Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
778 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11876 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Pyrénées-Atlantiques

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Pyrénées-Atlantiques

Préfets :
Paul Grimaud
(1942 - 1944)
Émile Ducommun
(1940 - 1942) Préfet des Pyrénées-Atlantiques
Angelo Chiappe
(16/07/1939 - 24/09/1940) Préfet des Pyrénées-Atlantiques
Maurice Sabatier
(01/05/1942 - 1944) Maurice Roch Antoine Sabatier, Préfet régional de la région de Bordeaux (Basses-Pyrénées, Gironde et Landes) (1897-1989)
François Pierre-Alype
(1941 - 1941) Marie François Jules Pierre dit Pierre-Alype, Préfet régional de la région de Bordeaux (Basses-Pyrénées, Gironde et Landes) (1886-1956)
Gaston Cusin
(30/08/1944 - 18/05/1945) Commissaire régional de la République à la Libération (Basses-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes) (1903-1993)
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)

À lire, à voir…

Denis Peschanski Denis Peschanski
La France des camps : L'Internement, 1938-1946

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
Adieu les enfants (1942-1944)

ACHETER EN LIGNE

Monique-Lise Cohen Monique-Lise Cohen
Eric Malo
Les camps du Sud-Ouest de la France, 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Anne  Grynberg Anne Grynberg
Les camps de la honte : Les internés Juifs des camps français

ACHETER EN LIGNE

Eric Mailharrancin Eric Mailharrancin
Des barbelés français

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Dora Goland Dora Goland
Un présent qui s'accroche à moi : Dieuze-Pau-Auschwitz et retour

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
La Shoah en France

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 
[Ajouter un ouvrage]

Compagnie de Travailleurs Étrangers

258e CTE du Camp de Gurs
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

Texte pour ecartement lateral Commune : 64190 Gurs
Sous-préfecture : Jensaisrien
- Pyrénées Atlantiques

Période d'activité: 02/04/1940
Population internée: Miliciens internationaux du Camp

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

258e-CTE-du-Camp-de-Gurs
Groupe de brigadistes internationaux allemands
source photo : AN, F/7/15125
crédit photo : D.R.
Histoire

Révolte chez les "internationaux" yougoslaves et hongrois du camp de Gurs

Le 2 avril 1940, la formation d’une compagnie de travailleurs étrangers regroupant les membres des brigades internationales de nationalités yougoslave, tchèque et hongroise se heurte à une forte résistance de la part des "internationaux".

Texte intégral du rapport Davergne :
"18e Région – Camp de Gurs – N° 842/2G. Gurs, le 5 avril 1940.

RAPPORT du Chef d’Escadron DAVERGNE, Commandant le Centre d’Accueil de GURS, sur des manifestations organisées par les Internationaux internés.
Suite à compte-rendu téléphonique du 3 avril 1940.

Par ordre du Général à la disposition du Général Chef d’Etat-Major de l’Armée à l’Intérieur, j’ai été chargé de préparer deux compagnies de travailleurs avec les miliciens internationaux du Camp (257e et 258e Cie).

La 257e Compagnie a été constituée très rapidement avec des éléments, heureux de prouver leur reconnaissance à l’égard de la France.

La formation de la 258e Compagnie a été extrêmement difficile. Le 1er Avril 1940, j’ai vu les Chefs des diverses nationalités internées au Camp. Je les ai mis au courant des intentions du Commandement Français et les ai invités à ne mettre aucune entrave à la constitution de cette unité. Seul, le chef des Yougoslaves, un nommé KOVACS a répondu que volontairement ou de force, ils ne travailleraient pas. Le 1er Avril au soir, 108 hommes (allemands et autrichiens) étaient enrôlés. L’effectif de 200 devait être atteint dans la journée du 2.

Le 2 avril vers 8 h.30, le Capitaine GIRY chargé de cette mission rendait compte au Capitaine VALLET, Commandant provisoirement le Camp qu’une manifestation se déclenchait dans les îlots E et C occupés par les Internationaux. Cet officier a alerté immédiatement tous les disponibles de la G.R.M. du 182e R.I.R. et a pris la direction du service d’ordre.
J’étais parti la veille après-midi à TARBES, en permission de 48 heures accordée par le Colonel Chef d’Etat-Major de la 18e Région, afin de faire opérer mon enfant.

À cette heure, les Internationaux au nombre de 1500 étaient hors de leurs baraques et tenaient des réunions tumultueuses ; des hurlements et des coups de sifflet partaient de partout. Certains groupes chantaient dans leur langue nationale des chants révolutionnaires.

L’arrivée des premiers éléments de G.R.M. et d’Infanterie a été saluée par des cris de "Liberté-Égalité-Fraternité-Démocratie", "Les soldats avec nous – Vive la France – Vive la Démocratie Française", "Pas pour 0,50". [Les membres des compagnies de travailleurs étrangers sont des prestataires militaires et reçoivent, à ce titre, une solde de 50 centimes par jour, au même titre que les appelés du contingent]. Puis plus de 400 miliciens ont chanté en Français, tête nue et au garde-à-vous "La Marseillaise".

Entre 9 h.15 et 9 h.30, le Capitaine VALLET a donné l’ordre aux Chefs d’îlots de faire rentrer tous ces hommes dans les baraques. Cet ordre fut assez rapidement exécuté par tous. Chaque baraque a été fermée et une sentinelle placée à chaque porte. L’appel des réfugiés désignés d’office pour faire partie de cette compagnie s’est avéré immédiatement impossible ; les hommes ne répondaient pas à l’appel de leur nom. Le Capitaine VALLET a alors décidé d’en prendre 10 par baraque.

Pour cette opération, il a procédé de la façon suivante : Chaque Chef de baraque a été invité à prévenir les occupants que l’on allait faire des désignations d’office. Il les a prévenus qu’en cas de résistance la force serait employée. 25 miliciens ont accepté immédiatement leur enrôlement et on leur accorda le temps nécessaire pour prendre leurs bagages. Une centaine ont été pris de force et conduits jusqu’à l’allée centrale où ils ont cessé toute résistance. Quelques-uns ont été traînés sur plus de 100 mètres. Pendant ces opérations les cris les plus divers n’ont cessé de retentir. Ceux d’« assassins » ont été employés le plus souvent. Des tentatives de sortie des baraques, grâce à la vigilance des sentinelles, ont échoué. Au cours de l’une d’elles, plusieurs Yougoslaves ont foncé sur le Lieutenant RAT qui se trouvait à l’entrée de la baraque 16. Cet officier menacé par ces énergumènes a frappé l’un d’eux d’un coup de cravache. Ce geste a eu pour résultat immédiat la fin de toute hostilité de la part des internés. Le Yougoslave ayant reçu le coup, Ivan TURPIN [orthographié TIRPEN à la fin de ce même rapport], a été mis en état d’arrestation pour son attitude menaçante. Un Garde a été mordu par un individu dont l’identification n’a pu être établie. Des recherches sont faites pour identifier tous les meneurs ; dès qu’elles seront terminées la liste sera transmise avec une demande d’envoi sur le Camp du Vernet. La résistance a été particulièrement vive dans les groupes yougoslaves et hongrois. Une vingtaine ont été menés à l’îlot de répression pour 30 jours.

Adroitement orchestrée et minutieusement préparée cette manifestation essentiellement communiste aurait pu avoir des conséquences les plus graves si des mesures énergiques n’avaient pas été prises. La lutte menée contre les compagnies de travailleurs lors de la formation d’une de ces unités a nécessité l’internement à la prison de PAU de quatre Allemands poursuivis pour menées antifrançaises. Pendant toute la durée de ces incidents qui se sont déroulés entre les fils de fer barbelés des îlots, le Capitaine VALLET est resté maître de la situation. À 13 h.30, le calme régnait dans le Camp.
Les Espagnols internés se désolidarisant complètement des Internationaux ont jugé très sévèrement leur attitude.

Je demande la comparution devant les tribunaux militaires des Yougoslaves CVETKO WEDESLAV pour refus d’obéissance et rebellion ; LATINOVICS Lazare pour refus d’obéissance, rebellion et voies de fait ; Ivan TIRPEN pour menaces à Officier.
Signé Davergne.

DESTINATAIRES : Monsieur le Général MENARD, Adjoint au Général Chef d’Etat-Major de l’Armée à l’Intérieur à PARIS. Monsieur le Général Commandant la 18° Région à BORDEAUX. Monsieur le PREFET des Basses-Pyrénées à PAU. Archives."

Dans sa monographie sur le Camp de Gurs, l’historien Claude Laharie explique que d’octobre 1939 à janvier 1940, les travailleurs incorporés dans les CTE (Compagnies de travailleurs étrangers prestataires) sont exclusivement d’origine espagnole. Le gouvernement français se méfie en effet des "internationaux", jugés dangereux car presque tous communistes. Toutefois, le besoin en main-d’œuvre se faisant pressant, "il faut bien se résoudre à incorporer ceux dont on ne voulait pas quelques mois auparavant. Or, à ce moment là, l’administration du camp se heurte à un refus massif : les ‘Internationaux‘ rejettent de façon quasi unanime les propositions d’incorporation".

Le Polonais Dworkin justifie ce refus ainsi : "Les services du camp nous poussaient à entrer dans les compagnies de travail. On nous disait qu’on irait dans les camps militaires, qu’on travaillerait pour l’armée, que l’alimentation serait la même que celle des soldats, ainsi de suite. Cela nous plaisait beaucoup plus que de rester dans ce camp où tout allait de mal en pis. Cependant nous avons appris par d’autres camarades déjà affectés, des Espagnols surtout, qu’on les avait envoyés travailler sur la ligne Maginot à renforcer les fortifications sous le feu de l’artillerie allemande et que certains, sans armes devant les balles nazies, avaient été tués. (…) Nous ne voulions pas nous offrir inutilement, sans défense, aux armes allemandes. C’est pourquoi nous avons décidé de pratiquer la résistance passive en refusant de signer tout formulaire".

Claude Laharie situe la fin de la résistance des "internationaux" au début du mois de mars 1940 : "Ce sont eux qui, en mars et en avril 1940, constituent l’essentiel des effectifs des prestataires, écrit-il. Tous n’acceptent pas ce mode de départ mais son succès dans les rangs des plus intransigeants des Gursiens montre que la solidarité du groupe éclate alors".

Toutefois, le rapport du commandant du camp de Gurs, reproduit ci-dessus, témoigne du fait que la résistance est toujours très vive au début du mois d’avril 1940… D’ailleurs, plusieurs centaines de ces brigadistes réfractaires seront transférés par mesure disciplinaire vers le camp pour "indésirables étrangers" du Vernet d’Arriège, dans le courant du mois de mai.

Selon l’historien, 9 375 Gursiens auraient été incorporés dans les CTE, de septembre 1939 à avril 1940 inclus.

Pour en savoir plus :
Le Camp de Gurs – 1939-1945 Un aspect méconnu de l’histoire de Vichy, Claude Laharie,
J&D Éditions, Biarritz, 1985.
Républicains espagnols en Midi-Pyrénées : exil, histoire et mémoire, ouvrage collectif
dirigé par José Jornet, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2005.

Texte reproduit avec l'aimable autorisation de Jacky Tronel, diplômé de l’EHESS, attaché de recherche à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, coordinateur de rédaction de la revue d’Histoire Arkheia et membre du comité scientifique de la revue Histoire pénitentiaire.

18/04/2011
Auteur : Jacky Tronel Lien : Des hommes, des prisons, des camps

[Compléter l'article]

Familles internées - 258e CTE du Camp de Gurs [Ajouter une famille]

Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes internées dans ce camp, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'internement et la date de l'internement, si possible.

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
2 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
3 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
4 Victime en représailles à Mussidan
5 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
6 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
7 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Chronologie [Ajouter]

12/04/1939 - Décret du 12 avril 1939 sur la création des CTE (Compagnies de Travailleurs Étrangers).
27/06/1940 - Les troupes allemandes arrivent sur la côte basque le 27 juin 1940.
27/09/1940 - Loi du 27 septembre 1940 sur la création des GTE (Groupements des Travailleurs Étrangers).
22/02/1941 - Décret du 22 février 1941 sur les sanctions à appliquer dans les GTE (Groupements des Travailleurs Étrangers).
05/08/1942 - La circulaire n° 2765 du secrétaire général à la Police envoyée au préfet régional de Limoges vise les étrangers suivants en vue de leur transfert en zone occupée : "Les israélites allemands, autrichiens, tchécoslovaques, polonais, estoniens, lituaniens, lettons, dantzicois, sarrois, soviétiques et les réfugiés russes entrés en France postérieurement au 1er janvier 1936 incorporés dans des groupes de T.E., hébergés au centre du Service social des étrangers, dans les centres des comités privés ou dans ceux de l'UGIF, placés dans les centres de regroupement israélites en application des circulaires du 3 novembre 1941 et du 2 janvier 1942 ainsi que ceux en résidence libre, seront transportés en zone occupée avant le 15 septembre". La circulaire exclut quelques catégories de Juifs, dont les vieillards de plus de 60 ans, les enfants de moins de 18 ans non accompagnés, les femmes enceintes...
26/08/1942 - Rafle de Juifs réfugiés en Limousin. 446 Juifs dont 68 enfants de la région sont regroupés au camp de Nexon sont acheminés vers Drancy le 29 août 1942 et déportés vers Auschwitz par les convois n° 26 et 27.
08/10/1942 - Rafle des Juifs en Charente dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942.
31/01/1944 - Grande rafle ordonnée par le Préfet de région Poitou-CharentesLencloître France
02/11/1945 - Ordonnance du 2 novembre 1945 sur la dissolution des GTE (Groupements de Travailleurs Étrangers).


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019