space Connexion :   Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

278 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1145 lieux d'internement
633 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3824 Justes de France
738 résistants juifs
8622 personnes sauvées, cachées
Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Ressources
Espace enseignants
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins Exposition pédagogique
L'enfant cachée

Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page

Département des Alpes-de-Haute-Provence en 1939-1945


[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Departement-des-Alpes-de-Haute-Provence-en-1939-1945
La sous-préfecture de Castellane
source photo : www.fdpi.eu
crédit photo : Le07moijytiens
Departement-des-Alpes-de-Haute-Provence-en-1939-1945
La sous-préfecture de Forcalquier
source photo : www.fdpi.eu
crédit photo : Le07moijytiens
Departement-des-Alpes-de-Haute-Provence-en-1939-1945
La préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains
source photo : www.fdpi.eu
crédit photo : Drômois
Histoire

La drôle de guerre

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.

L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg, pourtant neutre, et les Pays-Bas le 10 mai 1940.
Le gouvernement désemparé se replie de Paris à Bordeaux dès le 11 juin.
La France est envahie. C’est l’exode vers le sud.

05/07/2012
Lien :

[Compléter l'article]

L'Occupation et la collaboration

Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement et obtiendra les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie.

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes défilent à Paris, sur les Champs-Élysées. Le 20 ils sont à Brest, le 22 à La Rochelle, à Lyon...
Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice.

Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands.
La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Ain, Allier, Charente, Cher, Dordogne, Gironde, Indre-et-Loire, Jura, Landes, Loir-et-Cher, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Vienne.

La Demarkationsline disparaîtra le 11 novembre 1942, après l’occupation totale de la France.

02/10/2010

[Compléter l'article]

Les Juifs dans les Alpes-de-Haute-Provence

Alors que les Juifs d'Europe sont contraints à l'exil, ils se trouvent confrontés à des politique le plus généralement restrictives et accueiillis en France dans des camps ouverts dès 1938 pour "étrangers indésirables".

En juillet 1938 se tient à Evian une conférence internationale sur la question des réfugiés, qui se révèle incapable de trouver une solution d’accueil, et reconnaît même à l’Allemagne le droit de traiter ses ressortissants comme elle l’entend.

A la veille de la guerre, la situation des Juifs est résumée par une formule de Haïm Weizmann, citée par Georges Bensoussan : "Le monde semble être divisé en deux parties: les endroits où les Juifs ne peuvent pas vivre et ceux où ils ne peuvent pas entrer."

Avec 300 000 Juifs en 1939, dont deux tiers vivaient à Paris, la France comptait la plus grande communauté d’Europe occidentale.
Elle représentait toutefois moins de 1% de la population et seule la moitié possédait la nationalité française.

Des hommes, des femmes, des enfants, des familles, français ou étrangers, sont pourchassés et persécutés parce que Juifs. Ils seront massivement déportés vers l'Est et exterminés. Très peu survivront.

Selon Thérèse Dumont, de l'association "Basses-Alpes 39-45", plus de 600 personnes ont été déportées dans le département au cours de la guerre 1939-1945.
27 ont été interpellées à Manosque,
1 à Sainte-Tulle,
41 à Forcalquier,
58 à Reillanne...
Au total, 91 communes sont concernées"

Selon Basses-Alpes 39-45
1, dans le département des Basses-Alpes la Shoah se traduit par l'arrestation de 341 personnes dont les identités sont certaines. Ces arrestations ont eu lieu du 26 août 1942 au 31 juillet 1944, effectuées par la police et la gendarmerie françaises et, à partir du printemps 1944, par la Gestapo aidée par des français à sa solde. Arrestations :
Manosque : 10
Gréoux : 12
Barrème : 15
Castellane : 17
Sisteron : 22
Barcelonnette : 26
Digne : 34
Les-Mées/St-Auban : 45
Forcalquier : 46
Reillanne : 56
Vallée du Verdon : 58

Près de 76 000 Juifs dont plus de 11 000 enfants seront arrêtés et déportés de France, dont 38 000 à Paris.

29/08/2012

[Compléter l'article]

Les proscrits du régime

Les Tsiganes
Les Tsiganes sont internés dans les camps français.

Les Franc-maçons
Les Franc-maçons sont démis de leurs fonctions au sein de l'administration.

Les communistes
Les Communistes, considérés comme "indésirables" sont pourchassés, arrêtés et internés.
Dès la fin du mois de septembre 1939, les militants communistes qui soutiennent le pacte germano-soviétique sont limogés ou arrêtés. Les responsables syndicaux sont menacés.

Les réfractaires au STO
A partir de 1943, les réfractaires du STO entrent dans la clandestinité. Certains rejoignent les résistants également pourchassés.
les premiers déportés des Basses-Alpes sont les jeunes réfractaires de la région de Banon et des habitants qui leur venaient en aide. Ils seront déportés à Mauthausen (Autriche). Plusieurs ne reviendront pas.

02/10/2010

[Compléter l'article]

La résistance et la répression

C'est le 3 septembre 1943 que Gustave Lefebvre, originaire du Pas-de-Calais, est tué à Manosque par le chef local de la Milice. Membre de l'A.S. (Armée Secrète), directement sous les ordres de Martin-Bret, Lefebvre avait combattu aux côtés des Républicains espagnols dans les Brigades Internationales. C'est le premier mort de la Résistance bas-alpine.

L'un des derniers la décapita un mois avant la Libération du département.

A Digne, en janvier 1944, Sigismond Moszkowski, professeur révoqué, grand mutilé de la guerre 14-18, est arrêté pour sabotage et, bien que n'étant pas juif, est mis dans un convoi pour Auschwitz où il disparait.

Pendant six mois les déportations de résistants vont s'intensifier comme les maquisards pris au combat à Lambruisse et le gendarme Charles Vial de la brigade de Saint-André qui était leur instructeur.
Imbert, de Chasteuil, disparaitra en Baie de Lûbeck (bombardement allié).
Henri Chaumeton, de Manosque, reviendra après avoir connu les camps de Dachau, Auschwitz, Mauthausen.
Vinay Laurent, de Larche, connaîtra les camps de Buchenwald, Dora, Bergen-Belsen.
Burle, le maire de Sourribes qui aidait les résistants disparaît à Neuengamme.
Uni, Benoit, Dolidier, internés à la Citadelle de Sisteron, considérés par le chef de centre comme "meneurs" sont déportés.
Autres déportés prélevés dans les camps français où ils été internés depuis 1940 Giraud de St-Maime et François Béraud, conseiller général de Barrème, mort d'épuisement à Buchenwald.
Le Dr Fallik, arrêté avec une dizaine d'autres stagiaires de l'école M.U.R. de Draix, disparait avec tous les déportés juifs du convoi 73 (Pays Baltes).
Deux jeunes militaires de carrière du maquis Fort-de-France à Barrème, Lesdos et Raux, ne reviendront pas de déportation.
Cecily Lefort, agent de liaison de Francis Cammaerts (SOE) disparaitra à Ravensbruck.
Ce ne sont là que quelques exemples pris dans la longue liste des déportés, bas-alpins ou non, résistants arrêtés dans le département, en mission, dans des embuscades, des combats ou pour aide à la Résistance.

Le 16 juillet 1944 à Oraison des "Brandebourg", supplétifs de la Wehrmacht se faisant passer pour des maquisards, arrêtent 18 résistants dont onze sont fusillés deux jours plus tard dans un bois à Signes (Var) après être passés par le sinistre siège de la Gestapo à Marseille. Parmi eux les 6 membres du C.D.L. (Comité Départemental de Libération clandestin ) qui s'étaient engagés dans la Résistance depuis longtemps et tombaient aux mains de l'ennemi à la veille de la Libération : Louis Martin-Bret, Marcel André, François Cuzin, Maurice Favier, Emile Latil, Jean Piquemal ainsi que Roger Chaudon, les Docteurs Daumas et Dulcy, Terce Rossi et Robert Salom.

Ce drame est dû à la trahison d'un officier français envoyé en Provence comme instructeur par la France Libre, trahison dévoilée par un rapport de la Gestapo trouvé à Marseille à la Libération et qui eut aussi des conséquences dramatiques dans les départements voisins

En 1944, en réaction aux embuscades et opérations de la Résistance, les troupes allemandes mènent des attaques de plus en plus meurtrières contre les maquis et lors de barrages et contrôles ; soit plus de 200 résistants tués : à La Braisse, Lambruisse, Forcalquier, St-Julien-du-Verdon, Allemagne-en-Provence, St-Martin-de- Bromes, Valensole, secteur de l'Ubaye, Bayons, La Favière, Ste-Croix- du-Verdon...

Malheureusement il faut ajouter à la longue liste de près de 300 noms de résistants ceux des victimes des bombardements alliés de Forcalquier, Digne et Sisteron.

02/10/2010
Lien : Basses-Alpes 39-45

[Compléter l'article]

Résistances

Dans le département des Basses-Alpes, qui n'est cependant  pas directement placé sous l'autorité de l'occupant, divers foyers potentiels de résistance se dessinent. Avec la mise en place localement de nouveaux camps d'internement pour ceux devenus soudain "indésirables" la méfiance du gouvernement de Vichy envers les citoyens et élus de gauche se précise. Sont révoqués des élus issus généralement du Front Populaire , des employés municipaux et des fonctionnaires. Par exemple le maire d'Oraison, conseiller général, est révoqué à la suite d'une altercation avec le commandant du camp d'internement  pour "indésirables" politiques installé dans cette localité. L'esprit de résistance est perceptible aussi chez les lorrains et les alsaciens expulsés de chez eux pour refus de leur germanisation, et chez des jeunes luxembourgeois. Il en est de même chez les recrues des Chantiers ruraux en majorité des fonctionnaires révoqués, comme l'instituteur Georges Alziari que nous retrouverons plus tard parmi les responsables de la Résistance. A Manosque et à l'usine de St-Auban apparaissent les premiers tracts clandestins et les graffitis d'inspirations diverse dont le premier est :  "Pour que vive la France Vive l'Angleterre".

En 1941, en vacances à Beauvezer, un jeune hisse un fanion à croix de Lorraine sur le monument aux morts. A Digne la coiffeuse Simone Pellissier, aidée de quelques jeunes, distribue les journaux clandestins du mouvement Combat qui lui parviennent de Marseille.

En 1942, le 2 mai, elle est arrêtée pour avoir déposé la veille une gerbe au monument aux morts de Digne. En novembre, à l'initiative de Louis Martin-Bret de Manosque, conseiller général révoqué,    responsable départemental  du mouvement Combat qui ne va pas tarder à se structurer, ont lieu à Digne les premiers attentats: contre la façade du journal collaborateur "L'eclaireur" et celle du service de placement allemand de la main-d'oeuvre pour l'Allemagne. Chez les militaires à Digne, à la suite à la dissolution en novembre de l'armée d'armistice, le commandant Chaumont officier du 20ème B.C.A. recrute pour l'O.R.A., Organisation de Résistance de l'Armée, qui sera l'un des trois mouvements de Résistance importants dans le département.

Les principaux mouvements sont l'AS (Armée Secrète), les FTP (Francs-Tireurs et Partisans) et l'ORA (Organisation de Résistance de l'Armée).

  • l'AS est issue du mouvement Combat créé en 1940 par Frenay à Marseille. Le manosquin Louis Martin-Bret en est incontestablement le créateur et l'animateur dans les Basses-Alpes où il met en place les premiers maquis. Une structure à vocation armée, les Groupes Francs, est prise en main par Jean Vial, colonel de réserve.
  • les FTP sont mis en place par Georges Alziari, de Vence, qui a trouvé un travail à Digne, par Georges Bonnaire, de Nice, futur colonel Noël des FFI et Joseph Laurenti, venu aussi des Alpes-Maritimes car le parti communiste, qui crée ce mouvement, n'a plus de cadres depuis 1940 dans les Basses-Alpes.

     Ces deux mouvements AS et FTP s'implanteront solidement dans le département.

  • l'ORA est créée par le Général Frère (qui sera assassiné au camp du Struthof) puis par le colonel Zeller et le général Verneau (qui mourra aussi en déportation). Le mouvement recrute naturellement parmi les militaires, l'armée d'armistice étant dissoute en novembre 1942. Ce mouvement qui se veut apolitique se prépare pour le jour J. Il s'implante dans la vallée de l'Ubaye sous les ordres du commandant Bureau et du capitaine Lecuyer.
  • à Digne un petit groupe de résistants "travaille" pour les FTP, l'ORA et le mouvement Résistance-Fer.

Le NAP (Noyautage des Administrations Publiques) est né à Lyon. Claude Bourdet l'élargira aux services des préfectures, police, ravitaillement, PTT, SNCF, etc... avec l'accord de Jean Moulin. Le mouvement deviendra national avec le noyautage des ministères à Paris et à Vichy. Dans le département des Basses-Alpes le responsable du NAP était Jean Piquemal, secondé par Raymond Savary et Joseph Fontaine.

Les étrangers dans la résistance

Dans le département des Basses-Alpes les étrangers sont également nombreux dans la Résistance. On les trouve dans la plupart des réseaux, les plus nombreux étant chez les FTP. Quelques exemples:

  • Espagnols, intégrés dans la population française ou réfugiés de la guerre d'Espagne (Lopez)
  • Italiens, naturalisés, nés en France ou déserteurs de l'armée italienne d'occupation (Del Vicario)
  • Polonais, par exemple évadés d'un camp d'internement (Zyngerman)
  • Anglais: en mission (Cammaerts)
  • Maquisards comme l'arménien Aharounian, l'autrichien Munck, le belge Libbens, le grec Argenti, le hongrois Sweiger, le luxembourgeois Hoffman, le roumain Fang, le russe Nowak, le sarrois Schneider, le yougoslave Beck...

Les femmes dans la résistance

Dès 1940 puis en 1941 des journaux clandestins du Mouvement Combat sont distribués par la coiffeuse Simone Pellissier à Digne, qui les reçoit de Marseille par l'intermédiaire de Mme Baudoin dont le fils est étudiant à Marseille. Puis tout naturellement les femmes trouvent leur place dans la Résistance au sein des divers mouvements et réseaux du département. Ce sont  par exemple des jeunes filles qui, en vélo, font la liaison entre les états-majors et les maquis perdus dans la nature. A la S.A.P. (parachutages) on en trouve presque dans toutes les équipes. Les dactylos sont aussi très recherchées pour taper tracts et presse clandestine, comme Denise arrêtée en mission à Oraison le 16 juillet 1944.

Etaient également précieuses les agents de renseignement comme Lucrèce et les infirmières recrutées pour les hôpitaux de campagne comme Geneviève Fang et Jacqueline Hofman (née le 03/03/1915 à Gagny) ou les religieuses qui mettaient des lits à la disposition des blessés, comme les Soeurs de la Sainte-Enfance à Digne ou celles de l'hôpital de Banon. A Sainte-Tulle les épouses des frères Amoureux transportaient des armes tandis que d'autres faisaient le coup de feu comme Paulette chez les FTP.

Et il y eut toutes celles qui ne furent jamais dénombrées, à la campagne comme dans les villes, qui n'hésitèrent pas, elles aussi au péril de leur vie, à accueillir sous leur toit blessés et hommes traqués, comme la mémé Laurens à Estoublon et Mme Faure près de Barrème. Et combien d'autres !

11/02/2013

Source :
Basses-Alpes 39-45
Lien : Basses-Alpes 39-45

[Compléter l'article]

debut de vacance juin1944

Ma mère jacqueline HOFMAN et "non HOFFMANN" et arrivée a beauvezaire venant de Nice pour être au calme, avec sa famille, et sa mère le 1er juin 1944. La Famille s'installa dans un Hôtel "l'Alpe Hôte situe au bord de la route qui longe le Verdon, à peine étions nous installés, peut être 48 heurs, qu'elle vue arriver des Hommes jeunes, seule, ou en groupe. ils sont fatigués et ils portent des habits sales, et en loques, et tous sont armés, leur chef demande au directeur de l'Hôtel de bien vouloir les héberger, ce qu'il n'a pas pus refuser, a son grand regret. seul les plus fatiguer couchant a l'Hôtel, les autres à la pleine lune, nous avions comprit que c'était l'avant garde des combattants du Maquis, cet a dire les FTP, et ce fut exactement ça. Leur Chef un Officier sorti des écoles ils ont su plus tard que c'était le Commandant,et que c'était la 5éme Cie de F.T.P, son grade sous- Lieutenant, son non, Jean Louis VOREY un St Cyrien de son vrai non (Henri hutinet) il leur demanda si parmi les clients, quelqu'un pourrait donner des soins a un de ces camarades, il n'a pas eu de réponse! Ma mère proposa son aide, elle avait eu son diplôme d'état d'Infirmière en 1938 a paris, et comme elle avait eu 2 enfants elle fut exemptée du service obligatoire, L'Hôtel deviendra un Hôpital , Le Directeur de l'Hôtel l'interpela pour lui dire "vous n'auriez jamais du accepter de les soignés" elle lui répondis, c'est mon rôle, tout en sachant le risquer qu' elle faisais courir a elle, et a sa Famille, et peut être aux personnes de l'Hôtel. Un jour, nous les voyons tous arriver en effervescences, joyeux, nous étions perplexes et là ils nous apprenaient que le Débarquement du 6 juin avait commencé. par là suite d'autre garçons, arriver, c'était ceux qui ce cachaient, avec des gens qui étaient dans les montagnes,et aussi des blessés,des malades , des prisonniers de Sisteron délivrées par les Maquisards, l'hôtel n'état plus un Hôtel, mais un Hôpital,chaque chambre était occupée. Il fallait que je me mette a soigner les blessés, mais, en posant une condition, que les blessés Allemand devait être aussi soigné.le commandant ticka, mais accepta ma condition,"cet acte nous servira plus tard" et Il est par la suite, devenu clandestin. Ceci et une anecdote d’un séjour vécu,dans la vallée du Verdon avec des maquisards FTP et AS quelle a soignés dans cet hôtel et que ma mère nous a raconter a mon frère et a moi a l’époque j'avais 1ans et mon frére 2ans et maintenant elle en a 98 ans........

02/02/2013
Auteur : Ma Mère
Source :
un ecrit familiale

[Compléter l'article]

Toutes les communes des Alpes-de-Haute-Provence

Les camps et les lieux d'internement des Alpes-de-Haute-Provence

19e CTE 06260 La Rochette
213e-702e GTE 04190 Les Mées
89e CTE 04400 Barcelonnette
92e CTE de la Vallée de l'Ubaye 04340 Le Lauzet-Ubaye
Camp d'Oraison 04700 Oraison
Camp de Chaudame 04120 Castellane
Camp de Fontbelle 05160 Pontis
Camp de La Bégude 04270 Bras-d'Asse
Camp de Volx 04130 Volx
Centre de Forcalquier 04300 Forcalquier
Centre de Manosque 04100 Manosque
La Citadelle de Sisteron 04200 Sisteron
Le Chaffaut 04510 Le Chaffaut-Saint-Jurson
Le Fémina-Casino-Variétés 04100 Manosque

Les lieux de sauvetage des Alpes-de-Haute-Provence

Auberge du Fanget 4140 Auzet
Couvent des soeurs franciscaines missionnaires 4300 Mane
Mas-des-Près 4110 Reillanne

Les 24 Justes parmi les Nations des Alpes-de-Haute-Provence

Paul Astier  (Manosque) Alphonsine Chauvin  (Manosque) Armand Isoard  (Auzet)
Rose Astier  (Manosque) David Chauvin  (Manosque) Joseph Isoard  (Auzet)
Albert Béraud  (Le Fugeret) Jehan Dienne  (Les Mées) Julie Isoard  (Auzet)
Léa Béraud  (Le Fugeret) Sophie  Dol  (Manosque) Simone Isoard  (Auzet)
Georgette Béraud Héron  (Le Fugeret) Yves Durandy  (Sausses) Auguste  Massa  (Sausses)
Jamy Bissérier  (Briançon) (Auzet) Marie Durandy  (Sausses) Madame Massa  (Sausses)
Maria Canty  (Beauvezer) Timothée Durandy  (Sausses) Alix Raybaud  (Manosque)
Simone Chaumet  (Briançon) (Auzet) Antonin Grac  (Braux) Jeanne  Régnier  (Manosque)

3 Familles hébergées, cachées ou sauvées des Alpes-de-Haute-Provence[Compléter]

Auzet
Famille Allouche - Gilbert et Maxime, enfants, sont cachés à l'auberge du Fanget.


Famille Gelbert - François, enfant, est caché à l'auberge du Fanget. Reillanne
1943 Famille Singh - Vilma Singh

26 Familles arrêtées dans le département [Compléter]

Allos
30/01/1944 Famille Berger - Antoine, 59 ans, réfugié, qui résidaient précédemment 6, rue du Général Gras à Moissac (Tarn-et-Garonne), est arrêté parce que juif à Allos.2

Barcelonnette
26/08/1942 Famille Judkowski - Samuel, 16 ans, né le 5 février 1926 à Anvers (Belgique), de nationalité polonaise est arrêté le 26 août 1942 à son domicile, 6, rue du Pont à Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), interné à Nice et déporté par le convoi n° 64 le 7 décembre 1943 du camp de Drancy vers Auschwitz qui transportait 1000 déportés (42 survivants en 1945). Samuel a disparu à Auschwitz
Déportation : 07/12/1943 convoi no 64

Beauvezer
30/01/1944 Famille Crémieu - Robert Crémieu, 62 ans, né à Carpentras (Vaucluse) le 26/05/1884, résidaient précédemment à Aix-en-Provence. Réfugié, il est arrêté parce que juif à Beauvezer et sera déporté sans retour de Drancy vers Auschwitz le 27/03/1944 par le convoi n° 70.3
Déportation : 27/03/1944 convoi no 70


30/01/1944 Famille Erdand - Jacques et Françoise, 33 ans, réfugiés, qui résidaient précédemment 14, rue Pastorelli à Nice, sont arrêtés parce que juifs à Beauvezer.4


30/01/1944 Famille Link - Paul, 51 ans, réfugié, qui résidait précédemment 55, rue de la Buffa à Arromanches (Calvados), de nationalité hongroise, est arrêté parce que juif à Beauvezer.5

>> Voir les 26 familles arrêtées dans le département <<

Chronologie [Ajouter]

02/11/1940 - Le gouvernement de Vichy révoque 3 préfets et les places en disponibilités. M. Jouany, préfet d'Ille-et-Vilaine, M. Moulin, préfet d'Eure-et-Loir, et M. Morel, préfet dans les Hautes Alpes.
26/08/1942 - Rafle des Juifs étrangers par la police de Vichy dans les Alpes-Maritimes, les Basses-Alpes (54 personnes) et la principauté de Monaco.
08/09/1943 - Rafle des Juifs par la Gestapo dans les Alpes-Maritimes.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )

Notes

- 1 - Basses-Alpes 39-45.
- 2 - Jean-Louis Delattre, Aix-en-Provence, août 2007 : liste provisoire transcrite et recomposée d'un document des Archives Départementales du 04.
- 3 - Jean-Louis Delattre, Aix-en-Provence, août 2007 : liste provisoire transcrite et recomposée d'un document des Archives Départementales du 04.
- 4 - Jean-Louis Delattre, Aix-en-Provence, août 2007 : liste provisoire transcrite et recomposée d'un document des Archives Départementales du 04.
- 5 - Jean-Louis Delattre, Aix-en-Provence, août 2007 : liste provisoire transcrite et recomposée d'un document des Archives Départementales du 04.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]



 
Alpes-de-Haute-Provence

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Carte du département

Préfecture :
Digne-les-Bains

Préfets :
Émile Babillo
(Avril 1936 - Sept. 1940) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence, muté dans la Manche, puis révoqué avant sa prise de fonctions
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Roger Dutruch
(09/1940 - 12/1941) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence, muté en Lozère
Pierre Renouard
(22/12/1941 - 31/12/1942) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence
Marcel Delpeyrou
(31/12/1942 - 04/02/1944) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence
Jean Chaigneau *
(Mai 1943 - Mai 1944) Marie Joseph Jean Chaigneau, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse). Arrêté en mai 1944 par les Allemands, il est déporté au camp d'Eisenberg
Eugène Touze
(04/02/1944 - 05/09/1944) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Jean Baylot
(22/08/1944 - 04/01/1946) Préfet des Basses-Alpes.
(27/03/1897 à Pau - 03/02/1976 à Paris 20e)
Édouard Orliac
(05/09/1944 - 30/04/1946) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse
ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence
ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de l'AJPN sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de notre base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par l'AJPN et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans notre base de données.
* Juste parmi les Nations
| Avertissements | Association AJPN | Soutenir l'AJPN | Missions de l'AJPN | Document de présentation | Rapport moral | Statuts de l'association | Informations légales | Crédit | Remerciements | Contacter l'AJPN |
 
12 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014 AJPN tél. Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87