Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
692 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
696 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4148 Justes de France
920 résistants juifs
10995 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1250 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Hérault

Région :
Occitanie
Département :
Hérault

Préfets :
Pierre Monis
(01/07/1937 - 20/07/1940) Préfet de l'Hérault
Paul Brun
(20/07/1940 - 25/08/1940) Préfet de l'Hérault
Pierre Olivier de Sardan
(25/08/1940 - 11/10/1942) Préfet de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales)
Camille Ernst*, Secrétaire général de la préfecture de l’Hérault (de 09/1940 à 02/1943), Juste parmi les Nations

(Jan. 1942 - 12/1943) Préfet délégué de l'Hérault, déporté en Allemagne pour avoir soutenu la Résistance
Alfred Hontebeyrie
(11/10/1942 - 16/07/1944) Préfet de l'Hérault et de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales) (1895-1969)
Augustin Michel
(17/07/1944 - 22/08/1944) Préfet de l'Hérault
André Weiss
(22/08/1944 - 01/01/1948) Préfet de l'Hérault

À lire, à voir…

Michaël Iancu Michaël Iancu
Vichy et les Juifs - L'exemple de l'Hérault (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

Arnaud Benedetti Arnaud Benedetti
Un préfet dans la Résistance

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

François Berriot François Berriot
La France libre, la Résistance et la Déportation - (Hérault, Zone Sud)

ACHETER EN LIGNE

Michaël Iancu Michaël Iancu
Spoliations, déportations, résistance des Juifs à Montpellier et dans l'Hérault (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Otto Giniewski

dit Toto, Eytan Guinat
Texte pour ecartement lateral

Montpellier 34000 Hérault
Date de naissance: 14/02/1920 (Vienne (Autriche))
Date de décès: 10/2011 (Israël)
Nationalité : Autrichien
Aidé ou sauvé par : - Colette Beuzon - Michel Beuzon Profession: Docteur en chimie
Qualité: Résistant juif
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Otto-Giniewski
Otto Giniewski au laboratoire de l'Université de Grenoble. Photo prise par Jacques Dubois, en 1943
source photo : United States Holocaust Memorial Museum, courtesy of Arnold Einhorn
crédit photo : USHMM
Otto-Giniewski
Otto Giniewski s'adresse aux jeunes du groupe MJS au Michallons, 1943
source photo : Coll. Arnold Einhorn
crédit photo : USHMM
Histoire
Otto Giniewski (now Eytan Guinat) is the son of Josef and Sarah (Kessler) Giniewski. He was born February 14, 1920 in Vienna, Austria.

As a youngster, Otto was active in the Maccabi Hatzair Zionist youth movement. The increasing influence of the Nazi party led the Giniewski family to leave Austria for Belgium in July 1935.
Otto continued his education in Brussels and became active in Zionist politics.
He was elected president of the Zionist student organization JEW (Jeunesse Estudiantine Sionist) in 1938, after beginning a course of study in chemistry and physics at the University of Brussels.

The following year he proposed to the British an electomechanical system to improve the stability of warships when firing canons (which was finally tested in 1942).

After the German invasion of Belgium in May 1940, Otto was sent to southern France as an enemy alien and confined in the Saint Cyprien internment camp.

He was released in July 1942 and resumed his academic studies at Montpellier University. There, he founded a new Zionist group called the Gdoud de Montpellier, which organized political activities to combat the anti-Jewish policies of the Vichy government.
In May 1942, he started the Montpellier branch of the MJS (Mouvement de la Jeunesse Sioniste or Zionist Youth Movement), uniting all French Zionist youth organizations under the leadership of Simon Lévitte and Joseph Fischer.

After moving to Grenoble (in the Italian zone) to pursue a Ph.D. at the university, Otto set up the Gdoud de Grenoble, which became an important center of Zionist activity and rescue operations during the war. Otto's chemistry lab at the university became a secret headquarters for a variety of underground activities, including the forging of identification papers and the location of hiding places for Jews.

In January 1944, the Gestapo came looking for Otto at the University. Fortunately, he was able to escape and remove evidence of his illegal activities.
At this time, Otto turned over the rescue operations of the Gdoud to Georges Schnek and prepared to flee to Caussade (near Toulouse).
While en route, his wife Lili gave birth to a baby girl, Judith.

In November 1944, Otto received his Ph.D. in chemistry from Montpellier University.

In March 1945 he was elected secretary general of the MJS at a convention in Paris. However, he soon resigned his position due to political differences with representatives of the movement in Palestine.

In July 1945 Otto and his family immigrated to Palestine, where two years later he joined the faculty of the chemistry department at the Hebrew University.

The following year Otto was mobilized for the science unit of the new Israeli Defense Forces.

04/09/2010
Lien : United States Holocaust Memorial Museum, courtesy of Arnold Einhorn

[Compléter l'article]

Résistant juif

Le g'doudim (groupe) du MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste) de Montpellier rejoignit Grenoble en novembre 1942. Des militants en provenance de Toulouse, Montauban, Périgueux, etc. se joignirent également à ce groupe. Sous l'impulsion de Toto Giniewski, Grenoble devint l'un des centres les plus importants des activités MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste), tant légales que clandestines.
Le « laboratoire » du MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste) à Grenoble fut d'abord installé à l'Institut d'électrochimie par Toto Giniewski, inscrit pour son doctorat en chimie. Ce laboratoire se développa et se perfectionna progressivement.
Ultérieurement, son successeur, Georges Schnek, allait lui donner une importance plus marquée en le développant encore. Il faut dire que le MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste) de Grenoble fournissait des documents à presque toute la France.

On se rassemblait dans un chalet situé sur les contreforts du massif alpin du Vercors, au-dessus de la ville (au lieu-dit Les Michallons). En fin de semaine, on y assistait à des cours et à des séminaires. On discutait également des graves problèmes relatifs à la terrible actualité liés à la domination des nazis, au combat des Alliés et à la survie des Juifs ; on chantait et on dansait la hora (danse israélienne) ; on étudiait la "Palestinographie" (histoire, géographie, vie politique et sociale d'Eretz Israël).

La plupart des membres du MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste) avaient également adhéré à l'Armée Juive (AJ) et avaient prêté serment : à Grenoble, Toto Giniewski, son frère Paul Giniewski, Ado Michaeli (alias Ado) et sa femme Bella, Paul Rojtman et son frère Léon, Roland Epstein, Georges Schnek et bien d'autres encore.

À Grenoble, Toto Giniewski, recherché par la Gestapo à l'Institut d'électrochimie où il avait son quartier général, fut averti à temps par le futur Pr Jean Dubois, et put s'enfuir en emportant le matériel compromettant qui se trouvait dans la « fameuse caisse ». Avant son départ, en décembre 1943, Toto Giniewski délégua ses responsabilités à Georges Schnek, nommé chef régional du MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste) et conjointement chef régional de l’Armée Juive (AJ), l'Organisation Juive de Combat, pour la Savoie, la Haute-Savoie et l'Isère. Début janvier 1944, Toto quitta Grenoble.

04/09/2010

[Compléter l'article]

Résistant juif

Période de Résistance
De 1941 à la Libération (Montpellier, Grenoble, Lyon, Aix-les-Bains, Nice)

Réseau
Mouvement de la jeunesse sioniste (MJS)

Responsables
Recruté par le rabbin Schilli, Simon Lévitte

Membre fondateur du MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste)
Service Éducation physique (MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste)), région de Grenoble

Réfugié autrichien en Belgique, Otto Giniewski est arrêté à Bruxelles le 10 mai 1940 comme « ressortissant allemand », transféré en France et interné au camp de Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales). En 1941, il est un des fondateurs du g'doud (groupe) de Montpellier, en liaison avec le rabbin Schilli. Invité par les FTP (Francs-tireurs et partisans) de Montpellier, Toto se rend à Toulouse où, pendant quelques jours, il donne un cours sur les explosifs permettant d'en démarrer la fabrication. À la Libération, les FTP (Francs-tireurs et partisans) enverront une lettre de remerciement au quartier général de l'Organisation Juive de Combat (OJC). Le 10 mai 1942, à l'initiative de Simon Lévitte, tous les mouvements sionistes, de toutes tendances et toutes sensibilités existant en France, se réunissent pour trouver une formule de coopération dans les conditions difficiles du moment. Toto, soutenu par Simon Lévitte et Joseph Fisher, fait adopter la formule d'un mouvement de jeunesse sioniste unifié, le MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste). Toto, qui fait partie de l'exécutif, est chargé du travail clandestin, appelé « Éducation physique ». Après les rafles d'août 1942 en zone Sud, le travail clandestin est concentré sur le sauvetage des Juifs (fausses cartes d'identité, planques pour enfants et adultes, puis filières pour la Suisse et l'Espagne). En novembre 1942, lorsque les Allemands passent la ligne de démarcation et occupent toute la France à l'exception de la zone d'occupation italienne, Toto disperse le g'doud de Montpellier. Il est envoyé à Grenoble pour prendre la direction du MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste) de la région. Sous sa direction, les membres du MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste) établiront des faux papiers d'un grand degré de perfection. Ils prennent contact avec des maires et des secrétaires de mairie pour obtenir des cartes d'identité enregistrées qui résistent mieux aux contrôles policiers. Toto Giniewski travaille de connivence avec la préfecture de Grenoble. Comme responsable régional, il établit des relations permanentes avec les groupes de Lyon et de Nice et leur fournit du matériel. Les jeunes du MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste) de Grenoble font un excellent travail de sauvetage, s'exposant jour et nuit au danger. Certains de ses membres vont rejoindre le maquis de l'Armée Juive (AJ) dans le Tarn. Le 8 septembre 1943, les Allemands envahissent la zone occupée par les Italiens. À la demande de Simon Lévitte, Toto délivre des jeux complets de fausses cartes d'identité aux gens du camp de Saint-Gervais pour leur permettre de se disperser. Début janvier 1944, la Gestapo recherche Toto à l'Institut d'électrochimie où il a caché une importante partie du matériel illégal (faux tampons, formulaires, etc.) Des coups de feu sont tirés. Le Pr Dubois, qui a sans doute découvert les activités clandestines de Toto à l'université, court l'avertir. Toto réussit à prendre la « caisse » avec son contenu compromettant et à sortir de l'Institut par une porte latérale. Il convoque immédiatement Georges Schnek et, en présence de Théa Epstein et de Sabine Roitman, lui remet la caisse et les consignes pour continuer le travail. Sous la direction de Georges Schnek, le MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste) de Grenoble poursuivra le travail d'aide et de sauvetage jusqu'à la Libération. Toto doit quitter Grenoble avec sa femme, enceinte au neuvième mois, pour rejoindre Caussade (Tarn-et-Garonne), où le colonel Nicolo, un résistant français, a promis de lui fournir une planque au Laboratoire central. Lili et Toto doivent s'arrêter en cours de route à Montauban, où Lili accouche d'une fille.

Médaille du Combattant contre le nazisme (Israël)

05/09/2011
Auteur : Frida Wattenberg Lien : Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Les maquis en Cévennes (Pour la Mémoire, dans cet historique de la Résistance en Cévennes, il y a la saga d’une bonne partie de la Résistance M.U.R. du Gard, concernant ses maquis de l’Aigoual, mais aussi leur mouvance, de Nîmes, Le Grau du Roi, Sommières et même Ganges, étroitement uni à Lasalle, Saint Hippolyte du Fort et Valleraugue. C’est la mémoire d’une résistance populaire, encadrée par des hommes courageux, volontaires, qui n’étaient pas préparés à ces lourdes responsabilités et qui surent les assumer, avec raison et sans défaillance.
La montée en puissance de cette résistance, surestimée par l’adversaire, lui donna un grand rayonnement dans notre département. C’est aussi, la mémoire d’un pays de montagne moyenne, mais très accidentée, sorte de refuge dans lequel s'’est perpétuée une tradition d’accueil et de liberté. Les Cévennes. )
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
7

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018