Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
773 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11837 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Vendée

Région :
Pays de la Loire
Département :
Vendée

Préfets :
Raoul-Stéphane Moreau
(19/05/1934 - 03/01/1940) Préfet de Vendée
Raoul Catusse
(03/01/1940 - 17/09/1940) Préfet de Vendée
Louis Bourgain
(18/07/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
Gaston Jammet
(17/09/1940 - 17/09/1944) Préfet de Vendée
Jean Schuhler
(06/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)
Léon Martin
(17/09/1944 - 16/07/1945) Préfet de Vendée

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Antoine Prost Antoine Prost
Jean-Pierre Azéma
Jean-Pierre Rioux
Les communistes français, de Munich à Châteaubriant (1938-1941)

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Justinien Gillaizeau


Dossier Yad Vashem : 13662
Remise de la médaille de Juste : 05/06/2018
Sauvetage : Dompierre-sur-Yon Château de la Haute Braconnière 85170 - Vendée
Profession: Agriculteur
Qualité: Résistant
Nom de naissance: Justinien Amour Désiré Léopold Gillaizeau
Date de naissance: 28/02/1881 (Nantes (Loire-Atlantique))
Date de décès: 01/09/1944 (Natzwiller (Bas-Rhin))
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Justinien-Gillaizeau
Justinien Gillaizeau
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Justinien-Gillaizeau
Le château de la Braconnière
source photo : Coll. Gillaizeau
crédit photo : D.R.
Justinien-Gillaizeau
Médaillon de Justinien Gillaizeau
source photo : Ouest-France
crédit photo : D.R.
Notice

Né en février 1881, Justinien Gillaizeau* était le fils de Marie Mélanie Bouhier, sans profession, célibataire, âgée de 21 ans. Il fut légitimé par le mariage de sa mère le 28 mars 1883 à La Roche-sur-Yon, avec Henri Ernest Gillaizeau.
Après des études au collège Richelieu de La Roche-sur-Yon, il fut lors du conseil de révision à Nantes en 1901, inscrit comme clerc de notaire domicilié à Nantes avec ses parents. Il fit son service militaire de trois ans, de septembre 1902 à septembre 1905 au 64e Régiment d’Infanterie, le terminant comme secrétaire d’Etat-Major.

Il résida ensuite à Dompierre-sur-Yon (Vendée).

Rappelé sous les drapeaux par l’ordre de mobilisation du 1 août 1914, Justinien Gillaizeau* incorpora en novembre 1915 l’aviation, pour les trois années suivantes (le registre matricule précise même : parti en escadrille le 13 juin 1916 dans la Somme et la Marne).
Jusqu’à son départ pour la Grande Guerre, il a eu une vie de notable. Il en revient sain et sauf après avoir participé en Italie, à la bataille de Caporetto.
Démobilisé le 28 février 1919, il revint à Dompierre-sur-Yon et habite le château de la Braconnière.

Sa vie sera ensuite semée de deuils successifs puisqu'il perd un fils de 14 ans en 1925, puis sont épouse en 1936.

Propriétaire d’un domaine agricole, Justinien Gillaizeau* vit au château de la Haute Braconnière. Agriculteur, il possédait six fermes.
Marié, père d’un enfant, il perdra d’abord son jeune fils âgé de 14 ans de maladie en 1925 puis sa femme en 1936.
Très engagé dans la vie locale, conseiller municipal de 1929 à 1935, il aide ses concitoyens avec zèle et générosité.

Il se rend souvent à Paris où réside un de ses amis, Louis-Marie Dupond et c’est par son intermédiaire qu’il rencontre Philippe Blumenfeld, juif d’origine roumaine né en 1886, commerçant en linge de maison, installé au Vésinet.

En 1939, il repartira pour une autre guerre qui en fera un grand résistant et un agent du réseau Alliance. Son château deviendra une demeure d’accueil pour des clandestins, des juifs et deux anglais dont l’avion s’est écrasé en forêt d’Aizenay. Il cachera notamment dans son château une famille juive, Philippe Blumenfeld et son épouse Anne avec leurs quatre enfants qui étaient venus se réfugier chez lui pendant la débâcle de mai 1940 jusqu’à la fin de l’été.

Pendant la débâcle de mai 1940 jusqu’à la fin de l’été, Philippe Blumenfeld, son épouse Anne née Gold en 1902 à Londres, et leurs enfants Betty, née en 1922, Simone, née en 1925 et Jacques dit Jacky, né en 1929 reviennent se mettre à l'abri des menaces antisémites chez Justinien Gillaizeau*. En septembre 1940, ils regagnent la région parisienne pour la rentrée scolaire.

En danger, ils reviendront chez Justinien Gillaizeau* en janvier 1941 et resteront 5 mois puisque la petite Francine naît en juillet 1941 au Vésinet.

Au plus fort de la menace nazie et de l’intensification des mesures anti-juives du gouvernement de Vichy, de l’été 1942 à l’hiver 1944, les Blumenfeld reviendront s’y réfugier pour la troisième fois avec leurs quatre enfants et Françoise, leur gouvernante.
Philippe Blumenfeld participe à la vie dans le château en faisant des petits travaux. Jacky travaille dans les champs avec les jeunes du village.
Justinien Gillaizeau* faisait travailler les matières scolaires à Jacky.

Justinien Gillaizeau*, résistant, était membre du réseau Alliance, région Chapelle, secteur Nantes - Angers. Spécialisé dans les parachutages sur le secteur de Nantes.

La gestapo a déjà démantelé une grande partie du réseau ALLIANCE en France quand elle vient arrêter Justinien Gillaizeau* le 7 janvier 1944 à la Haute Braconnière. Ce jour là, Philippe Blumenfeld, sa femme et sa dernière fille âgée de trois ans sont présents au château. Par chance, les trois aînés, Betty, Simone et Jacques sont en pension. Dans la confusion de l’arrestation, Philippe Blumenfeld pense que la gestapo est là pour l’interpeller. Il tente de fuir sous les yeux des allemands et se fait arrêter. Sa femme parvient à fuir avec sa plus jeune fille et se réfugie chez le docteur Marcel Foucaud à La Ferrière avant d'être cachée chez une voisine proche dont la maison se trouve à l’écart. Anne y restera jusqu’à la Libération tandis que Francine est envoyée chez un paysan à Thorigny pour sa sécurité.

Justinien Gillaizeau* est arrêté par la Gestapo pour deux chefs d’accusation : hébergement du « supposé » Juif Philippe Blumenfeld et comme membre de la Résistance. Il tente de s’échapper, est blessé, rattrapé et envoyé à la prison de la Pierre Levée à Poitiers. Philippe Blumenfeld est également arrêté au château, envoyé à la Pierre Levée où il reste jusqu’à la Libération et retrouvera sa famille.

Le 4 avril 1944, Justinien Gillaizeau* est transféré à la prison de Fresnes et le 20 mai 1944, il est transféré à Schirmeck via Strasbourg, camp d’internement pour résistants et réfractaires. Devant l’avance alliée les 107 membres du réseau Alliance détenus à Schirmeck, dont Justinien Gillaizeau*, furent sur ordre du Haut commandement de la Wehrmacht (OKW) à Berlin, transférés en camionnette par fournées de 12 au Camp du Struthof-Natzweiler sous la classification "NN" ("Nacht und Nebel"-"Nuit et Brouillard"), il fut interné au block 10 avec les autres agents masculins du réseau.
Le 1er septembre 1944, Justinien Gillaizeau* est assassiné, tué d’une balle dans la nuque à la chambre d’exécution ainsi que 105 camarades du réseau Alliance puis incinérés directement dans le four crématoire du camp, situé dans le même bâtiment.

Au moment de l’arrestation de son mari, Anne et sa fille Francine s’étaient enfuis à travers champs pour se cacher chez le Dr Foucaud à La Ferrière, puis elles sont envoyées chez une voisine proche dont la maison se trouve à l’écart. Anne y restera jusqu’à la Libération, tandis que Francine est envoyée chez un paysan à Thorigny.

Les habitants du village connaissent les activités de Justinien Gillaizeau* et savaient qu’il héberge la famille Blümenfeld, mais personne ne parlera.

En 1947, Justinien Gillaizeau* est promu sous Lieutenant à titre posthume et honoré par la Croix de guerre. Son nom figure sur le monument aux morts de Dompierre-sur-Yon (Vendée) où une rue porte son nom, sur la plaque commémorative du collège Richelieu à La Roche-sur-Yon (Vendée) et sur celle du réseau S.R. Alliance au camp de concentration du Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin).

Le 5 Juin 2018, Yad Vashem Institut International pour la Mémoire de la Shoah a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Justinien Gillaizeau*.
Le dossier a été instruit à l’initiative de Rose Paqyereau, membre de l’Association Dompierre Patrimoine, auteur du livre « Justinien Gillaizeau, un résistant vendéen au Struthof » qui a mis tout en oeuvre pour rassembler les nombreux témoignages et pièces administratives, avec l’aide de la famille Pichot, Éliane et Claude Ungar du Comité français pour Yad Vashem, Guy Caraès, membre de l’Association du Patrimoine Rennais, et Alain Pallatier, ancien Président de l’Association Dompierre Patrimoine.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Justinien Gillaizeau
Francine Blumenfeld
Jacky Blumenfeld
Simone Blumenfeld
Betty Blumenfeld
Anne Blumenfeld
Philippe Blumenfeld

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Site internet sur le Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière (Histoire du Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière. )
2 Le camp de Beauregard à Clefs (Site personnel en cours de réalisation )
3 Site Communal (Site officiel de la Mairie de Draché )
4 A Bléré, la ligne de démarcation est toujours dans les mémoires (Cet article résume bien la position de Bléré et le role heroique de ses habitants Journal La Nouvelle République. 25 Aout 2007 )
5 la Famille Angel (Destin croisés des familles Angel et Delépine, originaires du nord et toutes deux réfugiées à Tharon plage )
6 "Lettre à Esther" (La vidéo retrace l'histoire de la famille Angel depuis son arrivée en France début XX°, son intégration en France, l'arrestation et la déportation à Auschwitz (convois 8 et 34) de cette famille réfugiée à Pornic et Tharon. "Enfances volées": vidéo retraçant la déportation de Rachel Angel et de Victor Pérahia, avec le témoignage de celui-ci )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019