La bibliothèque de l'AJPN est en partie en vente, retrouvez le catalogue sur Amazon en cliquant ICI...
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
326 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
742 résistants juifs
8768 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Texte pour ecartement lateral

Amiens en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Amiens 80000
- Somme
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Amiens en 1939-1945
La Somme au Quai Bélu, à Amiens
source photo : Emmanuel Legrand
crédit photo : Libre de droit
Amiens en 1939-1945
Hôtel de ville
source photo : Le blog des horloges
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département de la Somme
Histoire
Amiens est une commune située dans le département de la Somme.

14/06/2009

[Compléter l'article]

Les Juifs d'Amiens

Des Juifs prussiens à Amiens
Lors de l’invasion prussienne de 1870, il y eut un grand nombre de blessés allemands parmi lesquels il y avait des Juifs. C’est à travers les pages de L’Univers Israélite que l’on sait que ceux-ci furent soignés à l’Hôpital d’Amiens. L’Univers Israélite de cette époque parle des tournées rabbiniques entreprises par le Dr Blumenstein "aumônier d’Allemagne" et lorsqu’il passe visiter les blessés juifs, voici ce que cet hebdomadaire écrit : "Le même aumônier écrit d’Amiens, qu’il a visité les blessés juifs, atteints dans le combat du 3 décembre, "dont la joie, en le voyant, était indescriptible, quelques-uns pleuraient de joie. Il n’y a dans cette ville que six familles israélites chez lesquelles il ne pouvait rien manger, il n’a rien pris de chaud depuis huit jours, mais la joie des soldats le dédommageait de ses privations. Au Cimetière catholique, il y a un petit emplacement destiné à l’inhumation de nos coreligionnaire".
Il mande d’Amiens, le 26 février, qu’il y a un office divin, ordonné par le prince d’Albrecht avec environ trente soldats de la 3ème division. Le local avait été désigné par le Comte Talleyrand Périgord, adjudant du Commandant de la Place. Deux aumôniers chrétiens, un catholique et un protestant, assistaient à l’office.

La Communauté Juive moderne d’Amiens a du mal à se créer. C’est vers les années 1930 que l’on commence à parler un peu d’elle. En effet, le 12 mai 1934, le Conseil d’Administration de l’Association Cultuelle Israélite du Département de la Somme adresse une protestation contre les actes inqualifiables commis par Hitler et ses lieutenants contre les Juifs allemands. Cette protestation est transmise à M. Israël Lévy, Grand Rabbin de France.

Le 20 juillet 1934, la Communauté d’Amiens lance un appel à ses frères de France afin de l’aider à bâtir son lieu de culte. L’Univers Israélite relaye cet appel, dont l’idée générale suit : "Le sympathique Président de la Communauté, M. Louria, en une réunion privée, chez lui, invitait tous ses coreligionnaires à donner leur avis sur la formation d’une communauté à Amiens. A l’unanimité de l’Assemblée, un comité fut constitué et celui-ci se trouva devant une tache très lourde. Sur la demande de ce Comité, M. le Rabbin Apeloig fut accepté à Amiens pour y remplir ses fonctions. Les enfants reçurent, grâce à sa compétence, une instruction juive, dont les membres de la Communauté furent très fiers.
Les soixante familles de l’Association Cultuelle Israélite de la Somme adressèrent un appel, par la voix de Monsieur Staal, Secrétaire Général de l’Association, à la générosité de tous les Juifs français afin que le Judaïsme dans la capitale de la Picardie occupa la place à laquelle il avait droit
".

Les vœux de cette association vont se réaliser puisque le 8 novembre 1935, L’Univers Israélite publie le compte-rendu de l’inauguration du Temple : "L’inauguration de la Synagogue d’Amiens a eu lieu dimanche dernier. Ce nouveau sanctuaire, de proportions modestes, a été aménagé avec beaucoup de goût, le tabernacle, inspiré de celui de la rue de la Victoire, et la Téba forment un ensemble qui enchantent le visiteur ; les meurs sont recouverts de versets bibliques, traduits en français, l’édifice est clair et seyant. M.I. Stall, secrétaire général de la Communauté qui mérite d’être cité en premier lieu, tant est grand son dévouement, n’a pas exagéré en disant que l’architecte, M. Thérasse, ‘’s’était rendu à Paris pour voir les principaux temples et avait rapporté une idée parfaite des choses...
M. le Grand Rabbin Liber, directeur de l’École Rabbinique de France, délégué du Consistoire Central pour la Province, a présidé la cérémonie, entouré de M. le Rabbin Apeloig, chargé du ministère religieux à Amiens, de M. le Grand Rabbin de Lille, Léon Berman, de M. le Rabbin de Rouen, Paul Bauer. Nous avons remarqué la présence de M. Aaron Salzédo, membre du Consistoire de Bayonne, de son fils, Me Mosès Salzédo, membre du Consistoire Central, de M. Maurice Malka, premier ministre-officiant du temple de la rue Buffault ; la maîtrise du temple, sous la direction de son sympathique chef, M. Jean Manuel, s’était chargé de la partie musicale de la cérémonie ; M. Isaac, ministre-officiant de la Victoire, a été fort apprécié. Les autorités civiles et militaires étaient largement représentées ; M. le Préfet de la Somme avait délégué son secrétaire général, M. Moulin ; au premier rang se trouvaient M. le Colonel Delcambre, commandant le 51è régiment d’infanterie, représentant M. le Général commandant la 2è région ; M. le Sénateur de Berny, M. Busch, Commissaire Central, M. Carmichaël, directeur de la Chambre de Commerce, M. le Dr Labarrière, directeur de l’Ecole de Médecine ; M. Oswald, Consul d’Angleterre. MM. Ebener, Pépin, Gontier, Dubrulle, Conseillers Municipaux, etc...
L’Administration du temple était présente au complet ; MM. Louria, Président ; Lehr, Trésorier ; Staal, Secrétaire Général ; Aaron, Grindefer, Franco, Weiller, Rozmbaum, membres du Conseil. De nombreux non juifs avaient tenu à se joindre à nos coreligionnaires et le nouveau temple était trop étroit pour contenir tout le monde. Le service d’ordre était assuré d’une manière impeccable par M. Oscar Berg, chef des huissiers du temple de la Victoire, qui a vraiment mérité son titre de "Premier Chamess de France".
L’entrée du cortége rabbinique eut lieu au chant de "Ma Touvou", celle des Sépharim, aux accents de "Vayehi Binçoa". M. le Grand Rabbin Liber alluma la lampe perpétuelle faisant précéder ce geste d’édifiants et brefs commentaires. L’office de Minha se fit ensuite. Après quoi, M. I. Staal prit la parole
Le distingué secrétaire général de la communauté d’abord remercia délicatement toutes les personnalités présentes, la presse, ses collègues de l’Administration, les communautés et les donateurs qui ont envoyé des subventions et de généreuses offrandes afin qu’Amiens s’enrichisse d’un édifice qui lui fasse honneur, l’architecte, les entrepreneurs MM. Bulian, Parazzone, Margry, Jacob, Dubois, Letendart et la Société Arlésienne de Force et de Lumière qui ont aménagé dans un temps record cette belle synagogue.
L’orateur rappelle les efforts pour réveiller la communauté : 25 chefs de famille étaient seulement connus en 1930 ; M. le grand-rabbin Poliakoff venait de temps à autre de Lille pour les visiter ; il accepta de venir chaque semaine pour dispenser l’instruction religieuse aux enfants, ce qui permit d’aller de l’avant et de connaître quinze nouvelle familles ; ce dévoué pasteur ne pouvant plus se déplacer aussi souvent, M. le rabbin Apeloig accepta de le suppléer, continua heureusement sa tâche et sut gagner l’entière confiance des fidèles. Le 8 février 1933, la Préfecture enregistra la déclaration de l’Association Cultuelle Israélite de la Somme, et le 21 février suivant celle de la Société de Bienfaisance que préside avec dévouement et autorité M. André Daniel. L’idée d’un temple prit corps, le Consistoire Central et son secrétaire général, M. le rabbin Marcel Sachs, ne ménagèrent pas leurs conseils et leur appui ; l’appel financier n’obtient pas tous les résultats souhaitables, car il coïncidait avec l’arrivée des réfugiés allemands en France. Mais, malgré tout, les sommes recueillies ont permis de faire quelque chose ; les nombreuses démarches, l’opiniâtreté et l’ardeur de M. le rabbin Apeloig sont parvenues à la réalisation définitive et on ne saurait trop le féliciter pour ce magnifique succès...
"

La communauté juive d'Amiens regroupait en 1939 une centaine de familles domiciliées dans tout le département de la Somme.
En 1946, il n’en reste que 38. 63 personnes ont été déportées, et 7 seulement sont revenues.

La synagogue, construite en 1936, a été épargnée, mais les objets du culte et tout le mobilier ont été pillés par les Allemands.

16/05/2012
Auteur : Frédéric Viey Lien : Les juifs de Picardie

[Compléter l'article]

Les batailles dans l'Ouest Amiénois

Dès l’arrivée des allemands sur la Somme, six têtes de pont sont constituées sur la rive sud, à Péronne, Amiens, Corbie, Picquigny, Abbeville et Saint-Valery-sur-Somme.

La bataille d'Hangest sur Somme

Lors de l’avancée de Guderian les 19 et 20 mai 1940, tous les ponts d’Amiens à la mer ont sauté. Seuls deux ponts de chemin de fer avaient été oubliés au lieu-dit "Les Moulins Bleus", situé entre Condé-Folie et Hangest-sur-Somme. Le 20 mai 1940, juste après La Chaussée-Tirancourt, Hangest-sur-Somme est bombardé. On dénombre une quarantaine de victimes civiles.

Le 5 juin 1940, débute alors la bataille d’Hangest-sur-Somme. L’enjeu de cette bataille est de traverser la Somme, ce que la 7è Panzer-Division (qui a percé les Ardennes) réussit à faire. Rommel (commandant la 7è Panzer-Division, aussi appelée "Division fantôme"), qui est encore inconnu des Alliés en juin 1940, envoie donc un bataillon de Panzer au grand complet avec ordre de tirer sur le village mais sans s’approcher de trop près.

A l’aube du 5 juin 1940, les ponts sont pris par les Allemands et détruits.

La 5è DIC défend Hangest-sur-Somme jusqu’au bout avec des moyens dérisoires (un canon antichars de 25mm).

A 9 h, Hangest-sur-Somme n’est toujours pas tombé. Les Sénégalais du 53e RICMS (Régiment d’Infanterie Coloniale Mixte Sénégalais) tiennent le haut du larris mais les Allemands, appuyés par une artillerie importante, montent à l’assaut et obtiennent un succès.

Cependant, d’après un témoignage de Robert Dupays : "A Hangest-sur-Somme, certains tirailleurs du même régiment furent immédiatement abattus après leur capture. Les combats furent si violents que la presse allemande (Pommersche Zeitung) cita les combats avec les coloniaux en ces termes : "les Français combattirent avec acharnement, les noirs utilisaient jusqu’au bout chaque possibilité de défense, chaque maison était défendue. Pour briser cette résistance, il fallut mettre en action les lances-flamme, et pour venir à bout des derniers sénégalais, les tuer un à un"

Hangest-sur-Somme tombera dans l’après-midi. La 7è Panzer-Division peut maintenant se diriger vers le sud.

La prochaine étape sera Quesnoy-sur-Airaines. Les soldats Sénégalais ayant combattu à Hangest-sur-Somme sont enterrés à Condé-Folie.

04/01/2013

Source :
Office du tourisme d'Amiens
Lien : Les combats de mai-juin 1940

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de la Somme

Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='' order by champ2