Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
727 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4154 Justes de France
920 résistants juifs
11365 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1265 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Aveyron

Région :
Occitanie
Département :
Aveyron

Préfets :
Jean Moulin
(01/06/1938 - 21/02/1939) Préfet de l'Aveyron
M. Destarac
(21/02/1939 - 25/09/1940) Préfet de l'Aveyron
Pierre Marion
(17/09/1940 - 11/1943) Préfet de l'Aveyron
Pierre Olivier de Sardan
(1941 - 1942) Préfet de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales)
Alfred Hontebeyrie
(11/10/1942 - 16/07/1944) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet de l'Hérault et de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales) (1895-1969)
M. Dupiech
(06/02/1944 - 07/1944) Préfet de l'Aveyron
Marcel Chapron
(07/1944 - 18/08/1944) Préfet de l'Aveyron
M. Moisset
(18/08/1944 - 24/08/1944) Préfet de l'Aveyron
Édouard Laguerre
(24/08/1944 - 01/02/1945) Préfet de l'Aveyron

À lire, à voir…

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Jean-Michel Cosson Jean-Michel Cosson
Stéphane Monnet
L'Aveyron dans la Guerre 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Institution religieuse

Description : Créé par M. Cibiel, maire de la ville au XIXe et début XXe siècles

Hospice de Rulhe
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

Lieu-dit Rulhe
Texte pour ecartement lateralCommune : 12200 Villefranche-de-Rouergue
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Hospice-de-Rulhe
L'Hospice de Ruhl
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Direction : Mère Antoinette Masserey*, supérieure de la maison de retraite de Rulhe
Sœur Jeanne-Françoise Zufferey*, directrice

Histoire

L’hospice de Rulhe fut fondé en 1895 par M. Alfred Cibiel, député de l’Aveyron pour y accueillir les vieillards des environs de Villefranche.

 (…) La supérieure de la maison était, depuis 1941, mère Antoinette Masserey, de nationalité suisse. Elle dirigeait l’institution tant bien que mal avec les faibles ressources disponibles et le ravitaillement difficile à cette époque. Il y avait uen quarantaine de pensionnaires, hommes et femmes. Cousine de mère Antoinette, j’arrivais à Rulhe en 1941, malade et ayant besoin de repos à la campagne.

M. Bouscayrol, conseiller général de Rieupeyroux, fut contacté par l’œuvre de Secours aux Enfants (OSE) qui cherchait une maison capable d’héberger des juifs qui n’étaient plus en sureté dans l’ex-zone libre, occupée depuis novembre 1942. Avec M. Gaubert de Villfranche, il prospecta les possibilités dans les environs et repéra l’hospice de Rulhe, ses grands bâtiments, à l’écart des routes et peu occupé. Mère Antoinette obtint de ses responsables l’autorisation de répondre à l’appel.

Un premier contingent de 13 adolescentes arriva en février ou mars 1943. Les enfants d’âge scolaire étaient placés dans d’autres institutions. Ma santé d’étant améliorée, je fus chargée de m’occuper de ces jeunes au niveau du quotidien. Mère Antoinette gardant la totale responsabilité des relations avec l’OSE et autres administrations.

Ces jeunes filles venaient d’un peu partout. Certaines avaient connu les camps de Gurs ou Rivesaltes. La responsable principale du groupe était Melle Marthe Lévy de Strasbourg mais elle venait rarement. C’est  « Moulin » (Melle Bloch), une cheftaine qui était en lien plus direct avec nos jeunes. (…) Nous n’étions que partiellement conscientes des risques que nous courrions. Grâce à notre situation isolée, nous avons pu mener une vie relativement paisible.

Après ce premier contingent de 13, d’autres jeunes arrivèrent. A Noël 1943, elles étaient 17. J’ai le souvenir précis de ce chiffre à cause d’une anecdote. Nous hébergions une famille juive de Paris, M. Smit et ses deux fils. Ma sœur était la gouvernante des deux garçons, leur mère étant malade et hospitalisée. C’est par ma sœur que cette famille avait demandé et obtenu de venir à Rulhe, après un premier repli sur Nice. M. Smit aimait bien nos jeunes et, assez fortuné, les gâtait du mieux qu’il pouvait. Il aimait fumer, le tabac était contingenté. Les jeunes filles se débrouillèrent pour lui acheter deux paquets de « gris » et pour les présenter, confectionnèrent un chameau en feutre marron dont les beasaces étaient ces deux paquets de tabac. Une carte portait « Joyeux Noël » de la part de Mesdemoiselles 17 !

Quand le danger se rapprocha de Villefranche, le bouche à oreille ayant fonctionné, un assez grand nombre d’adultes vinrent aussi occuper les grands dortoirs. Avec paravents et rideaux, on tenta un minimum d’isolement.  Je suis incapable de donner le nombre exact de ces réfugiés « libres » car c’était une population essentiellement mouvante selon que le danger se faisait plus proche. Je crois pouvoir affirmer que le total des juifs passés chez nous a dépassé 50.

La plupart des jeunes dont je m’occupais étaient polonaise ou allemande. Grâce à leur accent, on pouvait les présenter comme réfugiées alsaciennes. Plusieurs personnes, dont M. Costes, notre pharmacien, furent très surpris, après la guerre, en apprenant que ces jeunes filles, qui, quelques fois m’accompagnaient dans mes courses en ville, étaient des juives. Nous n’avons pas eu de problèmes graves tels que soupçons ou perquisitions. L’OSE nous versait une pension pour les jeunes, les adultes payaient eux-mêmes ce qu’ils pouvaient. M. Bouscayrol nous avait procuré des cartes d’alimentation J3, vierges. Nous les avons remplies avec les noms d’emprunt que nos jeunes employaient (en gardant en général les initiales de leur vrai nom). Cela a très bien passé auprès des commerçants.

Nos jeunes occupaient leurs journées à nous aider aux travaux ménagers. L’OSE nous fournissait des vêtements d’occasion. Je passais, avec leur aide, beaucoup de temps à transformer, ajuster ces habits. Dans l’ensemble, l’entente était bonne, avec les petites chamailleries ou jalousies assez communes chez des filles et plus encore chez des filles vivant un drame intérieur si grave. Elles avaient des consignes strictes de silence sur leur passé. Moi-même, de naturel peu curieux, je ne leur posais pas de questions. (…)

En ce qui concerne leurs croyances, nous avons essayé de les respecter. En général, elles se contentaient de la nourriture que nous pouvions leur offrir dans ces temps de restriction, même s’il fallait pour cela braver quelques uns des interdits alimentaires de leur religion. Je me souviens de deux Polonaises, Louise et Suzanne, qui étaient très strictes en ce domaine. Quand c’était l’heure de la prière, malgré le bruit, dans la salle commune, elles lisaient leur Bible en ce balançant selon la coutume juive. (…) Jamais elles ne manquaient l’heure et s’efforçaient de vivre la sabbat de façon très stricte.  (…)

Au printemps 1944, une cheftaine, Françoise, est venue prendre 4 de nos jeunes d’origine allemande et les faire passer clandestinement en Espagne et de là, en Israël (ce sont ces 4 qui ont fait les démarches pour me faire avoir la médaille des Justes). A la Libération de paris, tout le monde est reparti. C’est Melle Bloch (Moulin) qui a fait les démarches pour que Mère Antoinette reçoive la médaille des Justes en 1981 à Paris.

Nous sommes heureuses d’avoir pu aider quelques uns de ces malheureux pourchassés par la Gestapo. A la fin de la guerre, quand toute l’horreur des camps nazis s’est révélée, ce fut une joie, pour nous d’avoir participé à notre petite mesure au sauvetage de ces réfugiés.

10/02/2015
Auteur : Sœur Jeanne –Françoise Zuffere Lien : L'Aveyron et la résistance

[Compléter l'article]

4 Familles hébergées, cachées ou sauvées à l' Hospice de Rulhe [Compléter]
1943 / 1944
Famille Bodenheimer - Arrivée en 1943, Liselotte Bodenheimer, dite "Ilse", née le 05/09/1928 à Nieder (Allemagne), arrive de la maison d'enfant Le Couret, à Ruhle. Elle fera partie des adolescentes en charge de la cuisine et de la blanchisserie, logée dans une grande chambre où dormait soeur Jeanne-Françoise Zufferey*, séparée par un rideau. Après 10 mois à Ruhl, en 1944, Françoise, une cheftaine du réseau clandestin "Armée juive" vint chercher Liselotte afin de l'emmener à Toulouse puis la faire passer clandestinement en Espagne et de là, en Israël.
1943 / 1944
Famille Edel - Arrivée en 1943, Gisela Edel, née le 12/03/1928 à Szczecin (Pologne), arrive de la maison d'enfant Le Couret, à Ruhle. Elle fera partie des adolescentes en charge de la cuisine et de la blanchisserie, logée dans une grande chambre où dormait soeur Jeanne-Françoise Zufferey*, séparée par un rideau. Après 10 mois à Ruhl, en 1944, Françoise, une cheftaine du réseau clandestin "Armée juive" vint chercher Gisela afin de l'emmener à Toulouse puis la faire passer clandestinement en Espagne et de là, en Israël.
1943 / 1944
Famille Fischer - Arrivée en 1943, Annie Fischer, née le 21/05/1928 à Neuhofen (Allemagne), arrive de la maison d'enfant Le Couret, à Ruhle. Elle fera partie des adolescentes en charge de la cuisine et de la blanchisserie, logée dans une grande chambre où dormait soeur Jeanne-Françoise Zufferey*, séparée par un rideau. Après 10 mois à Ruhl, en 1944, Françoise, une cheftaine du réseau clandestin "Armée juive" vint chercher Annie afin de l'emmener à Toulouse puis la faire passer clandestinement en Espagne et de là, en Israël.
1943 / 1944
Famille Michel - Arrivée en 1943, Lotte Michel, née le 07/11/1927 à Mannheim (Allemagne), arrive de la maison d'enfant Le Couret, à Ruhle. Elle fera partie des adolescentes en charge de la cuisine et de la blanchisserie, logée dans une grande chambre où dormait soeur Jeanne-Françoise Zufferey*, séparée par un rideau. Après 10 mois à Ruhl, en 1944, Françoise, une cheftaine du réseau clandestin "Armée juive" vint chercher Lotte Michel afin de l'emmener à Toulouse puis la faire passer clandestinement en Espagne et de là, en Israël.

Familles arrêtées (Hospice de Rulhe) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Les maquis en Cévennes (Pour la Mémoire, dans cet historique de la Résistance en Cévennes, il y a la saga d’une bonne partie de la Résistance M.U.R. du Gard, concernant ses maquis de l’Aigoual, mais aussi leur mouvance, de Nîmes, Le Grau du Roi, Sommières et même Ganges, étroitement uni à Lasalle, Saint Hippolyte du Fort et Valleraugue. C’est la mémoire d’une résistance populaire, encadrée par des hommes courageux, volontaires, qui n’étaient pas préparés à ces lourdes responsabilités et qui surent les assumer, avec raison et sans défaillance.
La montée en puissance de cette résistance, surestimée par l’adversaire, lui donna un grand rayonnement dans notre département. C’est aussi, la mémoire d’un pays de montagne moyenne, mais très accidentée, sorte de refuge dans lequel s'’est perpétuée une tradition d’accueil et de liberté. Les Cévennes. )
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
7

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019