Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
96 annonces de recherche

39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de communes
95 départements et l'étranger
1226 lieux d'internement
739 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4281 Justes de France
916 résistants juifs
14782 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1299 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Doubs

Région :
Bourgogne-Franche-Comté
Département :
Doubs

Préfets :
Charles Donati
(1941 - 1943) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (né en 1891)
Alfred Hontebeyrie
(1941 - 1941) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1895-1969)
(07/1943 - 30/12/1943) Jean François Quenette, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant (1903-1971).
Georges Bernard
(1944 - 1944) Georges Albert Maurice Bernard, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1890 - 1953)
Jean Bouhey
(Mars 1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1898-1963)
Jean Mairey
(1945 - 1946) Jean Marie Albert Mairey, Commissaire régional de la République par intérim de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1907-1982)

À lire, à voir…

Jean-Pierre Marandin Jean-Pierre Marandin
Résistances 1940-1944 : Tome 1, A la frontière franco-suisse, des hommes et des femmes en résistance

ACHETER EN LIGNE

Jean-Pierre Marandin Jean-Pierre Marandin
Résistances 1940-1944 : Tome 2, Le pays de Montbéliard 1944 : lutte armée et répression

ACHETER EN LIGNE

Robert Dutriez Robert Dutriez
La Seconde Guerre mondiale en Franche-Comté

ACHETER EN LIGNE

André Moissé André Moissé
La Libération en Franche-Comté Agents secrets & services spéciaux dans la résistance Tome 2 Jura & Doubs

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Les Maquis de Franche-Comté

ACHETER EN LIGNE

Jean-Pierre Marandin Jean-Pierre Marandin
Résistances 1940-1944 : Volume 1, A la frontière franco-suisse, des hommes et des femmes en résistance

ACHETER EN LIGNE

André Moissé André Moissé
La Libération en Franche-Comté : Agents secrets et services spéciaux dans la résistance

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Samuel Gerszenfisz

Texte pour ecartement lateral

Besançon 25000 Doubs
Nom de naissance: Chmouel Gerschenfisch
Date de naissance: 1936 (Belfort (90))
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Histoire

Olga Baumgarten Saint-Blancat* était capitaine dans l’Armée du salut. 
Lorsque la guerre éclata, elle habitait à Belfort avec une collègue de l’Armée du salut, capitaine elle aussi. 
 
En juillet 1942, le directeur du poste de la Croix-Rouge à la frontière suisse vint lui parler de Marianne, 3 ans et Gisèle Mohrer, 8 mois. 
Leurs parents, Bella et David Mohrer avaient engagé un passeur pour faire passer la famille en Suisse. Après avoir empoché l’argent, l’homme avait dénoncé les fugitifs aux Allemands. 
Bella et David Mohrer et la grand-mère, Julie Mohrer, avaient été arrêtés parce que juifs ; les fillettes, Marianne et Gisèle, remises à la Croix-Rouge. Les Allemands avaient arrêté les parents, mais laissé les enfants. Les parents et la grand-mère seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz le 28/08/1942 par le convoi n° 25.
 
Ne disposant pas de structure nécessaire pour s’en occuper, la Croix-Rouge demanda à Olga Baumgarten Saint-Blancat* si l’Armée du salut était prête à le faire. Olga Baumgarten Saint-Blancat*, ne faisant confiance à personne, décida de prendre elle-même en charge les petites. Le directeur de la Croix-Rouge persuada le garde allemand – moyennant finances – de permettre aux fillettes, accompagnées par Olga Baumgarten Saint-Blancat*, de dire au revoir à leurs parents. Elle rapporta plus tard combien la séparation fut douloureuse, et qu’elle avait pris l’engagement de veiller sur elles jusqu’au retour des parents. 
 
Le policier français de garde au poste-frontière prit soin de détruire le dossier Mohrer, de sorte que, pour les autorités, retrouver les enfants allait devenir quasiment impossible. Olga Baumgarten Saint-Blancat* dut engager une nurse pour pouvoir continuer ses activités à l’Armée du salut. 
 
Lorsque la situation des Juifs s’aggrava et que toute personne leur venant en aide se vit menacée de lourdes peines, Olga Baumgarten Saint-Blancat* décida de mettre les enfants en sécurité en les envoyant avec leur nurse chez sa mère, qui habitait Badevel, un petit village non loin de Belfort. Son frère acheta une vache pour que les petites aient assez de lait; la bonne tailla des pantoufles dans de vieux manteaux et les vendit pour gagner un peu d’argent et permettre de couvrir les dépenses. 
 
Olga Baumgarten Saint-Blancat* aida également deux des filles de Hela et Jacob Gerszenfisz, famille juive habitant à Besançon après l'arrestation de leurs mère. 
Hela Gerszenfisz est arrêtée à son domicile le 17 juillet 1942, tandis que Jacob Gerszenfisz est arrêté à Belfort le 3 novembre 1942.
Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour à Auschwitz par les convois n° 6 et n° 40. 
Sima et Feiga dite Fernande, née à Belfort en 1931, ont été cachées dans des internats pour filles de la ville de Besançon puis cachées chez la mère de Olga Baumgarten Saint-Blancat*.
Leurs deux frères Joseph et Samuel ont été placés au Centre de l'UGIF Lamarck. Arrêtés et déportés, seule Samuel est revenu...
 
Olga Baumgarten Saint-Blancat* venait voir sa mère tous les lundis, en apportant ce qu’elle pouvait. 
 
Les gens du village, qui savaient que les fillettes étaient juives, gardèrent le silence et protégèrent la famille, malgré la proximité des Allemands, 
 
Après la guerre, Olga Baumgarten Saint-Blancat* écrivit : « Tout le monde au village connaissait la situation des enfants. Je ne pouvais pas mentir. Je comptais sur le secours divin. Les enfants étaient tellement délicieuses! Elles gagnaient le coeur de tous. Marianne, dès le deuxième jour m’avait appelée « Maman », la jeune fille était « tati ». Maman était Maman-Grand, son frère, « Oncle Fritz » Ce fut terrible pour nous de nous en séparer.  » 
 
Les enfants avaient été placées dans un pensionnat et Olga Baumgarten Saint-Blancat* les invita régulièrement à venir passer leurs vacances à Badavel. 
 
A la Libération, Marianne et Gisèle Mohrer allèrent vivre chez leur grand-mère maternelle en Angleterre et les petites Gerszenfisz, Sima et Fernande ont réussi à retrouver leur frère, Samuel furent recueillies par des parents en Suisse. Ils ont immigré en d'Israël en 1946, et après un séjour au camp d'Atlit, Fernande devenue Tsipora s'est inscrite dans une école d'agriculture avec d'autres jeunes survivants de la Shoah. 
En 1948, suite à la déclaration d'indépendance de l'Etat d'Israël, elle s'est enrôlée dans l'armée. Tsipora a épousé Avraham Granat et ils ont trois enfants. Elle a étudié l'enseignement et est éducatrice à Haïfa depuis trente ans.
 
Le 24 mars 1988, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Olga Baumgarten Saint-Blancat* le titre de Juste parmi les Nations. 
 
Olga Baumgarten Saint-Blancat* a été nommé officier de la Légion d'Honneur le 13/07/2007.

07/04/2022

asso 14168

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Aide et sauvetage de la population juive dans les départements de la Nièvre et de la Cote-d'or pendant la Deuxième Guerre mondiale. (Aide et sauvetage de la population juive dans les départements de la Nièvre et de la Cote-d'or pendant la Deuxième Guerre mondiale. Auteur : Julie Philippe (Julie.philippe21@gmail.com) Éditeur : Mémoire de master en histoire contemporaine Date de publication : 19-09-2007 )
2 From Paris to Liverpool via Frontstalag 142 (Brief outline of a French woman's flight with her two children from France through Europe to Gibraltar and by convoy to Liverpool during the Battle of the Atlantic after being interned in Frontstalag 142, in Besançon, December 1949 to March 1941. )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2022