Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
817 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1204 lieux d'internement
716 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4186 Justes de France
918 résistants juifs
12192 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1273 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Seine-et-Marne

Région :
Île-de-France
Département :
Seine-et-Marne

Préfets :
Hyacinthe Charles Tomasini
(12/12/1935 - 06/06/1939) (30/08/1892-13/12/1961), préfet de Seine-et-Marne
(1938 - 25/09/1940) Sous-préfet de Provins, résistant
Pierre Jean Paul Voizard
(06/06/1939 - 14/11/1941) (22/08/1896-12/1982), préfet de Seine-et-Marne
(14/11/1941 - 26/04/1943) Marie Joseph Jean Chaigneau (24/06/1895-18/03/1955), préfet de Seine-et-Marne. Arrêté en mai 1944 par les Allemands, il est déporté au camp d'Eisenberg
Paul Marie Joseph Demange
(26/04/1943 - 29/08/1944) (04/06/1906-18/04/1970), préfet de Seine-et-Marne
Jean Pierre Frédéric Gabriel Latour
(29/08/1944 - 15/03/1945) (07/10/1883-20/07/1970), préfet de Seine-et-Marne
Émile Amédée Pelletier
(15/03/1945 - 11/06/1947) (11/02/1898-15/12/1975), préfet de Seine-et-Marne
André Louis Dubois
(11/06/1947 - 26/07/1950) (né le 08/03/1903), préfet de Seine-et-Marne

À lire, à voir…

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Frédéric  Viey Frédéric Viey
Le livre mémorial des juifs de Seine et Marne durant la seconde Guerre Mondiale 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Jean Terruwe


Père Terruwe
Dossier Yad Vashem : 4385
Remise de la médaille de Juste : 04/10/1989
Sauvetage : Dammartin-en-Goële 77230 - Seine-et-Marne
Profession: Prêtre à la paroisse de Dammartin-en-Goële
Qualité: Résistant d'un réseau catholique
Religion : Catholique

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Jean-Terruwe
Parmi les élèves scolarisés à Dammartin-en-Goële, des enfants juifs dotés d’une fausse identité afin d’échapper aux persécutions
source photo : YV - FMS
crédit photo : D.R.
Jean-Terruwe
L'abbé Terruwe au retour de déportation
source photo : YV - FMS
crédit photo : D.R.
Notice

L’abbé Jean Terruwe* est originaire des Pays-Bas. Il est ordonné prêtre en France et officie à la paroisse de Dammartin-en-Goële alors que son pays est occupé par les Allemands.

En 1941, il prend contact avec la résistance locale, particulièrement avec M. Surquain, le vétérinaire, qui constitue à Dammartin et dans ses environs une solide organisation.
Durant l’été 1942, quand les Juifs contraints au port de l’étoile jaune sont arrêtés, l’abbé Terruwe s’efforce de soustraire les enfants à la déportation.
Avec Soeur Francia*, la mère supérieure de la Congrégation Notre-Dame de Sion et le père Devaux*, qui dirige la Maison des Pères de Notre-Dame de Sion, une institution réservée aux garçons, de l’autre côté de la rue Notre-Dame des Champs, à Paris, il monte un véritable réseau de sauvetage et sauvera plus de dix enfants Juifs envoyés par le couvent, rue Geoffroy-Saint-Hilaire à Paris, dans le 5e arrondissement, pour être ensuite répartis dans des familles d'accueil à Dammartin et dans les environs.

Ses contacts à Paris lui envoie des messages codés, annonçant qu’ils tiennent à sa disposition des « chiots » (des garçons) ou des «chatons» (des filles). L’abbé va alors chercher les enfants pour les cacher, parfois avec l’aide du secrétaire de mairie de Dammartin, M. Trout, ou d’autres résistants. Il en installe beaucoup au préventorium de la Motte Verte, à Dammartin, ou Melle Raub et ses collègues font des prodiges pour nourrir tout ce petit monde.
Les enfants sont scolarisés – souvent sous de faux noms –, à l’école primaire de la Chaumière et à l’école communale de Dammartin.

Le père d'Éva Klimberg, Juif Polonais, est arrêté et déporté en juin 1942.
Sa mère, Fajga Klimberg, sans ressources, place la petite fille au couvent Saint-Vincent-de-Paul à Ballainvilliers (Essonne).
L'endroit n'étant pas sûr, Éva est transférée rue Geoffroy-Saint-Hilaire à Paris. Elle y reste quelques heures et peut voir sa mère avant qu'un prêtre vienne la chercher pour l'emmener à Dammartin-en-Goële.
Là elle se retrouve avec un groupe d'enfants Juifs en attente de placement, mais faute de famille d'accueil, elle passe plusieurs jours au presbytère avec l'abbé Jean Terruwe*. Elle sera ensuite envoyé à Ver-sur-Launette, à quelques kilomètres de Dammartin.

L'abbé Jean Terruwe* trouva également un emploi de domestique à Fajga Klimberg à Dammartin. Elle pouvait ainsi voir sa fille.

L’abbé Jean Terruwe* contribue en outre à cacher des réfractaires au STO* et des aviateurs alliés abattus qui sont confiés à des filières de rapatriement.

Dénoncé, le prêtre est arrêté et déporté en mai 1944 à Dachau en Allemagne. Il survit à la déportation. Il revint, malade, mais reprit ses activités après son rétablissement.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Le vicaire de Dammartin

Originaire des Pays-Bas, l’abbé Terruwe arrive à Dammartin-en-Goële en 1941 afin de ne pas avoir à travailler pour l’occupant dans son pays. Très vite, le nouveau venu prend contact avec la Résistance locale, particulièrement avec M. Surquain, le vétérinaire, qui constitue à Dammartin et dans ses environs une solide organisation du Front National.
Durant l’été 1942, quand les Juifs contraints au port de l’étoile jaune sont arrêtés, l’abbé Terruwe s’efforce de soustraire les enfants à la déportation. Avec la mère supérieure de la Congrégation Notre-Dame de Sion et le père Devaux, qui dirige une institution réservée aux garçons, de l’autre côté de la rue Notre-Dame-des-Champs, à Paris, il monte un véritable réseau de sauvetage.
En langage convenu, ses "correspondants" parisiens lui annoncent qu’ils tiennent à sa disposition tant de petits "chiots" (des garçons) ou tant de "chatons" (des filles). L’abbé va alors chercher les enfants pour les cacher, parfois avec l’aide du secrétaire de mairie de Dammartin, M. Trout, ou d’autres résistants. Il en installe beaucoup au préventorium de la Motte Verte, à Dammartin, ou Melle Raub et ses collègues font des prodiges pour nourrir tout ce petit monde.
Mais les protégés de l’abbé sont si nombreux qu’il faut en cacher non seulement chez les habitants de Dammartin, mais également dans les communes environnantes. Il faut aussi les scolariser – souvent sous de faux noms –, tant à l’école primaire de la Chaumière qu’à l’école communale de Dammartin.
L’abbé Terruwe contribue en outre à cacher des réfractaires au STO et des aviateurs alliés abattus qui sont confiés à des filières de rapatriement.
Arrêté par la Gestapo, il est déporté en mai 1944 au camp de concentration de Neuengamme. Il survit à sa déportation.

07/03/2010
Lien : CNDP

[Compléter l'article]
Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='1591139598' order by champ5