Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
827 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1204 lieux d'internement
717 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4193 Justes de France
918 résistants juifs
12336 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1275 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Lot

Région :
Occitanie
Département :
Lot

Préfets :
Maurice Bezagu
(05/02/1940 - 14/11/1941)
Robert Dumas
(17/08/1944 - 04/01/1946)
Jean Cabouat
(22/05/1937 - 05/02/1940) Préfet du Lot
Antoine Petit
(14/11/1941 - 19/02/1944) Antoine Loïc Petit, Préfet du Lot
Frédéric Empayatz
(19/02/1944 - 17/08/1944) Préfet du Lot

À lire, à voir…

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Régine Laparade Régine Laparade
Le Bois de mon père

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Geneviève Dreyfus-Armand Geneviève Dreyfus-Armand
Geneviève Dreyfus-Armand
Septfonds, 1939-1944. Dans l'archipel des camps français

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Pélagie Bargues


Dossier Yad Vashem : 8387
Remise de la médaille de Juste : 21/11/1999
Sauvetage : Marminiac Bénauge 46250 - Lot
Profession: Cultivatrice
Nom de naissance: Bouygues
Nom d'épouse: Bargues
Date de naissance: 1900
Date de décès: 09/02/1970
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Pelagie-Bargues
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Modeste famille de cultivateurs, Pélagie* et Antonin Bargues* et leurs huit enfants vivaient dans le hameau de Bénauge, à Marminiac (Lot).

En avril 1944, avec autant de spontanéité que de tendresse, ils ont accueilli une fillette, Élisabeth Sirota, 6 ans. Pour les voisins des Bargues, cette enfant juive était censée être une petite Parisienne ayant besoin de l’air de la campagne.

Le père d’Elisabeth, Joseph Sirota, d’origine russe, avait été déchu de la nationalité française en vertu d’un décret vichyssois.
En automne 1941, il préféra quitter Paris, y jugeant la vie trop dangereuse pour les Juifs. Après une aventureuse traversée illégale de la ligne de démarcation, lui-même, sa femme Pauline et leur fillette Élisabeth, âgée alors de 3 ans, trouvèrent refuge à Salviac (Lot). Son oncle et sa tante, le couple Gornick, les y avaient précédés.
Joseph Sirota obtint un emploi chez Alsthom, sur un chantier d’électrification de la ligne SNCF.
En mars 1944 cependant, les Gornick furent arrêtés et déportés. Les Sirota se sentaient traqués. Avec l’aide du curé de Salviac, ils furent accueillis et cachés par Raymonde* et Pierre Leglaive*, tandis que Élisabeth était confiée à Pélagie* et Antonin Bargues*.

En juin 1944, la division SS Das Reich, en route vers le front de Normandie, commit à Salviac de sanglantes exactions. Élisabeth, en sécurité au sein de la famille Bargues, y demeura jusqu'à la Libération. Ses parents et elle-même sont restés en relations très suivies avec cette famille, particulièrement Élisabeth qui a gardé une grande tendresse pour Pélagie Bargues*.

Le 21 novembre 1999, Yad Vashem a décerné à Pélagie* et Antonin Bargues* le titre de Juste des Nations.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Histoire

The Righteous Among the Nations

Antonin and Pélagie Bargues raised their eight children on their small holding in the hamlet of Benauges in Marminiac (Lot). In April 1944, they spontaneously opened their home and their heart to Elisabeth Sirota, a little girl of six. Their neighbors were told that the Jewish child was from Paris and had come to Benauges to enjoy the country’s fresh air. Joseph Sirota, the girl’s father, was a Russian Jew who had settled in France. However, Vichy laws stripped him of the French citizenship he had acquired. Therefore, in the autumn of 1941, he decided to leave Paris, which had become too dangerous for Jews. After a perilous illegal crossing of the demarcation line with his wife Pauline and Elisabeth, who was only three at the time, he found shelter in Salviac (Lot) where the Gornicks, his uncle and his aunt, had arrived before them. Joseph found a job with Alsthom and started working on a railway electrification project for the French railway company. The Gornicks were arrested and deported in March 1944. The Sirotas felt threatened as well. With the help of the parish priest of Salviac, they were taken in by the Leglaive (q.v) family who hid them while Elisabeth was entrusted to the Bargues. Both families were incurring the gravest dangers. Not only was helping the Jews forbidden, but also in June 1944, the SS Das Reich Division, on its way to Normandy, committed bloody atrocities in Salviac. The Bargues kept Elisabeth safe and she remained with them until the liberation.

She and her parents kept in touch with the Bargues, and Elisabeth remained extremely fond of Pelagie Bargues.

On November 21, 1999, Yad Vashem recognized Antonin and Pelagie Bargues as Righteous Among the Nations. 

Yad Vashem

07/01/2020

asso 138


In October 1941, Berthe Fournier, a young widow who lived in Salviac (Lot), rented two rooms in her house to Jewish refugees from Paris, Joseph and Pauline Sirota and their little daughter Elisabeth, then three years old. Also in Salviac, but in a hamlet called Pech Curet, a young couple from Paris had come to settle a year earlier. Pierre Leglaive, a plumber, and Raymonde, his wife, had decided to follow the exhortations of Marshal Pétain and “return to the land.” They had undertaken to bring an abandoned farm back to life. The two Parisian families soon found each other and became friends. In August 1942, while on a trip to Paris, Berthe Fournier, went to see the mother of her tenant Pauline Sirota. She was shaken by what she found: a badly undernourished family living in fear and insecurity. She decided to bring Pauline’s fourteen-year-old half-sister, Gisèle Cahen, 14, back to Salviac. Courageously, though she was literally trembling with fright, she crossed the checkpoint at the demarcation line with the Jewish teenager who had no permit. In March 1944, nearly all the Jews still living in Salviac were arrested during a raid carried out by German police. Joseph Sirota, who was working for Alsthom, the firm that was electrifying the railway line, was spared for the moment, as was his family. However, their relatives were arrested and deported. The following night, Pierre Leglaive went to Berthe Fournier’s house and, secretly, brought the four Jewish refugees back to Pech Curet, where Raymonde, his wife, had just delivered her third child (the couple ultimately had fourteen children). 



The newcomers all gave a hand in the house and helped with the babies. Elisabeth, who was too young, was entrusted to a foster family in the village. Her parents only visited her at night. The situation went from bad to worse, especially after the Normandy landing of June 6, 1944. Retreating SS troops weretorching farms and villages whenever they found Jews or Resistance fighters. None of the Sirotas dared set foot outside the farm during the day, until the liberation. Referring to her dramatic crossing of the demarcation line with Berthe Fournier, who became Mme Naulin after remarrying, Gisèle later wrote “Since that day I call her “maman Betty” since I owe her my life as I owe it to my mother.” As for Pauline, after she was widowed, she retired to Salviac to live near the people who saved her and had become her second family.



On May 3, 1999, Yad Vashem recognized Berthe Fournier-Naulin and Pierre and Raymonde Leglaive as Righteous Among the Nations. 


07/01/2020

asso 1709
Réseau de sauvetage
Antonin Bargues

 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Pélagie Bargues
Élisabeth Sirota

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
3 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
4 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
5 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
6

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019