Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
773 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11837 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Pyrénées-Orientales

Région :
Occitanie
Département :
Pyrénées-Orientales

Préfets :
Pierre Olivier de Sardan
(1941 - 1942) Préfet de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales)
Alfred Hontebeyrie
(11/10/1942 - 16/07/1944) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet de l'Hérault et de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales) (1895-1969)

À lire, à voir…

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Institution religieuse

Villa de Roselande
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes
Texte pour ecartement lateralCommune : 66760 Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Direction : Révérend père Ricaud
Personnel : Marcel-Célestin Gallon* dit Frère Aimé
Frère Nectaire (arrêté le 29/03/1943 et déporté à Dachau puis à Buchenwald)

Histoire

La Villa Roselande était un sanatorium pour les frères tuberculeux. Mais elle recevait aussi quelques religieux malades.

La Villa Roselande faisait partie d'une filière qui aidaient à passer vers l'Espagne. Des deux côtés de la frontière, à Angoustrine (Villa Roselande) et au village de Llivia, deux maisons de Frères des Écoles chrétiennes entretenaient entre elles d’étroits rapports, et dont les membres sous des prétextes multiples, se rendaient de fréquentes visites.
Les passages furent nombreux et relativement aisés jusqu’à la fin de 1942. Ils devinrent plus difficiles à partir du bouclage de la frontière par les Allemands.

Le Révérend père Ricaud, commissaire des renseignements généraux dans les Alpes Maritimes, joua un rôle important dans la préparation des passages.
Le Frère Aimé*, malade lui-même, organisait les passages d’Angoustrine (où il y avait une garnison allemande) à Llivia.
A l’arrivée des Frères espagnols, le menuisier de Llivia s’occupaient de convoyer l’évadé jusqu’à Puigcerda où il prenait le train.

Le Frère Nictaire fut arrêté. Il avoua avoir fait des passages mais ne donna aucun nom. Il fut déporté vers Dachau.

05/09/2018

[Compléter l'article]

L'abbé Ginoux

De nombreux témoignages soulignent le rôle méritoire du clergé. Deux hautes figures dominent l’époque, l’abbé Ginoux à Dorres et le père Domènech à Puigcerdà. Les souvenirs locaux insistent sur l’efficacité des bonnes relations entre la cure de Dorres, le Sanatorium des EscaldesVilla de Roselande à -des-Escaldes, Les Violettes à Ur :
"C’est encore en Cerdagne que l’on vit une sainte « alliance » très efficace entre les « curés » et les « toubibs ». La providence des évadés avait situé en Cerdagne des maisons de cure à Font-Romeu et des sanatoriums aux Escaldes  et à Osseja, tous établissements propres à abriter beaucoup de faux malades. Il y avait aussi les «trois abbés Jean » en liaison parfaite, l’abbé Jean Ginoux, curé de Dorres, aumônier des Escaldes, l’abbé Jean Jacoupy, curé de Latour-de-Carol, enfin l’abbé Jean Domènech1, archiprêtre de Puigcerdà (Espagne), homme d’une grande bonté, accueillant tous les fugitifs et les évadés sans exception."2
"La filière est en contact avec l’Institut Catholique de Toulouse où un professeur d’histoire, l’abbé Martimort, adresse les gens menacés à l’abbé Capdet ou à l’abbé Mayeux au Grand Séminaire. L’abbé les amène à l’évêché où la chancellerie épiscopale établit une nomination provisoire comme prédicateur, diacre temporaire ou catéchiste, devant aider un curé débordé, ou pour contribuer à augmenter la solennité d’une fête paroissiale, d’une communion privée ou solennelle ou des grandes fêtes du calendrier liturgique.
Les occasions ne manquent pas et l’aide d’un jeune prêtre ou d’un abbé plus âgé et malade est bien accueillie au Sanatorium des Escaldes, au Home Catalan, à l’Ermitage Notre-Dame de Font-Romeu ou à la Villa de Roselande à -des-Escaldes. Là le père Gallet, l’abbé Rous, l’abbé Ginoux et les frères ont tant de travail ! Le jour prévu, dûment ensoutané, bréviaire à la main, on prend le train jusqu’à Villefranche puis le petit Train Jaune qui vous amène en Cerdagne où les Frères de la Doctrine Chrétienne vous amènent chez leurs confrères de Llivia, à moins que l’abbé Ginoux vous faisant passer à Puigcerdà ne vous confie au curé de la cité, Mossèn Domènech, qui vous fait gagner Barcelone".3
Parmi les passés les plus notoires, nous citerons le Grand Rabbin de Bruxelles qui, le 22 février 1942, écrit à Monseigneur Bernard une lettre de remerciements pour "l’avoir accueilli et logé à l’évêché et lui avoir permis d’ échapper à l’internement..." ; le rabbin Mordoch, guide spirituel de la communauté israélite de Perpignan, fait de même le 14 septembre 1942 et y ajoute : "toute (sa) gratitude pour toute votre action en faveur de mes coreligionnaires"4 ; l’abbé René de Naurois* aumônier des sœurs de la Compassion, 31 rue Deville à Toulouse, prêtre et lieutenant de réserve, grand fournisseur de faux certificats de baptême devant l’Éternel, dont les prêches hostiles à Vichy et aux nazis l’obligent à passer la frontière à Llivia le 26 décembre 1942 déguisé en Frère de la Doctrine Chrétienne avec le frère Nectaire de la Villa de Roselande à -des-Escaldes.5
"C’est également au printemps 1942 que l’abbé Ginoux développe son activité à la faveur d’une rencontre avec un étudiant en médecine de Toulouse, futur professeur au collège de France, Jacques Ruffié. Un professeur de la faculté de Médecine de Toulouse, Camille Soula, s’occupait de certains juifs réfugiés. Pendant les vacances de Noël 1941, il avait contacté l’abbé Albert Gau à Carcassonne et monté une filière d’évasion par Perpignan où sa belle-mère possédait une confiserie, 11 rue de la Barre. Cette filière se révélant insuffisante, il chargea Jacques Ruffié d’en ouvrir une autre et l’étudiant ayant ouï dire qu’un curé de Dorres passait des gens, il vint le trouver et l’abbé accepta. Le prêtre loge les évadés au presbytère ou chez l’aubergiste Marty qui les nourrit. Il a aussi une cache dans l’église entre voûte et toit ou au sanatorium des Escaldes où nombre de docteurs, dont la future femme d’Henry Frénay, le fondateur de « combat », collaborent avec lui. Il reçoit les fausses cartes d’identité de Perpignan où le commissaire Puybaraud les établit et, comme elles sont trop neuves, l’abbé les vieillit en les glissant sous la paille des prie-Dieu des premiers rangs et « les genoux des dévotes assistant à sa messe matinale et quotidienne les usaient et froissaient..."6
Le 24 juillet 1942, le Commissaire de Bourg-Madame accueille deux frères des Ecoles Chrétiennes d’Angoustrine refoulés par la police espagnole. Le 17 juillet, le père supérieur à Llivia "les aurait avisés que le Père Supérieur de Barcelone désirait les voir. A cet effet, le Père de Llivia leur remit un sauf-conduit espagnol et une convocation du Père Supérieur de Barcelone".7 L’affaire dut sembler suffisamment louche à la police espagnole pour qu’elle les escorte de Ripoll à Barcelone et ne les quitte plus jusqu’à leur refoulement de Puigcerdà à Bourg-Madame. Les frères de Roselande disent alors que les papiers d’identité, probablement donnés à des fugitifs, ne leur ont pas été restitués.
"Le 12 novembre 1942, les Allemands envahissent les Pyrénées-Orientales. La Cerdagne est zone interdite et, le 15 novembre, la douane allemande, la Grenzchutz, installe son PC à Mont-Louis. En deux mois, la frontière est quadrillée. Elle organise un service de renseignements avec des Français, des Espagnols, grassement payés, qui recherchent les candidats au passage, espionnent pour dénicher les passeurs et se conduisent comme des gangsters. Le danger est constant. Le Quartier Général est établi alors à Thuès-les-Bains et huit postes frontière sont en place : Villefranche de Conflent, Latour de Carol, Porté, Enveitg, Estavar, Targasonne, Angoustrine, Bourg-Madame et deux commandos d’intervention complètent la surveillance avec les maîtres de chiens, la Feldgendarmerie et, s’il le faut, l’appui des chasseurs de montagne (Jägergebirge) stationnés à Mont-Louis".8
"Du côté d’Ur, de Bourg-Madame et de Targasonne, c’est Jean de Maury qui habite -des-Escaldes qui renseigne. L’abbé Ginoux a un chemin sûr vers la gare de Latour-de-Carol, utilisant les couverts passant près du cimetière et aboutissant à un ponceau sous la voie ferrée venant d’Espagne à quelques mètres en aval de la gare. Les passages se font de nuit, vers une ou deux heures du matin. Quand il ne conduit pas lui-même les évadés comme le 1er janvier 1943 où il passe des diplomates tchèques adressés à Roselande par le Cardinal Pierre-Marie Gerlier*, archevêque de Lyon, il les confie aux frères de la Villa de Roselande. Mais autour de ceux-ci l’étau se resserre. Le 29 mars 1943, le frère Nectaire est arrêté. La veille, se promenant près de la Villa de Roselande, il avait été accosté par un soldat allemand qui lui avait raconté qu’il voulait déserter car il était désigné pour le front russe. Le frère lui avait répondu :
« L’Espagne n’est pas loin. Vous la voyez de l’autre côté de ce monticule. Suivez ce petit sentier. »
Le frère Nectaire fut déporté à Dachau puis à Buchenwald. Un an plus tard, la Feldkommandantur de Bourg-Madame ordonna au préfet des Pyrénées-Orientales de procéder à l’évacuation de la maison des « Hermanos de la Doctrina Cristiana » (sic) coupables d’une hostilité permanente envers le Grand Reich et fortement soupçonnés de contribuer à la fuite vers l’Espagne des terroristes".9 "Les frères, y compris un grabataire, furent impitoyablement expulsés et ne retrouvèrent leur Home qu’en 1945".10
Roselande, qui apparaît dans ces longues citations, était un sanatorium où l’on soignait les frères tuberculeux de l’ordre de Saint Jean Baptiste de la Salle. Les bâtiments ne correspondant plus aux normes d’un sanatorium, ils furent vendus après la guerre aux petites sœurs de l’Assomption qui s’y sont installées au début des années soixante. Les frères ont alors acquis le Mas Blanc à Bourg-Madame. De Roselande, on a une vue imprenable sur la collinette où passe la frontière de Llivia, ce qui explique en partie le choix de cette maison à l’heure du passage.

Extraits de la thèse de Jean-Louis Blanchon, La Cerdagne pays-frontière. 1936-1948, Rupture ou continuité ? Université de Toulouse - Le Mirail, 1992.

05/09/2018
Auteur : Jean-Louis Blanchon

[Compléter l'article]

Familles hébergées, cachées ou sauvées à la Villa de Roselande [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


Familles arrêtées (Villa de Roselande) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
3 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
4 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
5 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
6

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal

Notes

- 1 - A la Libération, le père Domènech a été décoré de la Légion d’Honneur et de la médaille de la Résistance. En 1950, un phalangiste et un ancien agent de la Gestapo ont frappé le père Domènech et lui ont craché au visage pour son attitude pendant l’Occupation.
- 2 - La vie de la douane, octobre 1981. N° 188. "La frontière pyrénéenne. La frontière en pointillés". pp 17-27.
- 3 - Émilienne Eychenne, Les portes de la liberté, Toulouse, Privat, 1985.
- 4 - Archives de l’évêché et ADPO, copies in Fonds Fourquet, 2 GM, L I.
- 5 - Émilienne Eychenne, Op. cit.
- 6 - L. Maury, La Résistance audoise, Quillan, Imprimerie universelle, 1980.
- 7 - ADPO 31 W 57, 24 juillet 1942.
- 8 - J. Larrieu, La Résistance dans la montagne catalane, Actes du 51éme congrès de la Fédération Historique du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1980.
- 9 - J. Perrigault, Les passeurs de frontière, Paris, La France au Combat, 1945.
- 10 - J. Larrieu, Les curés passeurs des Pyrénées-Orientales 1939-1945, Bulletin n°4 du Centre de Recherche sur les Problèmes de la Frontière, 1990.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019