Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
765 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
705 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4174 Justes de France
920 résistants juifs
11493 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1269 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Rhône

Région :
Auvergne-Rhône-Alpes
Département :
Rhône

Préfets :
Alexandre Angeli
(1940 - 1944) Alexandre Benoît Joseph Angeli, Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1893-1962) (1893-1962)
(24/01/1944 - 05/1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire). Résistant, dénoncé par la Milice, il est arrêté par la Gestapo et déporté à Neuengamme (1899-1945).
André Boutemy
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1905-1959)
Yves Farge
(1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1899-1953)
Henri Longchambon
(1944 - 1946) Préfet du Rhône puis commissaire de la République pour la région Rhône-Alpes (1896-1969)

À lire, à voir…

Robert Serre Robert Serre
Vincent Giraudier
Hervé Mauran
Jean Sauvageon
Des indésirables

 

Évelyne Py Évelyne Py
Un été sous les bombes - Givors, Grigny, Chasse 1944

ACHETER EN LIGNE

Jean-William Dereymez Jean-William Dereymez
Le refuge et le piège : Les Juifs dans les Alpes : 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Gilles Lévy Gilles Lévy
L'Auvergne des années noires 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Roger Zannelli Roger Zannelli
Résistant à seize ans

ACHETER EN LIGNE

Nicolas Andry Nicolas Andry
Objectif Lyon

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
La France des camps : L'Internement, 1938-1946

ACHETER EN LIGNE

Bruno Doucey Bruno Doucey
Si tu parles, Marianne

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Clandestins de la Liberté. Ligne de démarcation et frontière suisse. 1940-1944.

ACHETER EN LIGNE

Georges Garel Georges Garel
Katy Hazan
Élise Garel
Le sauvetage des enfants par l'OSE

ACHETER EN LIGNE

Guy Sanglerat Guy Sanglerat
Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Monique-Lise Cohen Monique-Lise Cohen
Eric Malo
Les camps du Sud-Ouest de la France, 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
Adieu les enfants (1942-1944)

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
La Shoah en France

ACHETER EN LIGNE

Pierre Péan Pierre Péan
Lydie Bastien, la diabolique de Caluire

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Montluc, Antichambre de l’inconnu (1942-1944)

 

Anne  Grynberg Anne Grynberg
Les camps de la honte : Les internés Juifs des camps français

ACHETER EN LIGNE

Bruno  Permezel Bruno Permezel
Résistants à Lyon, Villeurbanne et aux alentours - 2824 engagements

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Lieu d'internement

Prison Montluc
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

Texte pour ecartement lateral Commune : 69000 Lyon
- Rhône

Période d'activité: 11/11/1942 - 24/08/1944
Population internée: Otages, persécutés raciaux et résistants

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Prison-Montluc
La prison de Montluc
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Histoire

Située dans le troisième arrondissement de Lyon, face au fort militaire, la prison militaire de Montluc est édifiée en 1921.

Désaffectée dès 1932, elle est remise en service au début de la guerre. Sous le gouvernement de Vichy, la population carcérale s’accroît. Elle accueille les premiers résistants poursuivis pour "menées antinationales", c’est-à-dire principalement la distribution de tracts contre le régime de Vichy et nombre d’"indésirables" y sont enfermés.

En novembre 1942, après l’invasion de la zone libre, les Allemands réquisitionnent la prison Montluc pour y entasser les persécutés raciaux, Français ou étrangers, résistants, otages ou juifs en attente de déportation, dont Jean Moulin et Raymond Aubrac, le général de Lattre de Tassigny, l’historien Marc Bloch, l’industriel Marcel Bloch-Dassault, les enfants d’Izieu… et de nombreux autres.

Le réfectoire, le magasin et la "baraque" en bois située dans la cour sont eux aussi transformés en espaces de détention. Les prisonniers juifs sont prioritairement cantonnés dans la baraque, désormais appelée "baraque aux juifs".

Témoignage
Quand les Allemands venaient chercher les détenus, il y avait l’appel. C’était “avec bagage” ou “sans bagage”. Avec bagage, ça voulait dire la déportation ; sans bagage, c’était ou la fusillade ou la torture une fois de plus. Alors la fusillade que l’on appréhendait tant avant d’être pris par les allemands, eh bien on la demandait presque une fois que l’on avait été pris1

La Gestapo occupe les lieux et y incarcère les résistants arrêtés. Ceux désignés pour l’interrogatoire partent le matin pour l’École de Santé Militaire où ils passent la journée sans nourriture avant d'être ramenés en cellule à l'École de Santé Militaire.

Après le débarquement du 6 juin 1944, la répression allemande s’intensifie et les exécutions sommaires, les massacres de détenus se multiplient. On recense au moins 682 prisonniers assassinés dans 33 sites des environs de Lyon jusqu’au 21 août 1944, dont 109 à Bron du 17 au 22 juin et 120 à Saint-Genis-Laval le 20 août. Le 23 août, des résistants sont extraits de leurs cellules et fusillés dans les locaux de la Gestapo, place Bellecour.

Le 20 août 1944
Dans le fort de Lorette, furent massacrés 120 prisonniers de la prison Montluc, sous les ordres de Klaus Barbie.

La Libération
Suite aux menaces et pressions de la Résistance, qui cerne le quartier afin d’empêcher toute évacuation de prisonniers, les Allemands acceptent de quitter Montluc le 24 août, à condition d’avoir la vie sauve.
La prison est ainsi libérée dix jours avant la libération totale de la ville de Lyon.

Après la guerre, des statistiques officielles font état de 7 731 Français et étrangers internés à Montluc du 11 novembre 1942 au 24 août 1944.
Parmi eux, 622 auraient été fusillés, 2 565 déportés (dont 840 rapatriés), 2 104 auraient été libérés. On ignore le sort des 2 440 autres personnes incarcérées à Montluc.2

01/10/2014

[Compléter l'article]

Jean Moulin à Montluc

À la suite de l’arrestation du 21 juin 1943 à Caluire, Jean Moulin et ses compagnons sont transférés à Montluc. À son arrivée, Jean Moulin est répertorié sur le registre d’écrou sous le pseudonyme de "Jacques Martel".
Jean-Pierre Azéma commente les annotations du registre écrites à partir "des vrais-faux papiers de Jean Moulin : il fut écroué à la prison de Montluc sous le nom de Jacques Martel, né le 29 avril 1897 à Picquigny (il est vraisemblable que l’État-civil de cette bourgade de la Somme avait disparu dans la tourmente de 1940). Se disant décorateur (il pouvait faire montre d’aptitudes en la matière), habitant 17, rue Renan (c’était son ancien domicile), il avait indiqué qu’il était célibataire et catholique (donc non juif)."3

Jean Moulin occupait la cellule 130, située en face de celle du docteur Dugoujon qui témoigne : "[…] je l’ai vu le mardi [22 juin] au matin à la toilette, le mardi après-midi à la promenade qui consistait à tourner dans la cour pendant un petit moment. Max s’était mis à coté de moi et, à la fin de la promenade il a pu me dire cette phrase que je trouve bien émouvante : "Je vous souhaite bon courage". […] Le mercredi à 2h, par l’oeillère de la porte de la cellule à laquelle j’étais rivé pour tuer le temps, j’ai vu arriver deux ou trois policiers allemands qui l’ont emmené d’une façon brutale et l’ont ramené le soir avec un pansement autour de la tête et il boîtait."4

02/10/2010

[Compléter l'article]

3 Familles internées - Prison Montluc [Ajouter une famille]

Famille Brunswick : 
Nationalité Français
René Emile Brunswick, né à Paris le 10/12/1900, était le fils de Léon Henri et de Mathilde Rachel née Lévy. Il habitait à Clichy-sur-Seine. Résistant dans le groupe Laforge de Benoît Oblin à Lyon (Rhône) où il est réfugié. Il habite au 3 rue des Farges (Ve arr.) chez une logeuse et il travaille comme employé dans une fabrique de soieries lyonnaise, « la Maison Debiesse », 88 rue des Archers à Lyon (IIe arr.). Le 17 juillet 1944, René Brunswick, alias René Louis, 43 ans, est arrêté sur son lieu de travail parce que juif par des agents de la Gestapo sous l’inculpation de trahison et d’espionnage économique et emprisonné à la Prison Montluc dans la "baraque aux Juifs" et torturé. Il sera emmené et assassiné par les nazis le 17/08/1944 au camp d'aviation de Bron.
Provenance : Lyon
Arrivée au lieu d'internement : 17/07/1944
Destination : 17/08/1944 -
Date exécution : 17/08/1944
(Source: Le Maitron )

Famille Engel : 
Henri, né à Berlin (Allemagne) le 20/06/1926, fils de Erich Engel et de Lucie Simonin, vivait à Mulhouse, 2 rue de Bâle.
Arrêté parce que juif, Henri, 18 ans, est fusillé le 12/08/1944 au Fort Montluc

Date exécution : 12/08/1944
(Source: Shoah Names Database )

Famille Waserman : 
Nationalité Apatride
Chawa Waserman, juive, a été arrêtée comme résistante dans le train qui venait de Savoie avec des tracts dans son sac. Elle fut internée au Fort Montluc et subit la torture de "la baignoire" dont elle revint les tympans crevés et les vertèbres cassées. Elle passa de nombreuses années à Berck Plage et je l'ai toujours connue allongée sur une planche. En reconnaissant Barbie le jour de son arrestation, elle a eu un infarctus et est décédée lors de l'annonce faite par Maître Vergès à la télévision, alors qu'elle était en convalescence dans une maison de repos.
Arrivée au lieu d'internement : 15/05/1943
(Source: familiale )

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Blog sur quelques Justes et sur le livre (Blog hébergé par la Tribune de Genève sur quelques justes honorés par Yad Vashem sur l'intervention du délégué pour la Suisse et la région frontalière Ain et Haute-Savoie, Herbert Herz, ainsi que sur divers événements organisés autour de la parution du livre "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI" )
2 Le site du poète Pierre Emmanuel (Le site officiel du poète Pierre Emmanuel. Vous y trouverez aussi des pages sur sa vie et son action à Dieulefit durant la guerre, à Beauvallon, puis à la Roseraie. )
3 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
4 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
5 Les archives du conseil général de Savoie (La liste des 168 "travailleurs israëlites" en partance de Ruffieux, établie le 24 Août 1942. )
6 Là où coule le Gier (La guerre, énorme chaos bouleversant les vies. Tel est le décor dans lequel évoluent René et Aima. De leur jeunesse à leurs combats, l'auteur nous invite à les suivre dans cette aventure où chacun fera preuve d'un courage incroyable. Ce roman, basé sur des faits réels, nous emmène de la Vallée du Gier dans la Loire à Clermont-Ferrand et nous fait traverser certains camps de concentration en Allemagne en suivant le parcours de deux jeunes gens que la vie a forgé pour combattre aussi bien dans l'univers ouvrier des années 30 que pendant la seconde guerre mondiale avec leur implication dans la résistance. Cette plongée dans le passé a nécessité de nombreuses recherches suivies d'une longue enquête menée sur la vie de ces deux personnages. )
7 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )
8 L'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 (Page consacrée à l'ouvrage "L'attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont" (2015).
Cette étude sur l'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 recoupe des documents d'archive à des témoignages oraux et écrits. Elle reprend de manière chronologique les évènements, de l'attentat de résistants sur un détachement allemands à l'immensité des représailles qui ont suivi : incendie d'immeubles, nombreuses arrestations, déportations et condamnations à mort. )
9 "Objectif Lyon !"
10 Laurent Neury, l'espoir au bout du pont. Histoire et mémoire de la filière de Douvaine, Cabedita, 2019
11 L'abbé André Payot, résistant et chef de réseau (Biographie détaillée d'André Payot et de ses activités de résistant durant la seconde guerre mondiale à Chamonix et Vallorcine (Haute-Savoie). Livre écrit par Jean-Luc de Uffredi, publié en 2019 aux éditions les Passionnés de bouquins. )

Chronologie [Ajouter]

12/04/1939 - Décret du 12 avril 1939 sur la création des CTE (Compagnies de Travailleurs Étrangers).
27/09/1940 - Loi du 27 septembre 1940 sur la création des GTE (Groupements des Travailleurs Étrangers).
22/02/1941 - Décret du 22 février 1941 sur les sanctions à appliquer dans les GTE (Groupements des Travailleurs Étrangers).
25/08/1942 - Rafle des Juifs étrangers effectuée par la police et la gendarmerie française dans la nuit du 25 au 26 août.
11/11/1942 - Les Allemands et les Italiens se partagent la zone dite "libre".
29/06/1943 - Rafle de la Gestapo à la Maison des Roches au Chambon-sur-Lignon. Dix-huit pensionnaires et le directeur, Daniel Trocmé*, sont arrêtés. Ils seront déportés : cinq jeunes juifs mourront à Auschwitz et Daniel Trocmé à Maïdanek.
21/10/1943 - Libération de Raymond Aubrac et d'autres résistants, lors d'un coup de force de la Résistance, près du fort de Montluc.
12/06/1944 - 23 résistants sont emmenés de Fort et exécutés à la mitraillette près de Neuville-sur-Saône.
20/08/1944 - 110 résistants internés à la prison Montluc sont emmenés par les Allemands et les miliciens au Fort de Lorette à Saint-Génis-Laval où ils seront abattus à la mitraillette et au fusil.
24/08/1944 - La prison Montluc est libérée le 24 août 1944.
08/05/1945 - L'Allemagne capitule.
02/11/1945 - Ordonnance du 2 novembre 1945 sur la dissolution des GTE (Groupements de Travailleurs Étrangers).
14/09/2010 - Une partie de la prison a été transformée en espace mémoriel par le ministère de la Défense et une trentaine de cellules ont été rénovées. Des photographies et des biographies de détenus y sont exposées. Parmi les parcours présentés, on compte, bien sûr, celui de Jean Moulin.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.

Notes

- 1 - Témoignage de Cellard fils dans le film Dans la nuit, la liberté.
- 2 - CHRD Lyon
- 3 - Jean-Pierre Azéma, Jean Moulin, le rebelle, le politique, le résistant, Perrin, 2003.
- 4 - Cité dans Daniel Cordier, Jean Moulin, la République des catacombes, Gallimard, 1999

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019