Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
741 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11400 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1266 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Manche

Région :
Normandie
Département :
Manche

Préfets :
Maurice Luchaire
(1927 - 1940) Sous-préfet de Cherbourg
Fernand Coutenceau
(1940 - 1941) Sous-préfet de Cherbourg
René Bouffet
(1940 - 08/1942) Préfet de la Seine-Inférieure et à partir de 1941 Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime). Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
M. Dop
(1940 - 01/1943) Sous-préfet d'Avranches. Adhérant au RNP, au MSR, puis à la Milice.
Gaston Muller
(25/09/1940 - 16/06/1942) Préfet de la Manche
Fernand Coutenceau
(1940 - 1941) Sous-préfet de Cherbourg
Louis Just
(1941 - 1941) Sous-préfet de Cherbourg
André Parmentier
(1942 - 19/08/1944) André Auguste Parmentier, Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime). Arrêté et révoqué par la Résistance, il est relevé de sa condamnation pour faits de Résistance (1896-1991)
M. Moreigne
(1942 - 1942) Sous-préfet de Cherbourg
Louis Dupiech
(1942 - 1942) Sous-préfet de Cherbourg
Lionel Audigier
(06/1942 - 06/06/1944) (1909-1944), directeur de cabinet de René Bousquet puis sous-préfet de Cherbourg, mort à la prison de Saint-Lô sous les bombardements.
Henri Faugères
(16/06/1942 - 14/05/1944) Préfet de la Manche, Henri Faugères (1900-1970) sera arrêté par les Allemands le 14 mai 1944.
Raymond Jacquet
(1944 - 1944) Sous-préfet de Cherbourg
Louis Dramard
(1944 - 1944) Louis Marie Charles Dramard, Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime)
Francis Bourdin
(1944 - 1944) Sous-préfet de Cherbourg
Max Moulins
(1944 - 1945) Sous-préfet de Cherbourg
Édouard Lebas
(1944 - 1952) Préfet de la Manche
Henri Bourdeau de Fontenay
(29/08/1944 - 31/03/1946) Commissaire régional de la République de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime) (1900-1969)

À lire, à voir…

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Marcel Jourdain Marcel Jourdain
Petites surprises de Printemps

ACHETER EN LIGNE

M. Dandel M. Dandel
G. Duboc
A. Kitts
E. Lapersonne
Les Victimes Civiles en Haute Normandie

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Yves Lecouturier Yves Lecouturier
Shoah en Normandie - 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Pierre Lebrun


Dossier Yad Vashem : 11564
Remise de la médaille de Juste : 2009
Sauvetage : Notre-Dame-de-Cenilly 50210 - Manche
Profession: Boulanger
Religion : Catholique
Date de naissance: 08/06/1881
Date de décès: 15/05/1957
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Pierre-Lebrun
La famille Lebrun en septembre 1942 : de gauche à droite Germaine Jamard*, Marthe Lebrun*, Christiane Jamard, Alfred Lebrun, Pierre Lebrun* et le petit René Lebrun.
source photo : Arch. Denise Wolnerman
crédit photo : D.R.
Pierre-Lebrun
Pierre Lebrun vers 1943
source photo : Arch. Denise Wolnerman
crédit photo : D.R.
Pierre-Lebrun
Lebrun, débitant boulanger
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Pierre-Lebrun
Diplôme d'honneur remis à Pierre Lebrun et Marthe Lebrun-Jamard
source photo : Arch. René Lebrun
crédit photo : D.R.
Notice

En 1943, Marthe* et Pierre Lebrun* tiennent la boulangerie et le café à Notre-Dame-de-Cenilly avec leur fils cadet, Alfred (23 ans). Ils sont aidés de leur nièce Christiane Jamard (20 ans), originaire de Saint-Lô.

Leur fils Eugène, quincaillier à Notre-Dame-de-Cenilly, est marié et père de René, né en 1939, et Lucienne.
Ils ont un autre fils, marié, qui vit dans un village voisin et qui a un fils, René, né en 1936, qui vient souvent voir ses grands-parents.

A la demande de Germaine Jamard*, la sœur de Marthe*, Simone Jamard* va convoyer, par le train Paris-Granville, la petite Denise, née en octobre 1936, devenue Denise Volner, "la petite parisienne, fille de leurs amis, venue pour se refaire une santé", âgée de 7 ans chez les Lebrun, à 20 km de Saint-Lô.
Marthe* est une femme corpulente, une gentille grand-mère et un véritable cordon bleu puisqu’elle avait travaillé avant son mariage comme cuisinière chez des gens fortunés, et Pierre Lebrun* est un petit monsieur trapu, tous les deux catholiques pratiquant et des gens de grand cœur.

Denise va rester 18 mois chez les Lebrun, entre mars 1943 et septembre 1944 et elle sera accueillie non seulement par "oncle Pierre et tante Marthe", mais par l’ensemble de la famille Lebrun, et par les gens du village.
Les clients de la boulangerie et du café, y compris les Allemands qui fréquentent les lieux, ne chercheront jamais à en savoir plus sur la petite parisienne.

A Notre-Dame-de-Cenilly, Denise est loin de la guerre. Les privations et les exactions contre les juifs sont inexistantes. D'ailleurs, probablement, personne n’avait jamais vu un Juif de sa vie. Seuls l’institutrice Madame Leconte et l’abbé Villain sont mis dans la confidence.

Denise est émerveillé par Pierre* et Alfred Lebrun qui se levaient vers quatre heures du matin tous les jours, pour pétrir avec le levain de la veille et enfourner les différents pains de 12 et 6 livres et préparer les gâteaux.

Denise est traitée comme une petite princesse, va à l'école dans la classe de Mme Lecomte, au catéchisme avec l'abbé Villain et à la messe le dimanche, jour du marché, tout comme elle participe aux fêtes de familles, aux fiançailles, aux noces et aux fêtes du village avec beaucoup de bonheur.

La famille de Denise est sauvée grâce à l'aide de Simone Jamard* et de sa mère, Germaine Jamard*.
Sa mère Frymeta Wolnerman, et son frère Maurice sont cachés au domicile des Jamard*, 106, avenue Victor Hugo, dans leur appartement de deux pièces, situé sous les toits, au 6e étage,
Son père Isaac Wolnerman, qui était chapelier, et sa grande sœur Rose, dans l'obligation de travailler, continuent quant à eux à résider dans leur immeuble, boulevard de Ménilmontant dans le 20e arrondissement de Paris en prenant de nombreuses précautions.

Le 6 juin 1944, le débarquement allié a bel et bien lieu en Normandie alors que la tempête faisait rage, rendant la mer si dangereuse qu’aucun navire allemand ne s’y hasarda.
Les Américains débarquent à Utah Beach et Omaha Beach, plages situées à une cinquantaine de kilomètres au nord de Notre-Dame-de-Cenilly. Une division aéroportée est larguée à Sainte-Mère-Eglise à 7 kilomètres dans les terres.
Quant aux Anglais, ils débarquent plus à l’est, au nord de Caen.

A Notre-Dame-de-Cenilly, les habitants apprennent le débarquement allié par la presse.

Après le débarquement les combats et les bombardements s’intensifient dans la région.
La route qui longe le village est bombardée épisodiquement.
La maison des Lebrun* et toutes celles du bourg sont alignées sur le bord de la route.

Les Lebrun*, cherchant à mettre Denise davantage à l’abri, et l'envoie de temps en temps passer quelques jours dans une ferme des environs, à 1 km au nord du bourg, au hameau de la Picanière. Là, habite Angelina, une vieille amie des Lebrun* qui gardait justement pendant les vacances un petit-fils de son âge.

Le 26 juillet, les mitraillages se rapprochent encore, beaucoup d’avions circulent au-dessus du village.
Pierre* et Alfred décident de mettre la famille à l'abri à la Picanière.
A peine partent-ils, ils avaient parcouru une centaine de mètres, que plusieurs explosions violentes se font entendre derrière eux. En pressant le pas, ils atteignent sans encombre la Picanière. Une bombe alliée tombée sur leur maison, l'avait entièrement détruite, tout comme sur la maison voisine des Levionnois, qui n'avaient pas voulu fuir. Monsieur Levionnois devait s’en sortir boiteux pour la vie. Sa femme et sa belle-mère furent tuées sur le coup et la malheureuse Ginette, mortellement atteinte, agonisa toute la nuit et mourut le matin. Elle avait 16 ans.
La maison des Quesnel, les voisins d'en face est détruite également, mais ils avaient eu le temps de fuir et d'arriver jusqu'à la Picanière.

Le 27 au matin, tous les hommes décident d’aller au village voir ce qui se passe.
Une vingtaine de femmes et d’enfants restent au hameau.
Au début de l’après midi des fusillades ont lieu dans le secteur, puis la maison d'Angelina est prise pour cible.
Christiane Jamard proposa alors de hisser le drapeau blanc, fait d'un torchon attaché par deux bouts à un manche à balai. Christiane entrouvrit la porte et passa, avec précaution, le manche. Le mitraillage cessa ! mais la maison était en feu.
Tous se précipitèrent dehors et arrivèrent sains et saufs au village, ne croisant que des soldats alliés.

Notre-Dame-de-Cenilly est libéré le 27 juillet dans la journée.

Des amis des Lebrun* leur proposent de coucher chez eux. Ils vont y rester quelques jours.
Marthe* et Pierre Lebrun* possédaient une autre maison à
Notre-Dame-de-Cenilly, à usage uniquement professionnel. Après la destruction de leur habitation, c’est là qu’ils se réinstallèrent avec Denise.

Le 24 août 1944, Paris fut libéré à son tour.

En septembre 1944, sans nouvelle de sa famille normande et de la petite Denise et au mépris du danger toujours présent, Simone Jamard* décide de se rendre chez sa tante, Marthe Lebrun*, en faisant du stop.

Un beau jour de septembre, Denise dit au revoir à l’oncle Pierre* et à la tante Marthe*, qu'elle reverra chaque vacances d’été les années suivantes.

Simone Jamard* et Denise partent sur les routes. Elles passent par à Saint-Lô, par Bayeux, traversent Caen, et font le trajet de Mantes à Paris juchées sur un grand camion découvert, plein de gros tonneaux rouges de mazout.

Denise retrouve sa famille au complet, 108 boulevard de Ménilmontant.

Maurice Wolnerman et sa sœur Denise ont décidé, en 2007, d’établir un dossier de preuves pour l'Institut Yad Vashem de Jérusalem, en vue de l'attribution du titre de "juste parmi les nations", plus haute distinction accordée par le gouvernement israélien, récompensant les personnes non juives, ayant sauvé des juifs sous l'occupation allemande.

Denise Wolnerman dira, lors de la remise de la médaille des Justes aux Lebrun : "Je suis heureuse d'avoir contribué à ce que l'humanisme de Marthe et de Pierre Lebrun soit enfin reconnu. Avec eux j'ai connu la vie de famille, la vie rurale où tout le monde connaît tout le monde...
Jusqu'en 1959, j'ai passé toutes mes vacances à Notre-Dame chez eux.
Après, je ne suis plus revenue, comme pour évacuer cette époque. Je ne voulais pas vivre uniquement dans le passé. Mais j'ai écrit durant quarante ans aux Lebrun...
"

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
Christiane Jamard
Germaine Jamard
(Mère de Simone épouse Feran)
Simone Jamard Feran
(Fille de Germaine Jamard)
Marthe Lebrun
Alfred Lebrun
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Pierre Lebrun
Denise Wolnerman

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Monsieur Ermolieff (Je désire indiquer à monsieur Ermolieff dont le père a été assassiné à Pont d'Ouilly le 7 juillet 1944 que ma mère, madame Simon, aujourd'hui décédée et demeurant à l'époque pas loin du pont, m'a parlé plusieurs fois de la mort de cet homme et des atrocités commises par les occupants. Elle était si bouleversée qu'elle ne donnait que peu de détails.Elle se contentait de pleurer. J'aimerais quant à moi, si cela est possible, obtenir plus d'informations concernant ce qui s'est réellement passé dans ce village où j'ai vécu jusqu'à l'age de 6 ans.Mes parents, très silencieux sur ce sujet,n'ont jamais parlé de cette période, en particulier mon père, Lucien Simon, qui tenait un garage pas loin du pont. Même si soulever de telles questions est douloureux, j'aimerais en savoir un peu plus long. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019