Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
765 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
705 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4174 Justes de France
920 résistants juifs
11493 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1269 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Hérault

Région :
Occitanie
Département :
Hérault

Préfets :
Pierre Monis
(01/07/1937 - 20/07/1940) Préfet de l'Hérault
Paul Brun
(20/07/1940 - 25/08/1940) Préfet de l'Hérault
Pierre Olivier de Sardan
(25/08/1940 - 11/10/1942) Préfet de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales)
Camille Ernst*, Secrétaire général de la préfecture de l’Hérault (de 09/1940 à 02/1943), Juste parmi les Nations

(Jan. 1942 - 12/1943) Préfet délégué de l'Hérault, déporté en Allemagne pour avoir soutenu la Résistance
Alfred Hontebeyrie
(11/10/1942 - 16/07/1944) Préfet de l'Hérault et de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales) (1895-1969)
Augustin Michel
(17/07/1944 - 22/08/1944) Préfet de l'Hérault
André Weiss
(22/08/1944 - 01/01/1948) Préfet de l'Hérault

À lire, à voir…

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Michaël Iancu Michaël Iancu
Vichy et les Juifs - L'exemple de l'Hérault (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Arnaud Benedetti Arnaud Benedetti
Un préfet dans la Résistance

ACHETER EN LIGNE

Michaël Iancu Michaël Iancu
Spoliations, déportations, résistance des Juifs à Montpellier et dans l'Hérault (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

François Berriot François Berriot
La France libre, la Résistance et la Déportation - (Hérault, Zone Sud)

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Diane Popowski

Texte pour ecartement lateral

Montpellier 34000 Hérault
Nom de naissance: Popowski
Nom d'épouse: Fenster
Date de naissance: 22/04/1940 (Luxembourg)

Nationalité : Luxembourgeoise
Aidé ou sauvé par : - Marie-Antoinette Pallarès - Paulette Pallarès Roche - Renée Pallarès Pariselle
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Diane-Popowski
Diane et ses parents, Symcha et Hélène Popowski à Prades-le-Lez, quelques jours avant leur internement au camp d'Agde
source photo : Arch. Diane Popowski Fenster
crédit photo : USHMM
Diane-Popowski
Diane dans les bras de Paulette Pallarès
source photo : Arch. Diane Popowski Fenster
crédit photo : USHMM
Diane-Popowski
Diane à Montpellier, 1944
source photo : Arch. Diane Popowski Fenster
crédit photo : USHMM
Diane-Popowski
Diane Popowski, été 1943
source photo : © Maison d'Izieu-Succession Sabine Zlatin
crédit photo : D.R.
Diane-Popowski
Diane, première communion
source photo : Arch. Diane Popowski Fenster
crédit photo : USHMM
Histoire
Diane Popowski, fille de Symcha Binem Popowski, un juif polonais de Wyszkow, et de Hélène née Krundel, une juive belge, est née le 22 avril 1940 au Luxembourg, quelques semaines avant l'invasion allemande.

Le 13 décembre 1940, la famille se réfugie en France et arrive à Prades-le-Lez, près de Montpellier.

Arrêtée parce que juive, la famille est interné au Camp d'Agde .

Sabine Zlatin, travaillant sous couvert de la Croix Rouge la sort du camp juste avant la déportation de Symcha et d'Hélène Popowski le 11 septembre 1942.

Sabine Zlatin confie Diane à sa grand-mère, qui par chance n'avait pas été raflée à Agde car elle était âgée et malade.
Elles se cachent dans un bois, mais Diane tombe malade et Sabine Zlatin la confie alors à Marie-Antoinette Pallarès* qui habite à Montpellier.
Les trois enfants aînés de Marie-Antoinette Pallarès*, Paulette*, Renée* et Guy Pallarès, prennent en charge la petite fille.

Durant l'été 1943, Sabine Zlatin demande à Paulette*, Renée* et Guy Pallarès s'ils veulent bien l'aider à la Maison des enfants d'Izieu, une colonie d'enfants réfugiés, dont elle est directrice.
Ils y passeront l'été 1943 avec la petite Diane, logés à proximité.
Ils amènent avec eux un appareil photo et prennent des photos de tous les enfants de la colonie.

Durant le printemps 1944, Paulette*, Renée* et Guy Pallarès retournent à la Maison des enfants d'Izieu avec Diane pour un court séjour.
Ils partent un jour avant la rafle opérée par la Gestapo le 6 avril 1944 : 34 enfants et 4 adultes, dont Miron Zlatin le mari de Sabine Zlatin, sont arrêtés et seront déportés à Auschwitz-Birkenau sans retour le 13 avril 1944 par le convoi n° 71 à exception de Lea Feldblum, survivante en 1945.

Diane restera à Montpellier dans sa famille d'adoption jusqu'en 1949.

Après la guerre, un oncle de Diane, Krundel, survivant d'Auschwitz, vient en France et entame les démarche d'adoption. Sa santé ne permettra pas que cette démarche aboutisse.
En 1949, le père de Diane, survivant, est rapatrié en France.
Il écrit à sa famille à Londres afin de leur demander de l'aide pour acheter une machine à coudre et reprendre son métier de tailleur.
Ils l'informent alors que Diane est vivante et vit toujours à Montpellier.
Il vient chercher la petite Diane et la ramène à Paris.
Diane est triste d'avoir quitté ceux qu'elle considère comme sa famille.
Symcha, qui ne peut pas s'occuper de la petite, la confie à un couvent près de Paris.
Il se remarie, souhaitant trouver une nouvelle mère pour sa fille, mais le mariage n'est pas un succès et ne tiendra pas.
Sa belle-mère l'oblige à rompre toute relation avec les Pallarès*.
Les Popowskis émigrent au Canada en 1951, et Diane est placée dans une série de pensionnats.

Après son mariage, en 1957, Diane reprend contact avec les Pallarès*.

18/07/2011

[Compléter l'article]
Diane Popowski (now Fenster) is the daughter of Symcha Binem Popowski, a Polish Jew from Wyszkow, and Hélène (Krundel) Popowski, a Belgian Jew. She was born on April 22, 1940 in Luxembourg, where her parents were then living, only weeks before the German invasion. On December 13, 1940 the family fled to the south of France to the small town of Prades-le-Lez, not far from Montpellier. Shortly thereafter in 1941, the family was sent to the Agde internment camp in Hérault. Fearing for her daughter's safety, Hélène made contact with Sabine Zlatin, a Jewish woman working in the camp as a Red Cross nurse. Mme. Zlatin was engaged in removing older children from the camp, and Hélène pleaded with her to find a hiding place for Diane though she was only one year old. Sabine smuggled the infant out of the camp wrapped in a blanket inside her knapsack, which she wore under her cape. To keep her quiet she gave Diane a sugar cube to suck on. Shortly afterwards Symcha and Hélène were deported to Drancy, and from there, to Auschwitz on September 11, 1942. Mme. Zlatin brought Diane to her grandmother who had not been taken to Agde because she was too old and frail. Together they hid in the woods. When Diane became very ill from the cold and damp, Mme. Zlatin again came to her aid and placed her in the home of Marie Antoinette Pallarès in Montpellier. Pallarès' three older children, Renée, Paulette, and Guy, also helped care for Diane. During the summer of 1943, Mme. Zlatin asked the Pallarès children if they would help care for the refugee children living in the nearby children's home of Izieu that she directed. The Pallarès spent the summer at the home and brought Diane with them. They also brought a camera with them and shot photos of the Izieu children. During the spring of 1944 the Pallarès children returned to Izieu along with Diane for a short stay. They left one day before the Gestapo raided Izieu on April 6, 1944, arresting the children and Mme. Zlatin's husband, Miron. After the raid, Diane continued to live in Montpellier at the Pallarès home. When the war was over, Diane's uncle, Simon Krundel, who had survived Auschwitz, came to France and found her. He had wanted to adopt her but his health would not permit it. Diane's father, Symcha, also survived but only returned to France in 1949 after a long period of recuperation from the camps. After his liberation he wrote to relatives in London asking for money to buy a sewing machine so that he could reestablish himself as a tailor. These relatives informed him that Diane had survived and was still living in Montpellier. Symcha came to retrieve his daughter and bring her back with him to Paris. Diane was very unhappy to be separated from the Pallarès whom she considered to be her real family, having lived with them for seven years. Since Symcha could not care for Diane alone, he placed her in a convent school near Paris. He also remarried, hoping to find a new mother for his daughter. However, the marriage was not successful and later ended in divorce. Diane was frequently beaten as a child, and her stepmother forced her to break off any contact with the Pallarès family. The Popowskis immigrated to Canada in 1951, where Diane was placed in a series of foster homes. After she married in 1957 Diane regained contact with the Pallarès family and later arranged for Yad Vashem to honor them as Righteous Among the Nations.

18/07/2011
Lien :

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Les maquis en Cévennes (Pour la Mémoire, dans cet historique de la Résistance en Cévennes, il y a la saga d’une bonne partie de la Résistance M.U.R. du Gard, concernant ses maquis de l’Aigoual, mais aussi leur mouvance, de Nîmes, Le Grau du Roi, Sommières et même Ganges, étroitement uni à Lasalle, Saint Hippolyte du Fort et Valleraugue. C’est la mémoire d’une résistance populaire, encadrée par des hommes courageux, volontaires, qui n’étaient pas préparés à ces lourdes responsabilités et qui surent les assumer, avec raison et sans défaillance.
La montée en puissance de cette résistance, surestimée par l’adversaire, lui donna un grand rayonnement dans notre département. C’est aussi, la mémoire d’un pays de montagne moyenne, mais très accidentée, sorte de refuge dans lequel s'’est perpétuée une tradition d’accueil et de liberté. Les Cévennes. )
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
7

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019