space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
365 annonces de recherche
Actualités
Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
96 départements
1149 lieux d'internement
643 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3906 Justes de France
748 résistants juifs
9062 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Hélène Charpiot


Mère de Françoise
Dossier Yad Vashem : 2204
Remise de la médaille de Juste : 11/01/1982
Sauvetage : Cannes 06400 - Alpes-Maritimes
Profession: Directrice d'un home d'enfants à Cannes
Religion : Protestante
Nom d'épouse: Charpiot

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Helene-Charpiot
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Hélène Charpiot* dirige un home pour enfants à Cannes (Alpes-Maritimes).

De 1940 à la Libération, cette protestante s'occupe avec dévouement et affection de nombreux enfants qui ont été séparés de leurs parents résistants ou Juifs arrêtés ou caché pour échapper aux Allemands. Tous les enfants l'appelle "Mamy", elle se fait aider par une parente, Élisabeth Martinet*. Sa fille Françoise Charpiot* l'aide en jouant le rôle d'institutrice. Hélène sauve pendant la guerre plusieurs enfants juifs. Certains sont envoyés par des connaissances personnelles, d'autres par un organisme catholique sous l'égide de l'évêque de Nice, Monseigneur Paul Rémond*

Colette Halber n'a que trois ans lorsqu'elle arrive dans le home de Hélène Charpiot* à Cannes (Alpes-Maritimes), en compagnie de son frère aîné Claude Halber, neuf ans. Leur père a été arrêté en juillet 1942 et leur mère un an plus tard. Tous deux sont déportés à Auschwitz où ils sont assassinés.

De 1940 à la Libération, Hélène Charpiot*, protestante, s'occupe avec dévouement et affection de nombreux enfants qui ont été séparés de leurs parents résistants ou Juifs arrêtés ou caché pour échapper aux Allemands. Tous les enfants l'appelle « Mamy », elle se fait aider par une parente, Élisabeth Martinet*. Sa fille Françoise Charpiot* l'aide en jouant le rôle d'institutrice. Hélène sauve pendant la guerre plusieurs enfants juifs. Certains sont envoyés par des connaissances personnelles, d'autres par un organisme catholique sous l'égide de l'évêque de Nice, Monseigneur Paul Rémond*

Consciente du danger que courent les enfants juifs et des rafles toujours possibles, Hélène Charpiot* utilise des stratagèmes pour camoufler leur identité. Après avoir détruit leurs pièces d'identité, elle donne de faux papiers aux petits fugitifs, qui reçoivent des cartes d'alimentation établies à leur nom d'emprunt; ensuite elle leur fait répéter longuement leur nouvelle identité avant de les placer dans des groupes d'enfants chrétiens. Elle est assistée par sa fille Françoise Charpiot et Élisabeth Martinet*. Les classes se tiennent dans une atmosphère chaleureuse et familiale. Les enfants appellent Hélène* "Mamie" et Élisabeth* "Tatie".

L'évolution de la guerre et le placement de son home d'enfants près de la plage, lieu stratégique, obligent Hélène Charpiot* à se replier avec les enfants dans un hôtel proche, le Saint-Georges, sur la route nationale 7. L'hôtel est réquisitionné par des officiers italiens puis allemands. Une des ailes de cet établissement est occupée par les officiers; les enfants se retrouvent dans l'autre. Paradoxalement, ils sont relativement en sécurité car, à partir de l'arrivée des Allemands, il n'y a plus de perquisitions à l'hôtel.

À Noël, les soldats allemands viennent chanter les cantiques traditionnels avec les enfants chrétiens et juifs du foyer. Les trois femmes se sentent mal à l'aise et décident de transférer les enfants vers l'intérieur de la France. En pleine nuit, un camion s'arrête devant l'hôtel) et tous les enfants, y compris Colette et Claude Halber, sont conduits dans une ferme éloignée, à Mirepoix dans l'Ariège, non loin de la frontière espagnole. Ils y restent de la fin de l'année 1943 jusqu'à la Libération.

Les enfants juifs, dont beaucoup sont devenus orphelins, sont alors dispersés. Certains sont recueillis par des parents, d'autres, comme Colette Halber, partent en Israël. La plupart d'entre eux perdirent de vue Hélène Charpiot* et Élisabeth Martinet*. Celles-ci après avoir replacé tous leurs enfants détruisent les listes.

Après la guerre, Raymonde Franck raconte la façon dont Hélène Charpiot* a sauvé son petit Michel, âgé de presque 2 ans. À la fin de l'année 1943, les parents de son mari ont été arrêtés à Nancy puis déportés vers l'est. Raymonde et son mari, craignant que les Allemands ne découvrent leur adresse à Toulouse, décident de se cacher. Redoutant l'incertitude de cette vie pour Michel, ils le confient à Hélène Charpiot* qui l'accueille de grand cœur et lui fournit papiers et carte d'alimentation.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Rescue story

Hélène Charpiot, a French Protestant, owned a children’s home in the seaside resort of Cannes on the French Riviera. From 1940 until the liberation of France, she cared devotedly and lovingly for the many children who had been separated from their parents -- Jews who were arrested or hiding from the Germans and members of the French underground. Colette Halber was only three years old and her brother Claude was nine years old, when they were taken to Charpiot’s children’s home. Their father was arrested in July 1942 and their mother was arrested in July 1943. Both were sent to Auschwitz, where they were murdered. Apprehensive about roundups of Jews, Charpiot adopted various strategies to mask the identities of the Jewish children in her pension. She placed them together with Christian children, destroyed their original documents and papers, provided them with false documents and ration cards under fictitious names, and laboriously drilled them in their new identities. Charpiot’s staff at the pension included her daughter Françoise, a teacher, and Elisabeth Martinet (q.v.). All of the children attended classes in a warm family atmosphere and affectionately called Charpiot “Mami” (Granny) and Martinet “Tati” (Auntie). The Germans ordered Charpiot to remove her children from the pension to a hotel, Château Saint-Georges. German and Italian officers lived in one wing of the hotel; the children of Charpiot’s pension occupied the other. Ironically, the hotel was fairly safe because, once the Germans arrived, it was no longer searched. On Christmas, German soldiers joined with the Christian and Jewish children in singing carols. Nevertheless, the atmosphere in the hotel was tense. The three women felt ill at ease and decided to transfer the children to the center of France. In the dead of night, a truck pulled up outside the hotel, and all the children, including Colette and Claude Halber, were driven to a remote farm in Mirepoix, in the département of Ariège near the Spanish border where they were sheltered and cared for from late 1943 until the end of the occupation. The Jewish children, many of whom were orphaned, were then dispersed. Some were sent to relatives and others, including Colette, left for Israel. Most of the children lost contact with Hélène Charpiot and Elisabeth Martinet. Having destroyed their original papers, they did not know the children’s real names, and could not renew contact with them. After the war, Raymond Franc described how Charpiot saved his infant son. In late 1943, after his wife’s parents were arrested in Nancy and deported to the east, Franc and his wife feared that the Germans had discovered their address in Toulouse and decided to go into hiding. Apprehensive for the safety of their small son, they placed him in Charpiot’s care. She accepted him willingly and supplied him with documents and ration cards.
On January 11, 1982, Yad Vashem recognized Hélène and Francoise Charpiot, and Elisabeth Martinet as Righteous Among the Nations.

01/03/2012
Lien : Yad Vashem

[Compléter l'article]
Réseau de sauvetage
Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='1425252452' order by champ5