Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
780 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
711 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11922 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Lozère

Région :
Occitanie
Département :
Lozère

Préfets :
(27/09/1941 - 22/08/1944)
Charles Daupeyroux
(18/07/1939 - 27/09/1941) Préfet de la Lozère
Pierre Olivier de Sardan
(1941 - 1942) Préfet de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales)
Alfred Hontebeyrie
(11/10/1942 - 16/07/1944) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet de l'Hérault et de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales) (1895-1969)
Henri Cordesse
(22/08/1944 - 24/09/1946) Préfet de la Lozère

À lire, à voir…

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Henri Cordesse Henri Cordesse
Histoire de la résistance en Lozère 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Institution religieuse

Hôpital psychiatrique de Saint-Alban
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

Hôpital-asile psychiatrique Château de Saint-Alban
Texte pour ecartement lateralCommune : 48120 Saint-Alban-sur-Limagnole
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Hopital-psychiatrique-de-Saint-Alban
L'Hôpital psychiatrique de Saint-Alban en 1950
source photo : François Teste
crédit photo : François Teste - Radio France
Hopital-psychiatrique-de-Saint-Alban
Une porte du château de Saint-Alban
source photo : Wivoelke
crédit photo : D.R.
Personnel : Dr Lucien Bonnafé, psychiatre désaliéniste (1912-2003)
Dr François Tosquelles, psychiatre et psychanalyste §1912-1994)

Histoire

Deux psychiatres d'exception

En 1821, Hilarion Tissot, frère de l'ordre de Saint-Jean-de-Dieu, achète à la famille Morangiés le château de Saint-Alban, ancienne forteresse médiévale, qui deviendra un asile d'aliénés, après quelques réparations urgentes et des installations sommaires.

Cependant, frère Hilarion ne tarde pas à rencontrer de graves difficultés financières et, le 27 avril 1824, le préfet de la Lozère Thomas Bluget de Valdenuit acquiert le château pour le département. À partir de là, l'établissement devient asile public départemental.

En 1930, l'asile est vétuste. Les patients doivent vivre de façon rudimentaire sans eau, ni électricité ou chauffage. Le personnel est constitué de « gardiens » et de religieuses sans aucune formation médicale.1

En mai 1933, le docteur Agnès Masson accède à la direction de l'établissement. À partir de cette date, des travaux ne cesseront d'être entrepris toujours dans le même objectif : améliorer la vie des patients.
À sa suite, des personnes telles que Paul Balvet, François Tosquelles ou encore Lucien Bonnafé ne cesseront d'œuvrer en ce sens.

François Tosquelles arrive à Saint-Alban le 6 janvier 1940 à la demande de Paul Balvet.
Arrivé en France après la Retirada, le psychiatre catalan François Tosquelles, né à Reus (Catalogne espagnole) le 22 août 1912, arrive au camp de Septfonds en septembre 1939 et est chargé d'organiser les soins dans l'hôpital de fortune du camps. 

Il marquera profondément la vie de l'hôpital qui prendra d'ailleurs son nom plus tard.

Durant la Seconde Guerre mondiale plusieurs personnalités seront internées au château. En effet, l'hôpital est alors utilisé pour accueillir aussi bien les fous que les résistants et les clandestins. Parmi ces personnalités on retrouve le philosophe Georges Canguilhem, le poète Paul Éluard, Tristan Tzara...

Tosquelles participe à la transformation de Saint-Alban, en effet, à son arrivée à l'asile de Saint-Alban, il découvre que les pensionnaires sont soumis au rationnement. Pour ne pas les voir mourir de faim, comme cela a été le cas dans la plupart des asiles en France, il ouvre les portes de l'asile et envoie ses malades aux champs pour y aider les fermiers qui, en retour, les rémunèrent en denrées alimentaires : pommes de terre, choux. Cette action et celles qui suivirent (carnaval avec défilé dans le village, fêtes, arts…) pendant les vingt ans que Tosquelles passa à Saint-Alban sont des occasions de révolutionner la relation du soignant au patient, avec plus de liberté et plus de richesse dans les soins et une meilleures insertion dans la vie locale. 

Après la guerre, le château continue son développement de centre psychiatrique sous l'impulsion de Tosquelles, devenu médecin-chef en 1952.

Lucien Bonnafé est né à Figeac en 1912 d'un père médecin et d'un grand-père est aliéniste.
En 1933, il participe au Trapèze volant2, groupe surréaliste de Toulouse, en compagnie de Gaston Massat, Elise Lazes, Jacques Matarasso, Gaspard Gomis et Jean Marcenac. Grâce à sa carte de fils de cheminot avec laquelle il voyageait gratuitement, il fut l'émissaire de son groupe auprès des surréalistes parisiens. C'est ainsi qu'il connut plus particulièrement André BretonMax Ernst, Man Ray et René Crevel.
En 1934, il participe à une manifestation anti-fasciste interdite, il est condamné à 2 ans de prison avec sursis.

De 1939 à 1944, avec de nombreuses autres personnalités du « groupe du Gévaudan », dont François Tosquelles, il met au point les bases de la psychothérapie institutionnelle, à l'Hôpital psychiatrique de Saint-Alban, en Lozère. C'est dans cet hôpital, où se cachaient de nombreux juifs et résistants, qu'en novembre 1943, Paul Éluard se réfugie, avec sa femme Nusch.
Dans cet hôpital, le poète est séduit par les œuvres des patients, et il en rapporte à Paris, les faisant connaître à Jean Dubuffet, qui donnera à l'« art brut » ses lettres de noblesse.

Après la guerre, Lucien Bonnafé n'a cessé de dénoncer la mort des 40 000 malades mentaux, victimes de l'Occupation, comme Séraphine de Senlis et Sylvain Fusco : « ils furent exterminés dans les hôpitaux psychiatriques par la faim et le froid. » 

En 1946, il participe au célèbre colloque de Bonneval organisé par Henri Ey, avec Jacques Lacan, Julien Rouart et Sven Follin.

Adhérent depuis 1934 au Parti communiste français jusqu'à sa mort, il signe en 1949 le manifeste « La psychanalyse, idéologie réactionnaire », manifeste imposé par la direction du PCF, dans lequel il souligne toutefois les « bienfaits de la leçon freudienne ». 

24/11/2019

[Compléter l'article]

Un asile à l’abri de la folie du monde

1943. Perdu au milieu des montagnes de la Margeride, en Lozère, l’hôpital de Saint-Alban-sur-Limagnole est un asile psychiatrique. Un lieu de refuge, pour les fous mais pas seulement.

Pendant la seconde guerre mondiale, des juifs et des résistants vont venir s’y cacher, se faisant passer pour des malades mentaux, ou intégrant les équipes soignantes. Parmi eux, Denise Glaser, qui deviendra plus tard une vedette de petit écran grâce à son émission "Discorama", mais aussi le poète, résistant et membre du groupe surréaliste Paul Éluard, accompagné de sa seconde épouse Nusch.

Paul Éluard, qui a commis l'imprudence de signer alors qu'il utilise pas mal de faux noms, de pseudonymes. Il a signé Liberté, son poème Liberté, de son propre nom. Et ce poème Liberté est diffusé partout, mais il est surtout diffusé par l'aviation anglaise quand elle livre des armes par parachutage. Dans les containers, il y a des milliers et des milliers d'exemplaires de Liberté signés Paul-Eluard et sa vie est véritablement en danger et il va trouver refuge lui aussi à Saint-Alban. Didier Daeninckx 

1er épisode : Un asile à l’abri de la folie du monde

Paul Éluard, membre du comité de lecture des Editions de Minuit clandestines, artisan du Comité national des écrivains, mais aussi, auteur de "Liberté", ce poème devenu l’hymne de la Résistance, dont les copies sont parachutées par les avions anglais en même temps que les armes et les munitions destinées aux maquis. C’est pour cette raison-même que le poète est recherché, et qu’il doit lui aussi trouver refuge à l’hôpital de Saint-Alban. Ce refuge, et d’une certaine manière son salut, il le doit à deux psychiatres charismatiques et engagés : d’abord son ami résistant communiste Lucien Bonnafé ; et l’ancien membre du POUM et réfugié politique catalan François Tosquelles. A eux deux, ces médecins hors normes transforment l’asile en lieu de refuge pour la résistance, mais préparent aussi une révolution psychiatrique en faisant émerger un mouvement majeur : la psychothérapie institutionnelle. Celle-ci prône un modèle de psychiatrie humaniste, où il s’agit de soigner les patients, mais aussi l’hôpital, l’institution psychiatrique elle-même.

Ici, parmi les patients, Paul Éluard va composer "Souvenirs de la maison des fous", un recueil de poèmes- portraits de malades. C’est là aussi que le poète va rencontrer le sculpteur Auguste Forestier, interné à Saint-Alban depuis plusieurs années déjà, et qu’il présentera après la guerre à Dubuffet, futur théoricien et collectionneur de "l’art brut".

 

24/11/2019
Auteur : Didier Daeninckx Lien : France Culture

[Compléter l'article]

2 Familles hébergées, cachées ou sauvées au Hôpital psychiatrique de Saint-Alban [Compléter]
Famille Éluard - Paul Éluard, poète, résistant et membre du groupe surréaliste Paul Eluard, vient se réfugier à Saint-Alban accompagné de Nusch née Maria Benz le 21 juin 1906 à Mulhouse, sa seconde femme qu'il a épousé en 1934.
1943 / 1944
Famille Glaser - En 1943, Denise Glaser, juive, née le 30 novembre 1920 à Arras dans une famille de commerçants, se réfugie à l'hôpital psychiatrique situé dans le Château de Saint-Alban dirigé par le docteur Lucien Bonnafé et François Tosquelles où se cachaient de nombreux juifs et résistants, et y rencontre Paul Éluard.

Familles arrêtées (Hôpital psychiatrique de Saint-Alban) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Le site d'Anny Bloch (A lire, entre autres : le refuge cévenol (1940-1944), hommage aux habitants de Vialas et hommage au pasteur Boegner*, 22 août 2012 )
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
7

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal

Notes

- 1 - Rochet, Marion : La Vie de l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban-sur-Limagnole, Lozère, de septembre 1939 à mai 1945. Maîtrise d'histoire soutenue en juin 1993 à l'université de Saint-Étienne sous la direction de Brigitte Waché.
- 2 - Raphaël Neuville, « Le Trapèze volant : un groupe surréaliste à Toulouse », Midi-Pyrénées Patrimoine,‎ 2015, p. 36-44

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019