Soutenez le travail de l'AJPN
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages  
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France
13 annonces de recherche
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de commune
95 départements et l'étranger
1230 lieux d'internement
744 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4342 Justes de France
1072 résistants juifs
15963 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e Guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque : 1374 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Allier

Région :
Auvergne-Rhône-Alpes
Département :
Allier

Préfets :
Louis Nicolas Henri Adam
(17/11/1934 - 17/09/1940) Préfet de l'Allier
Joseph Porte
(17/09/1940 - 03/02/1943) Préfet de l'Allier
Charles Chevreux
(1941 - 1941) Jacques Charles Adrien Chevreux, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie)
Alfred Hontebeyrie
(1941 - 1941) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1895-1969)
Charles Donati
(1941 - 1943) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (né en 1891)
(07/1943 - 30/12/1943) Jean François Quenette, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant (1903-1971).
Félix Picot
(03/02/1943 - 02/09/1944) Préfet de l'Allier
Robert Fleury
(02/09/1944 - 16/02/1949) Préfet de l'Allier
Henri Ingrand
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République (Cantal, Haute-Loire, Puy-de-Dôme et la partie non-occupée de l'Allier)(1908-2003)
Georges Bernard
(1944 - 1944) Georges Albert Maurice Bernard, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1890 - 1953)
Jean Bouhey
(Mars 1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1898-1963)
Jean Mairey
(1945 - 1946) Jean Marie Albert Mairey, Commissaire régional de la République par intérim de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1907-1982)

À lire, à voir…

Jean Débordes Jean Débordes
L'Allier dans la guerre (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Guy Sanglerat Guy Sanglerat
Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Robert Serre Robert Serre
Vincent Giraudier
Hervé Mauran
Jean Sauvageon
Des indésirables

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Bruno Doucey Bruno Doucey
Si tu parles, Marianne

ACHETER EN LIGNE

Nicolas Andry Nicolas Andry
Objectif Lyon

ACHETER EN LIGNE

Jean Débordes Jean Débordes
Paroles de Résistants - L'Allier dans la guerre

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Clandestins de la Liberté. Ligne de démarcation et frontière suisse. 1940-1944.

ACHETER EN LIGNE

Franck Fajnkuchen Franck Fajnkuchen
Yzkor. Une famille juive en France entre 1940 et 1944

ACHETER EN LIGNE

Lydia MUNN Lydia MUNN
Heather MUNN
Le refuge

ACHETER EN LIGNE

Jean-William Dereymez Jean-William Dereymez
Le refuge et le piège : Les Juifs dans les Alpes : 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Jean Débordes Jean Débordes
Le Temps des passions - L'Allier dans la guerre

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Gilles Lévy Gilles Lévy
L'Auvergne des années noires 1940-1944

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

OSE/AIP

Description : Maison d'enfants de stricte observance
Dates : 02/1940-02/1944

Château des Morelles
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

Château de Broût-Vernet Broût-Vernet
Texte pour ecartement lateralCommune : 03110 Broût-Vernet
Sous-préfecture : Vichy
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Chateau-des-Morelles
Vue du château des Morelles, à Brout-Vernet
source photo : OSE/CDJC
crédit photo : D.R.
Chateau-des-Morelles
Raphael et Marcus Horowitz, 1941-1944
source photo : Arch. Marcus Horowitz
crédit photo : USHMM
Chateau-des-Morelles
Annie, Léa Katz et leurs frères au château des Morelles fin 1942
source photo : Suzanne Blecher-Le Fur
crédit photo : D.R.
Direction : Mlle Bass puis Adrien Zélikowski
Personnel : Dr Becker, médecin
Joseph Cogan, administrateur (arrêté en novembre 1943 avec ses enfants)
Jacques Cohn (dit Bô), directeur pédagogique en mai 1943 (1916-1974)
Paula Cohn (soeur de Jacques Cohn), éducatrice pour les petits
Henri Dybnis, éducateur pour les grands, groupe mixte
Dr Salomon Gluck, médecin (déporté en février 1944)
Marthe Mann, éducatrice pour les petits
Rabbin Schneour Zalman Schneerson de l'AIP (Association des israélites pratiquants)
Myriam Weichselbaum épouse Dybnis, éducatrice pour les grands, groupe mixte
Robert Weil, Hébreu et mathématiques (arrêté en mai 1944 avec sa femme et ses enfants)
Gaby Wolff épouse Cohen, dite Niny, éducatrice pour les petits

Histoire

Centre d’hébergement de stricte observance

Le château des Morelles va accoeullir une centaine de jeunes d’âge très différent, du jardin d’enfants aux adolescents qui seront dispersés en février 1944.

Cette maison dite « des vieilles Morelles » avait été ouverte par le rabbin Zalman Schneerson qui l’avait cédé à l’OSE en 1941 pour en faire une maison de stricte observance. Les effectifs ne cessent de grossir pour atteindre plus de la centaine en décembre 1942.

Beaucoup d’enfants de tous âges sortaient des camps d’internement en particulier de Rivesaltes, après être passés par Palavas. Ils étaient souvent de langue allemande et passaient un temps aux Morelles avant de partir en Suisse. C’est le cas de Juliana Jung, l’une des 108 enfants sortis in extremis du train de déportation à Vénissieux. Norbert Herz lui sortait de Rivesaltes...

« La colonie » comme on l’appelait dans la commune était située à 300 mètres environ de la nationale 9, sur le hameau d’Escolles.
Les enfants allaient à l’école de Broût-Vernet dans la classe d’un jeune instituteur débutant Roger Gaume qui a gardé un souvenir ému de ces enfants. Il parle de leur soif d’apprendre, de leur curiosité intelligente, de leur niveau intellectuel supérieur à la moyenne.
Marc Alter fut reçu premier du canton au certificat d’études. Simon Gerstenkorn (dit shimen) pouvait indiquer sur une carte muette tous les caps, baies et îles de l’Amérique et de l’Asie.

Le directeur Adrien Zélikowski était un mathématicien, officier dans l’armée française, autoritaire à l’excès. Il avait une réputation de sévérité, les enfants n’avaient le droit d’aller aux toilettes qu’à certaines heures, il était aussi très coléreux. L’un des enfants, Joachim Grunfeld se souvient d’avoir épié ses faits et gestes, en particulier la visite hebdomadaire de deux gendarmes des environs qui venaient à la colonie en vélo. Ils étaient reçus par le directeur en costume d’officier et trinquaient avec lui en discutant ; sans doute un moyen d’entretenir d’utiles rapports de bon voisinage.

Jacques Cohn, envoyé par la direction vint le seconder avec le titre d’inspecteur pédagogique, Adrien Zélikowski ne s’occupant que de la partie administrative.
Il avait le projet de créer une classe pour faire avancer les grands et même amener certains, les plus doués au baccalauréat. Cette classe fonctionna jusqu’à la liquidation de la maison, avec un groupe d’adultes pour les encadrer.
Il recruta comme enseignant Robert Weil, cousin du Docteur Joseph Weill qui n’habitait pas sur place mais vivait au Broût-Vernet avec son épouse Olga Weil et leurs filles Ruth et Juliette née en 1939 et 1942.

Scientifique de formation, il donnait des cours d’hébreu et de mathématiques aux grands. D’une très grande érudition talmudique, il traduisit une lettre de Maïmonide sur le calendrier hébraïque que l’un des jeunes Simon Gerstenkorn (dit grain d’orge) commenta. Il semble lui avoir aussi communiqué le goût des mathématiques car Simon Gerstenkorn faisait des logarithmes à ses moments perdus.

Henri Dybnis et Myriam Weichselbaum qui deviendra sa femme se sont connus au Château des Morelles à Broût-Vernet. Myriam était jeune et belle, mais aussi chaleureuse avec les enfants. Henri, très dynamique et sportif s’occupait des jeux et de la musique, mais se tenait à distance de la religion, sans la dénigrer. Dyb comme l’appelaient familièrement les grands dont il s’occupait, était très proche des jeunes, il leur inculquait des principes de vie et d’éducation simples et difficiles en ces temps troublés : être droit, debout et courageux. Les petits (de 5 à 10 ans) étaient encadrés par trois éducatrices, Marta Mann, institutrice allemande, très rigide, Paula Cohn, la sœur de qui ne dormait jamais et s’occupait des enfants la nuit et Niny, jeune fille de 19 ans, sortie frais et moulue de l’école de jardinière d’enfants de Vichy.

La maison de Broût-Vernet connut de multiples arrestations dont celles de Joseph Cogan et de ses deux enfants, Fanny et Albert, adorés de tous (6 et 2 ans) en novembre 1943 que les soldats allemands sont venus chercher. Sa femme, Jeanette n’a été épargnée que parce qu’elle était à la clinique à Vichy pour accoucher de Daniel.

Recherché à son tour Robert Weil quitta Broût-Vernet en 1943, pour la maison d’enfants de Saint-Paul en Chablais (Haute-Savoie), réputée plus tranquille car située dans la zone italienne.
En avril 1944, sa tentative de passer en Suisse échoue avec sa femme Olga et leurs filles Ruth et Juliette âgées de 5 et 2 ans. Ils sont arrêtés et déportés de Drancy à Auschwitz par le convoi n° 75, lui seul revient.

Les enfants sont dispersés début 1944 dans le circuit Garel. Beaucoup étaient déjà partis en Suisse. Un certain nombre avaient pu rejoindre la maison d’Ulisbach dirigé par Henri Dybnis, le moniteur des grands. Un quarantaine de ces enfants « spécifiques », c’est-à-dire particulièrement en danger, d’après le jargon de l’époque, y vivaient heureux et libres.

La maison de Broût-Vernet devient un centre des Quakers avec à partir d’avril 1944, une nouvelle directrice Andrée Montagnon.

07/03/2023
Lien : OSE

[Compléter l'article]

99 Familles hébergées, cachées ou sauvées au Château des Morelles [Compléter]
Famille Affenkraut - Édith, née le 11/10/1929 à Leipzig (Allemagne)
/ 05/1943
Famille Ahrend - Max est né le 26/07/1926 à Francfort (Allemagne). Sa mère le fait partir en France avec un convoi d’enfants après la "Nuit de Cristal". Son père est mort trois ans auparavant. Il est accueilli par une famille juive à Strasbourg. Évacués en septembre 1939, il erre avec ses parents adoptif et arrive au Château des Morelles. Il franchit la frontière suisse clandestinement en mai 1943 et vit à Zurich jusqu’à la fin de la guerre.
Famille Aron - Joseph, né à Wallau (Allemagne), Salomon, né le 05/02/1934 à Wallau (Allemagne), et Myriam, née le 12/09/1932 à Wiesbaden (Allemagne)
Famille Babic - Anna, née le 18/01/1929 à Bruxelles (Belgique)
Famille Becker - Micheline, née le 09/10/1935 à Paris
Famille Belk - David, né le 17/07/1929 à Dambrowa (Pologne)
Famille Belk - David, né le 17/07/1929 à Dambrowa (Pologne), Simon, né le 25/07/1931 à Paris, et Suzanne, née le 08/11/1932 à Paris
Famille Ben-Ichou - Claude, né le 11/05/1936 à Paris
Famille Benderski - Jacques, né le 07/09/1930 à Paris
Famille Berger - Claude, né le 26/12/1926 à Strasbourg

>> Voir les 99 familles réfugiées <<



1 Famille arrêtée (Château des Morelles) [Compléter]

02/11/1943
Famille Fulop - Claude et Roland

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Blog sur quelques Justes et sur le livre (Blog hébergé par la Tribune de Genève sur quelques justes honorés par Yad Vashem sur l'intervention du délégué pour la Suisse et la région frontalière Ain et Haute-Savoie, Herbert Herz, ainsi que sur divers événements organisés autour de la parution du livre "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI" )
2 Le site du poète Pierre Emmanuel (Le site officiel du poète Pierre Emmanuel. Vous y trouverez aussi des pages sur sa vie et son action à Dieulefit durant la guerre, à Beauvallon, puis à la Roseraie. )
3 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
4 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
5 Les archives du conseil général de Savoie (La liste des 168 "travailleurs israëlites" en partance de Ruffieux, établie le 24 Août 1942. )
6 Là où coule le Gier (La guerre, énorme chaos bouleversant les vies. Tel est le décor dans lequel évoluent René et Aima. De leur jeunesse à leurs combats, l'auteur nous invite à les suivre dans cette aventure où chacun fera preuve d'un courage incroyable. Ce roman, basé sur des faits réels, nous emmène de la Vallée du Gier dans la Loire à Clermont-Ferrand et nous fait traverser certains camps de concentration en Allemagne en suivant le parcours de deux jeunes gens que la vie a forgé pour combattre aussi bien dans l'univers ouvrier des années 30 que pendant la seconde guerre mondiale avec leur implication dans la résistance. Cette plongée dans le passé a nécessité de nombreuses recherches suivies d'une longue enquête menée sur la vie de ces deux personnages. )
7 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )
8 L'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 (Page consacrée à l'ouvrage "L'attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont" (2015).
Cette étude sur l'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 recoupe des documents d'archive à des témoignages oraux et écrits. Elle reprend de manière chronologique les évènements, de l'attentat de résistants sur un détachement allemands à l'immensité des représailles qui ont suivi : incendie d'immeubles, nombreuses arrestations, déportations et condamnations à mort. )
9 "Objectif Lyon !"
10 Laurent Neury, l'espoir au bout du pont. Histoire et mémoire de la filière de Douvaine, Cabedita, 2019
11 L'abbé André Payot, résistant et chef de réseau (Biographie détaillée d'André Payot et de ses activités de résistant durant la seconde guerre mondiale à Chamonix et Vallorcine (Haute-Savoie). Livre écrit par Jean-Luc de Uffredi, publié en 2019 aux éditions les Passionnés de bouquins. )

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
 * Juste parmi les Nations
 

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008-2024