Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
613 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
655 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4106 Justes de France
920 résistants juifs
9864 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1226 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Loir-et-Cher

Région :
Centre-Val de Loire
Département :
Loir-et-Cher

Préfets :
Jacques Bussière
(25/11/1942 - 1944) Jacques Félix Bussière, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté, interné au camp de Compiègne puis déporté en Allemagne, il mourra en déportation (1895-1945)
Jacques Moranne
(25/06/1940 - 1942) Jacques Alexandre Moranne, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1901-1982)
Angelo Chiappe
(06/02/1944 - 08/1944) Ange Marie Pascal Eugène Chiappe, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté à la Libération, il est fusillé le 23 janvier 1945. (1889-1945)
André Mars
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1896-1957)

À lire, à voir…

Jacques Cukier Jacques Cukier
L'éclipse

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Jacques Fijalkow
Histoire régionale de la Shoah en France : Déportation, sauvetage, survie

ACHETER EN LIGNE

Frédéric Auger Frédéric Auger
Louis Auger
André Guédé
Bernard Heude
Simon Ostermann
Sologne et Solognots dans la Seconde Guerre mondiale

 

Georgette Guéguen-Dreyfus Georgette Guéguen-Dreyfus
Résistance Indre et vallée du Cher

 
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

René Pavot

Texte pour ecartement lateral

Blois 41000 Loir-et-Cher
Date de naissance: 1920 (Saint-Denis)
Réseau de sauvetage : Pavot Anne-Marie
Profession: Footballeur
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Rene-Pavot
Anne-Marie Pavot*, Hélène Boros, Nicolas Boros, René Pavot et Charles Boros sur les bords de la Loire en septembre 1942
source photo : Coll. Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Histoire

En 1938, René Pavot, né en 1920 et âgé de 18 ans, rencontre au club FCA de Saint-Denis Nicolas Boros, international de football juif né en Hongrie en 1903. Les deux hommes se lient d'amitié.

En 1928, Miklos Boros avait décidé de fuir son pays pour la France en 1928.1
Devenu "Nicolas", il signe au Club Français et rejoint le FC Sochaux en 1929.
Il rentre à Paris et revient au Club Français qui emportera la Coupe de France 1931. Il poursuit sa carrière dans différents clubs et la termine à Valenciennes.

Il rencontre Hélène, juive hongroise, qu’il épouse 16 mai 1933. Le 28 juin 1938 nait Charles, leur premier enfant.

En 1938, Nicolas Boros se rapproche du FCA Dyonisien, club amateur de la région parisienne, qui deviendra l'Olympique de Saint-Denis en 1941. C'est là qu'il fait la connaissance de René Pavot, jeune joueur de 18 ans.

En mars 1942, René Pavot épouse Anne-Marie Parisot*.
En avril 1942, René Pavot décide de quitter Paris avec sa jeune épouse, suite à une altercation avec un membre de la Légion des Volontaires Français (LVF).2

Nicolas Boros les oriente vers Marc Peigné, directeur sportif de l'AJJ Blois qui leur trouve un logement et un emploi.
René Pavot retrouve à Blois Robert Mercier, International des années 30 qui faisait partie de l’Équipe du Club Français qui avait rapporté la Coupe de France en 1931 en marquant un but, comme Nicolas Boros.

Après la rafle du Vel d'Hiv, le 16 juillet 1942, Nicolas Boros parvient à fuir la capitale. Il part seul à Blois, rejoindre Marc Peigné et les Pavot*, pensant que les femmes et les enfants ne risquent rien. Cependant, dès qu’est connue l’étendue de la rafle, il réalise que son épouse et son fils sont en danger.
Anne-Marie Pavot* propose alors d'aller les chercher. Empruntant le métro et traversant la gare d'Austerlitz où de nombreux contrôle ont lieu, elle aide Hélène Boros à dissimuler son étoile jaune. Ils arrivent en train à Blois, saufs tous les trois et la famille Boros s'installe chez les Pavot*.
La famille réfugiée à Blois est provisoirement en sécurité mais Anne-Marie Pavot* retourne à Paris pour aller chercher des faux papiers qui avaient été établis avant leur départ, mais que Nicolas Boros n'avait pu aller chercher en raison de son départ précipité.

La mission n’est pas facile, car le "vendeur" n'avait pas encore été payé. Anne-Marie Pavot* parvient à négocier les précieux document qu'elle ramène à Blois. C’est grâce à ces documents que Marc Peigné qui dispose de complicités familiales à la mairie d’Averdon, petite commune des environs de Blois, et qui entretient des relations avec les administrations locales (Préfecture, Service du Travail, Eaux et Forêts) fait établir de vrais faux papiers au nom de "Lancia".
La famille Boros, munis de ces papiers, ne risque plus d'être inquiétée et va vivre à Blois jusqu'à la fin de la guerre. C'est là que va naître François, le petit frère de Charles.

Deux ans plus tard, quand les chars alliés libèrent la France, l’international de football hongrois, Miklos Boros, alias "Dominique Lancia", "ouvrier bûcheron", peut reprendre son nom et son statut.

En 1949, Miklos Boros retourne à Paris avec sa femme et ses deux enfants.

René et Anne-Marie Pavot* restent à Blois avec leurs trois enfants jusqu'en 1959. Ils partent ensuite vivre à Orléans, puis à Oujda (Maroc), en Guadeloupe et en Guyane avant de prendre leur retraite en 1986 à Lichères-près-Aigremont (Yonne), petite commune du Chablisien dont René Pavot fut maire de 1989 à 2001.
Anne-Marie Pavot* décède le 7 octobre 2009. René perd sa compagne après 67 ans de mariage.

C’est grâce à l’aide de René Pavot, maire Honoraire de Lichères-près-Aigremont, Officier du Mérite Agricole, Médaille d’or de la Jeunesse et des Sports, Chevalier de l’Ordre National du Mérite, que les étapes du sauvetage de Nicolas Boros ont pu être retracées pour remettre la médaille des Justes parmi les Nations à Anne-Marie Pavot*.

01/07/2012

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 L'abbé Henri Péan Chef méconnu de la Résistance en Touraine (Le curé de Draché à partir de 1930 sous l'occupation, l'âme de la résistance en Sud Touraine et Nord de la Vienne.
144 pages format 16x23cm 60 illustrations (inédites pour la plupart) ISBN : 978-2-914818-49-0 )
2 Témoignage d'Elie Pavot, petit-fils de René et Anne-Marie Pavot* (
)
3 Honneur à des résistants (résistants à Esvre et déportation en camps de la mort. )
4 bombardements à Beaujardin Tours (Chateau de Beaujardin à Tours , bombardements. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2017