space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
365 annonces de recherche
Actualités
Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
96 départements
1149 lieux d'internement
643 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3906 Justes de France
748 résistants juifs
9062 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

François Angyal


Frère François
Dossier Yad Vashem : 2008
Remise de la médaille de Juste : 05/06/1981
Sauvetage : Paris 75000 - Paris
Profession: Religieux français, ordre des Frères maristes, enseignant à l'école française Champagnat à Budapest (Hongrie)
Religion : Catholique mariste
Nom de naissance: Ferenc Angyal

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Francois-Angyal
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Le frère mariste François Angyal enseignait à l’école française Champagnat à Budapest. Avec la prise du pouvoir le 15 octobre 1944 par le parti fasciste des Croix-Fléchées, Budapest connut la terreur. Les Juifs étaient massacrés dans la rue et dans leurs foyers, des milliers d'entre eux furent expulsés en Autriche et le reste - cent mille environ - concentré dans un ghetto dans des conditions épouvantables. Des bandes d'assassins couraient les rues; toute activité en faveur des Juifs devint des plus dangereuses. Frère François et les sept autres moines de son ordre ouvrirent les portes de leur monastère à des Juifs et des non-Juifs. L'endroit était surpeuplé; pourtant une centaine d'enfants juifs et une cinquantaine d'adultes - parents ou grands-parents des enfants - y trouvèrent refuge. Les frères laissèrent leurs cellules aux réfugiés et s'en allèrent dormir dans les couloirs et partout où ils le pouvaient, afin d’en sauver le plus grand nombre. Non contents de fournir vivres et logement, ils procurèrent à leurs protégés de faux documents de la Croix-rouge suédoise. En cachant un aussi grand nombre de réfugiés dans un monastère situé au beau milieu de Pest, les frères maristes couraient le plus grand danger. A ceux qui leur disaient ce que pourraient être pour eux les conséquences de leur action, ils répliquaient "Si on vient arrêter les réfugiés, nous irons avec eux en prison." Le 19 décembre 1944, la Gestapo pénétra dans le monastère, arrêtant tous ceux qui s'y trouvaient, y compris les huit frères dont Frère Angyal. Ils furent mis en prison, mais en dépit des tortures, de la faim et la maladie, les moines refusèrent de révéler qui de leurs protégés étaient juifs. Ils sauvèrent, grâce à leur courage, la vie de nombreux Juifs. Leur héroïsme et leur grandeur d'âme emportèrent l'admiration de tous leurs protégés. Les frères ne reculèrent devant aucun effort pour sauver le plus grand nombre possible de Juifs. Ils ont risqué leur vie et enduré de grandes souffrances plutôt que livrer des Juifs aux Nazis.

Le 26 février 1981,Yad Vashem a décerné au Frère François Angyal le titre de Juste des Nations.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Clergy Acting Independently

A number of clergymen from various Christian denominations defied their superiors and provided fake baptismal certificates and other documents to Jews. In this paper, Catholic and Protestant leaders who took extraordinary risks and went well beyond expectations are named. Members of the Marist order active in rescue include Albert Pfleger*, Ferdinand Fischer* (Nandor), Bernard Clerc*, Alexandre Hegedus*, Ladislas Pingitzer* (Laszlo), François Angyal* (Ferenc), Louis Prucser*, and Jean-Baptiste Benetbeltz*. Other courageous priests and ministers were Father Karoly Dobos, Pastor Emil Koren and his wife Margit, Pastor Andreas Keken, Father Jacob Raile, and Father Albert Bereczky. Pastor Laszlo Michnai, President of the Adventist Church, sheltered fifty people. Pastor Gabor Sztehlo sheltered children as part of his work with the Good Shepherd Committee. He was appointed to his post by Reverend Jozsef Elias, a convert to Christianity. Sztehlo established numerous safe houses in Budapest and worked with the International Red Cross network. His story is told in his memoirs (in Hungarian) and in many other sources, including the recently issued When Angels Fooled the World: Rescuers of Jews in Wartime Hungary, the author of which, Charles Fenyvesi, was sheltered in one of the Sztehlo houses in Budapest.

28/02/2012

[Compléter l'article]
Réseau de sauvetage
Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='1425257868' order by champ5