Soutenez le travail de l'AJPN
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages  
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France
13 annonces de recherche
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de commune
95 départements et l'étranger
1230 lieux d'internement
744 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4342 Justes de France
1072 résistants juifs
15963 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e Guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque : 1374 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Nord

Région :
Hauts-de-France
Département :
Nord

Préfets :
Fernand Carles
(1936 - 1944) Préfet régional
Henry Darrouy
(1941 - 1944) Préfet délégué
Jean Michel Adrien Cabouat
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République
Roger Édouard Verlomme
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République
Francis Louis Closon
(1944 - 1948) Commissaire régional de la République
Roger Verlomme
(1944 - 1946) Préfet
Marcel Lanquetin
(1946 - 1955) Préfet

À lire, à voir…

Grégory Célerse Grégory Célerse
Sauvons les enfants ! : Histoire du comité lillois de secours

ACHETER EN LIGNE

Étienne Dejonghe Étienne Dejonghe
Yves Le Maner
Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Frédéric Viey Frédéric Viey
Franck d'Almeida
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie

ACHETER EN LIGNE

Franck Fajnkuchen Franck Fajnkuchen
Yzkor. Une famille juive en France entre 1940 et 1944

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Edgard Leser

Texte pour ecartement lateral

Lille 59000 Nord
Date de naissance: 1933 (Lille (59))
Date de décès: 05/08/2017 (Lille (59))
Nationalité : Francais
Aidé ou sauvé par : - Simone Caudmont - Robert Stahl
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Edgard-Leser
Étoile d’Edgard Leser
source photo : Arch. fam. Leser-Thau
crédit photo : D.R.
Edgard-Leser
Edgard Leser au centre en enfant Jésus, Noël 1942 à l’orphelinat des Religieuses de Notre-Dame
source photo : Arch. fam. Leser
crédit photo : D.R.
Edgard-Leser
source photo : Arch
crédit photo : D.R.

Histoire

Léon Leser est né en Galicie en 1897, dans l’agglomération de Cracovie (Pologne).
Bachelier, il arrive en France en 1922-23. Parlant couramment l'allemand, il choisit de s'installer en Lorraine. Il travaille comme manœuvre puis contremaître.

En 1924, il obtient son permis de conduire.

En 1928 il épouse Rose Thau à Metz. Ils auront deux garçons, Charles-Henri né en 1929 et Edgard né en 1933.

Léon Leser est naturalisé français en 1930.

En 1936 la famille s’installe à Lille et Léon Leser créé une affaire de négoce de postes radio à lampes (TSF).

Le 2 septembre à minuit, 5 millions de Français de 18 à 48 ans sont mobilisés. Plus de 40 000 étrangers installés en France, dont environ 25 000 juifs, s’engagent volontairement. Ils forment les Régiments de Marche de Volontaires Étrangers (RMVE).

Le 10 mai 1940, les Leser avec la mère de Rose quittent Lille en voiture. Ils traversent Rouen. Berthe Beiser-Thau, la mère de Rose, meurt à Caudebec-en-Caux le 22 mai 1940. Ils continuent la route et arrivent à Dinard.

Ils rentreront chez eux à Lille en septembre 1940 pour retrouver leur appartement entièrement pillé...

En octobre 1940 les juifs de France sont obligés de déclarer leur patrimoine, le contenu de leur portefeuille, etc. Un mandataire de justice est désigné pour liquider l’affaire de Léon Leser.

En juin 1941, l’invasion de l’URSS et l’entrée en guerre de celle-ci contre l’Allemagne a pour conséquence l’arrestation de juifs suspectés de communisme.

Les premières rafles commencent au printemps 1941, facilitées par les déclarations demandées aux familles juives.

Max Thau, frère de Rose et beau-frère de Léon Leser, est arrêté à Paris lors de l’une de ces rafles et interné à Drancy puis Compiègne. Il sera déporté sans retour vers Auschwitz le 05/06/1942 par le convoi n° 2.
Nathan Thau, né en 1893 en Ukraine, et Abraham Beiser-Thau  né en 1891 en Ukraine avec ses deux fils , Samuel, 17 ans et demi, né le 29 septembre 1924 à Metz et Eisig André, 16 ans, né le 19 avril 1926 à Metz étaient réfugiés à Château-Gontier (53). Ils seront tous internés à Mayenne et déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 8 du 20/07/1942. 

En septembre 1942 ce sont les premières rafles : les juifs de France étrangers ou apatrides sont embarqués et les juifs français ne se font pas d’illusion, bientôt ce sera leur tour. Dans la maison où loge la famille, 2 ou 3 familles disparaissent ainsi.

Après avoir vainement demandé de l'aide à l'Évêché de Lille, Léon Leser va trouver l'abbé Robert Stahl* qui s'occupe de foyers pour enfants moralement abandonnés, il espère trouver une solution pour cacher ses deux fils , peu de temps après les rafles de septembre 1942 qui ne doivent concerner que les juifs étrangers ou apatrides. 

C’est ainsi que Charles-Henri et Edgard vont être placés à l'orphelinat 
Notre-Dame de Loos, de septembre 1942 à juillet 1943. 
Quand c’est possible, une fois toutes les trois semaines, une réunion de famille parents-enfants était organisée dans la Maison du Buisson à Marcq-en-Barœul.

Charles-Henri et Edgard doivent apprendre les rudiments du catéchisme pour faire illusion, Ils apprennent les prières catholiques, les rites qui rythment la journée. « Un bon petit catholique ! », plaisante Edgard

 
L’abbé Robert Stahl* les conduira ensuite à Simone Caudmont*, censeur du Lycée Fénelon de Lille, où ils seront cachés, ainsi que d’autre enfants juifs. Lui et son frère seront protégés grâce à Simone Caudmont*. Edgard dira d'elle : "Un cœur un or massif. De septembre 1942 à la Libération, elle a abrité des enfants juifs dans un dortoir du lycée".
Léon Leser étant bien connu au sein de la communauté juive de la métropole, un certain nombre de personnes viennent lui demander de faire quelque chose pour protéger les enfants. Léon Leser va alors mettre sur pied un Comité clandestin de secours au juifs à Lille.

Avec le concours d’un voisin, capitaine de réserve, ayant un cousin dans le clergé, des contacts ont été aussitôt établis avec la hiérarchie catholique. Ils ont ainsi permis à Léo Leser de rencontrer personnellement l’abbé Robert Stahl* dans son bureau au siège de la Société de Patronage des enfants moralement abandonnés.
L'abbé Robert Stahl* demande alors à Léo Leser : "Et ils sont où ces enfants ? Monsieur Leser vous êtes un criminel. Ces enfants devraient déjà être là !".
Comme les moyens de locomotion étaient restreints, c’est l'abbé Robert Stahl* lui-même qui est allé récupérer les 40 enfants à droite et à gauche, avec sa 202, puis qui les a répartis dans les orphelinats, centre d’accueil rattaché à la Société de Patronage ou dans des fermes. Léo Leser lui demande : "Pouvez-vous prendre mes deux garçons également ?". C’est ainsi que Edgard Leser et son frère Charles-Henri vont être placés à Notre-Dame à Loos, de septembre 1942 à juillet 1943. Quand c’est possible, une fois toutes les trois semaines, une réunion de famille parents-enfants était organisée dans la Maison du Buisson à Marcq-en-Barœul.
Léo Leser apprend alors que le religieux avait aussi recueilli une trentaine de juifs venant de l’hospice Rothschild et d’un autre orphelinat parisien.

Léon Leser va également apporter sont aide au pasteur Nick* en lui trouvant des lieux pour cacher les réfugiés.

En juillet 1943, Rose et Léon Leser viennent récupérer leurs enfants. La famille sera sauve.

Léon Leser gardera des contacts avec l'abbé Robert Stahl*.

Le 17 mars 1970 Yad Vashem a décerné à l'abbé Robert Stahl* le titre de « Juste des Nations ». En 1972 il a été accueilli officiellement en Isräel et il a planté "son" arbre dans l’Allée des Justes, arbre dont il était très fier.

20/06/2024

asso 3112

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Les persécutions des Juifs victimes de la Solution Finale à Berck sur Mer pendant la 2de Guerre mondiale , Mémoire ou thèse 60 pages, réalisation 2014
Auteur : Cyril Brossard - terminal
Étude réalisée à la suite d'un voyage d'études à Auschwitz-Birkenau et suite à une demande d'élèves de Terminales ES du lycée Jan Lavezzari. Etude qui sert aussi à la préparation au CNRD 2014-2015 dont le thème est la découverte des camps de concentration, le retour des déportés et la découverte du système concentrationnaire nazi.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda - terminal
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 la Famille Angel (Histoire tragique d'une famille qui a tenté d'échapper à son destin en se sauvant de Lille, vers la Loire Atlantique )
2 François Molet (François Molet, né à Beaurevoir le 14 mars 1905 est fusillé le 7 avril 1942 au Mont-Valérien. )
3 "Lettre à Esther" et "Enfances volées" ("Lettre à Esther" : vidéo (20mn) réalisée dans le cadre d'un projet scolaire sur l'histoire de la famille Angel, réfugie à St-Michel-Chef-Chef, arrêtée en juillet 1942, déportée à Auschwitz
"Enfances volées" : vidéo (10mn) sur Rachel Angel et Victor Pérahia, arrêtés en juillet 1942 )
4 René Wallard (Page facebook du livre qui est en préparation sur son histoire.
Titre du livre "Dis leur de ne jamais pardonner". )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
 * Juste parmi les Nations
 

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008-2024