La bibliothèque de l'AJPN est en partie en vente, retrouvez le catalogue sur Amazon en cliquant ICI...
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
326 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
742 résistants juifs
8768 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Lucie Lamotte Halloie


Dossier Yad Vashem : 6220
Remise de la médaille de Juste : 02/08/1994
Sauvetage : Le Cateau-Cambrésis 59360 - Nord
Profession: Employée d'usine
Religion : Protestante
Nom de naissance: Lamotte
Nom d'épouse: Halloie

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Lucie-Lamotte-Halloie
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

François* et Thérèse Lamotte* ont une cinquantaine d'années. Ils ont adopté trois filles : Lucie* (Halloie), qui avait alors vingt-six ans, Alice* (Terrier), vingt-quatre ans, et Maria* (Zielona), dix-neuf ans. La famille n’est pas très riche. Thérèse* reste au foyer pour s'occuper de sa famille et de son vieux père, qui habite chez eux. François* tient un emploi de manœuvre à la mairie; les trois filles travaillent en usine.

Guy Treister est né en 1933 à Croix, non loin de Lille (Nord), où ses parents, des juifs polonais, s'étaient établis dans les années vingt. Anna Treister, sa mère de Guy est employée par la directrice de l'école maternelle publique comme aide-ménagère.

Lorsque la guerre éclata, Julien Treister, son père de Guy, s'engage dans la Légion étrangère après avoir appris l'assassinat de son père resté à Vienne (Autriche) et qui sera déporté.
Anna, sa femme, se retrouva seule enceinte, avec Guy et son frère Richard, né en 1937.
Anna met au monde Josette en janvier 1940.

Le 26 mai 1940, les Allemands bombardent Lille et ses environs. La maison des Treister est touchée et les deux garçons blessés : le bras gauche de Guy dut être amputé.

Le 11 septembre 1942, veille de Roch Hachana, des gendarmes se présentent au domicile des Treister, dont le nom figure sur la liste des juifs étrangers à rafler. Ils ne trouvent personne.
Anna prévenue par la directrice de l'école où travaille Anna, et avec l'aide de voisins et de personnes qu'elle connait, pour la plupart étaient membres de la paroisse protestante, cherche des cachettes pour toute sa famille. En attendant, Germaine Vanhove, une collègue, les héberge chez elle.

La petite Josette est envoyée chez Victor* et Marie Aymard* à Lille.
s'adapte admirablement au changement et d des Aymard. Ils la présentent comme leur nièce à leurs voisins. Le Père Léon Demedt, curé de la paroisse, leur propose même de leur procurer un faux certificat de baptême au besoin.

Les deux garçons,
Guy et Richard, sont d'abord placés à l'orphelinat.

Anna trouve quant à elle un refuge chez Jean* et Marguerite Crombez* à Inchy-en-Cambraisis et reçoit une fausse-vraie carte d'identité d'un résistant du nom de Ducrocq, habitant la commune.

Grâce au pasteur Nick*et à son fils, Pierre-Elie Nick*, Guy Treister, 9 ans, est placé dans à Cateau-Cambrésis, situé à 80 km de Lille, dans une famille protestante, les Lamotte*. Il y restera d'octobre 1942 à avril 1943 sous le nom d'emprunt de sa mère, "Guy Ducrocq".

Richard, 5 ans, après 3 mois passé chez les Lamotte*, est placé chez Robert* et Mireille Dumoulin*, des protestants qui habitent à Lille. Il y restera de l'automne 1942 à l'été 1943.

Anna Treister n’a pas les moyens de payer les Lamotte* pour l'entretien du petit Guy, mais la famille ne lui demande jamais rien. Du fait de son handicap, l'enfant à pourtant besoin d'être aidé pour les activités les plus simples. Il fréquente l'école du quartier et la troupe locale de scouts.
Les Lamotte, qui l'ont accueilli de grand cœur, disent aux voisins que c'est le cousin de l'une de leurs filles adoptives. Ces dernières font de leur mieux pour lui faciliter l'existence pendant les dix-huit mois qu'il va passer au Cateau-Cambrésis, d'octobre 1942 à avril 1943. Elles l'aident à se laver et à s'habiller et elles l’emmènent au cinéma et en promenade.
Le samedi, Guy va parfois voir sa mère, Anna, qui se cache dans le village voisin d'Inchy. Le dimanche, "Guy Ducorcq" assiste même à l'office protestant avec la famille Lamotte*.

Anna trouvera ensuite d'autres caches pour ses fils, plus proche de chez les Aymard*.

Quelques mois avant la Libération, Julien Treister est libéré de son camp de prisonniers et rentre à Lille. Victor* et Marie Aymard* accueillent Julien Treister et Anna chez eux et les hébergeront jusqu'à la Libération.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='1416819551' order by champ5