Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
726 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4154 Justes de France
920 résistants juifs
11365 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1264 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Alpes-de-Haute-Provence

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département :
Alpes-de-Haute-Provence

Préfets :
Émile Babillot
(Avril 1936 - 09/1940) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence, muté dans la Manche et révoqué avant sa prise de fonctions
Roger Dutruch
(21/09/1940 - 12/1941) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence, muté en Lozère en 1941
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes, Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
M. Chavarin
(21/12/1941 - 22/12/1944) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence, inspecteur général de l’Administration
Pierre Renouard
(22/12/1941 - 31/12/1942) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence
Marcel Delpeyrou
(31/12/1942 - 04/02/1944) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence
(Mai 1943 - Mai 1944) Marie Joseph Jean Chaigneau, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse). Arrêté en mai 1944 par les Allemands, il est déporté au camp d'Eisenberg
Eugène Touze
(04/02/1944 - 05/09/1944) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence. Révoqué à la Libération
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Jean Baylot
(22/08/1944 - 04/01/1946) Préfet des Basses-Alpes.
(27/03/1897 à Pau - 03/02/1976 à Paris 20e)

Édouard Orliac
(05/09/1944 - 30/04/1946) Préfet des Alpes-de-Haute-Provence
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

André Martin


Dossier Yad Vashem : 12726
Remise de la médaille de Juste : 17/12/2013
Sauvetage : Annot 04240 - Alpes-de-Haute-Provence
Type d'aide: Hébergement et faux papiers
Profession: Maréchal des logis-chef, gendarme
Qualité: Résistant
Date de naissance: 26/03/1912 (Blotzheim (68))
Date de décès: 26/06/1998
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Andre-Martin
Jean et Claude Moussafir avec leurs parents Jacques et Mathilde, et André Martin avec son épouse Elisabeth portant son bébé dans ses bras et leur fille Liliane
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Andre-Martin
André Martin
source photo : Arch. fam. Muriel Martin
crédit photo : D.R.
Andre-Martin
La famille Martin. André au centre, son épouse à droite et leur fille Liliane au centre
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Andre-Martin
André Martin devant la mairie d'Annot, 1943
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Andre-Martin
Jacques et Mathilde Moussafir avec Elisabeth et André Martin
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Notice

André Martin*, gendarme, habite avec son épouse Élisabeth.
Ils auront cinq enfants : Martin, Liliane, née en 1935, Serge, Mireille et Muriel.
André Martin* avait effectué une partie de sa carrière de gendarme en Alsace et occupé son dernier poste à Saint-Louis. Pendant la seconde guerre mondiale, en 1944, le maréchal des logis-chef André Martin, gendarme affecté à la brigade locale à Annot qui n'était plus en zone dite libre.

Jacques Moussafir est né en 1897 à Rhodes, ile turc jusqu'à l'occupation italienne en 1912. Il est le fils de Isaac et Léa Moussafir, nés à Rhodes.
Jacques Moussafir, venu étudier en France de 1912 à 1916 à l’Ecole de l’Alliance Israélite Universelle, s’établit définitivement à Paris en tant que commerçant en 1921.
Il rencontre Mathilde née Notrica en 1903, qui vit à Paris depuis 1919 où elle était venue pour suivre ses études au lycée Victor Duruy.
Jacques et Mathilde se marient en 1925 à Paris et habite le 17e arrondissement.
Le couple donne naissance à deux fils : Claude, en 1928 et Jean en 1932, déclarés français par leurs parents en 1938.

De nationalité italienne, la famille n'est pas inquiétée pendant l’occupation. Mais la situation change en mars 1943, et les Moussafir décident de rejoindre la zone sud en utilisant leurs papiers italiens.

Jacques et Mathilde Moussafir, leurs deux enfants Claude et Jean et les grands-parents Isaac et Léa Moussafir se réfugient à Nice, où ils vivent tranquillement jusqu’à la capitulation italienne en septembre 1943.

Jacques Moussafir se met en quête d'un refuge plus sûr. Un couple juif ami, M. et Mme Darmon, leur signale le village d'Annot dans les Basses-Alpes.

Jacques et Mathilde Moussafir, leurs deux enfants Claude et Jean et les grands-parents Isaac et Léa Moussafir s'installent dans un hôtel à Annot.
Ils rencontrent André Martin*, gendarme, et son épouse Élisabeth. Sur la base de l'acte de naissance de Jacques Moussafir, rédigé en turc avec des caractères arabes, André Martin* leur fournit une déclaration sur papier à en-tête de la Gendarmerie indiquant qu’ils sont tous de "confession musulmane". Cela les préservera momentanément.
André Martin* leur trouve également une villa en location dans un endroit un peu isolée.
Une relation d'amitié forte s'établit entre les deux familles.

Mais tous les Annotains ne sont pas "amis des juifs". Le médecin d’Annot notamment appartenait à la Milice. Son père sera fusillé le 6 août 1944 par les Francs-tireurs et partisans de la 11e compagnie.1

En février 1944, un collaborateur dénonce une vingtaine de juifs qui résidaient à Annot.
André Martin*, prévenu d'une rafle imminente, informe du danger les Juifs qu’il connaissait et accompagne Jacques et Mathilde Moussafir et Claude et Jean en voiture à 14 km d'Annot, jusqu’à Ubraye, un village de moins de 180 habitants perché à 950 m d'altitude et sans électricité.
Il cache les grands-parents Isaac et Léa Moussafir à Annot, dans un appartement dont les volets restent clos.

Après quinze jours, le danger passé, il informe Jacques et Mathilde Moussafir à Ubraye qu'ils peuvent revenir à Annot.
André Martin* et Élisabeth les attendent tard dans la nuit dans leur appartement de fonction situé dans l’immeuble de la gendarmerie avec un bon dîner.
Ensuite André Martin* et Élisabeth logent les Moussafir dans l’appartement du village où logeaient déjà en secret Isaac et Léa Moussafir et la famille Darmon, composée de huit personnes.
La fille aînée des Martin, Liliane, neuf ans à l’époque, leur apportait à manger en secret.

Les familles Moussafir et Darmon, sont restées cachées là jusqu’à la Libération.
Lorsque André Martin* rejoint le maquis, c'est Élisabeth qui continue à s’occuper d’eux.

Grâce aux bons soins et à la vigilance d'André Martin*, de sa femme Élisabeth qui prendra un temps le relais, au silence et à la complicité d'une bonne partie des habitants d'Annot, comme des camarades du gendarme Martin, tout le monde sera sauvé.

Jacques et Mathilde Moussafir seront naturalisés français en 1946.

Le 17 décembre 2013, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à André Martin*. La cérémonie a eu lieu à Blotzheim (68) le 1er février 2015.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
Liliane Martin
Élisabeth Martin
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par André Martin
Léa Moussafir
Mathilde Moussafir
Claude Moussafir
Jean Moussafir
Isaac Moussafir
Jacques Moussafir

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
2 Hommage au gendarme Martin ( )
3 Camp de Saliers. 1942-1944. Une mémoire en héritage. (Histoires et mémoires du camp d'internement pour Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) ayant accueilli près de 700 voyageurs, sinti, manouches, gitans, yeniches, mais aussi forains, dont 26 ne sont pas revenus… Na bister! (N'oublions pas!) )

Notes

- 1 - Raymond Moulin, « 6 juin 1944 : l’embuscade du col de Toutes Aures à Vergons », Basses-Alpes 39-45 n° 4, mai 2005, p. 3.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019