Soutenez le travail de l'AJPN
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages  
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France
15 annonces de recherche
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de commune
95 départements et l'étranger
1230 lieux d'internement
745 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4342 Justes de France
1071 résistants juifs
15945 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e Guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque : 1367 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Somme

Région :
Hauts-de-France
Département :
Somme

Préfets :
Émile Pelletier
(1940 - 1942) Préfet de la Somme (1898-1975)
(09/1941 - 05/1942) Préfet régional de Saint-Quentin (Aisne, Somme, Oise, Ardennes), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant (1903-1971).
Gaston Mumber
(1943 - 1944) Gaston Jules Antoine Mumber, Préfet de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1897-1970)
Roger Homo
(1944 - 1944) Roger Marie Calentin Paul Homo, Préfet de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1892-1977)
Pierre Pène
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1898-1972)

À lire, à voir…

Étienne Dejonghe Étienne Dejonghe
Yves Le Maner
Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Franck Fajnkuchen Franck Fajnkuchen
Yzkor. Une famille juive en France entre 1940 et 1944

ACHETER EN LIGNE

Anne Grynberg Anne Grynberg
Les camps de la honte : Les internés Juifs des camps français

ACHETER EN LIGNE

Frédéric Viey Frédéric Viey
Franck d'Almeida
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
Adieu les enfants (1942-1944)

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
La Shoah en France

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
La France des camps : L'Internement, 1938-1946

ACHETER EN LIGNE

Grégory Célerse Grégory Célerse
Sauvons les enfants ! : Histoire du comité lillois de secours

ACHETER EN LIGNE

Monique-Lise Cohen Monique-Lise Cohen
Eric Malo
Les camps du Sud-Ouest de la France, 1939-1944

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Lieu d’exécution

Citadelle d’Amiens
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

Texte pour ecartement lateral Commune : 80000 Amiens
- Somme

Période d'activité: 11/1940-08/1944
Population internée: Otages, communistes et résistants

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Citadelle-d-Amiens
Entrée principale de la Citadelle d'Amiens
source photo : Carte postale
crédit photo : D.R.
Histoire

Citadelle d’Amiens (Somme), lieu d’exécution novembre 1940- août 1944

37 personnes ont été fusillés à la Citadelle d’Amiens :

  • 5 comme otage
  • 31 par condamnation du tribunal militaire allemand FK 580.
  • 1 inclassable.

Le corps d’un inconnu a été exhumé le 14 mars 1946.

On ignore où fut fusillé le premier condamné à mort par le tribunal militaire allemand d’Amiens (FK580) le 23 juillet 1940. Interné à la prison d’Amiens. Blessel fut peut-être tué à la citadelle.

La première fusillade connue dans les fossés de la citadelle est celle de Lucien Brusque et d’Émile Masson le 12 novembre 1940 après condamnation pour sabotage de lignes téléphoniques. Leur exécution fut annoncée par voie d’affiches. Un soldat allemand prit une photo de cette exécution et la fit développer chez un photographe amiénois qui en fit un double et la remis à la Résistance. Communiquée à Londres, elle fit le tour du monde.

1941 : 3 fusillés. Il s’agissait d’actes individuels. Cependant Maxime Garin, gendarme, pratiquait le passage de la ligne de démarcation dans le Cher.

1942 : 13 fusillés. Parmi eux, le premier otage, Émile Lesage, le 21 février 1942 puis les 5 otages du 30 avril 1942 en représailles à l’attaque du train transportant des soldats allemands vers Caen le 16 avril 1942 : Marcel Duchemin, Albert Bessières, Henri Chaintreau, Octave Gauthier, et Henri Laroche. Les autres sont des résistants, des saboteurs (Léopold Lesage et son neveu Émile Lesage), des communistes comme le jeune Gaston Blot qui écrivit dans sa dernière lettre "J’aime mieux mourir debout que mourir à genoux ; c’est aussi le cas de Victor Magnier, accusé de propagande. "Il faut vaincre ou mourir". Tous ne sont pas politisés, Maurice Carrouaille, bucheron, est condamné pour détention illégale d’armes, peut-être pour le braconnage.

1943 : 11 fusillés. Il s’agit d’un groupe de FTP dirigé par Jules Bridoux qui avait commis de nombreux sabotages et attentats dont celui contre le mess des officiers de la Wehrmacht le jour de Noël 1942 à Amiens. Condamnés à mort par le tribunal allemand FK 580 d’Amiens le 22 juillet 1943, ils furent fusillés le 2 août 1943 à la citadelle d’Amiens : Paul Moreau, Louis Martin, Alfred Dizy, Georges Debailly, Ernest Lesec, Jules Mopin, Georges Robbe, Maurice Seigneurgens, Jacques Wilgos , Henri Wilgos et Charles Lemaire. La famille de ce dernier fut décimée : le père Maurice fut fusillé à Saint-Lô (Manche) ainsi que son frère Maurice Arthur et son cadet [Arthur-136806] disparut dans les combats d’Amiens.

1944 : 6 fusillés. Parmi eux Gaston Moutardier, âgé de 55 ans, directeur départemental des PTT qui pratiquait le renseignement au service de la Résistance. Les violences se multiplient à partir du débarquement. Louis Baledent jeune ouvrier agricole est martyrisé par de jeunes collaborateurs au siège de la Gestapo avant d’être condamné à mort le 6 juillet pour détention d’armes fusillé le 11 et jeté dans un charnier. Une plaque commémorative à l’entrée de la citadelle indique : « 31 août 1944 Morts pour la Libération » Elle donne cinq noms : Michel Bienaimé, Michel Carbonnelle, André Durouchez, Adrien Arthur Langlet, M. Letourniant.

01/03/2024
Auteur : Annie Pennetier, Claude Pennetier Lien : Le Maîtron

[Compléter l'article]

45 Familles internées - Citadelle d’Amiens [Ajouter une famille]

Famille Baledent : 
Louis, né le 10 novembre 1924 à Fortmanoir (Boves, Somme), fusillé le 11 juillet 1944 à la citadelle d’Amiens (Somme) suite à une condamnation à mort ; ouvrier agricole ; membre des FTPF.
Arrivée au lieu d'internement : 11/07/1944
Date exécution : 11/07/1944
(Source: Le Maîtron )

Famille Bessières : 
Albert, Aristide, né le 22 mars 1908 à Figeac (Lot), fusillé comme otage le 30 avril 1942 à Amiens (Somme) ; répétiteur ; membre du comité de la région communiste d’Eure-et-Loir en 1938.
Arrivée au lieu d'internement : 30/04/1942
Date exécution : 30/04/1942
(Source: Le Maîtron )

Famille Bienaimé : 
Michel, Aimé, Victor, né le 26 novembre 1920 à Amiens (Somme), mort en action le 31 août 1944 à Amiens ; résistant FTPF.
Arrivée au lieu d'internement : 31/08/1944
Date exécution : 31/08/1944
(Source: Le Maîtron )

Famille Blot : 
Gaston, Philogène, Désiré, né le 27 octobre 1919 à Bruay-en-Artois (Bruay-la Buissière, Pas-de-Calais), fusillé le 7 février 1942 à Amiens (Somme) ; accrocheur aux chemins de fer des Mines de Bruay (fosse 3) ; dirigeant des Jeunesses communistes de Bruay, militant communiste et FTP.
Arrivée au lieu d'internement : 07/02/1942
Date exécution : 07/02/1942
(Source: Le Maîtron )

Famille Brailly : 
Edmond, né le 23 décembre 1917 à Flixecourt (Somme), exécuté sommairement le 31 juillet 1944 à la citadelle d’Amiens (Somme) ; résistant des FFI.
Arrivée au lieu d'internement : 31/07/1944
Date exécution : 31/07/1944
(Source: Le Maîtron )

>> les 45 familles internées, par nom <<

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 la Famille Angel (Histoire tragique d'une famille qui a tenté d'échapper à son destin en se sauvant de Lille, vers la Loire Atlantique )
2 François Molet (François Molet, né à Beaurevoir le 14 mars 1905 est fusillé le 7 avril 1942 au Mont-Valérien. )
3 René Wallard (Page facebook du livre qui est en préparation sur son histoire.
Titre du livre "Dis leur de ne jamais pardonner". )

Chronologie [Ajouter]

12/04/1939 - Décret du 12 avril 1939 sur la création des CTE (Compagnies de Travailleurs Étrangers).
01/06/1940 - Le Général Allemand Alfred Waeger étonné et impressionné par le courage des défenseurs français durant la bataille de Lille (27 mai - 31 mai 1940) autorise ceux-ci à défiler en arme jusqu'à la captivité. Les troupes allemandes rendent les honneurs militaires aux troupes françaises le 1er juin 1940.
22/06/1940 - Signature de l’armistice dans la forêt de Compiègne, à Rethondes.
27/09/1940 - Loi du 27 septembre 1940 sur la création des GTE (Groupements des Travailleurs Étrangers).
22/02/1941 - Décret du 22 février 1941 sur les sanctions à appliquer dans les GTE (Groupements des Travailleurs Étrangers).
26/05/1941 - Grève des mineurs des bassins houillers dans le nord à l'usine d’Ostricourt et dans le Pas de Calais à la mines de Dourges, suite à l'arrestation d’un grand nombre d’ouvriers par les Autorités allemandes et la condamnation de onze d’entre eux et de deux femmes aux travaux forcés. Cette grève se terminera le 10 juin 1941. La répression allemande contre ces grèves est forte.
11/09/1942 - Le vendredi 11 septembre 1942 a lieu dans la Région Nord-Pas-de-Calais la plus grande rafle depuis la mise en place de la solution finale. Elle restera comme l'opération la plus importante de toute l'occupation dans le Nord de la France. 528 personnes, hommes, femmes et enfants sont envoyés au camp Dossin de Malines dès le lendemain (soit le 12 septembre 1942). Les déportés seront finalement envoyés à Auschwitz (Pologne) pour y être gazés. Seul neuf d'entre eux auront la chance de survivre...
01/09/1944 - Le 1er septembre 1944, les différents mouvements de résistance se mettent d'accord pour lancer le mot d'ordre de soulèvement général. Dans toute la ville, dès le vendredi soir, la Résistance s'attaque aux différents objectifs désignés et aux convois allemands qui repartent vers la Belgique.
02/11/1945 - Ordonnance du 2 novembre 1945 sur la dissolution des GTE (Groupements de Travailleurs Étrangers).


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Les persécutions des Juifs victimes de la Solution Finale à Berck sur Mer pendant la 2de Guerre mondiale , Mémoire ou thèse 60 pages, réalisation 2014
Auteur : Cyril Brossard - terminal
Étude réalisée à la suite d'un voyage d'études à Auschwitz-Birkenau et suite à une demande d'élèves de Terminales ES du lycée Jan Lavezzari. Etude qui sert aussi à la préparation au CNRD 2014-2015 dont le thème est la découverte des camps de concentration, le retour des déportés et la découverte du système concentrationnaire nazi.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda - terminal
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
 * Juste parmi les Nations
 

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008-2024