Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
736 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11388 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1265 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Côtes-d'Armor

Région :
Bretagne
Département :
Côtes-d'Armor

Préfets :
Paul-Jacques Vacquier
(22/05/1937 - 23/05/1940)
Michel Henry de Villeneuve
(09/09/1943 - 26/05/1944)
M. Blanchet
(26/05/1944 - 18/11/1944)
Jacques Feschotte
(23/05/1940 - 07/04/1943) Préfet des Côtes-d'Armor
François Ripert
(02/11/1940 - 12/05/1942) François Charles Joseph Ripert, Préfet régional de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan)
(12/06/1942 - 06/07/1943) Jean François Quenette, Préfet régional de la région de Rennes (Ille-et-Vilaine, Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan) (1903-1971).
André Lahillonne
(07/04/1943 - 09/09/1943) Préfet des Côtes-d'Armor
Philibert Dupart
(06/07/1943 - 24/02/1944) Préfet régional de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan) (1890-1944)
Robert Martin
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan) (1895-1957)
Victor Le Gorgeu
(1944 - 1946) Commissaire de la République de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan) (1881-1963)
Gabriel Gamblin
(18/11/1944 - 21/06/1945) Préfet des Côtes-d'Armor

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Jérôme Lucas Jérôme Lucas
Un canton breton en 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Guy Le Corre Guy Le Corre
Un Cheminot rennais dans la Résistance 1941-1944

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Claude Toczé Claude Toczé
Annie Lambert
Les Juifs en Bretagne : 5e-20e siècles

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Élise Josse


dite Élisa, jumelle de Marie
Dossier Yad Vashem : 11266
Remise de la médaille de Juste : 05/07/2009
Sauvetage : Saint-Brieuc 22000 - Côtes-d'Armor
Profession: Propriétaire d'un café-restaurant
Religion : Catholique
Nom de naissance: Josse

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

elise-Josse
Marie et Élisa en 1952
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Notice

Élise et Marie Josse*, jumelles, tenaient un café rue d'Orléans à Saint-Brieuc, au coin de la rue du 71e RI.

Marie Josse* a la langue bien pendue, un sentiment anti-allemand bien ancré et un sens décomplexé du patriotisme.
Le jour où l’amiral Darlan est venu à Saint-Brieuc, il est allé à Saint-Charles où il avait fait études dans les années trente. Alors que le cortège s’y rendait à pied, Marie Josse* lui lance sous le nez "Salaud Darlan. Vous êtes un traître".1 Quelques heures plus tard, elle était arrêtée par la Gestapo et internée pour deux mois et internée au camp de Choisel à Chateaubriant (Loire-Atlantique).
Elle va se lier d'amitié avec Madeleine Schuldkraut.

Après le décès d'Henri Schuldkraut en 1937, Madeleine (Juta, Amalia) née Steinbrecher, le 19 décembre 1902 à Jaslo (Pologne), continue à s'occuper de l'entreprise de confection de vêtements pour dames ouvert par le couple à Paris.
Elle et son fils, Jacques, habitent 7, rue Blondel, dans le 3e arrondissement de Paris.
Madeleine Schuldkraut est arrêtée parce que Juive et internée au camp de Choisel.
Les deux femmes se lient d'amitié. Avant d'être libérée, Marie Josse* assure à Madeleine qu'elle pouvait compter sur elle.

Madeleine Schuldkraut est transférée au camp d'Aincourt, situé près de Mantes dans le Val-d'Oise, et ouvert en octobre 1940 pour les internés politiques dans les bâtiments de l'ancien sanatorium d'Aincourt. Le camp des hommes ferme en mai 1942 et les femmes arrivent en mai 1942 venant du camp de Châteaubriant.

Le commissaire Andrey, directeur du camp, autorise les femmes juives à faire venir leurs enfants
Le camp fermera définitivement le 15 septembre 1942.
Les femmes sont alors dirigées vers Auschwitz et les enfants vers le Centre Guy Patin, centre d'hébergement de l'UGIF (Union générale des israélites de France) situé 9 rue Guy Patin à Paris dans le 10e arrondissement.

Jacques Schuldkraut, 13 ans, placé au Centre Guy Patin écrit à Marie Josse* pour lui expliquer la situation : "Mademoiselle Josse, ma maman est partie à Drancy pour une destination inconnue. Elle m'a dit de vous écrire..."

Le 20 octobre 1942, le directeur du Centre Guy Patin attend Jacques Schuldkraut dans son bureau car ses tantes sont venues le voir.
Jacques se souvient : "Deux dames me prennent dans leurs bras et m'embrassent. L'une d'elle me chuchote : Je suis Marie Josse*. Ne dis pas un mot"."
Au responsable du centre, qui demande quand même des renseignements elles donnent une fausse adresse : "on va l'emmener dans le Nord de la France".
Il emballe ses affaire et Marie*, l'extravertie, et Élise*, la discrète, emmènent Jacques qui porte l'étoile. Ils prennent le dernier wagon du métro, réservé aux Juifs.
Ils arrivent en région parisienne chez la sœur de Marie* et Élisa*.
Marie* prend des ciseaux et découd l'étoile jaune.
Puis les jumelles arrivent à Saint-Brieuc, avec ce jeune garçon Juif de 13 ans.

Jacques partage leur quotidien dans leur café-restaurant, rue d'Orléans (aujourd'hui rue Jean-Métairie). Pour tous, c'est le neveu.
Des amis de Marie* et Élise*, résistants, procurent à Jacques une carte d'identité et une carte d'alimentation au nom de "Jacques Sylvestre", né à Oran en Algérie.
"Jacques était un beau garçon tout maigre", se souvient Yvette, la fille des charcutiers de la rue d'Orléans. Il est scolarisé chez les frères au Sacré-Coeur où il apprend le catéchisme par sécurité.
Jacques évoque ses souvenirs : "La boulangère m'adorait et mettait une deuxième tranche sur la pesée".

L'été Jacques va à la plage à Binic, travaille à la belle saison dans une ferme près d'Uzel, à Saint-Hervé, où il écoute Radio-Londres et espère revoir très vite sa maman.
"J'étais heureux d'avoir un toit, un foyer. Je pensais que ma mère était partie travailler pour le IIIe Reich, et qu'on se retrouverait à la fin de la guerre".
Marie* et Élise* l'élèvent comme leur fils.

Marie Josse*, quant à elle, a toujours la langue bien pendue. Elle ne cache guère ses opinions. "On était tous craintifs. On écoutait Radio Londres les volets fermés. Quand Marie voyait les Allemands entrer dans le restaurant, elle disait : Oh merde, v'là encore les Boches !", se souvient Jacques.

Un informateur prévient Marie* et Élise* que les Allemands et la milice s'apprêtent à arrêter les anciens internés et les sympathisants de de Gaulle.
Ils quittent précipitamment Saint-Brieuc et se réfugient chez des cousins cultivateurs.

Et puis Saint-Brieuc est libéré. Marie* et Élise* et Jacques rentrent.
En mai 1945 la guerre est terminé en Europe mais la mère de Jacques ne rentrera pas. Madeleine, 39 ans, avait été déportée vers Drancy le 7 septembre 1942 et assassinée à Auschwitz.

Marie* et Élise Josse* vendent leur café-restaurant rue d'Orléans et vont s'installer rue Cordière puis rue du docteur Rochard avant de déménager à Paris.

Après la Libération Jacques rentre au lycée Anatole Le Braz, puis quitte Saint-Brieuc en 1949 pour effectuer son service militaire.

En 1951, son oncle et sa tante l'invite à venir les rejoindre au Canada, où il restera vivre.

Si Marie Josse* n'avait pas insulté Darlan...

Puis, bien longtemps après, Jacques, a entrepris des démarches pour que la Médailles des Justes parmi les Nations, la plus haute distinction d'Israël, soit remise à titre posthume aux sœurs Josse* qui sont inhumées au cimetière Saint-Michel.
Si elles étaient encore là, Marie* et Élise* auraient sans doute dit que c'était leur faire trop d'honneur.

La médaille des Justes parmi les Nations leur a été décernée à titre posthume, le 5 juillet en mairie de Saint-Brieuc et remise à leurs cousins, Hélène Le Balch, Yves et Guy Josse.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
Marie Josse
(Jumelle d'Élise)
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Élise Josse
Jacques Schuldkraut

Chronologie [Ajouter]

05/07/2009 - Le 5 juillet 2009, à la mairie de Saint-Brieuc (22000), remise de la médaille des Justes des Nations aux ayants droit de Marie et Élisa Josse, honorées à titre posthume.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Mémoire, résistance et déportation 22 (Association lycéenne pour la mémoire de la résistance et de la déportation. )
2 Miliciens contre maquisards (Essai publié aux éditions Ouest-France en 2010 et réédité en collection de poche. Résumé disponible sur le site de Françoise Morvan http://francoisemorvan.com/histoire/miliciens-contre-maquisards-ou-la-resistance-trahie/ )
3 Un canton breton en 1939-1945 (Vous trouverez des extraits audio de témoignages d'anciens qui ont vécu la guerre 39-45 en Centre-Bretagne. L'un des témoignages évoque l'aide apportée par le secrétaire de mairie de Plouguenast à deux familles juives.
Plus de 200 témoignages ont été collectés à l'échelle d'un canton rural pour l'écriture du livre "Un canton breton en 1939-1945. Plouguenast". Une véritable immersion dans la vie de l'époque. 2013)

Notes

- 1 - Témoignage de Michel Martin, né en 1930, qui habitait rue d’Orléans (auj. rue Jean Métairie).

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019