Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
93 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
37275 communes
95 départements et l'étranger
1212 lieux d'internement
727 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4222 Justes de France
916 résistants juifs
13890 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Yvelines

Région :
Île-de-France
Département :
Yvelines

Préfets :
Joseph Leonard
(25/08/1944 - 27/05/1947) Préfet des Yvelines

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Henri Rioufol


Dossier Yad Vashem : 5538C
Remise de la médaille de Juste : 14/12/1992
Sauvetage : Saint-Cyr-l'École 78210 - Yvelines
Profession: Administrateur aux écoles militaires de Saint-Cyr et de Saint-Maixent

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Notice

Raymond Ducasse* était marié avec Émilie Letouzey, née à Fresnes. Ils ont eu six enfants, dont l'aîné : Robert*.

En 1919, Raymond Ducasse est nommé à la paroisse de Dieuze où naitront cinq de leurs enfants.

Expulsé de sa paroisse de Dieuze en août 1940, il se réfugie avec toute sa famille à Aix-en-Provence et s'engage dans le sauvetage des Juifs. Il fait partie d'un réseau de sauvetage d'aide aux réfugiés du Luxembourg et d'Alsace-Lorraine avec son fils aîné, Robert Ducasse*.
Il fournit de faux papiers aux réfugiés et aide des internés du camp des Milles à sortir grâce à de faux certificats de baptême.

Jonas Meyer dit Julien, membre du consistoire de Luxembourg devenu président, s’était enfui en France le 20 janvier 1941 avec sa famille et celle de son oncle de Grevenmacher le 29 janvier 1941. La famille s’installa à Aix, où se trouvait déjà une poignée de Juifs du Luxembourg.

Alice Meyer, la fille aînée de Jonas Meyer, modiste, chercha à trouver du travail. En réponse à une petite annonce, elle se présenta chez Julie Arbomont*, propriétaire d’une boutique de chapeaux dans la ville, prétendant être une Française de Lorraine.
Embauchée, elle avoua à sa patronne qu’elle était juive et étrangère. Julie Arbomont* considéra sa nouvelle employée comme une employée normale lui attribuant le même salaire qu’aux autres.

Lorsque les Allemands occupèrent le sud de la France en novembre 1942, la famille Meyer voulut quitter Aix en Provence pour chercher refuge ailleurs. Elle fit appel à Albert* et Julie Arbomont*. Ils proposèrent aux Meyer de s’installer dans une maison qu’ils possédaient dans un village à proximité. Les Meyer laissèrent pratiquement tous leurs biens chez Albert* et Julie Arbomont*, et notamment les Rouleaux de la Torah que Jonas Meyer, président de la communauté juive du Luxembourg, avait emportés avec lui. Ces Rouleaux furent cachés dans la cave des Arbomont.

Le pasteur Raymond Ducasse* fournit de faux papiers réalisés par Marie-Ange Alibert Rodriguez*, secrétaire de mairie à Cassis, ainsi que de faux certificats de baptême aux Meyer qui faisaient d’eux des chrétiens de Lorraine.
Grâce à des attestations reçues du capitaine Henri Rioufol*, administrateur aux écoles militaires de Saint-Cyr et de Saint-Maixant, ils purent obtenir des cartes d’identité et des cartes d’alimentation.
Marie-Ange Rodriguez*, secrétaire de mairie à Cassis (Bouches-du-Rhône) « la diablesse noire », « Die Schwarze Teufelin », profitait en effet de ses fonctions pour venir en aide aux réfugiés juifs et fabriquer de fausses cartes d’identité. Elle apposait sur les pièces des signatures illisibles.
Marie-Ange Alibert Rodriguez* remit également des cartes d’identité à Elisabeth Ekstein-Sittko et à ses parents et permit à Elisabeth de passer au Portugal. Ses parents, eux, ne pouvaient s’enfuir et durent rester à Cassis. Marie-Ange Alibert Rodriguez* les cachait chaque fois que la gendarmerie ou les Allemands opéraient une rafle.
La famille de Guy Loudmer put elle aussi continuer à vivre en France sans être inquiétée grâce aux faux papiers fournis par la secrétaire de mairie. Elle poursuivit son action même lorsque les gendarmes, venus perquisitionner chez elle, eurent découvert le cachet officiel du maire.

Henri Rioufol*, quant à lui, avait fait la connaissance de Julien Meyer, fournisseur de bois pour l’armée.
Après la fermeture des écoles militaires, Henri Rioufol*, conscient de la précarité de la situation du réfugié juif, décida de l’aider et lui fixa rendez-vous. Lors de cette rencontre, il lui communiqua l’adresse à Marseille d’une personne qui pouvait l’aider à gagner l’Afrique du Nord. Il lui remit également trois fausses attestations, qu’il avait signées lui même, certifiant que Julien Meyer, son frère et son beau-frère avaient été élèves des écoles militaires. Julien Meyer ne réussit pas à gagner l’Afrique du Nord. Cependant, grâce aux attestations, les trois hommes survécurent à la guerre. En délivrant ces faux, le capitaine Henri Rioufol* risquait son poste et sa vie...

Les Meyer purent ainsi survivre à l’Occupation.

Raymond Ducasse* fournit également de faux papiers à d’autres Juifs, et continua courageusement, malgré les risques qu’il courait, y compris après l’exécution de son fils Robert Ducasse*, arrêté par la Gestapo pour faits de résistance.

Robert Ducasse*, alias Gelucourt, puis Vergaville et enfin Honoré, résistant, né le 16 mars 1913 à Montilly-sur-Noireau est désigné chef de l'Armée Secrète de Libération des Mouvements Unis de la Résistance pour la région Rhône-Alpes au printemps 1943.
Arrêté le 21 juin 1944 par la police française, deux semaines après le débarquement allié en Normandie, il est livré aux Allemands et sera fusillé en même temps que 49 autres résistants au camp de Souge le 31 juillet 1944.

Le 14 décembre 1992, Yad Vashem Institut internationale pour la mémoire de la shoah a décerné au pasteur Raymond Ducasse* ainsi qu’à son fils Robert Ducasse*, Marie-Ange Alibert Rodriguez* ainsi qu'à Albert* et Julie Arbomont* et leur fils Lucien* et à Henri Rioufol* le titre de Juste parmi les Nations.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Henri Rioufol

Jonas Meyer (dit Julien)

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Mémoire 78 (39-45 dans les Yvelines : les lieux du souvenir de la Seconde Guerre mondiale. )
2 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
3 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
4 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
5 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
6 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2021