet : Michel Grollemund
Sous-préfet d'Albertville : Charles Richard

Yves Farge
(1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l\'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1899-1953).

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Jean-William Dereymez Jean-William Dereymez
Le refuge et le piège : Les Juifs dans les Alpes : 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Bruno Doucey Bruno Doucey
Si tu parles, Marianne

ACHETER EN LIGNE

Gilles Lévy Gilles Lévy
L'Auvergne des années noires 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Robert Serre Robert Serre
Vincent Giraudier
Hervé Mauran
Jean Sauvageon
Des indésirables

 

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Clandestins de la Liberté. Ligne de démarcation et frontière suisse. 1940-1944.

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Nicolas Andry Nicolas Andry
Objectif Lyon

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Guy Sanglerat Guy Sanglerat
Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

René Borel


Dossier Yad Vashem : 12144
Remise de la médaille de Juste : 16/04/2012
Sauvetage : Chambéry 73000 - Savoie
Profession: Trésorier de l'OSE
Religion : Libre penseur
Date de naissance: 12/03/1903 (Paris)
Date de décès: 15/12/1992
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Rene-Borel
Georges Loinger, Lazare Gurvic, René Borel et d’autres membres de l’OSE sur les marches d’une maison d’enfants de l’OSE à Lyon, 1950
source photo : Mémorial de la shoah/CDJC
crédit photo : D.R.
Rene-Borel
Une photo prise aux bureaux de l'ose, 92 avenue des Champs-Élysées en mai 40 : de gauche à droite René Borel, Docteur Eugène Minkowski, Berthe Lyss
source photo : Arch. fam. Philippe Borel
crédit photo : D.R.
Notice

Au début du vingtième siècle, face à l’antisémitisme virulent et destructeur qui se déchaînait sur les populations juives de l’Empire tsariste, fut créée l’Œuvre de Secours aux Enfants (OSE), organisation juive d’aide humanitaire, mise en place par les dirigeants et les intellectuels des nombreuses communautés livrées à la misère et à la barbarie des pogroms.

Après la révolution russe, l’OSE transféra son siège à Berlin avant de décider, sous la montée du national socialisme et l’accès d’Hitler au pouvoir, de le déplacer à Paris en 1933. Reconnue en France comme œuvre d’utilité publique, l’association mit en place avec l’aide financière des communautés américaines, des maisons d’enfants destinées à l’accueil des jeunes réfugiés des pays d’Europe Centrale tombés sous la botte nazie.

En 1935, René Borel*, avait 32 ans, lorsqu’il fut engagé comme trésorier de l’OSE par Lazare Gurvitch, secrétaire général de l’association dont le siège se trouvait à Paris, au 92 avenue des Champs Elysées. Le nouvel arrivant découvrit avec effroi le dénuement et le désarroi des immigrés et mesura le fanatisme aveugle de la politique nazie. Au fil des souffrances qu’il côtoyait, sa révolte dépassa rapidement le cadre de sa mission et sa conscience lui dicta un engagement de plus en plus actif dans les opérations de secours et de sauvetage.

Dès juin 1940, à l’approche des troupes allemandes, les dirigeants entreprirent d’évacuer les enfants dont ils avaient la charge vers le sud de la France. Sitôt l’invasion effective, à l’instigation des nazis, l’OSE fut intégrée à l’UGIF (Union Générale des Israélites de France), par le gouvernement de Vichy qui s’empressa de regrouper toutes les œuvres juives non cultuelles, en une seule et même organisation. L’association parvint, avec toutes les difficultés que l’on peut imaginer, à poursuivre son activité et René Borel* n’hésita pas un seul instant, au mépris des risques encourus, à falsifier les comptes et les listes de pensionnaires qu’il avait obligation de soumettre au contrôle des fonctionnaires collaborationnistes.

Jusqu’en 1942, permanents et bénévoles s’efforcèrent de transférer le maximum de leurs activités en zone sud, très relativement et provisoirement privilégiée par rapport à la zone placée sous commandement allemand. Ils implantèrent un grand nombre de maisons d’enfants et de centres médicaux-sociaux afin de répondre aux besoins grandissants d’une population, spoliée de ses biens et de ses moyens de subsistance et exposée, quand elle n’était pas française, à l’internement dans les camps de transit, antichambres de la déportation, ouverts sur le territoire français par la police de Vichy. René Borel* avait rejoint les forces vives de l’OSE en se repliant à Lyon avec son épouse et son fils Philippe né en 1939. Il y avait loué un appartement situé avenue Berthelot qui allait devenir un lieu de réunion pour les membres actifs de l’association.

En 1942, avant même que la zone sud soit placée sous l’autorité allemande, des descentes de police, exigées par les nazis, eurent lieu dans des homes où les adolescents furent arrêtés et les plus jeunes "hypocritement regroupés" avec leur famille dans les camps de "rassemblement", tels que Gurs ou Rivesaltes,

Pressés par les évènements, les responsables des maisons, conscients qu’elles étaient devenues des souricières, prirent la décision de les fermer et de disperser les enfants dans des œuvres non juives et dans des familles d’accueil. Georges Garel, avec le concours de courageux partenaires de toutes obédiences, organisa les réseaux de sauvetage qui allaient convoyer et mettre à l’abri les innocentes petites victimes. C’est à René Borel* qu’il confiait les fonds arrivés des États-Unis via la Suisse et c’est chez ce dernier, avenue Berthelot qu’ils étaient redistribués aux assistantes sociales pour défrayer les œuvres et les particuliers qui voulaient bien accueillir les enfants. A la fin de l’été 1943, 1600 d’entre eux se trouvaient cachés par le circuit Garel.

Plus le danger s’accentuait, plus les risques et les responsabilités pesaient sur René Borel*, pilier de l’organisation clandestine, qui détenait entre ses mains tous les éléments vitaux du travail secret : trésorerie, listes, correspondance avec l’étranger… Toujours calme, toujours souriant et disponible, il continuait sans répit la tâche périlleuse qu’il s’était assignée.

Le 8 février 1944 il se trouvait à l’OSE de Chambéry lorsque la Gestapo fit irruption. Tous les membres présents furent arrêtés. Alain Mossé, directeur régional de l’association, ancien haut fonctionnaire préfectoral, destitué de son poste parce qu’il était juif, fut brutalement interrogé par Aloïs Brunner, Commandant du camp de Drancy, Au cours de son interrogatoire il parvint à convaincre son bourreau de relâcher René Borel* en le présentant comme un intermittent aryen, à qui l’on confiait de temps à autre des tâches secondaires. Puis, ayant compris au cours de son interrogatoire que la police allemande était parfaitement renseignée sur les activités de l’OSE, il lui fit parvenir le soir même, depuis sa prison, un message codé, de sorte que lorsque le lendemain la police allemande se présenta pour perquisitionner le bureau, René Borel* avait eut le temps de mettre tous les documents compromettants en lieu sûr.

"Alain Mossé s’est comporté en héros et je me fais un profond devoir de le souligner aujourd’hui dit Philippe Borel qui ajoute avec tendresse : il était l’ami du petit garçon que j’étais, à qui il offrait des chocolats quasiment introuvables qu’il arrivait à acheter."

A la suite de ce dramatique évènement, toutes les structures de l’OSE furent fermées. La plus grande partie des réunions clandestines se tenaient désormais dans l’appartement de l’avenue Berthelot, devenu unique PC de l’organisation jusqu’au 26 mai, jour du bombardement de Lyon par les américains. L’immeuble fut atteint par les bombes et les archives totalement détruites. René Borel* et sa famille, miraculeusement absents de leur domicile, échappèrent de justesse à la mort.

"Je ne voulais pas aller à la maternelle ce matin-là raconte encore celui qui n’était encore qu’un enfant. Ma mère habituée à ce genre de comédie, me tira du lit.et me conduisit à l’école Puis elle partit faire ses courses. Quand elle revint, vers midi, notre immeuble, comme beaucoup d’autres immeubles du quartier (dont le QG de Barbie, notre voisin d’en-face) avait été entièrement pulvérisé".

Mais René Borel*, ne se laissa pas abattre. Aussitôt après cette nouvelle épreuve, il se mit en quête d’un nouveau gîte où ses amis purent continuer à tenir leurs réunions secrètes. Mais la Libération approchait et c’est encore chez lui que tous les rescapés des geôles et de la mort, le cœur gros de l’absence d’un si grand nombre d’entre eux, eurent enfin l’occasion de se retrouver en septembre 1944 pour construire l’avenir.

"Pour mon père dit encore Philippe, l’OSE fut LA grande histoire de sa vie. C’est un monde qu’il a aimé profondément. Richesse des cultures, ouverture d’esprit, intelligence toujours teintée d’humour, simplicité, absence de prétention : il avait trouvé là sa vraie famille, celle du cœur et de l’esprit. Pendant tout le temps qu’il vécut au Canada où nous avions émigré à la Libération, puis quand il revint finir ses jours à Paris, il entretint des liens d’amitié profonde avec ses compagnons de lutte."

Philippe Borel et sa sœur Marie-Françoise (née en 1949 et devenue Madame Daudier), ayants-droit de leur père, ont reçu la Médaille des Justes parmi les Nations attribuée à titre posthume à René Borel* par Yad Vashem. Elle leur a été remise à Paris à l’occasion de la célébration du centenaire de l’OSE, en présence des derniers témoins de l’époque héroïque.

Et dire que la modestie et la discrétion de René Borel*, sa longue absence du territoire français, la mort de la plupart de ses amis de combat, auraient pu faire tomber dans l’oubli sa conduite exemplaire, si un curieux rebondissement de l’histoire ne s’était produit.

En 2010 en effet Philippe Borel fut contacté par l’Association Canadienne de Yad Vashem pour recevoir, en tant qu’ayant-droit de sa grand-mère, Marie-Françoise Borel née Lech'Vien, la Médaille des Justes parmi les Nations qui venait de lui être décernée à titre posthume, pour avoir caché et sauvé, en France, pendant l’occupation six personnes menacées de mort par les nazis pour le seul fait qu’elles étaient nées juives. C’est à Toronto qu’Avner Shalev, Président de Yad Vashem, rendit hommage, honneur et grâce, au nom de l’Etat d’Israël, à la modeste et courageuse bretonne dont le grand cœur n’avait d’égal que celui de son fils.

Et c’est porté par le souvenir de celle qui l’avait mis au monde, que René Borel* a été lui aussi reconnu comme Juste parmi les nations, parmi ces héros de l’ombre connus ou inconnus qui, comme on peut le lire sur la charte de Yad Vashem, incarnent le meilleur de l’humanité. Son nom et celui de sa mère, gravés côte à côte sur les Murs des Justes de Jérusalem et de Paris, rappelleront la mémoire d’une famille exemplaire.

© Comité Français pour Yad Vashem – Tous droits réservés

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Résistance

Période de Résistance
De 1942 à la Libération (Chambéry)

Réseaux
OSE (Oeuvre de secours aux enfants)
Garel

Responsable
Édouard Gourévitch

René Borel, comptable non-juif, est engagé comme trésorier par Édouard Gourévitch, secrétaire général de l'OSE (Oeuvre de secours aux enfants), au siège de l'avenue des Champs-Elysées en 1935, il a 32 ans.
Il y découvre le milieu des réfugiés russo-polonais. Il dira : "De prime abord, je m'y suis senti dépaysé...".

Durant toute la guerre, même aux moments les plus dangereux, il reste à son poste et participe au combat de l'OSE (Oeuvre de secours aux enfants).

De 1940 à novembre 1941, la comptabilité dépasse le cadre légal traditionnel et alors que l'OSE est contrainte à entrer au sein de l'UGIF, il falsifie des factures et le nombre des enfants mentionnés.

A partir de la création du Circuit Gareil, il se voue au transport de fonds et permet ainsi de poursuivre le paiement des pensions pour les enfants.

Le 6 février 1944, lors de l'arrestation de l'équipe de l'OSE (Oeuvre de secours aux enfants)-Garel de Chambéry, René Borel est arrêté, mais il peut prouver qu'il est "aryen" et n'est pas déporté, comme de nombreux membres de l'équipe.

Aussitôt après la guerre, il a repris son poste à l'OSE (Oeuvre de secours aux enfants).

15/04/2012
Auteur : Frida Wattenberg Lien : Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

[Compléter l'article]

Résistance juive

Période de Résistance
De 1942 à la Libération (Chambéry)

Réseaux
OSE (Oeuvre de secours aux enfants)
Garel

Responsable
Édouard Gourévitch

René Borel, comptable non-juif, est engagé comme trésorier par Édouard Gourévitch, secrétaire général de l'OSE (Oeuvre de secours aux enfants). Durant toute la guerre, même aux moments les plus dangereux, il reste à son poste. Le 6 février 1944, lors de l'arrestation de l'équipe de l'OSE (Oeuvre de secours aux enfants)-Garel de Chambéry, René Borel est arrêté, mais il peut prouver qu'il est « aryen » et n'est pas déporté, comme de nombreux membres de l'équipe. Aussitôt après la guerre, il a repris son poste à l'OSE (Oeuvre de secours aux enfants). 

23/08/2017
Auteur : Frida Wattenberg Lien : Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

[Compléter l'article]
 

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Blog sur quelques Justes et sur le livre (Blog hébergé par la Tribune de Genève sur quelques justes honorés par Yad Vashem sur l'intervention du délégué pour la Suisse et la région frontalière Ain et Haute-Savoie, Herbert Herz, ainsi que sur divers événements organisés autour de la parution du livre "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI" )
2 Le site du poète Pierre Emmanuel (Le site officiel du poète Pierre Emmanuel. Vous y trouverez aussi des pages sur sa vie et son action à Dieulefit durant la guerre, à Beauvallon, puis à la Roseraie. )
3 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
4 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
5 Les archives du conseil général de Savoie (La liste des 168 "travailleurs israëlites" en partance de Ruffieux, établie le 24 Août 1942. )
6 Là où coule le Gier (La guerre, énorme chaos bouleversant les vies. Tel est le décor dans lequel évoluent René et Aima. De leur jeunesse à leurs combats, l'auteur nous invite à les suivre dans cette aventure où chacun fera preuve d'un courage incroyable. Ce roman, basé sur des faits réels, nous emmène de la Vallée du Gier dans la Loire à Clermont-Ferrand et nous fait traverser certains camps de concentration en Allemagne en suivant le parcours de deux jeunes gens que la vie a forgé pour combattre aussi bien dans l'univers ouvrier des années 30 que pendant la seconde guerre mondiale avec leur implication dans la résistance. Cette plongée dans le passé a nécessité de nombreuses recherches suivies d'une longue enquête menée sur la vie de ces deux personnages. )
7 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )
8 L'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 (Page consacrée à l'ouvrage "L'attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont" (2015).
Cette étude sur l'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 recoupe des documents d'archive à des témoignages oraux et écrits. Elle reprend de manière chronologique les évènements, de l'attentat de résistants sur un détachement allemands à l'immensité des représailles qui ont suivi : incendie d'immeubles, nombreuses arrestations, déportations et condamnations à mort. )
9 "Objectif Lyon !"
10 Laurent Neury, l'espoir au bout du pont. Histoire et mémoire de la filière de Douvaine, Cabedita, 2019

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019