Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
831 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1210 lieux d'internement
720 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4192 Justes de France
918 résistants juifs
12756 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1277 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Moselle

Région :
Grand-Est
Département :
Moselle

Préfets :
(10/03/1939 - 09/06/1944) Préfet de la Moselle puis chargé des expulsés répartis dans les départements de zone libre à Montauban
(1945 - 1947) Préfet de Moselle.

À lire, à voir…

Daniel Froville Daniel Froville
Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté

ACHETER EN LIGNE

Max Lagarrigue Max Lagarrigue
1940, la France du repli, l'Europe de la défaite

ACHETER EN LIGNE

Marie-Joseph Bopp Marie-Joseph Bopp
Histoire de l'Alsace sous l'occupation allemande, 1940 1945

ACHETER EN LIGNE

Médard Brogly Médard Brogly
La grande épreuve - l'Alsace sous l'Occupation Allemande 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Un exil intérieur : l'évacuation des Mosellans de septembre 1939 à octobre 1940

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Le Camp des Mazures et ses déportés juifs

 

Eric Rondel Eric Rondel
L'Armée américaine en Alsace : Haut-Rhin / Bas-Rhin 1944-1945

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Mémorial des déportés du Judenlager des Mazures

 
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Marcel Marx

dit Chabot
Texte pour ecartement lateral

Sierck-les-Bains 57480 Moselle
Date de naissance: 08/01/1920
Aidé ou sauvé par : - Nicolas Duhr
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Marcel-Marx
Fausse carte d’identité de Marcel Marx en 1943
source photo : Coll. Marx
crédit photo : D.R.
Marcel-Marx
Edwige Marx et son fils Marcel Marx vers 1945
source photo : Coll. Marx
crédit photo : D.R.
Marcel-Marx
Fausse carte d’identité de Marcel Marx en 1941
source photo : Coll. Marx
crédit photo : D.R.

Histoire

Nicolas Duhr* habite Sierck-les-Bains à proximité des frontières de l'Allemagne et du Luxembourg et proche de la ligne Maginot.
 
Nicolas Duhr*, condamnant la politique de Vichy et les lois antijuives, s'engagea dans la Résistance.
 
Le 4 septembre 1939, tous les habitants de Sierck-les-Bains furent évacués vers Saint-Georges-lès-Baillargeaux (Vienne).
 
Edwige et Jules Marx, Juifs, Mosellans de Sierck-les-Bains, sont évacués de leur domicile. 
Ils se réfugient à Saint-Georges-lès-Baillargeaux avec leur fils Marcel Marx, né le 8 janvier 1920. 
Mobilisé le 8 juin 1940 au D.G.I. à Versailles, Marcel Marx est démobilisé le 23 août 1940 à Arzack (Basses-Pyrénées), d’où il rejoint le 12ème Groupement des Chantiers de la Jeunesse Française. 
Libéré des Chantiers de la Jeunesse Française le 2 novembre 1940 à Uriage (Isère), Marcel Marx rejoint ses parents à Saint-Georges-lès-Baillargeaux
Avec 1 600 000 hommes prisonniers de guerre en Allemagne, la France manque de main d’œuvre et Marcel Marx trouve du travail à « la Pile Leclanchée ». 
 
Marcel Marx y fait la connaissance de Madeleine Chagnon, fille de Marie Chagnon. Elle travaille à « La Pile » avec sa jeune sœur, Lucienne, depuis 1940.
Eugène Chagnon est né à Sillars le 20 juillet 1882, fils de François et Marie Auzanneau. Le 17 octobre 1905 à Sillars, il épouse Marie Louise Dolorès David, née à Jouhet le 24 octobre 1883, fille de François David et Prudence Lacarte. Ils ont 11 enfants entre 1906 et 1930. Agriculteurs, ils viennent à Pouillé puis s’installent en 1930 à La Choltière, à Tercé. Eugène Chagnon décède prématurément le 1er octobre 1937 à 55 ans.
Veuve, Marie Chagnon ne peut demeurer dans la ferme. Elle s’installe à l’entrée de Tercé, route de St Julien L’Ars, (aujourd’hui le n° 18), dans une maison construite début XXème siècle. Avec quatre de ses enfants toujours à sa charge, les sept autres plus âgés ayant quitté le foyer, Marie Chagnon vit grâce à son travail, notamment la couture et divers travaux domestiques et cultivant son potager.
De fin juin 1940 à mars 1943, la ligne de démarcation coupe Tercé en deux parties, le bourg étant en zone occupée. Les Allemands s’installent à Tercé et réquisitionnent des logements, notamment au n° 1 de la route de St Julien L’Ars pour y installer la « Kommandantur » et au n° 16, dans la maison de Maurice Picault, à cette époque prisonnier de guerre, voisin immédiat de Marie Chagnon
 
Edwige et Jules Marx hébergent une fillette juive, Claudine Marx, née le 21 janvier 1937 à Sierck, fille de Greta et Lazare Marx, né le 10 décembre 1900, commerçant à Sierck avant 1939. 
Elle partira rejoindre ses parents réfugiés à Saint-Georges-lès-Baillargeaux.
 
En 1942, Nicolas Duhr*, devint chef d'un groupe de résistance locale de l'OCM (Organisation civile et militaire) chargé des évasions de prisonniers, de fabrication de faux papiers pour les personnes pourchassées et du passage de la ligne de démarcation. Le groupe se chargeait également de trouver des lieux d'hébergement pour les résistants, les réfractaires au STO (Service du travail obligatoire) et les Juifs.
Secrétaire de mairie de Sierck-les-Bains, Nicolas Duhr* rendit d'immenses services à la résistance et contribua à sauver bien des vies humaines.
La mairie de Sierck-les-Bains fut cambriolée trois fois pendant l'occupation. L'un de ces cambriolages avait été organisé par Nicolas Duhr*.
 
En janvier 1944, Marcel Marx entend parler d’une éventuelle et imminente rafle autour de Poitiers. Méfiant et craignant pour la sécurité de ses parents Edwige et Jules Marx, il demande à Madeleine Chagnon si elle peut l’aider à les cacher. Cette dernière en parle à sa mère, Marie Chagnon, qui propose sans réticence de les abriter chez elle à Tercé, malgré l’exiguïté de sa maison. 
 
Edwige et Jules Marx viennent s’installer chez Marie Chagnon le 15 janvier 1944 munis de fausses cartes d’identité au nom de Chabot, fabriquées par Nicolas Duhr*. Ils échappent ainsi à la rafle du 31 janvier 1944 qui se déroule en plusieurs lieux de la Vienne, dont Saint-Georges-lès-Baillargeaux et Chasseneuil-du-Poitou.
Marcel Marx a également une fausse carte d’identité du même nom, Marcel Chabot. Il travaille dans des fermes de Tercé, notamment chez la famille Lejeune à la Roctière. Il devient officiellement le fiancé de Madeleine Chagnon
Aux yeux des habitants de la commune, Edwige et Jules Marx, connus uniquement sous l’alias « Chabot », sont simplement les parents du « petit ami » puis fiancé de Madeleine Chagnon, sans soupçonner que cette famille a échappé à la déportation et à une mort certaine dans un camp d’extermination comme le reste de leur famille. 
Ils logent dans une petite pièce aménagée en face de la maison de Marie Chagnon, de l’autre côté de la route départementale 18.
Ils resteront jusqu'au 10 septembre 1944.
 
Le 31 janvier 1944, Greta et Lazare Marx sont arrêtés à Saint-Georges-lès-Baillargeaux avec leur fille Claudine Marx gendarmes de Jaunay-Clan. Emmenés à Poitiers, au camp de la route de Limoges, ils seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz le 10 février 1944 par le convoi n° 68, avec  Léon Mayer et son épouse, ainsi que Josef Mayer et son épouse, également évacués mosellans, mais restés à Saint-Georges-lès-Baillargeaux en 1940.
 
Les Marx témoigneront après la guerre que les faux papiers et les cartes d'alimentation fournis par Nicolas Duhr* leur permirent de tenir bon de janvier 1944 jusqu'à  la Libération.
Des membres d'autres familles ainsi sauvées évoquèrent eux aussi le travail de Nicolas Duhr* en soulignant que si ses activités avaient été découvertes, il aurait été exécuté par les Allemands.
 
Après la guerre, Marie Chagnon devient cantinière de l’école de Tercé jusqu’en 1958, à l’âge de 75 ans. Retirée à Saint-Julien-l'Ars, elle décède le 24 octobre 1988 à presque 105 ans. Elle a permis à une famille juive d’échapper à la déportation. Son action est demeurée totalement inconnue (hors sa famille) et elle n’a reçu aucune distinction.
 
Le 8 septembre 1970, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Nicolas Duhr* le titre de Juste parmi les Nations. 

15/10/2020

asso 12810

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.
Paul Ernest dit Paul Bourson Farouche opposant au régime nazi, Exposé 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE - terminal
Article extrait d'une étude généalogique sur la famille BOURSON de Vigy (Moselle) et alliés (http://majoresorum.eklablog.com)


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Journal de guerre de Charles Altorffer
2 Actes du colloques de Metz (Annexion et nazification en Europe, Actes du colloques de Metz, 2003 )
3 Site officiel de la Commune de Montigny-les-Monts
4 Site non officiel de la commune d' Auxon (Site non officiel de la commune d' Auxon.
Démarches administratives, histoire du village, cartes postales et photos anciennes.
)
5 Saint-Dizier la période 1939-1945 en photos (La ville de Haute-Marne la période 1939-1945 en photos )
6 Histoire de Lièpvre de 1870 à 1945.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019