Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
816 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1204 lieux d'internement
716 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4186 Justes de France
918 résistants juifs
12192 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1273 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Bouches-du-Rhône

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département :
Bouches-du-Rhône

Préfets :
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Max Bonafous
(1941 - 1942) Préfet des Bouches-du-Rhône (1900-1975)
Adelin Rivalland
(1942 - 1943) Adelin Pascal Jean Joseph Rivalland (1893-1965)
Antoine Lemoine
(1943 - 1944) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet des Bouches-du-Rhône
Jacques Bussière
(1944 - 1944) Jacques Félix Bussière, Préfet des Bouches-du-Rhône. Arrêté, interné au camp de Compiègne puis déporté en Allemagne, il mourra en déportation (1895-1945)
Émile Malican
(1944 - 1944) Émile Gabriel Louis Marie Malican, Préfet des Bouches-du-Rhône
(Mai 1943 - Mai 1944) Marie Joseph Jean Chaigneau, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse). Arrêté en mai 1944 par les Allemands, il est déporté au camp d'Eisenberg
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Robert Mencherini Robert Mencherini
Midi rouge, ombres et lumières

ACHETER EN LIGNE

Robert Mencherini Robert Mencherini
Vichy en Provence

ACHETER EN LIGNE

Robert Mencherini Robert Mencherini
Résistance et Occupation (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse

ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence

ACHETER EN LIGNE

Renée Dray-Bensoussan Renée Dray-Bensoussan
Catherine Marand-Fouquet
Hélène Échinard
Éliane Richard
Dictionnaire des Marseillaises

ACHETER EN LIGNE

Gabriel Bénichou Gabriel Bénichou
L'adolescence d'un Juif d'Algérie

ACHETER EN LIGNE

Henri Manen Henri Manen
Au fond de l'abîme

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Nicole Salon

Texte pour ecartement lateral

Marseille 13000 Bouches-du-Rhône
Nom de naissance: Weil
Nom d'épouse: Salon
Date de naissance: 15/08/1915 (Lisieux)
Arrestations: 24/10/1943 à Nice
Age de l'arrestation : 28
Date et lieu de la déportation : 20/11/1943
Numéro de convoi : 62
Nom du camp : Auschwitz
Date du retour de camp : -
Décès en camp : 23/11/1943
Profession: Assistante sociale de l'OSE
Qualité: Résistante juive OSE
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Nicole-Salon
Jacques Salon et Nicole Salon
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Nicole-Salon
Nicole Salon
source photo : Coll. OSE
crédit photo : D.R.
Histoire

Résistante juive

Période de Résistance
De 1941 au 24 octobre 1943 (Marseille, Limoges, Megève, Nice)

Réseaux
OSE (Oeuvre de secours aux enfants)
Garel

Engagée comme assistante sociale en juin 1941 au dispensaire médico-social de l'OSE (Oeuvre de secours aux enfants) à Marseille, Nicole Salon aide les familles et surtout les enfants. Elle force les portes de l'Hôtel Bompard, où des femmes étaient internées. Elle réussit également à faire sortir des femmes de l'hôtel du Levant. Avec l'équipe de Marseille, elle est sur la brèche lors des journées tragiques au camp des Milles en août 1942. Cette équipe peut libérer environ cent enfants et adolescents arrachés de haute lutte au camp. Repérée, Nicole est mutée à Limoges, où elle participe au sauvetage des enfants dans le cadre de la 3e direction de l'UGIF.

De juillet à octobre 1943, elle poursuit son activité à Megève dans le réseau Garel. Avec son mari Jacques Salon, qu'elle vient d'épouser, elle s'occupe du centre de résidence assignée à Megève. Lorsque le danger devient plus pressant, le couple réussit à sauver 199 jeunes et des familles. Nicole Salon rejoint Nice où elle est arrêtée le 24 octobre 1943.

Elle est déportée le 20 novembre par le convoi 62. Arrivée à Auschwitz, elle est reconnue apte au travail, mais elle refuse de se séparer des enfants et part à la mort avec eux.

Numéro de son dossier déposé au Mémorial de la Résistance juive en France à Yad Vashem Jérusalem : 30.

24/08/2017
Auteur : Frida Wattenberg Lien : Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

[Compléter l'article]

Histoire de l’OSE - Les grandes figures

Nicole Weil est née le 17 août 1915 à Lisieux, dans une famille juive de quatre enfants, d’origine alsacienne. Son père, qui avait émigré au Brésil, est rappelé sous les drapeaux au début du conflit de 1914-1918. La famille revient alors définitivement en France et s’installe à Paris. Nicole Weil poursuit ses études au lycée Molière, où elle passe son baccalauréat. Elle obtient un diplôme d’assistante sociale à Paris, à l’École des Surintendantes d’usines du boulevard Saint-Germain, fondée en 1917 sous l’impulsion de cinq femmes engagées, dont Cécile Brunschvicg, présidente de la section « travail » au Conseil national des femmes françaises.
Au début de la guerre, Nicole travaille dans les centres sociaux de la rue de la Durance, puis suit le repli des familles assistées. Elle se réfugie ensuite avec sa famille à Marseille, où elle travaille auprès des réfugiés juifs. Au mois de juin 1941, Nicole est engagée en tant qu’assistante sociale au dispensaire médico-social de l’OSE, situé 25 rue d’Italie et dirigé par Julien Samuel.  L’équipe sociale sous la direction du Dr Weil-Reynal comprend en outre Fanny Loinger Nezer,  Huguette WahlDenise Vormus et Jeannine Kahn. Nicole aide les femmes et surtout les enfants internés dans les hôtels Bompard, du Levant et du Terminus des Ports, annexes du camp des Milles, en attente d’un départ vers les Etats-Unis. Elle parvient à faire sortir des femmes en leur trouvant du travail et place enfants et adultes en lieux sûrs, y compris en leur fournissant des faux papiers. Elle visite également deux fois par semaine le camp d’internement des Milles, près d’Aix-en-Provence, et participe au sauvetage des enfants au moment des déportations d’août 1942. (L’OSE est parvenu, avec toute son équipe, à faire sortir 78 enfants).
Au début 1943, avec l’occupation de la zone sud et la multiplication des rafles, la situation devient précaire. Tous les organismes juifs quittent Marseille. L’OSE se replie à Limoges. Nicole y est mutée et devient responsable sociale de la Direction régionale de la Haute-Vienne. Au mois de juillet 1943, Nicole Weil épouse à l’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse), Jacques Salon, jeune Eclaireur israélite qu’elle a connu à Marseille.
Jacques Salon est issu d’une des plus anciennes familles juives de Bagdad, installée à Marseille en 1921. Naturalisé français en 1937, il participe aux combats dans la trouée de Sedan. Démobilisé en 1940, il se retrouve à Clermont-Ferrand. Il rencontre Nicole qui travaille au centre médico-social de Marseille. Après l’occupation de la zone Sud en novembre 1942, Jacques et Nicole suivent l’OSE à Limoges.
Le jeune couple est immédiatement chargé par l’OSE de créer un centre pour les réfugiés juifs étrangers assignés à résidence à Megève. C’est à partir de là qu’ils organisent de nombreux convois pour la Suisse, lorsque le 8 septembre 1943, les Italiens signent un armistice séparé.
Les Allemands occupent toute la zone italienne, dont Nice, où sont réfugiés près de 30.000 Juifs.
C’est la souricière ! Nicole est envoyée par l’OSE à Nice pour tenter de sauver le maximum d’enfants. C’est au cours d’un des convoyages d’enfants vers la Suisse qu’elle est arrêtée, le 24 octobre 1943, victime d’une dénonciation. Il semblerait que les enfants qu’elle venait chercher ont été dénoncés par une concierge et que Nicole se soit volontairement présentée aux autorités pour essayer de les sauver (selon le témoignage de Mila Lulki).
À Drancy où elle est transférée, elle aide sans relâche les enfants qui y sont internés et adopte un petit groupe d’enfants. Nicole écrit le 19 novembre 1943: « C’est demain le grand jour. Nous sommes prêts, moralement du moins. Ai reçu il y a deux jours et avec quelle joie duvet, robe de chambre, chaussures. Point de message dedans, dommage. Merci mille fois pour ce colis. Nous avons beaucoup d’espoir et de courage ... Nous avons adopté 4 gosses qui sont seuls. Il faut bien continuer jusqu’au bout...».
Un dernier message est daté du 20 novembre, date de sa déportation à Auschwitz par le convoi n° 62 : «Nous voici tous réunis. Le wagon est complet et notre moral est superbe... Nous tiendrons... » Dans ce même convoi, se trouvaient Huguette Wahl (OSE), Claude Gutman et Djigo Hirsch (EIF), et Alice Salomon (UGIF).

Nicole avait toute la grâce, toute la vivacité de la parisienne. De petite taille, brune et bouclée, les joues vives et les grands yeux mobiles, elle était toujours en mouvement. Le passage de la pensée, du raisonnement à l’action, était rapide, instantané.
Elle prenait un contact direct avec les gens, avec les choses. D’un abord facile, elle se faisait approcher avec confiance. Elle savait établir aussitôt un contact plus que superficiel avec ses interlocuteurs. Elle savait questionner, remonter aux sources des misères. De par les origines alsaciennes de son père, elle savait parler la langue des internés des camps. Elle puisait dans son cœur ouvert aux malheureux, dans ses relations d’amitié, auprès de ses collègues, parmi les jeunes auxquels elle appartenait, des remèdes immédiats à la peine.
On ne pouvait être que surpris de tant d’intérêt profond aux malheurs des autres par une enfant qui resplendissait le bonheur, le mystère des réussites de travail de Nicole résidant certainement dans le charme tout particulier qui émanait de sa personne, qui rayonnait d’elle et qui commandait la confiance chez les malheureux.
Née à Paris dans une famille de quatre enfants qui s’aimaient et portaient au-dehors le culte du foyer que Nicole a si bien transposé dans son travail, elle y avait fréquenté le lycée et passé son baccalauréat. Elle possédait une belle culture générale, lorsqu’elle se présentait aux études d’assistante sociale à Paris dont elle est sortie très jeune pour prendre, aux centres sociaux de la rue de la Durance à Paris, la responsabilité d’un secteur de familles assistées qu’elle a suivies dans leur repliement, au lendemain de la déclaration de guerre.
Dès 1941, réfugiée elle-même à Marseille, Nicole est venue à l’OSE où elle fut la pionnière de notre travail social. La serviette au bras, son grand stylo et son cahier de bord toujours prêts, elle parcourait les permanences du CAR au quai de la Joliette et de l’Hôtel du Levant, elle visitait à domicile ses clients de la veille, elle faisait hospitaliser ses malades. Tel un rayon de soleil, elle glissait parmi les quémandeurs miséreux et désemparés qui comprirent vite que l’argent seul n’était plus le butin de leur journée d’attente, mais que de la jeune personne en face d’eux, se dégageait une action sociale autrement bienfaisante et durable...
Nicole aimait les enfants. C’est à eux qu’allait sa première préoccupation à Marseille. Les enfants des réfugiés, d’abord, puis ceux de la ville, du vieux port. Elle les menait par douzaines aux dispensaires de la ville, avant que ne s’installât la maison OSE-Unitarian, au 25 de la rue de l’Italie. Elle obtenait leur placement en préventorium, leur admission en colonies de vacances, leur inscription aux écoles de la ville après qu’un rapide cours de français organisé à l’hôtel du Levant pour les petits émigrés, les eût initiés aux classes correspondantes. Dans ce désordre des œuvres juives naissantes de Marseille en 1941, Nicole apporta une action organisée d’assistance à l’enfance, tant dans leurs familles que dans les centres de résidence surveillés.
C’est à ces centres de misère que Nicole avait voué ses premières interventions courageuses. Elle a forcé les portes de l’Hôtel Bompard, cet infâme centre de femmes internées ; elle a organisé la sortie des femmes internées de l’hôtel du Levant et de celles de l’hôtel Terminus des Pots, comme elle a forcé, plus tard, l’entrée du camp des Milles, camp transitaire des hommes en instance d’émigration.
Elle suivait les familles dispersées dans leurs taudis meublés de Marseille, elle conduisait à leur cure les enfants déficients, elle cherchait du travail aux femmes seules et entreprit leur réintégration dans une vie plus saine et plus équilibrée que celle des centres de résidence et d’internement ; car elle savait chercher la solution individuelle aux 50 cas de la journée et solliciter de ceux qui l’entouraient et des fonctionnaires compétents les appuis nécessaires à la solution individuelle. C’est grâce à son savoir-faire et à sa ligne de travail inlassablement constructive que notre travail à Marseille a eu, dès ses débuts, un rayonnement si large, et que nous avons rallié tant de forces bénévoles à notre tâche quotidienne.
Je ne saurais dire en quelques mots ce que fut la montée bi-hebdomadaire de Nicole au camp des Milles, où elle suivait notre travail médico-social. Quand elle en rentrait, harassée, elle n’avait de trêve que fussent dictées et transcrites toutes les notes de bandages, de lunetterie, d’orthopédie et de suralimentation dont chacune représentait, pour le bénéficiaire, le point crucial de sa vie.
Je ne saurais davantage, en quelques phrases, esquisser le sauvetage des internés du camp des Milles dans les sombres nuits d’août et de septembre 1942, où Nicole a fait, dans son équipe sociale OSE, des efforts surhumains pour sauver des hommes de la déportation et où elle a accompli des miracles. Beaucoup d’hommes lui doivent leur libération des transports et la vie sauve.
Quittant la région de Marseille désormais inhospitalière et allant vers un nouveau travail dans le centre, Nicole a repris à Limoges une assistance régulière et organisée aux familles citadines et rurales. Responsable sociale de la direction régionale de la Haute-Vienne, elle a initié à la tâche de nombreuses jeunes collaboratrices et a posé les jalons d’une vaste travail clandestin qui peu à peu s’étendait dans cette région où l’OSE avait de nombreuses jeunes collaboratrices et a posé les jalons d’un vaste travail clandestin qui peu à peu s’étendait dans cette région où l’OSE avait de nombreuses maisons d’enfants et des centaines d’enfants en famille.
Elle n’a jamais craint d’aller au plus pressé, au plus difficile. Se rendant à nos exhortations et alors qu’elle venait de se marier en pleine clandestinité dans un modeste village du Vaucluse avec notre ami de toujours, Jacques Salon, elle monta avec son mari, réfractaire au STO, en zone italienne. Elle a donné au centre de résidence assignée de Megève un élan de travail nouveau. Très vite, le petit chalet OSE devint, non seulement lieu de consultation médicale et social, mais également lieu de rencontre amicale de tous ceux qui avaient besoin de réconfort ; les médecins s’y tenaient avec plaisir, les enfants y venaient pour prendre leur goûter de suralimentation et s’adonner à leurs jeux. C’est grâce au contact si intelligent, si approfondi avec eux tous, que Nicole et Jacques Salon ont su, lorsque la dispersion de ce centre s’imposa en août 1943, précéder l’évacuation précipitée et organiser avec les comités locaux le sauvetage de centaines de familles et, en particulier, de 199 jeunes enfants par les frontières suisses.
Nicole a abordé ce nouvel aspect du travail, le passage des frontières, avec ses méthodes propres : directes et rapides. Informant la direction centrale de l’OSE à Chambéry, mais sans attendre ses accords ; recherchant l’argent nécessaire à ce travail, mais sans rester à la merci de cet argent ; consciente des risques de ce travail, mais les négligeant et n’appliquant qu’un seul mot d’ordre : sauver, agir.
Elle menait elle-même les enfants au passeur à l’endroit du rendez-vous, elle montait avec les enfants dans les cars qui les emportait vers la frontière ; une nuit le convoi fut surpris, Nicole a tenu les enfants dans la forêt, au calme, parce qu’elle était toujours confiante dans la réussite de son action de sauvetage et communiquait aux adultes et aux enfants l’espoir et la confiance.
Elle a fait l’admiration des passeurs et les enfants l’ont adorée, pour cette belle aventure, une grande aventure et notre amie aurait pu, après Megève, se retirer du travail. Elle en avait fait assez.
Mais la guerre continuait, et elle voulait rester dans la bagarre. C’étaient les sombres semaines de l’occupation de Nice. Nicole n’a pas tardé à aller sur les lieux. Se séparant de son mari qui prenait un poste de direction de maison d’enfants, elle se spécialisa dans l’évacuation de Nice. Elle fit de nombreux voyage de Nice vers la frontière suisse et a sauvé, avec nos amis de la 6e de nombreux groupes d’enfants et de personnes âgées.
C’est au cours de l’organisation d’un tel convoi qu’elle fut la victime d’une dénonciation à Nice, internée, transférée à Drancy et déportée le 20 novembre 1943.
Son arrestation fut un coup terrible pour nous tous.
Quelque chose s’est brisé en nous. Car nous l’aimions tous et chacun eût voulu être à sa place pour lui redonner une chance de continuer sa vie libre. Son image est restée présente pendant toutes les années qui ont suivi Nice.
Nous savons, par l’un de ses compagnons du 20 novembre 1943 rentré en France, qu’elle est allée tout droit à sa mort en arrivant à Auschwitz. Nous restons, avec sa famille, inconsolables de tant d’amour et de richesses perdues à jamais. Son admirable mère n’est pas seule à pleurer sa fille et son mari sait qu’une silencieuse douleur est restée au fond de nous tous depuis qu’elle nous a quittés. Cet hommage veut rester discret et digne de votre modestie, Nicole. Il est profondément affectueux. Notre gratitude envers vous reste immense.

26/08/2018
Lien : Nicole Salon

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Débarquement en Provence et Libération du midi de la France (Le débarquement en Provence et la libération des villes de Toulon, Saint-Tropez, Aix en Provence et Marseille en août 1944. Film composé d'images : du débarquement anglo-américain et français en Provence les 14 et 15 août 1944… )
2 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
3 Artistes et intellectuels réfugiés dans la région marseillaise en 1940-1942 (Robert Mencherini. « Artistes et intellectuels réfugiés dans la région marseillaise en 1940-1942 : un jeu d’ombres entre survie et engagement ». [actes du colloque] Déplacements, dérangements, bouleversement : Artistes et intellectuels déplacés en zone sud (1940-1944), Bibliothèque de l'Alcazar, Marseille, 3-4 juin 2005 organisé par l'Université de Provence, l'Université de Sheffield, la bibliothèque de l'Alcazar (Marseille). Textes réunis par Pascal Mercier et Claude Pérez. )
4 Le pasteur Henri Manen : au Camp des Milles, "un Juste parmi les Nations" (Spécialisées dans la publication des écrits du monde protestant, les éditions Ampelos d'Eric Peyrard ont publié en juillet 2013 un petit livre de première importance (60 pages, format 15 x 23 cm) "Au fond de l'abîme / Journal du Camp des Milles". Cet ouvrage rassemble des écrits du pasteur Henri Manen* qui eut à coeur de relater plusieurs des événements survenus pendant l'été 1942 qui fut dans l'ancienne tuilerie la saison la plus tragique. De précieux compléments accompagnent les écrits du pasteur : une préface très éclairante de l'historien du protestantisme et de la mémoire Philippe Joutard ainsi qu'une postface d'Alain Chouraqui, président de la Fondation du Camp des Milles. )
5 Camp de Saliers. 1942-1944. Une mémoire en héritage. (Histoires et mémoires du camp d'internement pour Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) ayant accueilli près de 700 voyageurs, sinti, manouches, gitans, yeniches, mais aussi forains, dont 26 ne sont pas revenus… Na bister! (N'oublions pas!) )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019