Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
665 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
656 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4153 Justes de France
920 résistants juifs
10129 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1236 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
2nd World War Europe animation

Repères chronologiques 1905 à 1945

1905/1939 - 1940 - 1941- 1942 - 1943 - 1944 - 1945

Code couleur : Alliés - Espagne - France - Allemagne - Neutres - URSS
Janvier 1943. Les camps de Chelmno, Belzec et Sobibor connaissent un ralentissement de leur activité. Le centre du crime devient désormais Birkenau. Son commandant demande que les cheveux humains aillent en traitement dans l’usine d’Alex Zing. Le prix des cheveux est de 0,50 mark au kg.
Janvier 1943. Les habits récupérés sur les cadavres juifs servent de contribution à la campagne d’aide hivernale du peuple allemand. Les représentants de la campagne se plaignent de ce que les vêtements sont sales, souillés de sang, avec la Maguen David encore accrochée.
Janvier 1943. Renforcement de l'Etat-Major du XIVe Corps.
Janvier 1943. Durant les 3 premières semaines de janvier, 15 trains sont arrivés à Auschwitz de Belgique, Hollande, Berlin, Bialystok et Grodno. 20 000 personnes sont immédiatement gazées, 4 000 sont envoyés vers les baraques. 4 nouveaux crématoriums sont construits pour faire face à la demande.
01 janvier 1943. L'armée rouge fait pression sur la 6e armée enfermée dans une poche de 260 km carrés.
01 janvier 1943. Le département d’Etat reçoit des informations faisant état que 6 000 Juifs par jour sont tués dans une localité de Pologne.
01 janvier 1943. Le journal " J’accuse " publie des informations sur le fait qu’un million de Juifs ont été assassinés par les nazis en 1942.
04 janvier 1943. Armés seulement d’un couteau et d’un pistolet, des membres d’une organisation juive de combat résistent à une sélection à Czestochowa. En représailles, les allemands tuent 25 personnes.
05 janvier 1943. Création par Vichy de la milice (loi du 30 janvier), qui succède au Service d'ordre légionnaire (SOL), avec à sa tête Joseph Darnand. La milice sera une sorte de gestapo à la Vichy, et aura pour but la chasse aux opposants politiques et aux Juifs.
06 janvier 1943. Pologne. Les Allemands disent aux Juifs d’Opoczno que ceux qui le désirent peuvent être envoyés en pays neutre, dans le cadre d’un programme spécial d’échange. 500 Juifs se portent volontaires. Ils sont envoyés à Treblinka et gazés.
09 janvier 1943. Réorganisation des légions de gendarmerie.
13 janvier 1943. Italie. Ribbentrop avertit les Italiens que les Juifs pourront continuer à vivre dans les zones où s’appliquent les lois allemandes jusqu’au 31 mars maximum.
15 janvier 1943. Pologne (Zagórz). Les allemands vident le camp de détention de Zaslaw et envoient ses prisonniers à Belzec pour y être gazés. Sans eau ni nourriture, le train stationne 3 jours durant. Tous ses passagers sont morts, excepté Emil Manaster, qui a sauté du train.
18 janvier 1943. Après 4 mois d’interruption, les allemands reprennent les déportations du ghetto de Varsovie vers Treblinka. Passant de maison en maison, ils attrapent 5 000 personnes. Sur les 400 000 personnes que comptait le ghetto de Varsovie à ses débuts, l’immense majorité a été déportée. Il ne reste sur place que quelques milliers de personnes. Parmi elles de nombreux membres de mouvements de jeunesse et de partis politiques : Sionistes de gauche (Hashomer Hatsaïr, sous la direction de Mordechaï Anielewic : Dror) de droite (Beitar), religieux (Agoudat Israël), communistes (le Bund). Le 18 janvier, des groupes de résistance où les membres de ces mouvements sont dominants, commencent leurs actions contre les nazis : elles culmineront avec l’héroïque résistance du ghetto, lors de sa liquidation, le 19 avril.
18 janvier 1943. Un train de Belgique arrive à Auschwitz, avec à son bord près de 2 000 personnes. 387 hommes et 81 femmes sont envoyés vers les baraques, 1 558 personnes sont gazées dès leur arrivée.
20 janvier 1943. Himmler se plaint par courrier auprès du ministre des transports du Reich du manque de trains pour transporter les déportés.
20 janvier 1943. Un train arrive de Theresienstadt à Auschwitz : 1 760 Juifs sont envoyés dans les chambres à gaz, 160 femmes et 80 hommes sont envoyés dans les barraques.
21 janvier 1943. A Varsovie, les allemands ouvrent le feu dans le ghetto. Les Juifs résistent, s’emparent d’armes et tuent 12 allemands.
22 janvier 1943. A Birkenau, Rivka Libeskind allume les bougies de Shabbat et entame les chants de l’office, bientôt rejointe par d’autres femmes.
22 au 29 janvier 1943. Rafle de Marseille par les forces de l'ordre françaises. 4 000 Juifs sont arrêtés dans une opération appelée « action tigre ». Le Petit Marseillais du 30 janvier 1943 écrit : « Précisons que les opérations d’évacuation du quartier nord du Vieux-Port ont été effectuées exclusivement par la police française et qu’elles n’ont donné lieu à aucun incident. »
24 janvier 1943. Bataille de Marseille  : destruction du Vieux-Port (opération Sultan).
29 janvier 1943. A Wierzbica, 15 polonais sont exécutés pour avoir aidé des Juifs à s’échapper.
30 janvier 1943. Création de la Milice française, Darnand secrétaire général.
31 janvier 1943. Von Paulus se rend avec les débris de ce qui fut la 6e armée. Stalingrad sera le Waterloo des Allemands. Ils ne s'en remettront jamais. C'est maintenant l'heure de la retraite.
01 février 1943. Le département d’Etat demande à son ambassadeur à Berne de ne pas faire parvenir de nouvelles alarmantes de ce qui est fait aux Juifs en Europe.
01 février 1943. Les Allemands demandent à la Hongrie d’envoyer ses Juifs en Allemagne pour le travail forcé.
01 février 1943. Visite d’Himmler à Treblinka. Suite à la visite, il est décidé que les corps ne seront plus enterrés mais incinérés.
01 février 1943. La Roumanie offre de libérer 72 000 Juifs qui seraient transportés sur un bateau battant pavillon du Vatican, en échange de 130 Dollars par personne. Le secrétaire américain au trésor, Morgenthau, a amené la proposition devant Roosevelt.
04 février 1943. A Lvov, les allemands tuent 4 des 12 membre du Judenrat. 6 autres sont envoyés au camp de concentration de Janawska.
05 février 1943. A Birkenau, un appel dure 14 heures, dans la neige.
09 février 1943. Rafle de Lyon dans les locaux de L'UGIF, rue Sainte Catherine.
09 février 1943. Départ du 46e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 21 survivants en 1945.
10 février 1943. Une note du sous-secrétaire d’Etat américain Sumner Welles est envoyée à tous les consulats, les enjoignant de ne pas prêter attention à tous les témoignages qui leur arrivent sur les camps de la mort.
10 février 1943. Le département d’État demande à son consulat en Suisse de ne plus envoyer de rapports sur le meurtre en masse de Juifs à des personnes privées aux EUA.
10 et 11 février 1943. Rafle concernant tous les arrondissements de Paris et de la banlieue commençant par 42 enfants des centres d’accueil de l’UGIF. Cette rafle des Juifs apatrides est proposée et organisée par la police française pour officiellement éviter la déportation des Juifs français. Outre les enfants, une majorité de vieillards sont arrêtés.
11 février 1943. Départ du 47e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 998 déportés, dont 123 enfants, âgés de moins de 12 ans, 10 survivants en 1945.
13 février 1943. Départ du 48e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 12 survivants en 1945.
13 février 1943. Le New York Times révèle que la Roumanie est prête à aider 70 000 Juifs à quitter la Transinistrie, vers une destination choisie par les alliés.
15 février 1943. Liquidation du ghetto de Bialystok. 1 000 Juifs sont exécutés, 10 000 sont emmenés vers Treblinka.
15 février 1943. Le chef de la section politique de l'ambassade allemande à Paris câble à Berlin :
« Le 13 février 1943, vers 21 h 10, le lieutenant colonel Winkler et le major Dr Nussbaum, de l’état-major du IIIe détachement de la Luftwaffe, ont essuyé des coups de feu tirés par-derrière, alors qu'ils se rendaient de leur bureau à leur logement (…). Comme première mesure de représailles, il est prévu d'arrêter 2 000 Juifs et de les déporter vers l'Est ».
Il s'agit de regrouper des Juifs étrangers âgés de 16 à 65 ans et aptes au travail. Outre les apatrides, les nationalités visées sont celles déjà ciblées lors des rafles de l'été 1942 (Allemands, Autrichiens, Polonais, Tchèques, Estoniens, Lettons, Danztigois, Sarrois, les citoyens soviétiques et les réfugiés russes), auxquelles s'adjoignent les Belges et les Néerlandais.
16 février 1943. STO. Par le décret du 16 février 1943, tous les Français de sexe masculin nés entre 1920 et 1922 sont astreints à un service du travail en Allemagne d’une durée de deux ans. Finalement, ce décret sur le Service du travail obligatoire (STO) permet au gouvernement collaborateur de Vichy d’offrir de la main-d’œuvre française à l’industrie allemande.
17 février 1943. Nouvelle loi sur le STO prévoyant la mobilisation des jeunes des classes 1940, 1941 et 1942 pour les envoyer en Allemagne, excepté les jeunes agriculteurs.
17 février 1943. Molina (ex chef de la 5e Brigade de l'Aude) prend la direction de la Brigade Spéciale du XIVe Corps en Ariège.
22 février 1943. La Bulgarie accepte la déportation de 11 000 Juifs. Ils sont parqués dans 20 trains, qui s’arrêtent chaque jour pour enlever les corps de ceux qui sont morts dans la journée.
22 février 1943. Les Italiens refusent les ordres allemands de déporter les Juifs de France placés sous leur zone de contrôle. Ribbentrop se plaindra à Mussolini : les militaires italiens « ne comprennent pas bien la question juive ».
23 février 1943. Introduction systématique du tatouage à Auschwitz.
23 février 1943. Ordre au Malzieu-Ville (Lozère) d’arrêter tous les Juifs résidant dans la circonscription.
25 février 1943. Premiers transports de Salonique vers Auschwitz.
27 février 1943. Déportation de travailleurs juifs de l’armement en Allemagne vers Auschwitz. Les Juifs qui travaillaient pour l’industrie allemande ont parfois pu être sauvés, mais la règle était qu’une fois inutile, cette « marchandise » était à exterminer comme les autres Juifs.
27 février 1943. Déportation de travailleurs juifs de l’armement en Allemagne vers Auschwitz. Les Juifs qui travaillaient pour l’industrie allemande ont parfois pu être sauvés, mais la règle était qu’une fois inutile, cette « marchandise » était à exterminer comme les autres Juifs.
Mars 1943. En mars 1943, près de 80 Juifs sont arrêtés dans le secteur de Villefranche-de-Rouergue.
01 mars 1943. Transport de Juifs de Hollande vers Sobibor.
01 mars 1943. Rafle de Lyon dans les locaux de l'UGIF.
01 mars 1943. New-York. 75 000 personnes participent à une manifestation : « Stop Hitler Now » à Madison Square Garden.
02 mars 1943. Départ du 49e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 6 survivants en 1945.
04 mars 1943. Départ du 50e convoi de déportation des Juifs de France du camp de Drancy vers Majdanek : environ 1000 déportés, 3 survivants en 1945.
05 mars 1943. Pologne. Plus de 1 000 Juifs sont assassinés en dehors du Ghetto de Chmielnik.
06 mars 1943. Ukraine. A Swieciany, 20 jeunes armés de 2 revolvers s’échappent du ghetto et atteignent la forêt.
06 mars 1943. Départ du 51e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Majdanek : 998 déportés, 4 survivants en 1945.
10 mars 1943. La Bulgarie refuse de donner 48 000 de ses Juifs aux allemands.
13 et 14 mars 1943. A Cracovie, 2 000 Juifs sont sélectionnés pour les déportations. Avant le départ du train, des centaines d’enfants, de vieillards et de malades sont exécutés. Les enfants de moins de 3 ans sont brûlés vivants. L’un d'eux, Shashne Hiller est sauvé par un couple qui souhaite le baptiser. Ils l’emmène chez un prêtre du nom de Carol Wollidja, qui refuse de le baptiser, affirmant que ce n’est pas là la volonté des parents. Carol Wollidja deviendra Jean Paul II. 1943
16 mars 1943. Début de l'offensive contre l'armée allemande en Tunisie.
16 mars 1943. Ukraine. A Lvov, en répression au meurtre d’un officier SS par un Juif, 11 policiers Juifs sont abattus depuis un balcon, 1 000 autres sont exécutés.
23 mars 1943. Départ du 52e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Sobibor : 994 déportés, aucun survivant en 1945.
25 mars 1943. Départ du 53e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Sobibor : 1008 déportés, 5 survivants en 1945. (Pas de 54e convoi par suite d'une erreur des nazis).
01 avril 1943. A Auschwitz, les SS castrent tous les mâles du bloc 27, destinés à des expériences.
01 avril 1943. Rafles de Nîmes et d'Avignon.
04 avril 1942. Boulogne-Billancourt. Bonbardement brtannique des usines Renault.
05 avril 1943. A Treblinka, à la descente du train, les prisonniers réalisent qu’ils ont été trompés et s’enfuient. Des centaines sont tués dans la tentative de fuite.
14 avril 1943. Vague de sabotages en Ariège.
17 avril 1943. Hitler rencontre le dirigeant de la Hongrie, l’amiral Hordthy, à qui il explique que les Juifs ne sont que des parasites, un bacille tuberculeux. La Hongrie continue de refuser de livrer ses Juifs.
17 avril 1943. Grâce à la connaissance des codes japonais par les Américains, une embuscade est tendue et exécutée par une escadre de P-38 Lightning qui abat l'avion G4M Betty de l'amiral Yamamoto. Il est tué sur le coup. C'est une lourde perte pour le Japon.
19 avril 1943. Ouverture d’une conférence entre américains et britanniques, pour discuter de la possibilité de secourir les réfugiés juifs d’Europe. Le manque de sérieux de la conférence fera dire aux Juifs qu’elle est une moquerie et un geste cruel.
19 avril au 16 mai 1943. Varsovie. Révolte du ghetto de Varsovie. Le 19 avril, 2 100 Allemands entrent dans le ghetto. Armés de 17 pistolets et de quelques centaines de grenades, les insurgés ouvrent le feu, contraignant les Allemands à la retraite. Le lendemain, le ghetto est bombardé avec des mortiers. Les Allemands tuent tous les malades de l’hôpital de Czyste. La révolte continue jour après jour, avec de moins en moins d’armes. Les insurgés, abandonnés de tous, sont dirigés par Mordéhaï Anielewicz, de l’Hashomer Hatsaïr. Il avait défini la lutte des insurgés comme un combat « non pas pour la vie, mais pour le prix de la vie ». Les Allemands avancent patiemment, passant chaque rue du ghetto par les flammes. Arrivés à bout de forces et de munitions, quand le combat semble sans issue, des insurgés essaient de s’enfuir en utilisant les égouts. Le 3 mai, 21 femmes qui tentaient de s’échapper sont reprises et exécutées. Le 7 mai, Pawel Burskin emmène un groupe de combattants dans le secteur aryen de la ville. Ils sont repris et tués. Le 8 mai, les Allemands ont vidé presque tout le ghetto et la résistance se concentre au quartier général des insurgés, au 18 de la rue Mila. 120 combattants sont bombardés et gazés dans le bunker, parmi eux Mordéhaï Anielewicz et Berl Broyde, les dirigeants de la révolte. En tout 7 000 Juifs sont morts en combattant, 600 ont été tués dans les bunkers, 30 000 ont été déportés. Jusqu’au 12 mai, des petits groupes essayeront de s’échapper du ghetto. Des 400 000 Juifs que comptait le Ghetto de Varsovie à ses débuts, seuls 500 environ ont survécu à la guerre. septrembre 1943
22 avril 1943. Attaque des forces de Vichy contre les guérilleros de l'Ariège (maquis d'Aston et de Rieux-de-Pelleport). Le Chef du XIVe Corps de Guérilleros Rios est arrété. Plus de 80 guérilleros sont capturés dans les semaines suivantes.
28 avril 1943. A Auschwitz, un télégramme SS donne pour instruction que 120 femmes soient destinées à des expériences.
30 avril 1943. 2 000 Juifs déportés à Sobibor attaquent leurs gardes. Ils sont presque tous tués à l’arme automatique. Les femmes également attaquent leurs gardes.
Mai 1943. Réorganisation du XIVe Corps. Nouveau chef : Silvestre Gomez. Nouveau siége : Bagnères de Bigorre, remplacé en août 1943 par Gaillac.
06 mai 1943. Louis Darquier de Pellepoix remplace Xavier Vallat au Commissariat Général aux questions Juives. Les autorités allemandes reprochaient à Xavier Vallat son antisémitisme « trop français » et son imparfaite insoumission aux directives allemandes concernant la déportation des Juifs. Le zèle de Louis Darquier de Pellepoix représente pour eux une bonne solution.
12 mai 1943. Von Arnim et Cramer, les chefs de l'Afrika Korps se rendent et mettent fin à la campagne d'Afrique du Nord.
13 mai 1943. Hans Frank envoie à Hitler une liste de biens juifs confisqués et volés : 94 000 montres d’hommes, 33 000 montres de femmes, 25 000 stylos, 14 000 ciseaux.
15 mai 1943. Ukraine. Les Juifs du ghetto de Rohatyn mettent en place un plan secret pour acheter des armes et se soulever. 3 semaines plus tard, le plan sera dévoilé aux nazis et 1 000 juifs du ghetto sont tués.
24 mai 1943. Arrivée à Auschwitz du Dr Josef Mengele. Il conduira des expériences dépassant toute l’horreur imaginable, injectant personnellement à ses patients du phénol, du gaz, du chloroforme ou de l’air. Il sélectionnait les personnes aptes au travail, envoyant d’un geste dédaigneux de la main les vieux, les enfants, les femmes enceintes, les blessés, les malades, vers les chambres à gaz.
31 mai 1943. Arrivée du Général de Gaulle à Alger.
31 mai 1943. L'armée rouge fait pression sur la 6e armée enfermée dans une poche de 260 km carrés.
01 juin 1943. Un Kommando SS aux ordres d'Aloïs Brunner est chargé de traquer les Juifs de France.
03 juin 1943. Création du Comité français de libération nationale (CFLN) sous la co-présidence des généraux de Gaulle et Giraud.
21 juin 1943. Caluire. Jean Moulin est arrété.
23 juin 1943. Départ du 55e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1018 déportés, 72 survivants en 1945. (Pas de 56e convoi par suite d'une erreur des nazis).
29 juin 1943. Descente de la Gestapo à la Maison des Roches, l'un des internats du collège cévenol, coûtera la vie à son directeur, Daniel Trocmé, mort en déportation au camp de Buchenwald, en avril 1944.
01 juillet 1943. Jan Karski, un informateur pour le compte de la résistance polonaise, rencontre Roosevelt à qui il fait un compte-rendu détaillé de la Shoah.
05 juillet 1943. Début de l'opération Citadelle, l'attaque du saillant de Kursk durant lequel le char Panther fera ses débuts. Les Russes étaient prêts ayant capté et décrypté la date de l'attaque. Ils prirent les devants en ouvrant un formidable tir de barrage sur les positions de départ allemande. Ce fut la bataille de blindés la plus importante de toute l'histoire des guerres. L'opération sera arrêté le 13 juillet par Hitler devant le peu de progrès de l'opération et il redéploiera ses forces en Italie où l'orage s'annonce. Les forces en présence lors de cette opération étaient de 2 700 chars allemands contre 3 600 soviétiques.
08 juillet 1943. A la BBC, Paul Bouchon parle de la solution finale.
10 juillet 1943. Le débarquement de Sicile a débuté. C'est maintenant le tour des Italiens et Mussolini est inquiet car les combats s'approchent de l'Italie.
18 juillet 1943. Départ du 57e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 43 survivants en 1945.
22 juillet 1943. Loi. " Halte, gendarmerie ", à la suite de cet avertissement les gendarmes peuvent faire usage de leurs armes.
25 juillet 1943. Le roi d'Italie renvoie Benito Mussolini. Il nomme Badoglio à sa place qui déclare que la guerre continue mais négocie la paix avec les alliés. A Rome, destitution et arrestation de Mussolini.
31 juillet 1943. Le général Giraud est nommé commandant en chef des forces Françaises.
31 juillet 1943. Départ du 58e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 28 survivants en 1945.
Début août 1943. Fusion des Forces Françaises Libres et de l'Armée d'Afrique pour former l'Armée française.
01 août 1943. Un raid audacieux est mené à partir du Caire sur les installations pétrolifères de Ploesti, en Roumanie. Les B-24 seront décimés par les chasseurs et la Flak.
01 août 1943. Un rapport arrivé aux mains des responsables communautaires Juifs des Etats-Unis, fait état de 4 millions de morts parmi les Juifs.
10 août 1943. Débarquement allié en Sicile.
10 août 1943. L'armée rouge fait pression sur la 6e armée enfermée dans une poche de 260 km carrés.
25 août 1943. Au camp de Janowska, les allemands sélectionnent 24 filles juives, abusent d’elles pendant la nuit et les envoient à la mort le lendemain.
26 août 1943. Reconnaissance du CFLN par les Alliés.
28 août 1943. Au Danemark, l’Allemagne déclare la loi martiale. In extremis, avec de larges complicités dans la population danoise, plus de 6 000 Juifs parviennent à s’enfuir dans la Suède neutre en ferry-boat.
01 septembre 1943. Rafle de Nice et de l'arrière pays Niçois.
01 septembre 1943. Le général Martin est nommé à la tête de la direction générale de la gendarmerie nationale.
02 septembre 1943. Hitler nomme Albert Speer ministre de l'armement et à la production de guerre. Grâce à son génie créateur, Speer réussira un tour de force avec l'armement et contribuera au prolongement de la guerre.
02 septembre 1943. Départ du 59e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 13 survivants en 1945.
03 septembre 1943. Le général Montgomery franchit le détroit de messine et débarque en Calabre avec la 8e armée.
03 septembre 1943. Prison de Riom, évasion du général de Lattre de Tassigny avec la complicité d'un gendarme. Des responsables de la gendarmerie en Auvergne sont arrétés.
08 septembre 1943. Capitulation de l'Italie conduisant à l'occupation de la zone italienne (Nice) jusqu'alors épargnée par les rafles. L'Italie se rend sans condition mais les Allemands avaient déjà occupé et désarmé l'Italie.
09 septembre 1943. Après la défaite de Mussolini par les alliés, les Allemands ont envahi l’Italie et parviennent à Rome. La déportation des Juifs d’Italie va commencer.
09 septembre 1943. Corse, soulèvement puis libération. Les mouvements de Résistance étaient unifiés par le chef d'Escadron de gendarmerie Paulin Colonna d'Istria.
09 septembre 1943. Rafle dans le Tarn.
12 septembre 1943. L'opération " Chêne " du général Student est réalisé par le capitaine SS Otto Skorzeny. Mussolini est libéré et est emmené du Gran Sasso vers l'Allemagne pour y rencontrer Hitler.
14 septembre 1943. Au ghetto de Vilna, le chef du Judenrat, Jacob Gens, est appelé à la Gestapo où il est assassiné.
16 septembre 1943. Déportation des Juifs de Minsk à Sobibor. Déportation des Juifs de Merano en Italie.
20 septembre 1943. Pologne. Au camp de Szebnie 1 000 prisonniers sont conduits dans les bois, déshabillés et abattus.
21 septembre 1943. En Grèce, le Rabbin Barzilaï se voit ordonner d’établir un conseil juif pour mettre en place la déportation des Juifs de Grèce. Les Allemands lui réclameront la liste des Juifs de Grèce à déporter. Il fera traîner son travail pour gagner du temps et ne pas fournir aux Allemands cette liste.
23 au 25 septembre 1943. Lituanie. Liquidation du Ghetto de Vilna. Sur 10 000 Juifs, 1 600 sont sélectionnés pour les camps de travail d’Estonie, 5 000 sont envoyés à Majdanek dans les chambres à gaz. Les vieillards et les malades sont exécutés. Les 2 000 restant sont placés dans des camps de travail locaux.
28 septembre 1943. 2 000 Juifs de Hollande sont déportés.
05 octobre 1943. Pologne. 1 260 enfants transportés de Bialystok, et 53 docteurs de Theresienstadt à Birkenau. Les nazis leur avaient dit que leur destination était la Palestine.
05 octobre 1943. Libération de la Corse par les troupes françaises.
06 octobre 1943. 400 rabbins orthodoxes se pressent devant la Maison Blanche, afin de présenter à Roosevelt une pétition demandant la mise en place d’une agence de sauvetage. Roosevelt refuse de les accueillir.
07 octobre 1943. Des partisans juifs détruisent 50 piliers télégraphiques en Lituanie.
07 octobre 1943. Départ du 60e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 31 survivants en 1945.
13-14 octobre 1943. Révolte dans le camp de Sobibor : Alexandre Pechersky distribue des couteaux et des haches aux prisonniers. 9 SS et 2 ukrainiens sont tués dans la lutte. 300 prisonniers s'échappent, 300 autres sont tués. Sobibor fermera, suite à l'opération.
16 octobre 1943. L'Eglise évangélique de Vieille-Prusse condamne implicitement la solution finale en condamnant « le meurtre des vieux, des malades et des races prétendument inférieures. »
16 octobre 1943. Rome. 477 Juifs trouvent refuge au Vatican, 4 000 dans d’autres monastères romains. 1 015 des 6 730 Juifs romains seront pris par les Allemands. Seulement 16 survivront à la guerre. Plus de 7 000 Juifs seront pris au nord de l’Italie.
21 octobre 1943. Les 2 000 survivants du ghetto de Minsk sont exécutés.
23 octobre 1943. 1 750 Juifs polonais sont envoyés à Birkenau en croyant qu’ils vont en Amérique du Sud.
25 octobre 1943. 2 500 femmes de Saloniques sont gazées à Birkenau. Elles chantent l’Hatikva en allant vers les chambres à gaz.
28 octobre 1943. Départ du 61e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 42 survivants en 1945.
28 octobre 1943. Goebbels admet que l'armée rouge a enfoncé les défenses allemandes et que l'URSS représente un énorme danger.
02 novembre 1943. Au camp de Riga, 1 000 Juifs sont envoyés à Birkenau.
02 novembre 1943. Les allemands commencent une opération de destruction des survivants du ghetto de Varsovie, pour la plupart détenus à Majdanek. En quelques jours, 50 000 Juifs sont assassinés par balle à Majdanek.
03 novembre 1943. 300 Juifs de Gène sont déportés parmi lesquels le Rabbin Riccardo Pacifici.
06 novembre 1943. Le général de Gaulle reste le seul président du CFLN. Emmanuel d'Astier devient commissaire à l'Intérieur, Henri Frenay commissaire aux Prisonniers et aux Déportés.
06 novembre 1943. Kiev, Ukraine. 14 survivants de Babi Yar rejoignent l’Armée Rouge.
09 novembre 1943. Des résolutions introduites au Sénat appellent à la création d’une Agence de Sauvetage.
09 novembre 1943; 400 Juifs de Florence et de Bologne sont déportés à Birkenau.
10 novembre 1943. Roosevelt suggère la mise sur pied de camps de réfugiés en Afrique du Nord et en Europe du Sud. Le département d’Etat fait tomber le plan.
10 novembre 1943. Roosevelt suggère la mise sur pied de camps de réfugiés en Afrique du Nord et en Europe du Sud. Le département d’Etat fait tomber le plan.
17 novembre 1943. Le dirigeant roumain, le Général Antonescu, s’oppose à livrer des Juifs aux allemands.
17 novembre 1943. 995 Juifs de Hollande sont envoyés à Birkenau. 531 sont gazés, y compris 166 enfants.
19 novembre 1943. Pologne. A Janowska, les prisonniers se révoltent contre leur garde. 1 000 seront exécutés dans le cimetière juif.
20 novembre 1943. Départ du 62e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1200 déportés, 29 survivants en 1945. (Par suite d'une erreur des nazis, le 63e convoi n'avait pas encore eu lieu. Il est reporté au 17 décembre 1943).
21 novembre 1943. Les Américains rencontrent une résistance farouche à Tarawa, prélude de ce qui les attend à Iwo Jima et Okinawa. Ce qui pèsera lourd dans la décision d'utiliser les bombes atomiques quand viendra l'invasion du Japon.
25 novembre 1943. 86 Juifs internés à Mérignac (Gironde) sont transférés à Drancy.
01 décembre 1943. Fin de la conférence de Téhéran entre Roosevelt, Churchill et Staline qui se sont entendus pour les opérations futures de 1944. De cette réunion sortira la décision de la capitulation sans condition de l'Allemagne ce qui aura pour effet de donner à Goebbels des arguments pour déclencher la guerre totale.
7 décembre 1943. Départ du 64e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 42 survivants en 1945. (Par suite d'une erreur des nazis, il n'y a pas eu convoi numéroté 65 et le prochain convoi du 17 décembre 1943 porte le numéro 63).
10 décembre 1943. La 1re division canadienne se joint à l'offensive sur le port d'Ortona en Italie. Ce sera un des plus durs combats menés par l'armée canadienne qui devront affronter les "paras", troupes d'élites
17 décembre 1943. Départ du 63e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 42 survivants en 1945.
17 décembre 1943. Les forces allemandes font une rafle dans les hôpitaux de Pyrénées-Orientales. Les Juifs hospitalisés dans le département sont alors déportés pour Drancy puis Auschwitz. 12 déportés juifs arrêtés par la police allemande à la clinique de l'Espérance de Font Romeu et à l'Hôpital de Perpignan puis envoyés à Drancy et Auschwitz
20 décembre 1943. Gironde : rafles, convoi 30 décembre 1943
26 décembre 1943. Le Scharnhorst, après un combat héroïque est coulé au large de la Norvège. Sa chance a tourné. Il est tombé dans un piège orchestré par la Royal Navy.
30 décembre 1943. René Bousquet est remplacé au poste de secrétaire général au maintien de l'ordre par Joseph Darnand, secrétaire général de la Milice.
Fin 1943. Luis Fernandez, commissaire aux effectifs de l'Interrégion "C" des F.T.P.- M.O.I. (Toulouse).
1905/1939 - 1940 - 1941 - 1942 - 1943 - 1944 - 1945
Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
| Avertissements | Association AJPN | Adhérer à l'AJPN | Soutenir l'AJPN | Faire un paiement à l'AJPN | Missions de l'AJPN | Document de présentation | Rapport moral | Statuts de l'association | Informations légales | Crédit | Remerciements | Contacter l'AJPN |
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018