Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
93 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
37268 communes
95 départements et l'étranger
1212 lieux d'internement
726 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4222 Justes de France
916 résistants juifs
13862 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Ille-et-Vilaine

Région :
Bretagne
Département :
Ille-et-Vilaine

Préfets :
François Ripert
(02/11/1940 - 12/05/1942) François Charles Joseph Ripert, Préfet régional de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan)
(12/06/1942 - 06/07/1943) Jean François Quenette, Préfet régional de la région de Rennes (Ille-et-Vilaine, Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan) (1903-1971).
Philibert Dupart
(06/07/1943 - 24/02/1944) Préfet régional de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan) (1890-1944)
M. Bouché-Leclercq
(24/02/1944 - 06/1944) Préfet d'Ille-et-Vilaine
Robert Martin
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan) (1895-1957)
Pierre Cornut Gentil
(Juin 1944 - 1944) Préfet d'Ille-et-Vilaine de la Libération
Victor Le Gorgeu
(03/08/1944 - 1946) Commissaire de la République de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan) (1881-1963)

À lire, à voir…

Claude Toczé Claude Toczé
Annie Lambert
Les Juifs en Bretagne : 5e-20e siècles

ACHETER EN LIGNE

Guy Le Corre Guy Le Corre
Un Cheminot rennais dans la Résistance 1941-1944

ACHETER EN LIGNE

 Jacques Royer Jacques Royer
39-45 Redon sous l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Jérôme Lucas Jérôme Lucas
Un canton breton en 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Marie-Louise Charpentier


Dossier Yad Vashem : 4573
Remise de la médaille de Juste : 1990
Sauvetage : Rennes 35000 - Ille-et-Vilaine
Profession: Assistante sociale au bureau d'assistance aux familles des prisonniers de guerre

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Notice

La famille Engelstein quitte la Pologne au début du siècle pour venir s'installer à Metz. Lorsque les Allemands annexent la ville en 1940, les Engelstein doivent s'enfuir.

Après avoir erré pendant de longs jours, ils arrivent à Rennes, en Ille-et-Vilaine. Ils y sont rejoints par la femme du plus jeune de leurs trois fils, Joseph, qui, mobilisé dans l'armée française, a été fait prisonnier de guerre par les Allemands. Elle est accompagnée de leurs deux enfants, Raymond, deux ans, et Catherine, trois ans.

En 1943, des agents de la Gestapo font irruption dans leur maison, saccagent tout et arrêtent le père, Fischel Engelstein, et sa belle-fille, Béatrice Engelstein. Avant de partir, ils menacent de revenir chercher la vieille madame Engelstein et les deux petits. Affolée, madame Engelstein, qui ne parle pas le français, se rend au bureau d'assistance aux familles des prisonniers de guerre. En larmes, elle raconte ce qui s'est passé à l'assistante sociale, Marie-Louise Charpentier*. Cette dernière, sans tarder, l'accompagne chez elle pour chercher les enfants. Ensuite, elle emmène les trois Juifs chez l’un de ses amis, qui possède une ferme à une quinzaine de kilomètres. Le fermier accepte d'héberger temporairement madame Engelsteinet ses deux petits-enfants à la condition que ce soit Marie-Louise Charpentier* qui s'en occupe.

Les réfugiés vivent à la ferme environ un mois. Chaque jour, le frère de Marie-Louise Charpentier* vient leur apporter de la nourriture avec l'aide de deux amis. Pendant ce temps, l'assistante sociale leur cherche une cachette durable. Finalement elle décide de les envoyer chez des amis de Paris actifs dans la Résistance. Dès que cela fut possible, madame Engelstein, se faisant passer pour une Française sourde, est accompagnée avec les deux petits jusqu'à la capitale par deux jeunes gens qui veulent rallier les forces du général de Gaulle en Afrique du Nord. Restée à Rennes, Marie-Louise Charpentier* attend impatiemment le télégramme en code qui doit signaler le succès de l'opération : «Les cinq lapins sont bien arrivés». Un membre d'un réseau clandestin transfère ensuite les trois Juifs chez des parents de madame Engelstein dans le sud de la France.

Marie-Louise Charpentier* apprend plus tard que la Gestapo de Rennes était revenue au domicile des Engelstein pour chercher la grand-mère et les deux petits. Fischel Engelstein meurt dans le train de déportation qui le conduit à Auschwitz. Sa belle-fille, Béatrice Engelstein, déportée elle aussi, survit à Bergen-Belsen mais revient en France à la fin de la guerre brisée physiquement et moralement. Elle a la joie de retrouver son mari et ses enfants. Et va même voir Marie· Louise Charpentier pour la remercier d'avoir sauvé ses petits. Toutefois, elle ne se remettra jamais des horreurs subies et meurt en 1969.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Marie-Louise Charpentier
Raymond Engelstein
Catherine Engelstein
Madame Engelstein

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Mémoire de guerre (Le site des Anciens Combattants d'Ille-et-Vilaine, pour que la génération actuelle n’oublie pas les leçons du passé depuis le suicide de la République le 10 juillet 1940 dans la salle de théâtre du Grand Casino de Vichy, la Résistance, le S.T.O., la déportation, les combats de la Libération, le rétablissement de la Légalité Républicaine après la capitulation allemande le 8 mai 1945, et autres combats de l’histoire de France jusqu’à ce jour. )
2 Miliciens contre maquisards (Essai publié aux éditions Ouest-France en 2010 et réédité en collection de poche. Résumé disponible sur le site de Françoise Morvan http://francoisemorvan.com/histoire/miliciens-contre-maquisards-ou-la-resistance-trahie/ )
3 39-45 Redon sous l'occupation ( Après le départ des Anglais et l’extraordinaire épisode des frigos de Baccarat, les troupes allemandes débarquent à Redon le 21 juin 1940, soit une semaine après leur entrée dans Paris.
Notre petite ville croule sous l’afflux des refugiés qui sont accueillis au camp de la Rive, un ensemble de dix baraques recouvertes de tôles. Dès l’été 1940, de nombreuses divisions allemandes s’établissent dans la ville. Les châteaux, les hôtels particuliers, les écoles deviennent des lieux de cantonnement. La population redonnaise cohabitera, tant bien que mal, avec l’occupant germanique. Toutefois, dans l’ombre, les premiers résistants redonnais mèneront le combat au péril de leur vie, en participant à des actions périlleuses contre l’ennemi. Pourtant nombreux seront ceux qui tomberont et seront déportés en Allemagne avec peu d’espoir pour certains d’en revenir.
Ce livre retrace l’histoire de ces 4 longues années d’occupation au travers de nombreux témoignages, de plans et de photos inédites.
Préface Général Georges PHILIPPOT )
4 Un canton breton en 1939-1945 (Vous trouverez des extraits audio de témoignages d'anciens qui ont vécu la guerre 39-45 en Centre-Bretagne. L'un des témoignages évoque l'aide apportée par le secrétaire de mairie de Plouguenast à deux familles juives.
Plus de 200 témoignages ont été collectés à l'échelle d'un canton rural pour l'écriture du livre "Un canton breton en 1939-1945. Plouguenast". Une véritable immersion dans la vie de l'époque. 2013)

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2021