Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
91 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
37234 communes
95 départements et l'étranger
1212 lieux d'internement
726 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4222 Justes de France
916 résistants juifs
13861 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Cher

Région :
Centre-Val de Loire
Département :
Cher

Préfets :
M. Glapeyrie
(jusqu'en - 11/1940) Sous-préfet de Saint-Amand-Montrond jusqu'en novembre 1940. Jugé peu sûr par le gouvernement de Vichy il est remplacé par René Dutilleul-Francoeur
René Dutilleul-Francœur
(11/1940 ) Sous-préfet de Saint-Amand (Cher non occupé, dépendant de la préfecture régionale de Limoges
Pierre Berger
(1941 - 1942) Pierre Jean Berger, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Antoine Lemoine
(01/05/1942 - 1943) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Jacques Bussière
(25/11/1942 - 1944) Jacques Félix Bussière, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté, interné au camp de Compiègne puis déporté en Allemagne, il mourra en déportation (1895-1945)
Jacques Moranne
(25/06/1940 - 1942) Jacques Alexandre Moranne, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1901-1982)
Paul Lecène
(10/1943 - 05/1944) Sous-préfet de Saint-Amand-Montrond. Résistant, membre du réseau Combat, il participe au noyautage de l’administration locale dans la perspective de la Libération. Arrêté, il est déporté à Dachau
René Rivière
(1943 - 1943) René Édouard Rivière, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Marc Freund-Valade
(11/09/1943 - 10/05/1944) Marc Paul Freund dit Freund-Valade, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
François Villatte
(05/1944 - 1945) Secrétaire principal de la sous-préfecture, prend la succession de Paul Lecène au poste de sous-préfet de Saint-Amand-Montrond jusqu'à l’arrivée du sous-préfet Lecussan
André Fourcade
(10/05/1944 - 06/1944) André Fourcade dit Vergnaud, Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne), arrêté par la Gestapo en juin 1944, fusillé à Buzet-sur-le-Tarn le 17 août 1944
Angelo Chiappe
(06/02/1944 - 08/1944) Ange Marie Pascal Eugène Chiappe, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté à la Libération, il est fusillé le 23 janvier 1945. (1889-1945)
Pierre Boursicot
(23/10/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
André Mars
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1896-1957)

À lire, à voir…

Georgette Guéguen-Dreyfus Georgette Guéguen-Dreyfus
Résistance Indre et vallée du Cher

 

Jacques Cukier Jacques Cukier
L'éclipse

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Jacques Fijalkow
Histoire régionale de la Shoah en France : Déportation, sauvetage, survie

ACHETER EN LIGNE

Frédéric Auger Frédéric Auger
Louis Auger
André Guédé
Bernard Heude
Simon Ostermann
Sologne et Solognots dans la Seconde Guerre mondiale

 
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Annette Marx

Texte pour ecartement lateral

Saint-Amand-Montrond 18200 Cher
Nom de naissance: Gommès
Nom d'épouse: Marx

Aidé ou sauvé par : - Pierre Goursaud - Thérèse Goursaud - Maurice Lagarde - Marie-Louise Lamaud - Claire Leblanc - Louis Pouyol
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Annette-Marx
Annette Marx en octobre 1944 avec Laurent, 2 ans et Denis, 4 mois
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Histoire
Pierre* et Thérèse Goursaud, agriculteurs, ont une ferme dans un hameau isolé aux environ de Saint-Laurent-sur-Gorre.

Le maire de Saint-Laurent-sur-Gorre, nommé par Vichy, Louis Pouyol* était un médecin et militant d'Action Française, mouvement de droite et antisémite.

Paul Marx et son épouse Annette née Gommès, des Juifs originaires de Strasbourg s'installent en 1940 à Saint-Amand-Montrond, où Paul est autorisé à ouvrir un cabinet, malgré la législation antijuive.
Cette dérogation est révoquée en 1942 et le couple est assigné à résidence à Saint-Laurent-sur-Gorre, placés par la préfecture. Ils arrivent le 30 janvier 1942, encadrés par deux gendarmes.

Annette Marx vient souvent chercher des œufs et des légumes à la ferme des Goursaud*.
Le docteur Marx, chef de clinique d'ophtalmologie à la faculté de médecine de Strasbourg avant la guerre, donne gratuitement des cours à Madeleine, la fille des Goursaud*, lycéenne.

A la fin de l'été 1942, Annette Marx donna le jour à un petit garçon, Laurent, à Saint-Laurent-sur-Gorre.
Maurice Lagarde*, l'instituteur du village et son épouse Ernestine, aidèrent la jeune maman et les deux familles sympathisèrent.

Paul Marx souhaitait rendre visite à son beau-frère en Isère.
Maurice Lagarde* lui fournit de faux papiers au nom de Marsal, né à Nice, réalisés avec le tampon de la mairie de Gorre et des cartes d'identités vierges qu'il avait dérobé et qui serviront...

Au début de l'année 1943, le maire, Louis Pouyol* demanda à Paul de le remplacer auprès des patients alors qu'il devait s'absenter momentanément, alors qui les lois antijuives lui interdisaient d'exercer la médecine.
Ils remplacera le Louis Pouyol* surchargé plus d'une fois.

En 1943, une unité de garde mobiles vint procéder à une rafle dans le village et arrêta tous les Juifs.
Prévenus par Maurice Lagarde*, les Marx eurent tout juste le temps de quitter leur maison avec leur petit garçon de quelques mois et vinrent frapper à la porte des Goursaud* qui leur accueillirent le temps que le danger s'éloigne.
Ils furent ensuite hébergés par Mme Lamaud*, institutrice honoraire et Melle Leblanc*, directrice d'école honoraire qui avaient pris leur retraite dans la villa Le Moulin à Saint-Laurent-sur-Gorre.
Les Marx y resteront quelques temps avant de retourner dans le lieu de leur assignation à résidence.

Quelques mois plus tard, prévenus par Louis Pouyol* et craignant de nouvelles arrestations, les Marx, munis de leurs faux papiers se réfugient à Saint-Cyr où le maire les aida à trouver un logement de fortune dans un bâtiment isolé et délabré.

C'est là qu'Annette Marx donna le jour à son second fils, Denis, en juin 1944.
Sa présence à Saint-Cyr étant illégale, Louis Pouyol* enregistra le nouveau né sur les registres de Saint-Laurent-sur-Gorre.

Le docteur Marx rejoint le maquis et prit part aux combats pour la libération de la Haute-Vienne.

Après la guerre le docteur Marx, devenu chef de service d'ophtalmologie à l'hôpital de Rouen, restera en contact avec tous ses amis sauveurs.

13/05/2009

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 L'abbé Henri Péan Chef méconnu de la Résistance en Touraine (Le curé de Draché à partir de 1930 sous l'occupation, l'âme de la résistance en Sud Touraine et Nord de la Vienne.
144 pages format 16x23cm 60 illustrations (inédites pour la plupart) ISBN : 978-2-914818-49-0 )
2 Honneur à des résistants (résistants à Esvre et déportation en camps de la mort. )
3 bombardements à Beaujardin Tours (Chateau de Beaujardin à Tours , bombardements. )
4 Mémoires du survivant des camps nazis A-5672 - Leonhard Bundheim (L'ouvrage retrace le parcours de Leonhard Bundheim depuis son enfance. Viendra ensuite l'exil après l'avènement du nazisme et "la nuit de cristal". C'est alors qu'il quitte son pays natal par kindertransport pour la Belgique d'où il sera expulsé en mai 1940 vers les camps d'internement du sud de la France. Grâce à l'action de l'OSE, il rejoint ensuite Limoges mais est arrêté lors de la grande rafle du 26 aout 1942 à Limoges, transféré à Nexon et déporté par la convoi 27.
Il connaîtra différents camps de travaux forcés pour juifs, survivra à la marche de la mort.
Après guerre, il rejoint Lyon où sa mère travaille (L'Hirondelle")et se marie avec Suzanne (membre des EIF). Il émigre illégalement en Israël en 1947. Il est décédé durant l'hiver 2018, peu de temps après la publication de son témoignage. Source Fanny DUPUY )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2021