La bibliothèque de l'AJPN est en partie en vente, retrouvez le catalogue sur Amazon en cliquant ICI...
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
326 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
742 résistants juifs
8768 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Albertine Anne


Dossier Yad Vashem : 11889
Remise de la médaille de Juste : 22/09/2011
Sauvetage : Argenteuil Cité d’Orgemont 95100 - Val-d'Oise
Profession: Mère au foyer
Nom de naissance: Vivegnis
Nom d'épouse: Anne
Date de naissance: 22/07/1899
Date de décès: 12/02/1992
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Albertine-Anne
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Pendant l’Occupation, Jacques Patron, jeune juif âgé de 10 ans est successivement accueilli par Albertine* et Lucien Anne* à Argenteuil et Yvonne* et Maxime Aucoin* à Guipy.

Léa Patron est né à Przemysl en Pologne le 16/04/1906 et son mari, Michel Patron, est né le 24/02/1898 en Pologne également.
Ils habitent à paris et ont deux fils : Bernard, né le 25/03/1928 à Paris, et Jacques, né en 1932 à Paris également.
Lors de la rafle du Vel d'Hiv, Léa et Michel Patron et leurs deux fils, Bernard et Jacques, passent la nuit cachés dans la cave à charbon de leur logement parisien et sont saufs.
Au petit matin, ils découvrent des scellés posés sur la porte de l’appartement. La famille tente alors d’atteindre la zone libre.

Arrêtés alors qu'ils tentaient de franchir la ligne de démarcation, ils sont arrêtés et conduits à la prison allemande d’Autun (Saône-et-Loire).
Michel, 44 ans, Léa, 36 ans, et Bernard, 14 ans, sont envoyés à Compiègne, Drancy puis déportés sans retour vers Auschwitz le 26 août 1942.
Jacques n'ayant que 10 ans est interné à l’hôpital d’Autun. Une de ses tantes, mariée avec un Suisse, prend contact avec la Croix-Rouge et la duchesse de Magenta (qui vit au château de Sully tout proche) et vient le chercher.
Le 12 septembre 1942, Jacques arrive à Argenteuil.

La Croix-Rouge de la cité d’Orgemont avait fait appel aux habitants pour héberger des enfants juifs.
Albertine* et Lucien Anne* s'étaient portés volontaires…
Jacques se souvient d’au moins cinq autres enfants cachés dans leur rue.
"Albertine* et Lucien Anne* et leurs enfants Odette et Serge m’ont accueilli gentiment, on a essayé de me faire oublier tout ça", se souvient Jacques. L’école des garçons du quartier étant occupée par les Allemands, Jacques est scolarisé à l’école communale d’Enghien avec Serge.
En 1943, les Allemands avaient déjà prospecté dans le quartier et ils ont pris des enfants à l’école d’Enghien.

Jacques se souvient également des bombardements qui s’intensifiaient dans ce secteur où il y avait beaucoup d’usines.

La cité ouvrière dans laquelle habitaient Albertine* et Lucien Anne* a été quadrillée, les maisons fouillées et tout le monde enfermé dans l’école maternelle pour vérification d’identité.
En septembre 1943, Albertine* et Lucien Anne* décident de fuir les bombardements et l'insécurité grandissante avec Serge et Jacques et d'aller se réfugier Yvonne*, la soeur d'Albertine* et son mari Maxime Aucoin* régisseur d’un château à Chanteloup, sur la commune de Guipy dans la Nièvre.
En 1944, leur fille, Odette Anne, quitte son travail et les rejoint.

Après l’armistice en 1945, les déportés et les prisonniers commencent à revenir, mais les parents de Jacques et son frère ne reviendront pas.

Albertine* et Lucien Anne* acceptent alors de garder Jacques chez eux. Il y restera jusqu'en 1956 et épousera leur fille Odette.

Le 22 septembre 2011, à la Mairie d'Argenteuil (95100 Val d'Oise), la médaille des Justes parmi les Nations a été remise aux ayants droit de Albertine* née Vivegnis et Lucien Anne* et de Yvonne* née Vivegnis et Maxime Aucoin*, honorés à titre posthume.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='1416786814' order by champ5