Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
93 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
37276 communes
95 départements et l'étranger
1212 lieux d'internement
727 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4222 Justes de France
916 résistants juifs
13890 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Manche

Région :
Normandie
Département :
Manche

Préfets :
Maurice Luchaire
(1927 - 1940) Sous-préfet de Cherbourg
Fernand Coutenceau
(1940 - 1941) Sous-préfet de Cherbourg
René Bouffet
(1940 - 08/1942) Préfet de la Seine-Inférieure et à partir de 1941 Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime). Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
M. Dop
(1940 - 01/1943) Sous-préfet d'Avranches. Adhérant au RNP, au MSR, puis à la Milice.
Gaston Muller
(25/09/1940 - 16/06/1942) Préfet de la Manche
Fernand Coutenceau
(1940 - 1941) Sous-préfet de Cherbourg
Louis Just
(1941 - 1941) Sous-préfet de Cherbourg
André Parmentier
(1942 - 19/08/1944) André Auguste Parmentier, Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime). Arrêté et révoqué par la Résistance, il est relevé de sa condamnation pour faits de Résistance (1896-1991)
M. Moreigne
(1942 - 1942) Sous-préfet de Cherbourg
Louis Dupiech
(1942 - 1942) Sous-préfet de Cherbourg
Lionel Audigier
(06/1942 - 06/06/1944) (1909-1944), directeur de cabinet de René Bousquet puis sous-préfet de Cherbourg, mort à la prison de Saint-Lô sous les bombardements.
Henri Faugères
(16/06/1942 - 14/05/1944) Préfet de la Manche, Henri Faugères (1900-1970) sera arrêté par les Allemands le 14 mai 1944.
Raymond Jacquet
(1944 - 1944) Sous-préfet de Cherbourg
Louis Dramard
(1944 - 1944) Louis Marie Charles Dramard, Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime)
Francis Bourdin
(1944 - 1944) Sous-préfet de Cherbourg
Max Moulins
(1944 - 1945) Sous-préfet de Cherbourg
Édouard Lebas
(1944 - 1952) Préfet de la Manche
Henri Bourdeau de Fontenay
(29/08/1944 - 31/03/1946) Commissaire régional de la République de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime) (1900-1969)

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Marcel Jourdain Marcel Jourdain
Petites surprises de Printemps

ACHETER EN LIGNE

M. Dandel M. Dandel
G. Duboc
A. Kitts
E. Lapersonne
Les Victimes Civiles en Haute Normandie

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Yves Lecouturier Yves Lecouturier
Shoah en Normandie - 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Marthe Lebrun


Dossier Yad Vashem : 11564
Remise de la médaille de Juste : 30/03/2009
Sauvetage : Notre-Dame-de-Cenilly 50210 - Manche
Profession: Boulangère
Religion : Catholique
Nom de naissance: Jamard
Nom d'épouse: Lebrun
Date de naissance: 22/12/1888
Date de décès: 21/08/1960
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Marthe-Lebrun
Lebrun, débitant boulanger
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Marthe-Lebrun
En Normandie mai 1944, Marthe Lebrun* et sa nièce Christiane Jamard
source photo : Arch. Denise Wolnerman
crédit photo : D.R.
Marthe-Lebrun
Diplôme d'honneur remis à Pierre Lebrun et Marthe Lebrun-Jamard
source photo : Arch. René Lebrun
crédit photo : D.R.
Marthe-Lebrun
La famille Lebrun en septembre 1942 : de gauche à droite Germaine Jamard*, Marthe Lebrun*, Christiane Jamard, Alfred Lebrun, Pierre Lebrun* et le petit René Lebrun.
source photo : Arch. Denise Wolnerman
crédit photo : D.R.
Notice

Vendeuse en librairie de 1934 à août 1938 tout d'abord à Saint-Lô, Simone Jamard* rejoint sa mère, Germaine Jamard*, installée à Paris, femme de chambre dans un grand hôtel. Après quelques mois de chômage, Simone Jamard* est employée dans une bijouterie durant quelques mois, jusqu’à la déclaration de guerre.

Durant la guerre 1939-1945, de nombreuses familles se sont illustrées, au péril de leur vie et de celle de leurs proches, en accueillant, sous leur toit, des enfants de confession juive, afin de les protéger de la persécution nazie.
Simone Jamard*, demeurant à l'époque à Paris a pris en charge, avec sa mère, Germaine Jamard*, son oncle, Pierre Lebrun* et sa tante Marthe Lebrun*, les parents Wolnerman et leurs 3 enfants, d'origine polonaise. Les parents, naturalisés en 1927, demeurent 108 boulevard de Ménilmontant. Isaac Wolnerman est chapelier.

En effet, en mars 1943, suite à une perquisition manquée dans une autre famille juive installée dans l'immeuble où réside la famille Wolnerman, la police française décide de perquisitionner l'appartement familial où sont seuls à ce moment de la journée, Maurice (17 ans) et sa sœur, Denise (7 ans).

C'est à la suite de cet épisode douloureux que Simone Jamard*, décide d'aider son amie juive, Rose Wolnerman, (18 ans) à cacher sa jeune sœur Denise, en la convoyant chez une sœur de sa mère, Marthe Lebrun* qui habite avec son mari Pierre Lebrun* dans le petit village de Notre-Dame-de-Cenilly, dans le département de la Manche où ils tiennent une boulangerie.

Ensuite, Simone Jamard* et sa mère, Germaine Jamard*, prennent de nouveau l'initiative de sauver le reste de la famille Wolnerman.

En effet, le chef de la famille Wolnerman reçoit en mai 1944 une convocation à se présenter à la gare Saint-Lazare en vue de se rendre à Cherbourg pour se mettre à la disposition de l'organisation TODT (service du travail obligatoire).

Rose Wolnerman se confie à nouveau à Simone Jamard*, lui expliquant que son père ne veut pas se rendre à cette convocation, suspectant une manœuvre pour être dirigé vers les camps installés à Drancy.

Il est donc décidé que Simone Jamard* et sa mère, Germaine Jamard*, cacheraient à leur domicile, au 106, avenue Victor Hugo, deux membres de la famille dans leur appartement de deux pièces, situé sous les toits, au 6e étage. Ainsi, Frymeta Wolnerman et son fils Maurice y seront cachés tandis que Isaac Wolnerman et Rose, dans l'obligation de travailler, continueront à résider dans leur immeuble, en prenant beaucoup de précautions. Malgré l'exiguïté des lieux, la vie s'organise dans de relatives bonnes conditions compte tenu de la bienveillance de Germaine Jamard* et sa famille.

Quelques jours avant la Libération de Paris, Frymeta Wolnerman estimant que le danger est passé, décide de regagner l'appartement familial afin que Germaine Jamard* et sa fille retrouvent un peu d'intimité.

En septembre 1944, sans nouvelle de sa famille normande et au mépris du danger toujours présent, Simone Jamard* décide avec une amie de se rendre dans la Manche, chez sa tante, Marthe Lebrun*, qui héberge toujours la plus jeune enfant Wolnerman, âgée de 8 ans, en faisant du stop tant à l'aller et au retour, dans des conditions particulièrement délicates, notamment dans leur mode de déplacement.

La famille Wolnerman a eu la vie sauve grâce au dévouement individuel mais aussi à l'aide sans faille de quelques voisins qui n'ont rien révélé. Simone Jamard* et sa mère, Germaine Jamard*, modestes et généreuses, respectivement vendeuse et femme de chambre dans un grand hôtel, ont avec leur famille normande, Pierre* et Marthe Lebrun* permis le sauvetage de la famille Worneman, malgré la présence permanente d'allemands à proximité.

Durant la guerre, Simone Jamard* a géré une papeterie de janvier 1940 à fin 1946. Elle trouve ensuite un emploi comme réparatrice de stylos jusqu’en août 1947, date à laquelle naît son premier fils.

Jusqu’en mai 1960, Simone Jamard*, épouse Feran, se consacre à l’éducation de ses trois enfants. Ensuite, elle devient la collaboratrice de son mari qui ouvre successivement un garage automobile à Viry-Châtillon (1960 à 1978) puis un relais routier en Haute-Savoie (1978 à 1981).

Malgré les difficultés, Simone Jamard Feran* s'est dévouée sans compter et a toujours su soutenir son entourage.

Connue pour sa disponibilité, sa joie de vivre et sa force morale, Simone Jamard Feran* bénéficie de l'affection et d'une grande reconnaissance de la part de la famille Wolnerman, notamment de Rose, jusqu'à son décès en 1991.

Ainsi, Maurice Wolnerman et sa sœur Denise ont décidé, en 2007, d’établir un dossier de preuves pour l'Institut Yad Vashem de Jérusalem, en vue de l'attribution du titre de "juste parmi les nations", plus haute distinction accordée par le gouvernement israélien, récompensant les personnes non juives, ayant sauvé des juifs sous l'occupation allemande.

Femme discrète, Simone Jamard Feran* a accepté de recevoir la médaille des « Justes parmi les nations » en mémoire des membres de sa famille et des voisins tant parisiens que normands, ayant œuvré à la sauvegarde des membres de cette famille.

Notice réalisée avec l'aide de la Préfecture de Loir-et-Cher.

Le 30 mars 2009, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Marthe* et Pierre Lebrun* et à Germaine Jamard* et Simone Jamard Feran*.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Marthe Lebrun
Denise Wolnerman

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2021