Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
830 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1210 lieux d'internement
720 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4192 Justes de France
918 résistants juifs
12756 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1277 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Lot-et-Garonne

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Carte du département

Préfecture :
Agen

Préfets :
(11/1937 - 05/09/1940) Préfet de Lot-et-Garonne
Chef de cabinet : Michel Lamorlette (1939-1940)

Pierre Mourroux
(1939 - 1940) Sous-préfet de Marmande
Gaston de Lacour
(1939 - 1940) Sous-préfet de Villeneuve-sur-Lot
(09/1940 - 01/1941) Préfet de Lot-et-Garonne
(01/1941 - 01/1944) Préfet de Lot-et-Garonne
Chefs de cabinet : Jacques Bonis-Charancle (1942)
Roger Lefèbvre (1943)

Jacques Alphand
(1941 - 1944) Sous-préfet de Marmande
Jean Lombard
(1941 - 1944) Sous-préfet de Villeneuve-sur-Lot
Raymond Etellin
(06/1942 - 1944) Sous-préfet de Nérac
(06/02/1944 - 09/06/1944) Préfet de Lot-et-Garonne. Arrêté par la Gestapo le 09/06/1944, il est déporté à Neuengamme, puis à la forteresse de Therezin
Chef de cabinet : Pierre Brunon (1944), arrêté et déporté avec Louis Tuaillon

Jean Brachard
(1944 - 09/06/1944) Sous-préfet de Nérac. Arrêté par la Gestapo le 09/06/1944, il est déporté à Neuengamme, puis à la forteresse de Therezin
(12/06/1944 - 12/10/1945) Préfet de Lot-et-Garonne, délégué à titre provisoire par le préfet de la région (12 juin 1944), suspendu de ses fonctions le 1er mars 1945, il est interné au centre de séjour surveillé de Noé le 12 octobre 1944
(1944 - 1944) Préfet de Lot-et-Garonne, résistant AS
Gaston Cusin
(30/08/1944 - 18/05/1945) Commissaire régional de la République à la Libération (Basses-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes) (1903-1993)
Jean Sourisse
(1945 ) Sous-préfet de Marmande
André Garbay
(1945 ) Sous-préfet de Nérac
Gaston Bourgeois
(1945 ) Sous-préfet de Villeneuve-sur-Lot
Jacques Soustelle
(Mai 1945 - Juin 1945) Commissaire régional de la République à la Libération (Basses-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes) (1912-1990)
(27/09/1945 - 05/1948) Résistant NAP FFC, arrêté par les Allemands le 30/05/1945 et déporté à Dachau. Rapatrié, il est nommé Préfet de Lot-et-Garonne
Chef de cabinet : Robert Marquant (1945)

À lire, à voir…

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
La spoliation des biens juifs en Lot-et-Garonne 1941-1944

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 
[Ajouter un ouvrage]

Département du Lot-et-Garonne en 1939-1945


[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Departement du Lot-et-Garonne en 1939-1945
Préfecture d'Agen
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Histoire

Immigration espagnole en Lot-et-Garonne de 1936 à 1950

En 1939, le Lot-et-Garonne était de ces 40 départements français chargés d’accueillir les exilés de la guerre civile espagnole. Entre janvier et avril 1939 pas moins de quatorze convois sont arrivés en gare d’Agen. L’un des pics de ce relief de misère a été atteint le 8 février 1939. Dans ce convoi en provenance de Cerbères 1229 réfugiés sont arrivés au chef lieu du Lot-et-Garonne. Il y avait 543 femmes, 594 enfants, 90 vieillards et deux miliciens.

01/11/2010
Lien : Ancrage n° 1

[Compléter l'article]

Immigration italienne en Lot-et-Garonne dès 1920

En 1936, le Lot-et-Garonne accueille 18559 Italiens. C’est le premier département d’accueil des Italiens du Grand Sud Ouest (Aquitaine et Midi Pyrénées) où l’on recense 83462 compatriotes transalpins.

La quasi-totalité des Italiens de la première vague fera souche en Lot-et-Garonne.

01/11/2010
Lien : Ancrage n° 2

[Compléter l'article]

Immigration espagnole en Lot-et-Garonne de 1936 à 1950

Les Espagnole, chassé de leur pays par la guerre civile, arrivent en Lot-et-Garonne dès 1936.

En 1939, le Lot-et-Garonne était de ces 40 départements français chargés d’accueillir les exilés de la guerre civile espagnole. Entre janvier et avril 1939 pas moins de quatorze convois sont arrivés en gare d’Agen. L’un des pics de ce relief de misère a été atteint le 8 février 1939. Dans ce convoi en provenance de Cerbères 1229 réfugiés sont arrivés au chef lieu du Lot-et-Garonne. Il y avait 543 femmes, 594 enfants, 90 vieillards et deux miliciens.

01/11/2010
Lien : Ancrage n° 1

[Compléter l'article]

La drôle de guerre

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.
L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg, pourtant neutre, et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le gouvernement désemparé se replie de Paris à Bordeaux dès le 11 juin.
La France est envahie. C’est l’exode vers le sud.
Le président du Conseil, Paul Reynaud, est contraint de démissionner. Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement.

01/11/2010

[Compléter l'article]

L'Occupation et la collaboration

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes défilent à Paris, sur les Champs-Élysées.
Le 20 ils sont à Brest, le 22 à La Rochelle, à Lyon...
Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice.

Le maréchal Pétain obtiendra les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie.

Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands. La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Ain, Allier, Charente, Cher, Dordogne, Gironde, Indre-et-Loire, Jura, Landes, Loir-et-Cher, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Vienne.

Le Lot-et-Garonne se trouve bordé par la ligne de démarcation.

Marmande se trouve en zone sud, sous l'autorité du gouvernement de Vichy.
La ligne de démarcation, dont le tracé fut fixé par la convention d'armistice du 22 juin 1940, ne coïncide pas toujours avec les limites administratives. Le sous-préfet de Marmande, Pierre Mourroux, se voit ainsi octroyé, par arrêté préfectoral du 16 novembre 1940, la gestion de la partie libre de l'arrondissement de Langon, soit la plus grande partie de la Gironde libre à l'exception des cantons de Pujols et de Sainte-Foy-la-Grande.
Un bureau annexe de cette administration est installé à La Réole, située au centre de cette zone. Ce poste est un relais entre la population girondine et la sous-préfecture de Marmande. Cette situation sera effective jusqu'en novembre 1942, date de l'occupation de la zone sud par les Allemands.1

09/04/2012

[Compléter l'article]

Les proscrits du régime

Les Tsiganes
Les Tsiganes sont internés dans les camps français.

Les franc-maçons
Les franc-maçons son démis de leurs fonctions.

Les communistes
Les fonctionnaires syndicalistes et communistes ou suspectés de l'être, sont recensés par la gendarmerie française, considérés comme "indésirables", démis de leurs fonctions, pourchassés, arrêtés et internés.

Les réfractaires au STO
A partir de 1943, les réfractaires du STO entrent dans la clandestinité. Certains rejoignent les résistants également pourchassés.

01/11/2010

[Compléter l'article]

Les Juifs en Lot-et-Garonne

A partir de 1934, les Juifs Allemands viennent se réfugier en Lot-et-Garonne.
Au début de la guerre, des centaines de familles juives, originaire de Hongrie, Pologne, Tchécoslovaquie, Allemagne, Russie, Autriche, Belgiques, victimes de la montée du nazisme en Europe se réfugient à leur tour en Lot-et-Garonne.

En zone dite "libre", tous pensent être protégés, mais ils ne seront pas épargnés par les rafles et les persécutions.
Déracinés, privés de leurs moyens d'existence et, pour beaucoup, de leur liberté dans des lieux d'internement ou assignés à résidence, la grande majorité d'entre eux pourra échapper à la déportation et à la mort.

Les deux plus grandes rafles de Juifs eurent lieu en été 1942.
A Paris et en zone nord, les 16 et 17 juillet, la police et la gendarmerie françaises effectuent des rafles massives de Juifs étrangers en plein jour et en pleine ville. Cela suscitera l'émotion de nombreux français non-juifs.
Dans la zone sud, les rafles touchèrent d’abord les camps, où étaient internés les Juifs étrangers qui seront déportés.
La rafle la plus importante survint le 26 août 1942. 385 personnes seront internées brièvement au Camp de Sauvaud (dit Camp de la Gare) à Casseneuil. 346 d'entre eux, dont 34 enfants, seront déportés par les gares de Monsempron-Libos et de Penne d'Agenais.
Ils seront, pour la plupart, gazés dès leur arrivée à Auschwitz.

Au total, 473 Juifs du Lot-et-Garonne seront déportés vers les camps de la mort.

Près de 76 000 Juifs dont plus de 11 000 enfants seront arrêtés et déportés de France, dont 38 000 à Paris.
Seuls 2 500 d’entre eux ont survécu.

14/04/2012

[Compléter l'article]

La presse en Lot-et-Garonne

Liste des journaux d'information en Lot-et-Garonne et dates de parution :
L'Indépendant de Lot-et-Garonne (1939-1943)
Revue marmandaise (1939-1944)
Éclair de Marmande et de Lot-et-Garonne (1939-1944)
Indépendant (1940-1944)
Le Grand écho du midi (1941-1942)
La Tribune républicaine du réolais (1941-1944)
L' Union de Langon (1940-1944)
Courrier français (1945)
La France municipale (1942)
La Revue néracaise (1939-1944)
La Garonne (1940-1941)
Le Progrès (1939-1944)
La Voix républicaine (1939-1944)
Le Paysan du Sud-Ouest (1939-1942)
Le Patriote du Sud-Ouest (1944-1945)
La Liberté du Sud-Ouest (1939, 1941)
Le Républicain de Lot-et-Garonne (1939-1945)
Le Réveil socialiste de Lot-et-Garonne (1939-1940, 1944-1945)
La Liberté de L'Agenais (1939-1940)
La Croix de Lot-et-Garonne (1944)
La Petite Gironde (1939-1944)
La Dépêche (1939-1944)
Le Petit bleu de l'Agenais (1939-1944)
Le Travailleur (1939, 1945)

09/04/2012

[Compléter l'article]

Toutes les communes du Lot-et-Garonne

Les camps et les lieux d'internement du Lot-et-Garonne

125e CTE Casseneuil 47440 Casseneuil
126e CTE Sainte-Livrade-sur-Lot 47110 Sainte-Livrade-sur-Lot
127e CTE Sainte-Livrade-sur-Lot 47110 Sainte-Livrade-sur-Lot
130e CTE Sainte-Livrade-sur-Lot 47110 Sainte-Livrade-sur-Lot
146e CTE Casseneuil 47440 Casseneuil
146e CTE Sainte-Livrade-sur-Lot 47110 Sainte-Livrade-sur-Lot
308e GPTE Tombebouc 47110 Allez-et-Cazeneuve
517e CTE Sainte-Livrade-sur-Lot 47110 Sainte-Livrade-sur-Lot
522e GTE Casseneuil 47440 Casseneuil
523e GTE Casseneuil 47440 Casseneuil
523e GTE Sainte-Livrade-sur-Lot 47110 Sainte-Livrade-sur-Lot
524e GTE Casseneuil 47440 Casseneuil
536e GTE Casseneuil 47440 Casseneuil
71e CTE Sainte-Livrade-sur-Lot 47110 Sainte-Livrade-sur-Lot
Camp de Buzet-sur-Baïse 47160 Buzet-sur-Baïse
Camp de Lisse 47170 Réaup-Lisse
Camp de Sauvaud dit Camp de la Gare ou Camp de Casseneuil 47440 Casseneuil
Caserne Lacuée 47000 Agen
Château de la Couronne 47550 Boé
Prison d'Agen 47000 Agen
Prison d’Eysses 47300 Villeneuve-sur-Lot

Les lieux de sauvetage du Lot-et-Garonne

Château de Salomon 47500 Montayral
École de Caudecoste 47220 Caudecoste
Ferme école 47290 Monbahus
Ferme école 47140 Penne-d'Agenais
Ferme-Ecole de l'ORT aux Angiroux 47800 Montignac-de-Lauzun
Lycée Georges-Leygues 47300 Villeneuve-sur-Lot
Soleil d’Automne 47400 Tonneins
Temple de Clairac 47320 Clairac

Les 42 Justes parmi les Nations du Lot-et-Garonne


14 Familles hébergées, cachées ou sauvées du Lot-et-Garonne[Compléter]

Agen

09/1942 - 19/08/1944 Famille Silberstein - Hans Silberstein, juif, habitant à Agen, pourchassé parce que Juif et pour "sabotage de l'industrie allemande" va être hebergé et caché chez Charles Magot à Agen, 25 cours du XIV Juillet, durant toute la période de l'occupation et jusqu'à la libération de la ville.

Castella

- Mars 1945 Famille Frydman - La famille Frydman était composée au moins du père Abraham Frydman et de son épouseEtla Frynker, des enfants Lucie et henri. Leur date d'arrivée à Castella n'est pas connue précisément (1939 suivant Une habitante de Castella, témoignage de 2009). Il aurait acheté une petite propriété non loin de la petite église, derrière l'école communale. Vers 1941, Jean Pourcel, fils de Joseph Léon Pourcel, fermier à Castella s'est occupé de la gestion de la ferme où se cachaient les Frydman. Un mariage serait intervenu entre 1941 et 1943 entre jean Pourcel et Lucie Frydman. Entretemps un frère soit de Abraham ou de Etla est venu se cacher égalemnt à la ferme (dans la grange). Sont venus également se cacher dans la même ferme une certaine Ida et son mari (on ne connaît pas leur nom de famille). Les frydman originaires de Charleroi en Belgique sont rentres en Belgique en 1945, accompagnés par Jean Pourcel.

Caudecoste

Famille Krako - Alice

Département

Famille Rosenfeld - A plusieurs reprises, nos parents et nous avons été hébergés par la famille Zwolakowski à Hautefage Latour.

Francescas

JJ/05/1940 - JJ/10/1940 Famille DIZAMBOURG - Partie de Forges-les-Eaux (76) avec ses 2 enfants (Colette 13 et Jean 18 ans), Germaine aurait été hébergée au "Cap de la Coste" par Francescas. Dans une maison inoccupée semble-t-il. Elle fut rejointe dans le mois qui suivit par son mari Paul qui, responsable d'une usine à gaz, avait été réquisitionné pour garder ses installations en marche jusqu'à l'arrivée de l'armée allemande. Nous recherchons des détails sur leurs conditions d'accueil, d'hébergement et de vie durant ces quelques mois vécus dans le Lot et Garonne.

Marmande

01/10/1942 - 30/06/1943 Famille Böhm - Gustave Böhm était peintre, né à Brno en tchécoslovaquie il était à Paris en 1940. Il s'est réfugié à Toulouse, puis à Agen où charles Boisvert l'a connu en 1942. Il a tenté de passer en suisse pendant l'été 42, puis a demandé à notre famille de l'héberger. Il est resté chez nous jusqu'au printemps 43. Il a été hébergé comme un grand peintre, dormant dans la chambre Louis XIII, il était disait-on de religion hussite, ce qui justifiait qu'il n'aille pas à la messe avec toute la famille le Dimanche. Il nous a laissé une trentaine de peintures, aquarelles et dessins. Il sortait très peu. Ses aquarelles de Marmande représentent des lieux à moins de 100 mètres de la maison. Notre maman dont il a fait le portrait vit toujours : elle a presque 100 ans. Elle n'est plus en état de raconter l'histoire. Nous aimerions avoir une délégation juive à ses obsèques ... bientôt à Marmande.

Monbahus

Famille Almi - Henri et Lucien Almi sont placés par Lucienne Deguilhem* dans la ferme de Joseph Van der Poellen à Labarque.

Famille Frenkiel - La famille Frenkiel et leurs trois enfants, Nathan, Simon et Liliane sont cachés par Lucienne Deguilhem* à Monbahus.

Sainte-Colombe-en-Bruilhois

Famille Löbl - Julius Löbl, son épouse Maria Antoinette née Lounek et leur fille Gerda seront aidés et sauvés grâce à l'aide de Abel Dulong*, secrétaire de mairie, et de son épouse Marie, cultivatrice.

Tonneins

1943 - 1944 Famille Gunzburg - Paul et Else Gunzburg sont cachés de 1943 à la Libération en effectuant divers travaux au domaine.

>> Voir les 14 familles réfugiées dans le département <<

274 Familles arrêtées dans le département [Compléter]

Agen
08/1942 Famille Fleischmann - Sandor, 34 ans, boucher, et son fils, Loïs, 9 ans, de nationalité hongroise, sont assignés à résidence à Agen. Arrêtés parce que juifs, ils sont envoyés au Camp de Sauvaud à Casseneuil.
JO : Ancrage n° 9. La liste de Casseneuil


08/1942 Famille Freireich - Paula née Mleczak, 39 ans, et ses enfants Bella, 10 ans, Simon, 4 ans, et Lole, 6 ans, sont arrêtés à Marmande parce que juifs.
JO : La liste de Casseneuil


08/1942 Famille Friedler - Gisèle (Gizela), 16 ans, née le 13/02/1926 à Rozniatow (Pologne), de nationalité polonaise, est assignée à résidence à Agen. Arrêtée parce que juive, elle est envoyée au Camp de Sauvaud à Casseneuil, avant d'être déportée sans retour du Camp de Drancy vers Auschwitz par le convoi n° 30 du 9 septembre 1942.
Déportation : 09/09/1942 convoi no 30
JO : Mémorial de la déportation des Juifs de France


Famille Lévy - Alex, son épouse Henriette née Weill et leur fille Céline née à Rosheim (67) le 25/07/1891, habitaient 3 rue Corberon à Colmar (68). Après l’armistice Céline fut agent à la trésorerie générale du Haut-Rhin repliée à Agen. Arrêtée parce que juive, Céline sera déportée.


08/1942 Famille Manheimer - Herchel (Herchal), 44 ans, , né le 15/01/1896, maroquinier, de nationalité russe, est assigné à résidence à Agen. Arrêté parce que juif, il est envoyé au Camp de Sauvaud à Casseneuil, avant d'être déporté sans retour du Camp de Drancy vers Auschwitz par le convoi n° 30 du 9 septembre 1942.
Déportation : 09/09/1942 convoi no 30
JO : Mémorial de la déportation des Juifs de France

>> Voir les 274 familles arrêtées dans le département <<

Chronologie [Ajouter]

05/08/1942 - La circulaire n° 2765 du secrétaire général à la Police envoyée au préfet régional de Limoges vise les étrangers suivants en vue de leur transfert en zone occupée : "Les israélites allemands, autrichiens, tchécoslovaques, polonais, estoniens, lituaniens, lettons, dantzicois, sarrois, soviétiques et les réfugiés russes entrés en France postérieurement au 1er janvier 1936 incorporés dans des groupes de T.E., hébergés au centre du Service social des étrangers, dans les centres des comités privés ou dans ceux de l'UGIF, placés dans les centres de regroupement israélites en application des circulaires du 3 novembre 1941 et du 2 janvier 1942 ainsi que ceux en résidence libre, seront transportés en zone occupée avant le 15 septembre". La circulaire exclut quelques catégories de Juifs, dont les vieillards de plus de 60 ans, les enfants de moins de 18 ans non accompagnés, les femmes enceintes...
26/08/1942 - Rafle de Juifs réfugiés en Limousin. 446 Juifs dont 68 enfants de la région sont regroupés au camp de Nexon sont acheminés vers Drancy le 29 août 1942 et déportés vers Auschwitz par les convois n° 26 et 27.
08/10/1942 - Rafle des Juifs en Charente dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942.
31/01/1944 - Grande rafle ordonnée par le Préfet de région Poitou-CharentesLencloître France


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
2 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
3 Crimes de guerre nazis en Agenais. Seconde Guerre mondiale en Lot-et-Garonne (Ce travail de mémoire sur les crimes de guerre et la barbarie nazie en Lot-et-Garonne durant la seconde guerre mondiale s’appuie sur un grand nombre de documents et de témoignages. )
4 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
5 Victime en représailles à Mussidan
6 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
7 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
8 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Notes

- 1 - Cabinet du préfet (1939-1945).

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Recherche Walter Apfel

    Je recherche des informations sur Walter Apfel, né le 18/02/1898 a Munstereifelen (Allemagne), de religion juive. Refugié en Belgique il a été déporté en France le 10 mai 1940. Il est passé par les camps de Saint Cyprien et Gurs. En janvier 1941 il a été affecté au 308 Groupe de Travailleurs Etrangers à Agen. Je viens d'apprendre grâce au service des Archives du Lot-et-Garonne, que Walter Apfel s'est enfuit du 308e GTE vers août 1942. Il a été condamné par défaut à un mois de prison le 19/01/1943 en même temps que 36 autres juifs du 308e ou du 536e GTE evades pendant les rafles d'août 1942. Je cherche à savoir ce qu'est devenu Walter Apfel après son évasion.
    Par suite d'une confusion d'identité avec un autre Walter Apfel né en 1906 à Mannheim, sa famille a pensé jusqu'à présent qu'il avait déporté à Auschwitz.
    Merci pour toutes les suggestions qui pourraient m'aider à retrouver sa trace.
    [répondre]

    Avez vous essayé de faire une demande sur le site suivant:
    https://collections.arolsen-archives.org/en/search/
      [répondre]

***  Émile et Marie christine ERHARD, pseudo Paul BERNARD

    Bonjour,
    Mon grand-père Émile ERHARD, avait la quarantaine durant la guerre et était agent dans différents réseaux de résistance (Vény, Gallia, Brutus-Vidal), il fournissait de faux papiers aux familles juives et les aidaient à passer la frontière. Journaliste alsacien (Le Républicain) et espion recherché par la Gestapo, il utilisait de fausses identités... Sa femme travaillait à Agen (elle espionnait les poubelles allemandes en tant que femme de ménage) et a accouché à la quarantaine, en novembre 1944 à Villeneuve-sur-Lot. Il est possible que mon grand-père ait fournit de faux papiers à Ginette Rouquet pour aider ses amis. Dans ses mémoires, mon grand-père parle d'un certain "Freidmann" avec qui il a monté un réseau de résistance... Si Ginette ROUQUIER est vivante pourriez-vous lui demander si elle se souvient de mes grand-parents, alsaciens ils parlaient couramment l'allemand... Merci beaucoup.
    [répondre]

    Bonsoir, je dispose avec un ami d'informations relatives à votre grand-père et suis très intéressé pour partager nos informations. possibilité de me contacter par mon site: www.7juin44.fr
    Très cordialement
      [répondre]
    Bonjour,
    J'ai retrouvé le nom de votre grand père dans nos listes. Il était agent de renseignement du réseau GALLIA dans la région du Sud Ouest.
    Voici notre mail :
    memoiregallia@wanadoo.fr
    SG national DIEU Jacques
    Amicale Mémoire du réseau GALLIA
    reseaugallia.org
    Cordialement
      [répondre]
[Ce contenu est signalé erroné à l'administrateur du site]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019