Soutenez le travail de l'AJPN

Colloque Procès Papon, 20 ans après.
Mercredi 23 mai et jeudi 24 mai 2018, Bordeaux

space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
654 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
656 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4138 Justes de France
920 résistants juifs
10097 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1232 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Allier

Région :
Auvergne-Rhône-Alpes
Carte du département

Préfecture :
Moulins

Préfets :
Louis Nicolas Henri Adam
(17/11/1934 - 17/09/1940) Préfet de l'Allier
Joseph Porte
(17/09/1940 - 03/02/1943) Préfet de l'Allier
Charles Chevreux
(1941 - 1941) Jacques Charles Adrien Chevreux, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie)
Alfred Hontebeyrie
(1941 - 1941) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1895-1969)
Charles Donati
(1941 - 1943) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (né en 1891)
(07/1943 - 30/12/1943) Jean François Quenette, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant (1903-1971).
Félix Picot
(03/02/1943 - 02/09/1944) Préfet de l'Allier
Robert Fleury
(02/09/1944 - 16/02/1949) Préfet de l'Allier
Henri Ingrand
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République (Cantal, Haute-Loire, Puy-de-Dôme et la partie non-occupée de l'Allier)(1908-2003)
Georges Bernard
(1944 - 1944) Georges Albert Maurice Bernard, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1890 - 1953)
Jean Bouhey
(Mars 1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1898-1963)
Jean Mairey
(1945 - 1946) Jean Marie Albert Mairey, Commissaire régional de la République par intérim de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1907-1982)

À lire, à voir…

Guy Sanglerat Guy Sanglerat
Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Jean Débordes Jean Débordes
Paroles de Résistants - L'Allier dans la guerre

ACHETER EN LIGNE

Gilles Lévy Gilles Lévy
L'Auvergne des années noires 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Clandestins de la Liberté. Ligne de démarcation et frontière suisse. 1940-1944.

ACHETER EN LIGNE

Bruno Doucey Bruno Doucey
Si tu parles, Marianne

ACHETER EN LIGNE

Jean-William Dereymez Jean-William Dereymez
Le refuge et le piège : Les Juifs dans les Alpes : 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Jean Débordes Jean Débordes
Le Temps des passions - L'Allier dans la guerre

ACHETER EN LIGNE

Robert Serre Robert Serre
Vincent Giraudier
Hervé Mauran
Jean Sauvageon
Des indésirables

 

Jean Débordes Jean Débordes
L'Allier dans la guerre (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Département de l'Allier en 1939-1945


[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Histoire

La guerre d'Espagne

La Guerre d'Espagne amène à partir de 1936 un afflux de réfugiés opposants à Franco dans l'Allier.
Certaines communes du département réquisitionnent des bâtiments pour loger les exilés et les habitants organisent des collectes pour les aider.

24/08/2010

[Compléter l'article]

La drôle de guerre

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.
L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le gouvernement désemparé se replie à Bordeaux dès le 11 juin.
La France est envahie. C’est l’exode vers le sud.
Le président du Conseil, Paul Reynaud, est contraint de démissionner. Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement.

24/08/2010

[Compléter l'article]

L'Occupation et la collaboration

Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice. De nombreux hommes sont fait prisonniers.
L'armistice signé à Rethondes scelle la défaite militaire de la France et la fin de l'offensive militaire de l'Allemagne.

Vichy, capitale de la France
Le gouvernement français a quitté Paris depuis de le 10 juin 1940. L'exil commence : de Touraine en passant par Bordeaux, Clermont-Ferrand, il s'achève au début du mois de juillet 1940 à Vichy.
Les hôtels et les villas sont réquisitionnés pour abriter ministères et fonctionnaires de l'État français.

Le 10 juillet 1940, trois parlementaires de l'Allier font partie des "quatre-vingts" qui refusent de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain : le sénateur SFIO Marx Dormoy de Montluçon, le député maire de Commentry Isidore Thivrier et l’ex communiste Eugène Jardon, élu député à la complémentaire d’avril 1939.

La France est coupée en deux
Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands.

La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Ain, Allier, Charente, Cher, Dordogne, Gironde, Indre-et-Loire, Jura, Landes, Loir-et-Cher, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Vienne.

Montluçon est situé en zone libre, alors que la rive droite de Moulins est soumis dès l'Armistice à l'occupant nazi et que Vichy est devenu le siège du gouvernement de Pétain et de l'État français après l'occupation de Bordeaux.

Les réfugiés affluent par milliers et s'installent dans la zone restée libre du département.

La Demarkationslinie - la ligne de démarcation - ne disparaîtra que le 1er mars 1943, plusieurs mois après l’occupation totale de la France, le 11 novembre 1942.

24/08/2010

[Compléter l'article]

La Révolution nationale

Dès le 11 juillet 1940, après la proclamation de l'État français, la République disparaît et le nouveau régime cherche des responsables de la défaite.
Ce sera d'abord les Anglais, puis les hommes politiques de la IIIe République, avec la loi du 17 juillet 1940 qui donne le droit de révoquer tout fonctionnaire paraissant être un élément de désordre, et les étrangers.
Les francs-maçons, responsable de la décadence, sont mis au ban de la société dès le 13 août 1940. Le maréchal Pétain affirmait que si un juif n'était pas responsable de ses origines, "un franc-maçon l'était toujours de son choix".1

24/08/2010

[Compléter l'article]

Les Juifs de l'Allier

Alors que les Juifs d'Europe sont contraints à l'exil, ils se trouvent confrontés à des politique le plus généralement restrictives et accueiillis en France dans des camps ouverts dès 1938 pour "étrangers indésirables".

En juillet 1938 se tient à Evian une conférence internationale sur la question des réfugiés, qui se révèle incapable de trouver une solution d’accueil, et reconnaît même à l’Allemagne le droit de traiter ses ressortissants comme elle l’entend.

A la veille de la guerre, la situation des Juifs est résumée par une formule de Haïm Weizmann, citée par Georges Bensoussan : "Le monde semble être divisé en deux parties: les endroits où les Juifs ne peuvent pas vivre et ceux où ils ne peuvent pas entrer."

Avec 300 000 Juifs en 1939, dont deux tiers vivaient à Paris, la France comptait la plus grande communauté d’Europe occidentale.
Elle représentait toutefois moins de 1% de la population et seule la moitié possédait la nationalité française.

Le nouveau statut des juifs, du 2 juin 1941 sera encore plus sévère.
Interdiction est faite aux Juifs, dès juillet 1940 de résider dans le département de l’Allier, dont le chef lieu est Vichy.
Le gouvernement de Vichy entame la répression contre les Juifs avec la publication du "statut des juifs", le 2 octobre 1940, première loi antisémite officialisant la politique d'exclusion.
Puis une loi du 22 juillet 1941 porte sur les entreprises juives et le contrôle des fonds appartenant aux Juifs.

Les rafles
Le recensement des Juifs, effectué en 1941, donnait pour l'Allier, un total de 3 669 personnes, dont 2 894 Juifs français et 775 Juifs étrangers.
Dans l'arrondissement de Montluçon, c'est Néris-les-Bains qui en accueille le plus grand nombre, la plupart séjournant à l'hôtel ou dans des pensions de famille, puis Montluçon, Villebret, Commentry.
L'arrondissement de Montluçon recense en tout 501 Juifs.

Le port de l'étoile n'est pas imposé en zone sud.

En vue des rafles prévues dans l'Allier, l'administration libère en août 1942 le Centre régional de rassemblement des Israélites du camp du Textile, afin d'y recevoir les Juifs étrangers des quatre départements de la région de Clermont-Ferrand, sur l'emplacement d'une usine désaffectée qui fabriquait avant la guerre du textile synthétique.
Ce camp, situé à la lisière de la ville, gardé par des gendarmes français et sous le commandement d'un commissaire des renseignements généraux, Martrou, avait déjà hébergé des réfugiés depuis 1940.

La rafle du 26 août 1942, débute à 5 h du matin et concerne 18 communes de l'Allier. Sept équipes de policiers arrêtent des personnes habitant les départements de la région de Clermont-Ferrand à leur domicile parce que Juives.
170 personnes sont rassemblées au camp du Textile de Prémilhat : 95 hommes, 60 femmes et 15 enfants.
Après l'opération dite "de criblage", 143 Juifs du camp, ne bénéficiant d'aucune des exceptions prévues, dont la plus jeune a 2 ans, sont emmenés à la gare de la Petite Vitesse à Montluçon et quittent la ville le 3 septembre à destination de Châteauroux-Vierzon sous escorte de 48 gardiens du GMR.Ils seront déportés sans retour de Drancy vers Auschwitz le 14 septembre 1942 par le convoi n° 32.
2

Près de 76 000 Juifs dont plus de 11 000 enfants seront arrêtés et déportés de France, dont 38 000 à Paris.

29/08/2012

[Compléter l'article]

Les proscrits du régime

Les communistes
Les Communistes, considérés comme "indésirables" sont pourchassés, arrêtés et internés.

Les Tsiganes
Les Tsiganes sont internés dans les camps français.

Les Francs-maçons
Les Francs-maçons considérés comme "indésirables" sont démis de leurs fonctions au sein de l'administration, pourchassés, arrêtés et internés.
A Montluçon, la loge Union et Solidarité est frappée de séquestre et les francs-maçons fonctionnaires publics sont poursuivis en correctionnelle. Les hommes politiques de la IIIe République francs-maçons sont jugés devant la Cour suprême de Justice.

24/08/2010

[Compléter l'article]

La Résistance

A partir de novembre 1942, la présence de l'occupant sur tout le département est de plus en plus pesante pour les habitants.
La Résistance socialiste recrute surtout parmi les fonctionnaires et les employés municipaux, utilisant souvent les infrastructures locales.
La répression à l'encontre des personnes soupçonnés d'aider la résistance s'amplifie dès l'automne 1943.
Les Allemands se sentent de plus en plus menacés par la résistance et à partir du 26 juin 1944, le couvre-feu est imposé à 22 h 30.

24/08/2010

[Compléter l'article]

Les combats pour la Libération

L'Allemagne capitule le 8 mai 1945.

24/08/2010

[Compléter l'article]

Les Justes en Auvergne

Les Justes d’Auvergne à l’image des Justes de France sont pour la plupart des gens simples, des paysans, des religieux, des gens de bonne volonté qui justifient leurs actes courageux comme une simple réaction face à l’injustice.
Une mention spéciale doit être accordée à la Haute-Loire, aux monts du Vivarais et à la vallée du Lignon, c’est là dans ce pays rude qu’ont été caché entre 3.000 et 5.000 juifs. Les communautés protestantes de cette région sous l’impulsion et la direction du charismatique pasteur André Trocmé* ont sauvé de nombreux juifs. Pour cela, en 1988, Le Chambon-sur-Lignon et les communes avoisinantes ont été distingués comme Juste parmi les Nations.
Seul un autre village aux Pays Bas a été distingué ainsi.

C’est à un auvergnat qu’on doit en grande partie, en France, la prise de conscience du drame juif. Suite aux déportations massives des israélites pendant l’été 1942, le mécontentement des catholiques grandit. Et pour la première fois des évêques (Mgr Théas* à Montauban et le cardinal Gerlier à Lyon) s’opposent ouvertement au régime. Mais c’est la prise de position de Mgr Jules Géraud Saliège*, archevêque de Toulouse, natif de Crouzit-Haut sur la commune de Mauriac, et ancien élève du petit séminaire de Pleaux (Cantal) qui est déterminante.
Dans sa lettre pastorale du 23 août 1942, qu’il fait lire dans toutes les églises de son diocèse, il proteste contre les mesures antisémites du Gouvernement de Vichy et de sa police. En voici un extrait : "... Dans notre diocèse, des scènes d’épouvante ont eu lieu dans les camps de Noé et de Récébédou. Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils sont nos frères comme tant d’autres. Un chrétien ne peut l’oublier..."
Par son action et son appel au devoir de résistance, il a inspiré et guidé de nombreuses personnes. Il sera fait, pour cela, Compagnon de la Libération en août 1945 et Juste parmi les Nations en 1969.
De même l’évêque de Clermont-Ferrand, Mgr Gabriel Piguet, déporté à Dachau, a été distingué comme Juste en 2.000, pour son action en faveur des réfugiés juifs dans son diocèse.

24/04/2011
Lien : Frédéric Maynier

[Compléter l'article]

Toutes les communes de l'Allier

Les camps et les lieux d'internement de l'Allier

142e GTE Vallon-en-Sully 03190 Vallon-en-Sully
147e CTE Saint-Bonnet-Tronçais 03360 Saint-Bonnet-Tronçais
73e CTE La Ferté-Hauterive 03340 La Ferté-Hauterive
91e GTE Saint-Pourçain-sur-Sioule 03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
951e GTE Bournets-de-Chirat 03330 Chirat-l'Église
Camp d'Huriel 03380 Huriel
Camp du Fé de la Genebière 03410 Domérat
Camp du Textile 03410 Prémilhat
Caserne Richemont 03100 Montluçon
Château de Frémont 03190 Vallon-en-Sully
Donjon de la Mal-Coiffée 03000 Moulins

Les lieux de sauvetage de l'Allier

Château de la Faulconnière 3800 Gannat
Château des Morelles 3110 Broût-Vernet
Hôpital de la Charité 3310 Lavault-Sainte-Anne
Orphelinat d'Ebreuil 3450 Ebreuil

Les 34 Justes parmi les Nations de l'Allier


105 Familles hébergées, cachées ou sauvées de l'Allier[Compléter]

Broût-Vernet

Famille Affenkraut - Édith, née le 11/10/1929 à Leipzig (Allemagne)

- 05/1943 Famille Ahrend - Max est né le 26/07/1926 à Francfort (Allemagne). Sa mère le fait partir en France avec un convoi d’enfants après la "Nuit de Cristal". Son père est mort trois ans auparavant. Il est accueilli par une famille juive à Strasbourg. Évacués en septembre 1939, il erre avec ses parents adoptif et arrive au Château des Morelles. Il franchit la frontière suisse clandestinement en mai 1943 et vit à Zurich jusqu’à la fin de la guerre.

Famille Aron - Joseph, né à Wallau (Allemagne), Salomon, né le 05/02/1934 à Wallau (Allemagne), et Myriam, née le 12/09/1932 à Wiesbaden (Allemagne)

Famille Babic - Anna, née le 18/01/1929 à Bruxelles (Belgique)

Famille Becker - Micheline, née le 09/10/1935 à Paris

Famille Belk - David, né le 17/07/1929 à Dambrowa (Pologne)

Famille Belk - David, né le 17/07/1929 à Dambrowa (Pologne), Simon, né le 25/07/1931 à Paris, et Suzanne, née le 08/11/1932 à Paris

Famille Ben-Ichou - Claude, né le 11/05/1936 à Paris

Famille Benderski - Jacques, né le 07/09/1930 à Paris

Famille Berger - Claude, né le 26/12/1926 à Strasbourg

>> Voir les 105 familles réfugiées dans le département <<

62 Familles arrêtées dans le département [Compléter]

Broût-Vernet
02/11/1943 Famille Cogan ou Kogan - Joseph, 40 ans, né le 1er janvier 1903 à Kishinev (Russie), habitait Paris. Réfugié au centre d'enfants du château des Morelles à Brout-Vernet, il est arrêté parce que juif le 2 novembre 1943 avec deux de ses enfants, Fanny, 6 ans, née le 27 novembre 1937, et Albert, 2 ans, né le 21 juillet 1941. Ils sont tous trois déportés sans retour vers Auschwitz le 7 décembre 1943 par le convoi n° 64.
Déportation : 07/12/1943 convoi no 64


02/11/1943 Famille Fulop - Claude et Roland

Huriel
18/05/1940 Famille pierrot -

Lapalisse
30/06/1944 Famille Schwartz - Léopold, né le 1er mars 1882 à Westhoffen (67), et son épouse Reine née Lévy à Odratzheim (67) le 28/10/1919, expulsés de Strasbourg sont réfugiés à Lapalisse avec leurs deux filles, Raymonde, née en 1920 et Odette, née en 1927. Léopold et Reine sont arrêtés lors de la rafle du 30 juin 1944 à Lapalisse parce que juifs et internés à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03), d'où ils sont transférés le 15 juillet1944 à Drancy. Ils sont déportés sans retour le 31 juillet 1944 de Drancy à Auschwitz par le convoi N° 77 et sont assassinés le 05/08/1944.
Déportation : 31/07/1944 convoi no 77
Source : AFMD Allier

Le Mayet-de-Montagne
1942 Famille Petrushka - Herman (Max), né le 12 mai 1891 à Leipzig (Allemagne), est réfugié au Mayet depuis 1940. Arrêté parce que juif, il est déporté sans retour, à l'âge de 52 ans, de Drancy vers Maïdanek par le convoi n° 51 du 6 mars 1943. Son épouse et sa fille seront sauvées par Mère Irène de Jésus*, supérieure de l'Institution Sainte-Marie de Chavagnes à Cannes.
Déportation : 06/03/1943 convoi no 51

>> Voir les 62 familles arrêtées dans le département <<

Chronologie [Ajouter]

25/08/1942 - Rafle des Juifs étrangers effectuée par la police et la gendarmerie française dans la nuit du 25 au 26 août.
11/11/1942 - Les Allemands et les Italiens se partagent la zone dite "libre".
29/06/1943 - Rafle de la Gestapo à la Maison des Roches au Chambon-sur-Lignon. Dix-huit pensionnaires et le directeur, Daniel Trocmé*, sont arrêtés. Ils seront déportés : cinq jeunes juifs mourront à Auschwitz et Daniel Trocmé à Maïdanek.
08/05/1945 - L'Allemagne capitule.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Blog sur quelques Justes et sur le livre (Blog hébergé par la Tribune de Genève sur quelques justes honorés par Yad Vashem sur l'intervention du délégué pour la Suisse et la région frontalière Ain et Haute-Savoie, Herbert Herz, ainsi que sur divers événements organisés autour de la parution du livre "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI" )
2 Le site du poète Pierre Emmanuel (Le site officiel du poète Pierre Emmanuel. Vous y trouverez aussi des pages sur sa vie et son action à Dieulefit durant la guerre, à Beauvallon, puis à la Roseraie. )
3 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
4 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
5 Les archives du conseil général de Savoie (La liste des 168 "travailleurs israëlites" en partance de Ruffieux, établie le 24 Août 1942. )
6 Là où coule le Gier (La guerre, énorme chaos bouleversant les vies. Tel est le décor dans lequel évoluent René et Aima. De leur jeunesse à leurs combats, l'auteur nous invite à les suivre dans cette aventure où chacun fera preuve d'un courage incroyable. Ce roman, basé sur des faits réels, nous emmène de la Vallée du Gier dans la Loire à Clermont-Ferrand et nous fait traverser certains camps de concentration en Allemagne en suivant le parcours de deux jeunes gens que la vie a forgé pour combattre aussi bien dans l'univers ouvrier des années 30 que pendant la seconde guerre mondiale avec leur implication dans la résistance. Cette plongée dans le passé a nécessité de nombreuses recherches suivies d'une longue enquête menée sur la vie de ces deux personnages. )
7 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )
8 L'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 (Page consacrée à l'ouvrage "L'attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont" (2015).
Cette étude sur l'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 recoupe des documents d'archive à des témoignages oraux et écrits. Elle reprend de manière chronologique les évènements, de l'attentat de résistants sur un détachement allemands à l'immensité des représailles qui ont suivi : incendie d'immeubles, nombreuses arrestations, déportations et condamnations à mort. )

Notes

- 1 - Propos prêtés à Pétain par Adrien Marquet, alors ministre de l'Intérieur, cités par Robert Aron, Histoire de Vichy, p. 225.
- 2 - Montluçon, 1940-1944, par André Touret, éd. Créer.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Recherche membres de la famille Wagner

    Je recherche Robert, Philippe et Myriam Wagner habitant 20 rue Houdon à Paris en 1939.
    Ils se sont réfugiés avec leurs parents dans le village de Saint Etienne de Vicq (03).Ils logeaient dans le presbythère. Mon grand-père, ayant leur âge, garde des souvenirs précis de cette époque: le 14 juillet 1944, ils ont traversé, à la nage, la rivière appelée Mourgon. Je voudrais savoir ce que ces gens sont devenus et les inviter dans ce village pour qu'ils retrouvent des gens et des lieux qui ne les ont pas oubliés...
    [répondre]

***  Qui sont-ils ?

    Photo prise durant l'été 44 à La prugne. Qui sont les deux hommes de gauche et de droite? Mon père est le jeune homme à lunettes. Isabelle C. [répondre]

    Bonjour
    Merci de donner plus de renseignements, le nom de votre père, son métier, qui sont les autres personnes, leurs métiers.
    La Prugne, où est-ce ?
    Quelle est cette maison ?
    Merci
      [répondre]
    Je n'en sais pas plus. Mon père avait 17 ans. Le nom de mon père est Chicalski  [répondre]

***  Recherche résistant dan le 03 et le 71

    Bonjour,
    Nous travaillons actuellement pour le lycée sur la Résistance.
    Nous recherchons des témoignages de résistants dans le 71 et le 03.
    Vous pouvez nous joindre pour tous renseignements qui pourraient nous aider.
    Merci
    [répondre]

***  MICHEL MADELEINE

    je suis à la recherche de Michel Madeleine née le 1er Décembre 1917 à Caen
    Elle faisait partie des Français libres de juin 1940 à 1943
    Point de départ la metropole
    engagement dans la France libre : Londres en juin 1943
    Affectation : femme AFAT

    Merci pour toutes infos, même insignifiantes sera la bienvenue
    [répondre]

***  Recherche de Justes - Saint-Pourçain-Sur-Sioule

    Famille MELKI, cachée à Saint-Pourçain-Sur-Sioule. Entre 1942 et 1943, la famille a fuit alors que Lyon fût occupée par les nazis, et cachée par des Justes. Nous recherchons ces Justes, ou leurs descendants. Merci par avance. (source : Enfants Cachés) [répondre]

***  Recherche renseignements sur René Marty

    Je recherche tous renseignements sur le Colonel René Marty né a Lanuejouls, cousin de René Bousquet le secrétaire d état à la Police.
    René Marty était intendant de police à Vichy , secretaire particulier et bras droit de René Bousquet.
    [répondre]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018